Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Point de Hongrie (Erynnis tages)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Point de Hongrie
Néerlandais : Bruin Dikkopje
Anglais : Dingy Skipper
Allemand : Dunkler Dickkopffalter
Groupe biologique :Animaux / Invertébrés / Insectes / Papillons diurnes / Hesperiidés

Intro

Synthèse

Le Point de Hongrie est une espèce brunâtre qui ressemble à certains papillons de nuit. Affectionnant les milieux secs et maigres, elle est assez rare et en déclin en Wallonie.

Description morphologique

Le dessus des ailes de ce petit papillon est sombre et barré par des bandes grisâtres assez peu marquées. Le dessous est brun clair. Un alignement de petits points blancs se trouve au bord des quatre ailes, côté pile et côté face.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • Aucune réglementation

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Wallonie, Bruxelles, Flandre

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Indigenat :Or : indigène

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Type de distribution :Li : limitée

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Distribution en Europe :

Europe moyenne et méridionale, Angleterre et sud de la Scandinavie

Distribution en Wallonie :

L'espèce est surtout présente en Fagne-Famenne-Calestienne et en Lorraine. Dans le Condroz, on l'observe surtout le long du sillon sambro-mosan, qu'elle ne dépasse pas (ou à peine). Elle n'a plus été retrouvée en Ardenne, où elle était déjà très rare.

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

L'espèce fréquente les prairies maigres, pelouses sèches, talus rocailleux... Elle pond sur diverses Fabacées comme Lotus corniculatus (w) (*), Lotus pedunculatus, Hippocrepis comosa, Medicago lupulina, Securigera varia... Les oeufs sont isolés sur ou sous les feuilles.

Elle vole en une génération, parfois deux lors d'étés chauds. Il s'agit d'une des premières espèces à éclore au printemps. Elle s'observe de mi-avril à août, avec un pic de mi-mai à début juin. Un second pic nettement moins important peut être observé de fin juillet à début août. Elle hiverne au dernier stade chenille, dans un abri fait de feuilles et de fils de soie.


(*) Des pontes ont été observées en Wallonie sur les plantes suivies de (w)

Statut

Tendance

Tendance :RG : régression
Commentaires :

De manière générale, Erynnis tages est en déclin. Cette espèce thermophile est stable le long de la Meuse, en Condroz et en Fagne-Famenne-Calestienne, mais décline au contraire en Lorraine et n'a pratiquement plus été vue récemment en Ardenne, région où elle était de toute façon très rare. Selon une étude britannique, le maintien de cette espèce sur le long terme dépend plus de processus d'échanges entre les populations d'un réseau que de la survie de populations locales. La connexion des populations actuelles est donc très importante pour stabiliser ou améliorer la situation.

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Liste Rouge

Espèce menacée :Non
Statut :NT : quasi menacée
Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Espèce invasive

Liste :non

Stratégie de conservation

Stratégie de conservation :

Erynnis tages devrait tirer profit des futurs plans d'action « pelouses sèches » et « prairies maigres » . Le maintien et le redéploiement des populations actuelles dépendront de la restauration et de la gestion de ces milieux maigres (pâturage extensif ou fauchage en rotation).

Biblio

Divers

Auteurs

Violaine Fichefet

Date de mise à jour / relecture de la fiche

30/03/2010

Date de la dernière modification de la fiche

21/09/2010