Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Murin de Daubenton (Myotis daubentonii)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Murin de Daubenton, Vespertilion de Daubenton
Espagnol : Murciélago Ratonero Ribereño
Néerlandais : Watervleermuis
Allemand : Wasserfledermaus
Anglais : Daubenton's bat
Groupe biologique :Animaux / Vertébrés / Mammifères / Chauves-souris

Intro

Synthèse

Le murin de daubenton est une des espèces les plus fréquemment observées en hiver dans les milieux souterrains. Inféodée aux milieux aquatiques, elle capture des insectes à la surface de l'eau (rivières, étangs...) à l'aide de ses grands pieds. Elle installe son gîte d'été soit dans un arbre creux, soit dans un pont, à proximité immédiate de ses terrains de chasse.

Description morphologique

Longueur tête et corps: 40-60 mm
Longueur avant-bras: 33-42 mm
Longueur oreilles: 10,5-14 mm
Envergure: 240-275 mm
Poids:7-15 g.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • LCN 1973 : Annexe 2a

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2a du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèce strictement protégées en vertu de l'annexe IVa de la Directive 92/43/CEE et de l'annexe II de la Convention de Berne). Cette protection implique l'interdiction :

    • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
    • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
    • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des oeufs de ces espèces ;
    • 4° de détériorer ou de détruire les sites de reproduction, les aires de repos ou tout habitat naturel où vivent ces espèces à un des stades de leur cycle biologique ;
    • 5° de naturaliser, de collectionner ou de vendre les spécimens qui seraient trouvés blessés, malades ou morts ;
    • 6° de détenir, transporter, échanger, vendre ou acheter, offrir aux fins de vente ou d'échange, céder à titre gratuit les spécimens de ces espèces prélevés dans la nature, y compris les animaux naturalisés, à l'exception de ceux qui auraient été prélevés légalement avant la date d'entrée en vigueur de la présente disposition ainsi qu'à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'espèces animales non indigènes et de leurs dépouilles ;
    • 7° d'exposer dans des lieux publics les spécimens.

    Les interdictions visées aux points 1°, 2°, 5°, 6° et 7° de l'alinéa précédent s'appliquent à tous les stades de la vie des espèces animales visées par le présent article, y compris les oeufs, nids ou parties de ceux-ci ou des spécimens.

    Les Articles 5 et 5bis définissent les modalités de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales. Voir l'AGW du 20 novembre 2003 relatif à l'octroi de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales (M.B. 20.01.2004).

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Berne - Annexe 2

    Convention de Berne , annexe 2 : Sont notamment interdits : a) toute forme de capture intentionnelle, de détention et de mise à mort intentionnelle; b) la détérioration ou la destruction intentionnelles des sites de reproduction ou des aires de repos; c) la perturbation intentionnelle de la faune sauvage, notamment durant la période de reproduction, de dépendance et d'hibernation, pour autant que la perturbation ait un effet significatif eu égard aux objectifs de la présente Convention; d) la destruction ou le ramassage intentionnels des oeufs dans nature ou leur détention, même vides; e) la détention et le commerce interne de ces animaux, vivants ou morts, y compris des animaux naturalisés, et de toute partie ou de tout produit, facilement identifiables, obtenus à partir de l'animal, lorsque cette mesure contribue à l'efficacité des dispositions de cet article.

  • Accord Chauve-Souris

Directives européennes

  • CE/92/43 - Annexe 4

    Directive Faune-Flore-Habitat, annexe 4 : espèce strictement protégée, la capture et la mise à mort intentionnelle est interdite tout comme la perturbation des phases critiques du cycle vital et la destruction de leurs aires de repos et de leurs sites de reproduction.

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Wallonie, Bruxelles, Flandre

Sources :Verkem et al. 2003 – DEMNA 2011

Statut de présence :Hi : hivernant, Re : reproduction
Indigenat :Or : indigène
Type de distribution :NE : non évalué
Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

Régime alimentaire : presqu'exclusivement des insectes actifs au dessus des eaux de surface : Diptères Chironomidae surtout (et aussi Limoniidae, Culicidae, Simulidae, Ceratopogonidae, Mycetophilidae, Empididae) ; trichoptères (Hydropsychidae et Limnephilidae), hémiptères (Corixidae, Fulgoroidea, Psyllidea, Aphididea), neuroptères (Hemerobiidae, Chrysopidae), éphéméroptères (Baetidae), coléoptères (Cerambycidae), hyménoptères (Chalcidoidea, Ichneumonidea), arachnidae (attrapés probablement au gîte), diptères Chironomidae (pupa), Cladocères et Ostracodes (!) (d'après Brosset & Delamare-Boutteville 1966, Sullivan et al. 1993, Beck 1995)

Comportement de recherche de nourriture : poursuite aérienne à la surface de l'eau (hawking). Il attrape aussi les proies posées à la surface de l'eau, voire exceptionnellement sous la surface de l'eau.

Habitat de reproduction : Le Murin de Daubenton est rarement éloigné de l'eau. C'est aussi une chauve-souris considérée comme forestière, du moins tant que ce milieu recèle des cavités arboricoles accessibles. Les trous de pics dans les troncs (souvent de hêtres) colonisés par cette espèce sont parfois reconnaissables à des coulées de guano et d'urine débordant du trou d'envol. Peu de colonies de reproduction sont connues en Wallonie, par rapport aux effectifs de cette espèce recensés en hibernation.

Terrain de chasse : Inféodé aux milieux aquatiques calmes tels que les étangs les rivières et les fleuves, il affectionne également les lisières et les allées des sous-bois. Il peut chasser jusqu'à 10 km du gîte.

Habitat d'hivernage : Il établit ses quartiers d'hiver dans des sites souterrains naturels (grottes) ou artificiels (mines, galeries, glacières, caves, ouvrages militaires enterrés, bunkers, tunnels, ...).

Statut

Tendance

Tendance :EX : extension
Méthode d'estimation :

Comparaison des populations hibernantes en Région wallonne entre les périodes 1939-1952 et 1995-2008

Sources :Kervyn T., Lamotte S., Nyssen P. & Verschuren J. (2009) - Major decline of bat abundance and diversity during the last 50 years in southern Belgium. Belg. J. Zool., 139 (2) : 124-132.

Liste Rouge

Espèce menacée :Oui
Statut :LC : non menacée
Sources :LAMOTTE S (2007). Les chauves-souris dans les milieux souterrains en Wallonie. Région wallonne, Direction Générale des Ressources Naturelles et de l'Environnement, Division Nature et Forêts, Travaux, 29 : 272 p. http://environnement.wallonie.be/publi/dnf/travaux_29_2007.pdf

Espèce invasive

Liste :non

Stratégie de conservation

Stratégie de conservation :

Pas de stratégie identifiée.

Biblio

Divers

Auteurs

Thierry Kervyn, Pierrette Nyssen, Sandrine Lamotte et Jean-Louis Gathoye

Date de mise à jour / relecture de la fiche

17/02/2011