Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

Thécla de l'Amarel (Satyrium acaciae)

Taxonomie

Synonymes :
Français : Thécla de l'Amarel, Thécla de l'acacia
Néerlandais : Kleine sleedoornpage
Anglais : Sloe Hairstreak
Allemand : Akazien-Zipfelfalter
Groupe biologique :Animaux / Invertébrés / Insectes / Papillons diurnes / Lycaenidés

Intro

Synthèse

Cette espèce fut très ponctuellement observée en Gaume avant les années '70. Elle atteignait alors sa limite nord de répartition. L'espèce, qui recherche les pelouses calcaires à jeunes prunelliers, est présente de l'autre côté de la frontière française.

Description morphologique

Ce Thécla brun sombre se différencie des autres Théclas par la touffe de poils noirs située à l'extrémité de l'abdomen chez la femelle. Le dessous gris-brun possède des taches orangées et une ligne blanche droite continue.

Législation

Législation régionale (Conservation de la Nature)

  • LCN 1973 : Annexe 2b

    Cette espèce est mentionnée dans l'Annexe 2b du décret du 6 décembre 2001 modifiant la Loi du 12 juillet 1973 de la Conservation de la Nature qui indique (Article 2) que cette espèce est intégralement protégée (espèces menacées en Wallonie). Cette protection implique l'interdiction :

    • 1° de capturer et de mettre à mort intentionnellement de spécimens de ces espèces dans la nature ;
    • 2° de perturber intentionnellement ces espèces, notamment durant la période de reproduction, de dépendance, d'hibernation et de migration ;
    • 3° de détruire ou de ramasser intentionnellement dans la nature ou de détenir des oeufs de ces espèces ;
    • 4° de détériorer ou de détruire les sites de reproduction, les aires de repos ou tout habitat naturel où vivent ces espèces à un des stades de leur cycle biologique ;
    • 5° de naturaliser, de collectionner ou de vendre les spécimens qui seraient trouvés blessés, malades ou morts ;
    • 6° de détenir, transporter, échanger, vendre ou acheter, offrir aux fins de vente ou d'échange, céder à titre gratuit les spécimens de ces espèces prélevés dans la nature, y compris les animaux naturalisés, à l'exception de ceux qui auraient été prélevés légalement avant la date d'entrée en vigueur de la présente disposition ainsi qu'à l'exception de celles de ces opérations qui sont constitutives d'une importation, d'une exportation ou d'un transit d'espèces animales non indigènes et de leurs dépouilles ;
    • 7° d'exposer dans des lieux publics les spécimens.

    Les interdictions visées aux points 1°, 2°, 5°, 6° et 7° de l'alinéa précédent s'appliquent à tous les stades de la vie des espèces animales visées par le présent article, y compris les oeufs, nids ou parties de ceux-ci ou des spécimens.
    Voir aussi les modalités de déclaration de la capture accidentelle ou de la mise à mort accidentelle de spécimens d'une des espèces strictement protégées (Article 2 quater) et les modalités de déplacement à brève distance d'espèces, nids ou oeufs menacés d'un danger vital immédiat ou vers un centre de revalidation (Article 2 sexies).

    Les Articles 5 et 5bis définissent les modalités de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales. Voir l'AGW du 20 novembre 2003 relatif à l'octroi de dérogations aux mesures de protection des espèces animales et végétales (M.B. 20.01.2004).

Législation régionale (Chasse et pêche)

  • Aucune réglementation

Législation fédérale

  • Aucune réglementation

Convention internationale

  • Aucune réglementation

Directives européennes

  • Aucune réglementation

Autres législations régionales

  • Aucune réglementation

Distribution

Distribution en Belgique :Wallonie

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Statut de présence :Ex : éteint

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Indigenat :Or : indigène

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Distribution en Europe :

Europe méridionale et moyenne. La Wallonie se situe en limite nord de son aire.

Distribution en Wallonie :

L'espèce fut autrefois capturée dans l'extrême sud de la Gaume où elle atteignait sa limite septentrionale de répartition. Dernière observation wallonne connue : Torgny, 1972.

Carte :
carte

Ecologie

Ecologie :

L'espèce fréquente les pelouses calcaires parsemées de jeunes prunelliers (Prunus spinosa) sur lesquels elle pond. Il arrive que le Bois-de-Sainte-Lucie (Prunus mahaleb) soit aussi utilisé comme support de ponte. Les oeufs sont isolés sur les rameaux.

En France, elle vole en une génération, de juin à juillet. Elle hiverne au stade œuf, dans lequel la chenille est déjà formée.

Statut

Tendance

Tendance :RE : éteinte régionalement
Commentaires :

L'espèce a disparu de plusieurs départements limitrophes français mais subsiste dans le nord-est. De futures obervations semblent possibles en Wallonie, l'espèce ayant été trouvée à 2 kilomètres de la frontière wallonne en juin 2003.

Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Liste Rouge

Espèce menacée :Oui
Statut :RE : éteinte régionalement
Sources :Fichefet, V. et al (2008)

Espèce invasive

Liste :non

Biblio

Divers

Auteurs

Violaine Fichefet

Date de mise à jour / relecture de la fiche

06/08/2010