Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

Mortalités d'animaux domestiques

Quelle est la responsabilité du loup dans les attaques contre les animaux domestiques et sauvages ? Avant de répondre à cette question, il est important de souligner qu'un grand nombre d'attaques ne peuvent être attribuées avec certitude à un chien ou à un loup, en raison de l'absence de preuves génétiques fiables. En effet, il est difficile d'extraire de l'ADN lorsque la mort de la proie remonte à plus de 24-48 heures, lorsque des charognards sont passés sur la dépouille, lorsque les blessures ont fortement saigné, lorsqu'il a plu sur la carcasse, etc. Dans certains cas, il est également difficile de confirmer si la mort de l'animal est liée à une prédation ou à une cause naturelle.

Mis à jour le 08/02/2024 (DEMNA / SPW)

Bilans en chiffres

Remarque préliminaire :

Ces bilans sont présentés selon la localisation du signalement . Lorsqu'ils ne sont pas présentés pour toute la Wallonie, ils concernent soit la Zone de Présence Permanente ou "ZPP" (zone où sont installés les individus, couples ou meutes), soit la zone extérieure à la ZPP (soit le reste de la Wallonie, concernée par les loups dispersants).

Les diagnostics posés varient selon un degré de certitude. Ainsi :

  • Loup certain : L'attaque a été commise avec une totale certitude par un loup. Dans la plupart de ces cas, la génétique a confirmé ce verdict.

  • Loup non exclu : Il n'est pas possible de confirmer avec certitude que l'attaque a été commise par un loup, mais les critères relevés lors de l'expertise ne permettent pas de l'exclure. Dans ces cas, les analyses génétiques n'ont pas donné de résultat.

  • Loup exclu - chien : L'attaque a été commise avec une totale certitude par un chien. Dans la plupart de ces cas, la génétique a confirmé ce verdict.

  • Loup exclu - autre : Ces cas concernent les mortalités naturelles (maladie, crise cadiaque, mortinaissance,...), accidentelles (chute, collision,...) ou les prédations dues à d'autres espèces que le loup ou le chien (par ex : le renard).

Bilan des attaques

Attaques de loup et de chien (en Wallonie)

En et hors ZPPN attaques sur cheptels domestiques signalées par année (toutes espèces confondues) pour toute la Wallonie
Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienTOTAL
20162013
20170112
20181157
20192024
202043310
20211351432
20222461848
20232252754
20241012
TOTAL692172162

Mortalités dues au loup, au chien ou à une autre raison (en ZPP et hors ZPP)

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600002010
201700000117
201810000158
201920000026
202021002237
2021732162126
20228103165189
2023103231222510
202400001010
TOTAL3084739136853

Mortalités dues au loup, au chien ou à une autre raison - par type bétail (en ZPP et hors ZPP)

OVINS

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600002010
201700000115
201810000134
201920000023
202010002133
2021621062123
20228101132165
20239001112167
202400001000
TOTAL273123595430

BOVINS

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600000000
201700000002
201800000003
201900000001
202011000102
202100100001
202200023222
202303111073
202400000000
TOTAL142343914

CAPRINS

En ZPP

Hors ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600000000
201700000000
201800000011
201900000002
202000000001
202111000002
202200000001
202310000020
202400000000
TOTAL21000037

EQUINS

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600000000
201700000000
201800000000
201900000000
202000000000
202100010000
202200000000
202300110000
202400000000
TOTAL00120000

AUTRES

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600000000
201700000000
201800000010
201900000000
202000000001
202100000000
202200000101
202300000000
202400000010
TOTAL00000122

Bilan des victimes (nb d'individus tués/blessés/autre)

Victimes du loup (certain/non exclu) et du chien (en Wallonie)

En et hors ZPPN proies domestiques signalées par année (toutes espèces confondues) pour toute la Wallonie
Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienTOTAL
20168019
20170123
201811810
2019401923
2020103316
2021621740119
202293649148
20234763992
20244015
TOTAL22934162425

Victimes dues au loup, au chien ou à une autre raison (en ZPP et hors ZPP)

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600008010
2017000001210
2018100001816
2019400000196
202031007237
2021301531322376
2022221037154911
2023233242433714
202400004010
TOTAL8320581461415770

Victimes dues au loup, au chien ou à une autre raison, par type de bétail (en ZPP et hors ZPP)

OVINS

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600008010
201700000128
201810000154
2019400000193
202010007133
2021291410322373
202222101682475
2023220012332710
202400004000
TOTAL7915121421014136

BOVINS

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600000000
201700000002
2018000000011
201900000001
202021000102
202100200001
202200023222
202303111074
202400000000
TOTAL243343923

CAPRINS

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600000000
201700000000
201800000021
201900000002
202000000001
202111000002
202200000001
202310000030
202400000000
TOTAL21000057

EQUINS

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600000000
201700000000
201800000000
201900000000
202000000000
202100010000
202200000000
202300120000
202400000000
TOTAL00130000

AUTRES

EN ZPP

HORS ZPP

Loup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autresLoup certainLoup non-excluLoup exclu - chienLoup exclu - autres
201600000000
201700000000
201800000010
201900000000
202000000001
202100000000
202200000103
202300000000
202400000000
TOTAL00000124

Bilan en graphes

chart

chart_victimes

Quel prédateur ?

Le Gouvernement ayant pour volonté d'indemniser les éleveurs lésés par des attaques de loup, il est essentiel de redoubler d'efforts pour distinguer avec la plus grande certitude possible les attaques de chiens de celles de loup. Les conseils qui suivent ne permettent pas de se substituer à l'expertise des membres du Réseau Loup, qui sont les seuls habilités à opérer une autopsie, à prélever des échantillons, et/ou à intervenir en vue d'une éventuelle indemnisation. Ils permettent toutefois d'acquérir les bons réflexes avant de contacter le Réseau loup.

La première étape consiste à préserver les lieux afin de ne pas altérer la "scène du crime". Il convient dès lors de

  • ne pas piétiner excessivement la zone

  • d'isoler de la zone le reste du troupeau

  • de couvrir la carcasse sans la déplacer

  • de la stocker dans un lieu frais en cas de forte chaleur. Dans ce cas, des photos de la zone d'attaque doivent être prises avant le déplacement de la dépouille.

La deuxième étape vise à déterminer s'il y a eu prédation ou non. Pour ce faire, il est important d'analyser une dépouille fraîche et d'analyser l'environnement immédiat. La carcasse peut ensuite être analysée.

Analyser une dépouille fraîche
Analyser l'environnement

En cas de mort naturelle, la cause du décès peut être brouillée très rapidement par la consommation exercée par les charognards (corvidés, renards, sangliers, mustélidés,...). Pour établir la prédation, il faut donc :

  • que le délai entre le décès et l'analyse de la dépouille soit le plus court possible : au-delà de 24 heures, le diagnostic se complique sérieusement pour devenir quasiment impossible après 48 heures.

  • regarder la couleur de la chair, qui est un bon indicateur de la fraîcheur : plus elle est rouge et sanguinolente, plus la carcasse est fraîche. Ensuite la chair blanchit pour devenir brunâtre et sèche.

Pour établir la prédation, il faut :

  • chercher des traces de lutte et d'attaque ;

  • chercher des indices de présence de canidés tels que des excréments, des empreintes ou des poils. En cas de présence de l'un de ces indices, il convient de le photographier et de le protéger ;

  • éventuellement recueillir les témoignages d'éventuels voisins quant à la présence de chiens errants et/ou l'heure présumée du décès ;

  • questionner le propriétaire sur l'état de santé initial de l'animal.

Les trois premières étapes franchies, l' analyse de la carcasse peut débuter. Réalisée obligatoirement par un membre du Réseau Loup, elle permettra de déterminer si la prédation est avérée (en cas de présence de morsures avec hématomes), et la nature du prédateur. Certains critères sont typiques du loup, d'autres du chien. La combinaison de plusieurs facteurs permettra de faire pencher la balance vers l'un ou l'autre.

Les critères davantage « typés  loup » 
Les critères davantage « typés grand chien »
  • Présence de plusieurs morsures "profondes" avec hématome à la gorge expliquant la mise à mort ;

  • Ouverture de la cage thoracique entre les antérieurs, et la consommation des viscères thoraciques (poumons et cœur) en délaissant systématiquement les viscères abdominales ;

  • Quantité de viande consommée : entre 2 et 5 kg pour un animal isolé ;

  • Consommation relativement "prioritaire" au niveau des antérieurs et des postérieurs (souvent jusqu'à l'os) sans nécessairement disloquer les membres ;

  • Si les membres sont en déconnexion anatomique, la peau y est souvent retournée "en chaussette" ;

  • Carcasse retournée ou déplacée pour consommer les meilleures parties des 2 faces ;

  • Peau souvent retournée "en chaussette" au niveau des pattes ;

  • Os longs éventuellement brisés.

  • Morsures à divers endroits et parfois au cou (mais souvent aussi à la nuque, sur le dos, etc...) ;

  • Viscères thoraciques parfois consommées et la cavité thoracique non ouverte entre les antérieurs ;

  • Si consommation des gigots, l'os n'est pas souvent décharné (il est mordillé) ;

  • Dans le cas d'un mouton, de la laine est éparpillée dans certains cas.

L' ultime étape consiste à collecter de l'ADN dans l'espoir d'identifier le prédateur.

Pour en savoir plus sur le sujet, lire l'article paru dans Forêt.Nature (www.foretwallonne.be) : " PDF Entre chiens et loups (PDF-1773 ko) " (Référence complète : Fichefet, V., Della Libera, F., Licoppe, A., Schockert, V. (2018) Entre chiens et loups. Forêt.Nature n°146, 36-41 pp.)