Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

Le Réseau Loup

Pour suivre au mieux le retour du Loup sur notre territoire, le Service Public de Wallonie a créé en 2017 un réseau d'experts. Celui-ci centralise, analyse et valide tous les indices de présence qui lui sont transmis. Le réseau loup est également la référence pour la communication et les contacts internationaux.


Retour du loup

Des experts sur la piste de loup

Contexte général : La Wallonie au carrefour de deux voies de dispersion du loup

Ces deux voies de dispersion proviennent des populations française (de souche italo-alpine) et allemande (de souche polonaise). Le redéploiement naturel du Loup en Wallonie est possible étant donné :

  • le bon état de conservation des populations les plus proches de la Belgique et les efforts de conservation déployés par les pays voisins;

  • la capacité de dispersion sur de grandes distances de l'espèce;

  • l'abondance de proies sauvages (ongulés);

  • la superficie forestière significative;

  • le statut de protection de l'espèce.

Par contre, la Wallonie présente un réseau d'infrastructures routières et un tissu urbain pouvant présenter un frein à l'implantation et au maintien d'une meute.

carte_loup

(source : http://www.lcie.org/Large-carnivores/Wolf)

Le Réseau Loup

Mise en place d'un réseau d'observateurs : "le Réseau loup"

Pour accompagner ce retour, le Service Public de Wallonie a créé en 2017 un réseau d'observation, piloté par le Département de l'Etude du Milieu Naturel et Agricole ( SPW-DEMNA ).

La trame du réseau se base sur les Directions du Département de la Nature et des Forêts ( SPW-DNF ). Viennent s'y greffer :

  • des membres mandatés par le Royal St-Hubert Club ( représentants des chasseurs );

  • la Plateforme grands prédateurs (consortium de différentes associations naturalistes );

  • la SoCoPro Ovins-Caprins ( association d'appui au Collège des Producteurs );

  • les scientifiques de l' Université de Liège (biologistes du Laboratoire de Zoogéographie, vétérinaires du Réseau de Suivi sanitaire de la Faune sauvage et du service de Pathologies spéciales et Autopsies, le laboratoire de génétique de conservation GeCoLab) ;

  • l'asbl Forêt.Nature.

DSCN0081

P1160417

Formation des membres du réseau par l'Oncfs

Au total, une trentaine de membres ont ainsi été formés par les collègues français de l'Office national de la Chasse et de la Faune sauvage à la reconnaissance des indices de présence de l'espèce. La composition de ce réseau est dynamique et peut être revue en fonction des besoins.

Parcours des données

La collecte

Les informations proviennent du terrain par différents canaux :

  • Le personnel du DNF omniprésent sur le terrain ;

  • Les membres du réseau loup , soit directement, soit via leurs propres contacts et associations ;

  • Un système d'alerte accessible au citoyen, soit par téléphone (081/626 420) soit par internet .

Ces informations peuvent être de différentes natures:

  • observation d'un supposé loup >>> Pour ce type d'observation, l'idéal est de disposer de photos. A défaut, une interview est organisée pour tenter de déceler les caractéristiques discriminantes propres à l'espèce.

  • découverte d'une carcasse visiblement prédatée >>> Il convient d'avertir le réseau qui diligentera le plus rapidement possible un membre formé sur le terrain.

  • découverte de toute autre trace suspecte , comme des pistes, des poils ou des laissées >>> Accompagner, si possible, l'information d'une photo.

Etant donné que le loup, s'il est réellement présent, est en phase exploratoire, il ne délimite aucun territoire et est donc particulièrement mobile ou discret. Tout indice est donc extrêmement rare voire éphémère. Dès lors, la vitesse de communication de l'information est un point essentiel pour un bon diagnostic.

La vérification et la validation
  • Chaque membre du réseau a été formé pour collecter et vérifier l'information , en relevant les éléments essentiels de l'anamnèse.

  • Ces éléments sont ensuite croisés entre différents experts du réseau et transmis au DEMNA pour validation .

En l'absence de preuves tangibles, tels de l'ADN ou des images de bonne qualité, un diagnostic sûr et définitif est compliqué à obtenir et relève davantage de la probabilité. La difficile distinction entre les indices propres au loup et ceux de chiens de dimension comparable (berger allemand, chien-loup de Saarloos, chien-loup tchécoslovaque,...) en est la cause principale. Généralement, le diagnostic aboutit à une des 4 catégories suivantes : loup exclu, loup non exclu, loup certain et indéterminé.

La diffusion de l'information

L'information validée est diffusée dans l'onglet "Bilan du suivi".

Cette page est la seule source officielle d'informations, fiables et régulièrement mises à jour, à disposition du grand public.

.

20170615_101752 (2)

DSCF2012

IMG-20170526-00097

Photos d'observations ayant permis d'exclure l'espèce Loup