Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Cordulégastre annelé (Cordulegaster boltonii)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Cordulégastre annelé
Néerlandais : Gewone bronlibel
Anglais : Common Goldenring
Allemand : Gestreifte Quelljungfer
Groupe biologique :Animaux / Invertébrés / Insectes / Libellules / Anisoptères

Intro

Synthèse

Présent dans toute l'Europe à l'exception du sud-est et de l'extrême nord, ce Cordulégastre est assez commun chez nous. On le retrouve typiquement sur les ruisseaux de têtes de bassin larges de quelques mètres, limpides, bien oxygénés et bordés d'arbres comme dans les trouées forestières. Sa période de vol s'étale tout l'été, de la mi-juin à la fin août. Son statut est évalué comme quasi menacé.

Description morphologique

Une de nos plus grandes libellules, de couleur noire avec des taches jaunes ressemblant à s'y méprendre à C. bidentata (Cordulégastre bidenté). Le Cordulégastre annelé possède une paire de points jaunes à la base des segments 2 à 6, ces points sont inexistants chez C. bidentata .

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • Aucune réglementation

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Flandre, Bruxelles, Wallonie

Sources :Goffart et al. 2006

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :Goffart et al. 2006

Indigenat :Or : indigène

Sources :Goffart et al. 2006

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

Le Cordulégastre annelé est typique du cours supérieur et moyen des ruisseaux et rivières limpides et bien oxygénés. On le trouve également parfois dans des zones de source et les suintements des fanges et marais. Les cours d'eau choisis sont généralement peu larges (quelques mètres, au plus), entourés d'arbres et de buissons et situés en lisière forestière ou dans les ouvertures en forêt. La présence de cette végétation arborée empêche un réchauffement de l'eau trop important. Toutefois l'espèce ne se rencontre que rarement au sein de boisements denses et fermés. Les larves vivent enfouies dans les sédiments sablonneux, tourbeux ou de fins graviers, en zone peu profonde.

Geert De Knijf in Goffart et al. 2006

Statut

Tendance

Informations en cours de validation

Liste Rouge

Espèce menacée :Non
Statut :NT : quasi menacée
Sources :Goffart, 1997

Espèce invasive

Informations en cours de validation

Divers

Auteurs

Grégory Motte