Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Lézard des souches (Lacerta agilis)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Lézard des souches, Lézard agile
Néerlandais : Zandhagedis
Anglais : Sand lizard
Allemand : Zauneidechse
Groupe biologique :Animaux / Vertébrés / Reptiles / Lézards

Intro

Synthèse

En Wallonie, la répartition de ce lézard est limitée à la Lorraine belge. On ne l'y rencontre que dans des milieux chauds et secs. L'espèce est connue d'une cinquantaine de sites. En raison de sa rareté et de sa présence dans des milieux de grand intérêt biologique, ce lézard fait l'objet d'un plan d'action.

Description morphologique

Ce lézard possède une silhouette trapue : sa tête et ses pattes sont courtes, son cou large et son corps sont plus épais que celui des autres lézards de nos régions. Il est un peu plus grand que ses congénères, avec une taille souvent comprise entre 18 et 25 cm.

Comme chez les autres lézards, la coloration du corps est variable mais reste le plus souvent dans des teintes brunâtres. Quand vient le printemps, les mâles changent de couleur et arborent une coloration vert vif sur les flancs et la tête. Les flancs de l'animal sont souvent décorés d'ocelles blanchâtres, bordés de brun foncé ou de noir.

Les jeunes sont bruns clair et marqués d'ocelles blanchâtres cerclés de brun-noir.

PDF Dépliant "Le lézard des souches, un reptile à sauvegarder de toute urgence en Wallonie" (PDF-3184 ko)

PDF Brochure "Propositions d'actions pour la préservation du Lézard des souches en Wallonie" (PDF-4934 ko)

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • LCN 1973 : Annexe 2a

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2a du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèce strictement protégées en vertu de l'annexe IVa de la Directive 92/43/CEE et de l'annexe II de la Convention de Berne). Cette protection implique l'interdiction :

    • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
    • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
    • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des oeufs de ces espèces ;
    • 4° de détériorer ou de détruire les sites de reproduction, les aires de repos ou tout habitat naturel où vivent ces espèces à un des stades de leur cycle biologique ;
    • 5° de naturaliser, de collectionner ou de vendre les spécimens qui seraient trouvés blessés, malades ou morts ;
    • 6° de détenir, transporter, échanger, vendre ou acheter, offrir aux fins de vente ou d'échange, céder à titre gratuit les spécimens de ces espèces prélevés dans la nature, y compris les animaux naturalisés, à l'exception de ceux qui auraient été prélevés légalement avant la date d'entrée en vigueur de la présente disposition ainsi qu'à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'espèces animales non indigènes et de leurs dépouilles ;
    • 7° d'exposer dans des lieux publics les spécimens.

    Les interdictions visées aux points 1°, 2°, 5°, 6° et 7° de l'alinéa précédent s'appliquent à tous les stades de la vie des espèces animales visées par le présent article, y compris les oeufs, nids ou parties de ceux-ci ou des spécimens.

    Les Articles 5 et 5bis définissent les modalités de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales. Voir l'AGW du 20 novembre 2003 relatif à l'octroi de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales (M.B. 20.01.2004).

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Berne - Annexe 2

    Convention de Berne , annexe 2 : Sont notamment interdits : a) toute forme de capture intentionnelle, de détention et de mise à mort intentionnelle; b) la détérioration ou la destruction intentionnelles des sites de reproduction ou des aires de repos; c) la perturbation intentionnelle de la faune sauvage, notamment durant la période de reproduction, de dépendance et d'hibernation, pour autant que la perturbation ait un effet significatif eu égard aux objectifs de la présente Convention; d) la destruction ou le ramassage intentionnels des oeufs dans nature ou leur détention, même vides; e) la détention et le commerce interne de ces animaux, vivants ou morts, y compris des animaux naturalisés, et de toute partie ou de tout produit, facilement identifiables, obtenus à partir de l'animal, lorsque cette mesure contribue à l'efficacité des dispositions de cet article.

Directives européennes

  • CE/92/43 - Annexe 4

    Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 4 : espèce strictement protégée, la capture et la mise à mort intentionnelle est interdite tout comme la perturbation des phases critiques du cycle vital et la destruction de leurs aires de repos et de leurs sites de reproduction.

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Statut de présence :Re : reproduction

Sources :Jacob & Remacle (2007)

Indigenat :Or : indigène

Sources :Jacob & Remacle (2007)

Type de distribution :Li : limitée

Sources :Jacob & Remacle (2007)

Distribution en Europe :

Cette espèce d'origine orientale est répartie dans l'essentiel de l'Europe moyenne, elle manque dans l'extrême ouest de l'Europe.

Distribution en Belgique :

Lorraine belge uniquement. Absent de Flandre.

Distribution en Wallonie :

L'aire de répartition wallonne est limitée à la Lorraine belge où l'espèce est assez bien répandue.

Ecologie

Ecologie :

L'espèce fréquente des milieux chauds et secs: carrières et voies ferrées abritent l'essentiel des populations. Quelques sites occupés correspondent aussi à des lisières étagées, des pelouses sèches et friches, des bords de routes et chemins. La plus importante population wallonne occupe les landes sur sable du terrain militaire de Lagland (Arlon).

Ce lézard recherche les végétations composites où alternent sol nu pour la ponte et massifs ras favorisant la thermorégulation et plantes moyennement élevées (callunes, arbustes...) qui servent d'abris.

Cycle de vie : Espèce ovipare, active de mars à octobre. Accouplements en mai. Ponte de fin mai à début juillet. Eclosion fin juillet à fin août. Maturité sexuelle atteinte à 3 ans environ. Longévité moyenne de 5 à 6 ans.

Statut

Tendance

Tendance :RG : régression
Commentaires :

En dehors du camp militaire de Lagland, Lacerta agilis n'est présent qu'en très petit nombre sur une cinquantaine de sites. Au cours des dernières décennies, plusieurs populations ont disparu, principalement suite au reboisement ou au comblement d'anciennes carrières, à l'urbanisation de friches, aux travaux de modernisation menés sur certaines voies ferrées...

Sources :Jacob & Remacle (2007)

Liste Rouge

Espèce menacée :Oui
Statut :EN : en danger
Sources :Jacob & Remacle (2007)

Espèce invasive

Liste :NE

Stratégie de conservation

Stratégie de conservation :

L'espèce fait l'objet d'un plan d'action visant principalement à protéger et gérer les habitats refuges des populations (carrières, pelouses sèches, lande à callune...) ainsi qu'à restaurer des connexions entre sites, en particulier via le réseau ferroviaire ainsi que le réseau de bord de route.

Biblio

Divers

Auteurs

Eric Graitson

Date de mise à jour / relecture de la fiche

21/10/2010