Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Crapaud calamite (Bufo calamita)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Crapaud calamite, Crapaud des joncs
Latin : Epidalea calamita
Néerlandais : Rugstreeppad
Anglais : Natterjack Toad
Allemand : Kreuzkröte
Groupe biologique :Animaux / Vertébrés / Amphibiens / Crapauds - Grenouilles

Intro

Synthèse

Le crapaud calamite est une espèce qui a profité des activités industrielles par la création de nouveaux habitats. Par son écologie particulière, elle reste cependant menacée à moyen terme.

Description morphologique

Amphibien de taille moyenne, le crapaud calamite mesure jusqu'à 10 cm. Son dos est verruqueux, de couleur brune, jaune ou verte avec parfois des tâches rougeâtre, presque toujours traversé par une ligne jaune partant de la pointe du museau jusque dans le bas du dos. L'iris est vert jaunâtre, marbré de noir. Les glandes parotoïdes sont ovales. Ses membres postérieurs sont courts et possèdent une palmure assez peu marquée.

Le mâle possède un sac vocal qui prend une teinte violacée lors du chant.

La ponte est une longue chaine de 1 à 2 m de long composée d'oeufs noirs, qui repose le plus souvent au fond de l'eau. Le têtard est noir et de petite taille, avec une tache claire sous la gorge.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • LCN 1973 : Annexe 2a

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2a du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèce strictement protégées en vertu de l'annexe IVa de la Directive 92/43/CEE et de l'annexe II de la Convention de Berne). Cette protection implique l'interdiction :

    • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
    • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
    • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des oeufs de ces espèces ;
    • 4° de détériorer ou de détruire les sites de reproduction, les aires de repos ou tout habitat naturel où vivent ces espèces à un des stades de leur cycle biologique ;
    • 5° de naturaliser, de collectionner ou de vendre les spécimens qui seraient trouvés blessés, malades ou morts ;
    • 6° de détenir, transporter, échanger, vendre ou acheter, offrir aux fins de vente ou d'échange, céder à titre gratuit les spécimens de ces espèces prélevés dans la nature, y compris les animaux naturalisés, à l'exception de ceux qui auraient été prélevés légalement avant la date d'entrée en vigueur de la présente disposition ainsi qu'à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'espèces animales non indigènes et de leurs dépouilles ;
    • 7° d'exposer dans des lieux publics les spécimens.

    Les interdictions visées aux points 1°, 2°, 5°, 6° et 7° de l'alinéa précédent s'appliquent à tous les stades de la vie des espèces animales visées par le présent article, y compris les oeufs, nids ou parties de ceux-ci ou des spécimens.

    Les Articles 5 et 5bis définissent les modalités de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales. Voir l'AGW du 20 novembre 2003 relatif à l'octroi de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales (M.B. 20.01.2004).

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Berne - Annexe 2

    Convention de Berne , annexe 2 : Sont notamment interdits : a) toute forme de capture intentionnelle, de détention et de mise à mort intentionnelle; b) la détérioration ou la destruction intentionnelles des sites de reproduction ou des aires de repos; c) la perturbation intentionnelle de la faune sauvage, notamment durant la période de reproduction, de dépendance et d'hibernation, pour autant que la perturbation ait un effet significatif eu égard aux objectifs de la présente Convention; d) la destruction ou le ramassage intentionnels des oeufs dans nature ou leur détention, même vides; e) la détention et le commerce interne de ces animaux, vivants ou morts, y compris des animaux naturalisés, et de toute partie ou de tout produit, facilement identifiables, obtenus à partir de l'animal, lorsque cette mesure contribue à l'efficacité des dispositions de cet article.

Directives européennes

  • CE/92/43 - Annexe 4

    Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 4 : espèce strictement protégée, la capture et la mise à mort intentionnelle est interdite tout comme la perturbation des phases critiques du cycle vital et la destruction de leurs aires de repos et de leurs sites de reproduction.

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Flandre, Wallonie
Statut de présence :Re : reproduction
Indigenat :Or : indigène
Type de distribution :Di : dispersée
Distribution en Europe :

Distribution en Europe : On le retrouve dans le sud-ouest, l'ouest et le centre de l'Europe. Il s'étend de la péninsule ibérique jusqu'à l'ouest de la Russie.

Distribution en Belgique :

Cette espèce est assez répandue en Flandre et plus localisée en Wallonie. Elle a disparu de la région bruxelloise.

Distribution en Wallonie :

En région wallonne, le crapaud calamite est assez localisé mais des noyaux de populations assez importants peuvent être trouvés en Hainaut, dans la région liégeoise, en Entre-Sambre-et-Meuse et en Famenne. Il est rare en Lorraine et absent d'Ardenne.

Ecologie

Ecologie :

C'est une espèce héliophile qui aime les milieux ouverts avec végétation basse et clairsemée non loin d'un point d'eau peu profond. Il préfère les terrains à substrat meuble où il peut creuser son abri. On le trouve principalement en milieu industriel (terrils, carrières, friches…) et agricole.

Son activité est crépusculaire et nocturne. La femelle pond plusieurs milliers d'oeufs en un long filament posé au fond de l'eau.

Il se reproduit principalement dans des points d'eau temporaires où les têtards se développent rapidement. Après généralement 5 à 7 semaines, les juvéniles ont effectué leur métamorphose.

Le chant du crapaud calamite s'entend de loin et forme un trille émis par vagues successives facilement reconnaissable.

Il peut vivre jusqu'à 8 ans en milieu naturel.

Statut

Tendance

Tendance :RG : régression

Liste Rouge

Espèce menacée :Oui
Statut :EN : en danger

Espèce invasive

Liste :NE

Protection

Commentaires :

Espèce pionnière, le statut du crapaud calamite est soumis à l'évolution de ses sites de reproduction et est notamment menacé par leur boisement spontané.

Biblio

Divers