Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

Bilan des prédations sur proies domestiques

Quelle est la responsabilité du loup dans les attaques contre les animaux domestiques ? Avant de répondre à cette question, il est important de souligner qu'un grand nombre d'attaques ne peuvent être attribuées avec certitude à un chien ou à un loup, en raison de l'absence de preuves génétiques fiables. En effet, il est difficile d'extraire de l'ADN lorsque la mort de la proie remonte à plus de 24-48 heures, lorsque des charognards sont passés sur la dépouille, lorsque les blessures ont fortement saigné, lorsqu'il a plu sur la carcasse, etc. Dans certains cas, il est également difficile de confirmer si la mort de l'animal est liée à une prédation ou à une cause naturelle.

Mis à jour le 18/05/2022 (DEMNA / SPW)

Par commune

Synthèse des attaques sur proies domestiques

Ce tableau reprend l'ensemble des 177 signalements transmis au Réseau Loup en date du 7/04/2022, et faisant l'objet d'une suspicion d'attaque de loup. Chaque cas s'accompagne d'un diagnostic permettant d'objectiver la responsabilité du loup sur base des indices collectés. Les animaux attaqués incluent les individus tués et blessés.

Cliquez sur les noms de colonne pour effectuer un tri, ou effectuez directement une recherche par commune.

Ovins

logo_mouton Impact sur les élevages ovins

Depuis 2016, le Réseau Loup a reçu 141 signalements d'attaques dans des cheptels ovins:

  • 35 cas sont imputables avec certitude au loup, pour un total de 120 animaux tués ou blessés.
  • 49 cas excluent le loup et ont probablement été causées par des chiens, pour un total de 104 animaux tués ou blessés.
  • 3 cas sont toujours en cours d'analyse, pour un total de 4 animaux tués ou blessés.

Parmi les autres cas d'attaques classés comme "Loup non-exclu" et "Cas indéterminé", ne pouvant confirmer la responsabilité du loup ou du chien:

  • 3 cas sont probablement en lien avec un loup.
  • 3 cas sont peut-être en lien avec un loup.
  • 13 cas sont probablement sans lien avec le loup.
  • 22 cas sont indéfinis, et il n'est pas possible de trancher si l'attaque est plutôt typée chien ou loup.
  • 13 cas sont impossibles à évaluer.

En Wallonie, l'attaque de loup la plus importante a concerné un élevage dans lequel 12 animaux ont été victimes au cours d'une seule et même attaque tandis que l'attaque la plus importante causée par un chien sur un élevage ovin a fait 17 victimes. En moyenne, 3 moutons sont tués ou blessés lors d'une attaque de loup en Wallonie.

Cartographie des diagnostics liés à l'ensemble des attaques (ovins, caprins et bovins compris) signalées en Wallonie :

Légende :

loup_indetermineLoup de lignée indéterminéecas_indetermineCas incertain, ventilé en 4 catégories : loup probable, possible, improbable, indéterminé
loup_germanoLoup de lignée italo-alpineen coursCas en cours d'analyse
loup_italoLoup de lignée germano-polonaiseselection_couchesSélection de couches en fonction de l'année et/ou affichage des communes
loup_excluLoup exclu

Caprins

logo_chevre Impact sur les élevages caprins

Depuis 2016, le Réseau Loup a reçu 13 signalements d'attaques dans des cheptels caprins:

  • 2 cas sont imputables avec certitude au loup, pour un total de 2 animaux tués ou blessés.
  • 7 cas excluent le loup et furent probablement causées par des chiens, pour un total de 8 animaux tués ou blessés.

Parmi les autres cas d'attaques classés comme "Loup non-exclu" et "Cas indéterminé", ne pouvant confirmer la responsabilité du loup ou du chien:

  • 1 cas est probablement en lien avec le loup.
  • 1 cas est probablement sans lien avec le loup.
  • 1 cas est indéfini, et il n'est pas possible de trancher si l'attaque est plutôt typée chien ou loup.
  • 1 cas est impossible à évaluer.

Cartographie des diagnostics liés à l'ensemble des attaques (ovins, caprins et bovins compris) signalées en Wallonie :

Légende :

loup_indetermineLoup de lignée indéterminéecas_indetermineCas incertain, ventilé en 4 catégories : loup probable, possible, improbable, indéterminé
loup_germanoLoup de lignée italo-alpineen coursCas en cours d'analyse
loup_italoLoup de lignée germano-polonaiseselection_couchesSélection de couches en fonction de l'année et/ou affichage des communes
loup_excluLoup exclu

Bovins

logo_vache Impact sur les élevages bovins

Depuis 2016, le Réseau Loup a reçu 25 signalements d'attaques dans des cheptels bovins:

  • 1 cas est imputable avec certitude au loup, pour un total de 2 animaux tués ou blessés.
  • 13 cas excluent le loup et furent probablement causées par des chiens, pour un total de 22 animaux tués ou blessés.
  • 2 cas sont toujours en cours d'analyse, pour un total de 2 animaux tués ou blessés.

Parmi les autres cas d'attaques classés comme "Loup non-exclu" et "Cas indéterminé", ne pouvant confirmer la responsabilité du loup ou du chien:

  • 1 cas est probablement en lien avec un loup.
  • 1 cas est peut-être en lien avec un loup.
  • 1 cas est probablement sans lien avec le loup.
  • 3 cas sont indéfinis, et il n'est pas possible de trancher si l'attaque est plutôt typée chien ou loup.
  • 3 cas sont impossibles à évaluer.

Cartographie des diagnostics liés à l'ensemble des attaques (ovins, caprins et bovins compris) signalées en Wallonie :

Légende :

loup_indetermineLoup de lignée indéterminéecas_indetermineCas incertain, ventilé en 4 catégories : loup probable, possible, improbable, indéterminé
loup_germanoLoup de lignée italo-alpineen coursCas en cours d'analyse
loup_italoLoup de lignée germano-polonaiseselection_couchesSélection de couches en fonction de l'année et/ou affichage des communes
loup_excluLoup exclu

Quel prédateur ?

Le Gouvernement ayant pour volonté d'indemniser les éleveurs lésés par des attaques de loup, il est essentiel de redoubler d'efforts pour distinguer avec la plus grande certitude possible les attaques de chiens de celles de loup. Les conseils qui suivent ne permettent pas de se substituer à l'expertise des membres du Réseau Loup, qui sont les seuls habilités à opérer une autopsie, à prélever des échantillons, et/ou à intervenir en vue d'une éventuelle indemnisation. Ils permettent toutefois d'acquérir les bons réflexes avant de contacter le Réseau loup.

La première étape consiste à préserver les lieux afin de ne pas altérer la "scène du crime". Il convient dès lors de

  • ne pas piétiner excessivement la zone

  • d'isoler de la zone le reste du troupeau

  • de couvrir la carcasse sans la déplacer

  • de la stocker dans un lieu frais en cas de forte chaleur. Dans ce cas, des photos de la zone d'attaque doivent être prises avant le déplacement de la dépouille.

La deuxième étape vise à déterminer s'il y a eu prédation ou non. Pour ce faire, il est important d'analyser une dépouille fraîche et d'analyser l'environnement immédiat. La carcasse peut ensuite être analysée.

Analyser une dépouille fraîche
Analyser l'environnement

En cas de mort naturelle, la cause du décès peut être brouillée très rapidement par la consommation exercée par les charognards (corvidés, renards, sangliers, mustélidés,...). Pour établir la prédation, il faut donc :

  • que le délai entre le décès et l'analyse de la dépouille soit le plus court possible : au-delà de 24 heures, le diagnostic se complique sérieusement pour devenir quasiment impossible après 48 heures.

  • regarder la couleur de la chair, qui est un bon indicateur de la fraîcheur : plus elle est rouge et sanguinolente, plus la carcasse est fraîche. Ensuite la chair blanchit pour devenir brunâtre et sèche.

Pour établir la prédation, il faut :

  • chercher des traces de lutte et d'attaque ;

  • chercher des indices de présence de canidés tels que des excréments, des empreintes ou des poils. En cas de présence de l'un de ces indices, il convient de le photographier et de le protéger ;

  • éventuellement recueillir les témoignages d'éventuels voisins quant à la présence de chiens errants et/ou l'heure présumée du décès ;

  • questionner le propriétaire sur l'état de santé initial de l'animal.

Les trois premières étapes franchies, l' analyse de la carcasse peut débuter. Réalisée obligatoirement par un membre du Réseau Loup, elle permettra de déterminer si la prédation est avérée (en cas de présence de morsures avec hématomes), et la nature du prédateur. Certains critères sont typiques du loup, d'autres du chien. La combinaison de plusieurs facteurs permettra de faire pencher la balance vers l'un ou l'autre.

Les critères davantage « typés  loup » 
Les critères davantage « typés grand chien »
  • Présence de plusieurs morsures "profondes" avec hématome à la gorge expliquant la mise à mort ;

  • Ouverture de la cage thoracique entre les antérieurs, et la consommation des viscères thoraciques (poumons et cœur) en délaissant systématiquement les viscères abdominales ;

  • Quantité de viande consommée : entre 2 et 5 kg pour un animal isolé ;

  • Consommation relativement "prioritaire" au niveau des antérieurs et des postérieurs (souvent jusqu'à l'os) sans nécessairement disloquer les membres ;

  • Si les membres sont en déconnexion anatomique, la peau y est souvent retournée "en chaussette" ;

  • Carcasse retournée ou déplacée pour consommer les meilleures parties des 2 faces ;

  • Peau souvent retournée "en chaussette" au niveau des pattes ;

  • Os longs éventuellement brisés.

  • Morsures à divers endroits et parfois au cou (mais souvent aussi à la nuque, sur le dos, etc...) ;

  • Viscères thoraciques parfois consommées et la cavité thoracique non ouverte entre les antérieurs ;

  • Si consommation des gigots, l'os n'est pas souvent décharné (il est mordillé) ;

  • Dans le cas d'un mouton, de la laine est éparpillée dans certains cas.

L' ultime étape consiste à collecter de l'ADN dans l'espoir d'identifier le prédateur.

Pour en savoir plus sur le sujet, lire l'article paru dans Forêt.Nature (www.foretwallonne.be) : " PDF Entre chiens et loups (PDF-1773 ko) " (Référence complète : Fichefet, V., Della Libera, F., Licoppe, A., Schockert, V. (2018) Entre chiens et loups. Forêt.Nature n°146, 36-41 pp.)

A télécharger