Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Grand Collier argenté (Boloria euphrosyne)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Grand Collier argenté
Latin : Clossiana euphrosyne
Néerlandais : Zilvervlek
Anglais : Pearl-bordered Fritillary
Allemand : Veilchen-Perlmutterfalter
Groupe biologique :Animaux / Invertébrés / Insectes / Papillons diurnes / Nymphalidés

Intro

Synthèse

Le Grand Collier argenté est typique des forêts exploitées sous le régime du taillis. Il affectionne en effet les coupes récentes en forêts feuillues, où il pond sur différentes espèces de Violettes. Surtout observé en Fagne-Famenne-Calestienne, où il présente une stabilité incertaine, il a régressé partout ailleurs et pourrait avoir disparu de Lorraine.

Description morphologique

Boloria euphrosyne se distingue de Boloria selene par la présence de

  • Dessins noirs du bord du dessus des ailes en forme de triangles non fermés (espace entre les " ^ " et le bord de l'aile)
  • Point noir dans cellule orange, à la base des ailes postérieures, sur les 2 faces, moins gros que chez B. selene et cerclé de jaune (dessous)
  • Taches blanches sur le revers des ailes peu nombreuses.

Visualisation des principaux critères permettant de différencier les Nacrés

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • LCN 1973 : Annexe 2b

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2b du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèces menacées en Wallonie). Cette protection implique l'interdiction :

    • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
    • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
    • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des oeufs de ces espèces ;
    • 4° de détériorer ou de détruire les sites de reproduction, les aires de repos ou tout habitat naturel où vivent ces espèces à un des stades de leur cycle biologique ;
    • 5° de naturaliser, de collectionner ou de vendre les spécimens qui seraient trouvés blessés, malades ou morts ;
    • 6° de détenir, transporter, échanger, vendre ou acheter, offrir aux fins de vente ou d'échange, céder à titre gratuit les spécimens de ces espèces prélevés dans la nature, y compris les animaux naturalisés, à l'exception de ceux qui auraient été prélevés légalement avant la date d'entrée en vigueur de la présente disposition ainsi qu'à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'espèces animales non indigènes et de leurs dépouilles ;
    • 7° d'exposer dans des lieux publics les spécimens.

    Les interdictions visées aux points 1°, 2°, 5°, 6° et 7° de l'alinéa précédent s'appliquent à tous les stades de la vie des espèces animales visées par le présent article, y compris les oeufs, nids ou parties de ceux-ci ou des spécimens.
    Voir aussi les modalités de déclaration de la capture accidentelle ou de la mise à mort accidentelle de spécimens d'une des espèces strictement protégées (Article 2 quater) et les modalités de déplacement à brève distance d'espèces, nids ou oeufs menacés d'un danger vital immédiat ou vers un centre de revalidation (Article 2 sexies).

    Les Articles 5 et 5bis définissent les modalités de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales. Voir l'AGW du 20 novembre 2003 relatif à l'octroi de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales (M.B. 20.01.2004).

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Indigenat :Or : indigène

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Type de distribution :Li : limitée

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Distribution en Europe :

Essentiel de l'Europe. Plus rare dans le nord-ouest et le sud-ouest.

Distribution en Wallonie :

Cette espèce rare est surtout bien connue dans la Fagne et en Lesse-et-Lomme. Elle n'a plus été revue en Condroz et en Gaume ces dernières années mais a été découverte dans une station ardennaise proche de la Gaume.

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

L'espèce fréquente les clairières, layons et coupes en bois feuillus clairs. Elle se rencontre parfois en pinèdes et fréquente des milieux plus secs que B. selene . Les chenilles se nourrisent sur Viola hirta (observation wallonne) , V. riviniana, V. canina, V. palustris, V. reichenbachiana. Les oeufs sont isolés sur des violettes ou d'autres plantes basses voisines.

Cycle de vie : 1 génération. Il s'agit d'une espèce printanière volant en mai-juin, avec un pic fin mai. Elle hiverne au stade chenille, après la deuxième ou la troisième mue.

Statut

Tendance

Tendance :RG : régression
Commentaires :

Cette espèce menacée, qui ne présente jamais de populations très fournies, est en déclin en Wallonie. Autrefois présente partout au sud du sillon sambro-mosan sauf en Ardenne centrale, elle n'est plus observée actuellement qu'en Fagne-Famenne-Calestienne, où sa stabilité est relative. En effet, l'espèce est surtout bien connue dans la Fagne et en Lesse-et-Lomme, tandis qu'elle semble avoir encore disparu de plusieurs stations famenniennes. Par ailleurs, un seul individu a été observé en Ardenne ces dernières années et aucune observation n'a été réalisée récemment en Lorraine, ce qui fait craindre sa disparition. L'espèce pouvait être observée, avant 1950, le long et au nord du sillon sambro-mosan.

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Liste Rouge

Espèce menacée :Oui
Statut :VU : vulnérable
Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Espèce invasive

Liste :non

Stratégie de conservation

Stratégie de conservation :

Cette espèce, qui a certainement souffert de la diminution drastique des surfaces de taillis en Wallonie, devrait directement tirer profit du futur plan d'action « forêt ».

Biblio

Divers

Auteurs

Violaine Fichefet

Date de mise à jour / relecture de la fiche

16/04/2010