Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1092 - Marais de Grendel

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Attert
Cantonnements DNF :Arlon
Surface :12.29 ha
Coordonnées :X Lambert : 254353 - Y Lambert : 50161
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le marais de Grendel est situé en bordure nord de la Lorraine belge, à la confluence entre les rivières Attert et Nothomberbach. Site frontalier, il se prolonge au Grand-Duché de Luxembourg. Une petite partie est protégée depuis 1996 et gérée par les 'Réserves Naturelles RNOB' par le biais d'un bail emphytéotique conclu avec la commune d'Attert (propriétaire des terrains). Les habitats présents comprennent des éléments de mégaphorbiaie à reine des prés, des prairie du Molinion, des bas-marais acides, des roselières ainsi que des prairies de fauche et pâture. Bien qu'elle aie perdu plusieurs espèces remarquables au cours des dernières décennies, la réserve abrite encore diverses espèces rares comme le cuivré de la bistorte (Lycaena helle), un papillon visé par le décret Natura 2000.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • M0 - Lorraine belge

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Attert12.06 haATTERTLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Arlon12.25 haArlon

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Commune d'Attert (parcelle 43A) - Réserves Naturelles RNOB (parcelle 13B).

Privé(s) Non  ONG Oui  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Elisabeth TONGLET, Rue de la Sambre, 25, 6700 Arlon.

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
RNOB_072Marais de Grendel12,29 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNon2008P. Thonon, Natagora
Acrocephalus scirpaceusOuiNon2007Natagora
Emberiza citrinellaOuiNon2008Natagora
Emberiza schoeniclusOuiNon2008Natagora
Falco subbuteoOuiNon2004Natagora
Gallinago gallinagoOuiOuiHivernage2008Natagora
Lanius collurioOuiNon1996Pays de l'Attert
Lanius excubitorOuiOui1996Pays de l'Attert
Lanius senatorOuiOui1996Pays de l'Attert
Lymnocryptes minimusOuiNon2000Natagora
Rallus aquaticusOuiNon1996Pays de l'Attert
Saxicola torquatusOuiNon1996Pays de l'Attert
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2008Natagora
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2008Natagora
Rana temporariaOuiNon2008Natagora
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Zootoca viviparaOuiNon2008Natagora
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Argynnis paphiaNonNon2008GT Lycaena (G. Bottin)
Brenthis inoNonNon2008GT Lycaena (F. Bivert, G. Bottin)
Lycaena helleOuiOui2008GT Lycaena (F. Bivert, G. Bottin)
Melitaea diaminaNonNon2009P. Verté
Invertébrés - Insectes - Libellules
Calopteryx splendensNonNon1996P. Thonon
Calopteryx virgoNonNon1996P. Thonon
Cordulegaster boltoniiNonNon1996P. Thonon
Libellula quadrimaculataNonNon1996P. Thonon
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Dytiscus marginalis1996P. Thonon
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Chorthippus albomarginatus1996P. Thonon
Chrysochraon dispar2008Natagora
Conocephalus dorsalis2008Natagora
Omocestus viridulus1996P. Thonon
Stethophyma grossum2008Natagora
Plantes - Plantes supérieures
Berula erecta2008Natagora
Carex echinataSemble disparu1975B. Overal
Carex lepidocarpaSemble disparu1975B. Overal
Carex pulicarisSemble disparu1975B. Overal
Carex rostrata2008B. Overal, P. Thonon, Natagora
Carex vesicaria2008B. Overal, P. Thonon, Natagora
Comarum palustre2008B. Overal, P. Thonon, Natagora
Crepis paludosaSemble disparu1975B. Overal
Dactylorhiza maculataSemble disparu1975B. Overal
Dactylorhiza majalis2008B. Overal, P. Thonon, Natagora
Epipactis palustrisSemble disparu1975B. Overal
Eriophorum angustifolium2008B. Overal, P. Thonon, Natagora
Menyanthes trifoliataSemble disparu1975B. Overal
Oenanthe aquaticaSemble disparu1975B. Overal
Parnassia palustrisSemble disparu1975B. Overal
Ranunculus serpens subsp.nemorosus2008B. Overal, Natagora
Salix repens2008B. Overal, P. Thonon, Natagora
Scorzonera humilisHors réserve2008B. Overal, Natagora
Selinum carvifoliaSemble disparu1975B. Overal
Succisa pratensisSemble disparu1975P. Thonon
Triglochin palustreSemble disparu1975B. Overal
Viola palustris2008B. Overal, Natagora

Commentaires sur la faune

Mammifères :
Capreolus capreolus

Oiseaux (données Pays de l'Attert 1996 et Natagora 2008):
Acrocephalus palustris, Acrocephalus scirpaceus, Alauda arvensis, Ardea cinerea, Buteo buteo, Carduelis cannabina, Carduelis carduelis, Ciconia ciconia, Ciconia nigra, Circus aeruginosus, Circus cyaneus, Circus pygargus, Emberiza citrinella, Emberiza schoeniclus, Falco subbuteo, Gallinago gallinago, Lanius collurio, Lanius excubitor, Lanius senator, Lymnocryptes minimus, Milvus milvus, Motacilla alba, Parus caeruleus, Parus major, Parus palustris, Phoenicurus ochruros, Phylloscopus collybita, Phylloscopus trochilus, Pica pica, Picus viridis, Prunella modularis, Rallus aquaticus, Saxicola rubetra, Saxicola torquata, Sylvia atricapilla, Sylvia communis, Sylvia curruca, Tringa erythropus, Tringa ochropus, Tringa totanus, Turdus merula, Turdus pilaris.

Amphibiens (données Natagora 2008):
Bufo bufo, Rana kl. esculenta, Rana temporaria, Triturus alpestris.

Reptiles (données G. Bottin 2008):
Zootoca vivipara

Odonates (données P. Thonon 1996 et G. Bottin 2008):
Calopteryx virgo, Calopteryx splendens, Pyrrhosoma nymphula, Coenagrion puella, Enallagma cyathigerum, Ischnura elegans, Aechna mixta, Aeschna cyanea, Cordulegaster boltoni, Libellula quadrimaculata, Libellula depressa, Sympetrum striolatum

Orthoptères (données P. Thonon 1996 et G. Bottin 2008):
Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Chorthippus albomarginatus, Chrysochraon dispar, Conocephalus dorsalis, Omocestus viridulus, Phaneroptera falcata, Stethophyma grossum, Tetrix undulata, Tettigonia viridissima.

Hémiptères :
Acanthosoma haemorrhoidale, Syromastus rhombeus, Graphosoma italicum, Cicadella viridis

Lépidoptères rhopalocères (données G. Bottin - Natagora 2008):
Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Argynnis paphia, Brenthis ino, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Lasiommata megera, Lycaena helle, Maniola jurtina, Melitaea diamina, Pieris brassicae, Pieris rapae, Pyronia tithonus, Thymelicus lineolus, Vanessa atalanta.

Lépidoptères hétérocères (données Ph. Thonon 1996):
Arctia caja, Euthrix potatoria, Saturnia pavonia

Diptères :
Culex pipiens, Poecilobothrus nobilitatus, Tipula maxima

Hyménoptères :
Polistes dominulus, Vespa crabro

Coléoptères (données P. Thonon 1996 et G. Bottin 2008):
Agapanthia villoviridescens, Cantharis rustica, Coccinella 7-punctata, Dysticus marginalis, Harmonia axyridis, Propylea quatuordecimpunctata, Psyllobora vigintiduopunctata.

Commentaires sur la flore

Phanérogames (données B. Overal 1975-1996 et Natagora 2008):
Achillea ptarmica, Aegopodium podagraria, Agrostis canina, Agrostis stolonifera, Ajuga reptans, Alnus glutinosa, Alopecurus pratensis, Anemone nemorosa, Angelica sylvestris, Athyrium filix-femina, Berula erecta, Betula pendula, Betula pubescens, Caltha palustris, Calystegia sepium, Cardamine amara, Cardamine pratensis, Carex acutiformis, Carex disticha, Carex echinata, Carex lepidocarpa, Carex nigra, Carex panicea, Carex pulicaris, Carex rostrata, Carex vesicaria, Centaurea jacea, Cerastium fontanum subsp. vulgare , Circaea lutetiana, Cirsium arvense, Cirsium oleraceum, Cirsium palustre, Colchicum autumnale, Comarum palustre, Crataegus laevigata, Crataegus monogyna, Crepis paludosa, Dactylis glomerata, Dactylorhiza maculata, Dactylorhiza majalis, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Epilobium montanum, Epilobium palustre, Epilobium tetragonum, Epipactis palustris, Equisetum fluviatile, Equisetum palustre, Eriophorum angustifolium, Eupatorium cannabinum, Festuca filiformis, Festuca rubra, Filipendula ulmaria, Fraxinus excelsior, Galanthus nivalis, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium palustre, Galium uliginosum, Heracleum sphondylium, Holcus lanatus, Hypericum maculatum, Hypericum perforatum, Iris pseudacorus, Juncus acutiflorus, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Lathyrus pratensis, Lemna minor, Lolium perenne, Lotus pedunculatus, Luzula multiflora, Lychnis flos-cuculi, Lycopus europaeus, Lysimachia vulgaris, Lythrum salicaria, Mentha aquatica, Mentha arvensis, Menyanthes trifoliata, Molinia caerulea, Myosotis nemorosa, Myosotis scorpioides, Oenanthe aquatica, Parnassia palustris, Persicaria bistorta, Phalaris arundinacea, Phleum pratense, Phragmites australis, Pinus sylvestris, Poa trivialis, Potentilla erecta, Prunus spinosa, Ranunculus ficaria , Ranunculus flammula, Ranunculus repens, Ranunculus serpens subsp. nemorosus, Rhinanthus minor, Ribes nigrum, Rumex acetosa, Salix aurita, Salix repens, Salix viminalis, Salix x multinervis, Scirpus sylvaticus, Scorzonera humilis, Scutellaria galericulata, Selinum carvifolia, Silene dioica, Solanum dulcamara, Sorbus aucuparia, Sparganium erectum, Stachys officinalis, Stachys palustris, Stellaria graminea, Succisa pratensis, Taraxacum sp., Trifolium repens, Triglochin palustris, Typha latifolia, Urtica dioica, Valeriana dioica, Valeriana repens, Veronica beccabunga, Viburnum opulus, Vicia cracca, Vicia sativa, Viola palustris.

Espèces exotiques

Harmonia axyridis, Impatiens glandulifera, Papaver somniferum

Conservation

Objectifs de conservation

Les objectifs particuliers de protection dans le marais de Grendel sont, comme c'est le cas pour les autres réserves de la région caractérisée par les mêmes végétations, la conservation des intérêts botaniques, faunistiques (entre autres ornithologiques et entomologiques), culturels et historiques du site, et en particulier la restauration et la préservation des zones les plus précieuses, à savoir les zones de bas-marais, les moliniaies et les cariçaies, mais aussi la protection d'une très bel ensemble paysager.

Menaces

Changement d'affectation des parcelles : enrésinement des versants et du fond de vallée, remblayage ou drainage de zones humides, creusement d'étangs de pêche, installation de chalets de vacances...
Abandon de la gestion traditionnelle extensive : prolifération de la mégaphorbiaie au détriment des communautés vivantes des prés humides et des bas-marais acides, fermeture paysagère du site due à une prolifération des fourrés de saules en plaine alluviale...

Recommandations

Le site abritait jadis la rainette (Hyla arborea), espèce qui a totalement disparue de Wallonie.
Un programme de création et de restauration de mares pour la reproduction de cette espèce a récemment été initié au Grand Duché du Luxembourg. La réserve d'Attert est à quelques kilomètres de premiers sites occupés par la rainette. L'aménagement de quelques mares (peu profondes, fortement ensolleillés) pourrait être envisagé dans la réserve naturelle RNOB d'Attert en vue favoriser la réapparition de la rainette en Région Wallonne.

Plan de gestion

Les objectifs principaux de la gestion dans la réserve naturelle du marais de Grendel sont, d'une façon générale, le maintien et la restauration d'une mosaïque de végétations fortement diversifiées et des populations animales spécialisées des marais, notamment les oiseaux et certains groupes d'invertébrés, avec, en particulier:
- le maintien du caractère ouvert du marais, et donc de l'ensemble des végétations prairiales;
- la restauration et la préservation des prairies à molinie et des bas-marais;
- la limitation de la recolonisation forestière tout en conservant les quelques bouquets d'arbres présents sur le site;
- le contrôle d'un niveau d'eau suffisant dans le marais en empêchant le drainage, et le maintien d'un eau de qualité dans le marais par le contrôle à moyen terme du versant et des prairies qui entourent le marais.
Après une première phase de restauration (débroussaillage, fauchages de restauration, étrepage, creusement de mares), la gestion courante consistera à empêcher l'embroussaillement et à maintenir les végétations prairiales, principalement par fauchage; un fauchage extensif et périodique en rotation par blocs sera également pratiqué dans les zones qui auront été restaurées par fauchage intensif et étrépage.
Les grandes mégaphorbiaies et les cariçaies pourront également faire l'objet d'un pâturage extensif, lorsqu'il sera possible de constituer des enclos suffisamment grands pour pratiquer du pâturage.
Le pâturage et/ou le fauchage par contrat d'entreprise avec un agriculteur sera recherché chaque fois que ce sera possible. Dans le cas d'une impossiblité à trouver un agriculteur pour effectuer ce travail, et pour les terrains qui ne s'y prêtent pas, un pâturage extensif à l'aide d'animaux rustiques appartenant aux RNOB sera mis en place.
Les modalités prévues pour la mise en oeuvre des mesures de gestion explicitées ci-dessus sont les suivantes:
- principalement, l'intervention régulière des bénévoles lors de chantiers de gestion organisés dans la région par les RNOB;
- appel à des entreprises de génie civil pour des travaux de terrassement (pièces d'eau, travaux éventuels pour le contrôle du niveau et de la qualité des eaux);
- la conclusion de contrats d'entreprise avec des exploitants agricoles pour le pâturage des prairies qui le permettent,
- du pâturage extensif avec un troupeau de bovins rustiques propriété des RNOB.

Accès du public

L'accès au public de la réserve sera limité dans le cadre de visites guidées (fixées ou sur demande), lors des chantiers de gestion organisés sur le site ou lors d'autres activités organisées dans la réserve qui seront avalisées par la commission de gestion. Un effort particulier sera réalisé pour permettre au public de profiter au maximum des richesses naturelles de la réserve : organisation de visites guidées (fixées ou sur demande), de chantiers de gestion, installation de panneaux didactiques, etc.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles destinés à la fauche et à la récolte du foin et des véhicules dont la présence sera indispensable pour mettre en oeuvre l'une ou l'autre mesure du plan de gestion.

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la Commission de Gestion. Pour des motifs de sécurité publique, de protection des espèces, de travaux de gestion, la Commission de Gestion peut interdire temporairement certains accès.

La réserve du marais de Grendel est déjà équipée d'un panneau d'information et de quelques tronçons de caillebotis permettant de circuler dans les parties les plus mouilleuses.

Détails

Description physique

Le marais de Grendel est située en Lorraine belge, au confluent des rivières Attert et Nothomberbach, au nord de la valllée de la Semois, en aval du village de Grendel et le long de la frontière grand-ducale, la zone humide s'étendant d'ailleurs en territoire luxembourgeois. Il est traversé par un petit ruisseau.
Le marais de Grendel occupe la vallée située entre le sud du massif ardennais et la première cuesta de Lorraine (Cuesta Sinémurienne). Le sol est géologiquement constitué par des sédiments triasiques et jurassiques. La majeure partie du site repose sur des sols alluviaux du Quaternaire, tandis que sur les versants du poudingue, du grès rouge (Poecilien) et des marnes compactes (Keupérien) affleurent.
Les sols alluviaux du fond de vallée sont constitués de dépôts sableux et sablo-limoneux plus ou moins gleyfiés à forte charge pierreuse (graviers de quartzite). Les sols situés à l'extérieur du fond de vallée sont constitués d'argiles et de limons peu ou pas gleyfiés et comportent une charge pierreuse (graviers de quartzite).
L'altitude est de 290 mètres.
Le marais de Grendel est situé dans la Zone de Protection Spéciale Sinémurienne désignée en application de la Directive européenne 79/409 relative à la protection des oiseaux sauvages et de leurs habitats. Il fait partie du Parc Naturel de la Vallée de l'Attert, et au plan de secteur, les terrains sont repris en zone agricole.

Description biologique

G. BOTTIN (2008): L'intérêt biologique de la réserve naturelle du Marais de Grendel est très grand et repose sur une combinaison de caractéristiques qui touchent aux divers aspects de la diversité biologique. Une description complète de la réserve naturelle est donnée ci-dessous, faisant l'état des connaissances jusqu'en 2008.
La flore et la végétation du site ont été décrites par OVERAL (1997). De nouveaux relevés et une cartographie complète des unités de végétation de la réserve naturelle ont été réalisés au cours de l'année 2008, ce qui a permis d'évaluer l'évolution au cours des trois dernières décennies.
Le site est majoritairement occupé par des prairies humides. On trouve dans la réserve différents types de formations herbacées typiques des sols humides et marécageux.
L'habitat le plus abondant dans la réserve naturelle est la mégaphorbiaie à Filipendula ulmaria. Cette formation s'installe sur les sols humides engorgés pendant le repos de végétation, brièvement et rarement submergés lors des crues. C'est donc une formation typique des berges et sols alluviaux. Son expansion dans le marais de Grendel s'explique par l'arrêt du fauchage (depuis 1945) combiné à une eutrophisation progressive. Ces facteurs profitent à la reine-des-prés au détriment des espèces prairiales. La baldingère (Phalaris arundinacea) forme fréquemment des peuplements étendus au sein des mégaphorbiaies de la réserve naturelle. Les autres espèces rencontrées dans ces habitats sont : Persicaria bistorta, Iris pseudacorus, Angelica sylvestris, Epilobium hirsutum, Caltha palustris, Valeriana repens, Cirsium oleraceum, Cardamine pratensis, Lysimachia vulgaris, Equisetum fluviatile, Equisetum palustre, Scutellaria galericulata, … L'eau eutrophisée en provenance du versant nord cultivé, évacuée anciennement par les petits drains et fossés, s'épand actuellement dans le marais, renforçant l'eutrophisation et se substituant à l'eau météorique, moins enrichie en éléments nutritifs, qui intervenait en quantité importante pour alimenter le substrat tourbeux ou paratourbeux des molinaies. Avec l'eutrophisation croissante, des espèces nitrophiles prennent de plus en plus d'importance au sein de la mégaphorbiaie : Urtica dioica, Galium aparine, …
Dans la partie occidentale du marais, la mégaphorbiaie est en mélange avec une magnocariçaie à Carex acutiformis. Cette dernière espèce était apparemment absente en 1975 dans les premiers relevés de B. OVERAL. Apparue dans les relevés réalisés en 1996, elle semble avoir pris de l'ampleur dans cette zone, semblant indiquer un stade plus mouilleux dans la mégaphorbiaie. Les espèces prairiales qui témoignaient autrefois de la fauche du marais ont généralement disparu des mégaphorbiaies ou y sont extrêmement rares. On trouve localement au sein de la mégaphorbiaie des groupements à Scirpus sylvaticus, indiquant que le marais fauché était parcouru, du moins à certains endroits et pendant les périodes sèches, par le bétail qui piétinait un sol humide, en le tassant.
L'intérêt principal du marais de Grendel réside dans les vestiges de molinaie alcaline qu'on y rencontre. La molinaie alcaline est un groupement issu de l'activité humaine (drainage et fauchage annuel). Cette formation se caractérise par une très importante richesse spécifique, incluant de nombreuses espèces rares. Or, cette formation végétale subit un très important déclin, du fait de l'abandon et/ou des modifications des techniques agricoles. Le marais de Grendel ne fait pas exception : de 1975 à aujourd'hui, la surface occupée par la molinaie alcaline a très fortement diminué et on en rencontre plus qu'à un seul endroit de la réserve naturelle, à l'endroit le plus fréquemment fauché. On trouve des situations intermédiaires entre la molinaie alcaline et la mégaphorbiaie, indiquant l'évolution subie par cette formation. Les espèces de mégaphorbiaies (Epilobium hirsutum, Persicaria bistorta, Eupatorium cannabinum, Cirsium palustre, Filipendula ulmaria, …) y prennent de plus en plus d'ampleur.
Par ailleurs, les reliques de molinaie alcaline au sein du marais sont très appauvries par rapport à la situation renseignée en 1975. On y trouve encore les espèces suivantes : Carex disticha, Carex nigra, Carex panicea, Dactylorhiza majalis, Cirsium oleraceum, Juncus conglomeratus, Hypericum maculatum, Ranunculus serpens subsp. nemorosus, …
Mais de nombreuses espèces caractéristiques du Molinion: Epipactis palustris, Parnassia palustris, Triglochin palustris, Carex pulicaris, Carex lepidocarpa, Carex echinata, Selinum carvifolia, Stachys officinalis, Succisa pratensis, Crepis paludosa, Valeriana dioica, Potentilla erecta, Dactylorhiza maculata, n'ont plus été observées depuis longtemps au marais de Grendel.
Le rare Salix repens est une autre espèce du Molinion abondamment représentée en 1975, mais actuellement rare. Scorzonera humilis n'a plus été observée dans le marais, mais une petite population subsiste dans la prairie mésophile en bordure méridionale (hors réserve). Les espèces prairiales favorisées par le fauchage disparaissent/régressent également.
Outre l'abandon de la fauche, on constate une modification hydrologique du site : anciennement, le substrat était ressuyé en été, tandis que maintenant il reste gorgé d'eau. Cela entraîne l'apparition de certaines espèces comme Carex rostrata. Le drainage traditionnel, par petits fossés peu profonds nettoyés manuellement, permettait le fauchage du marais et assurait le maintien d'une molinaie alcaline floristiquement très riche. L'abandon de cette pratique a eu pour conséquence un relèvement du niveau de l'eau dans le marais, spécialement dans la partie centrale en creux. C'est sur ces sols gorgés d'eau durant l'été que sont apparus des bas-marais à Carex rostrata et Comarum palustre, au dépens de la molinaie alcaline qui demande un sol ressuyé durant la période de végétation. Les espèces typiques de ce type de formation sont : Juncus acutiflorus, Carex nigra, Carex rostrata, Achillea ptarmica, Galium uliginosum, Comarum palustre, Epilobium palustre, Eriophorum angustifolium, Viola palustris, Agrostis canina… On trouve ce type de bas-marais également dans un creux entouré de saules, relativement isolé de la dépression voisine et des apports d'eau eutrophisée en provenance du bassin versant. On constate néanmoins que ces bas-marais ont tendance à évoluer vers la mégaphorbiaie (présence de plus en plus importante de Phalaris arundinacea, Filipendula ulmaria, Lysimachia vulgaris, Eupatorium cannabinum, Valeriana repens, Cirsium oleraceum, Scirpus sylvaticus, Iris pseudacorus, Epilobium hirsutum, …).
Cette zone comporte également de nombreux rejets de saules.
On y trouve également une roselière à Phragmites australis : il s'agit d'une roselière secondaire de type sèche, trouvant également son origine dans l'arrêt du fauchage annuel du marais, combiné à l'eutrophisation progressive du milieu. La roselière occupe la zone d'affleurement des sources. Le sol y est constamment gorgé d'eau, mais jamais inondé. La roselière s'est fortement développée ces 30 dernières années. La comparaison de son étendue entre 1996 et 2008 montre que celle-ci s'est encore étendue vers le sud, au détriment de la prairie du Molinion et des bas-marais. Très peu d'espèces accompagnent le phragmite dans le cortège de la roselière. On peut néanmoins citer : Calystegia sepium, Urtica dioica, Solanum dulcamara, Epilobium angustifolium, …
On trouve encore dans le périmètre de la réserve des petits morceaux de prairie pâturée intensive, ainsi qu'une incursion de pâture humide hébergeant encore quelques espèces hygrophiles (Persicaria bistorta, Scirpus sylvaticus, Cirsium palustre, Lotus pedunculatus, Filipendula ulmaria, Mentha sp., Myosotis nemorosa, etc.), mais plutôt surpâturée.
On trouve au sein du marais de nombreux buissons de saules sur sol marécageux (Salix aurita / cinerea), des bouquets d'aulnes (Alnus glutinosa) et de bouleaux (Betula pendula). Dans la partie orientale du marais, on trouve également quelques chênes, aubépines et sorbiers isolés. Cette partie orientale du marais comporte également quelques beaux arbres morts, debout ou au sol. Les bouquets de saule situés dans la partie nord de la réserve sont situés sur des terrains plus secs et sont principalement constitués de Salix viminalis, en compagnie d'autres espèces comme la viorne obier ou le frêne.
Au nord du site, on trouve également une haie arborée, composée de frênes accompagnés notamment de prunellier.
Un réseau de fossés parcourt le site. Il subsiste également au sein de la réserve un petit trou d'eau. C'est là qu'en 1975, on trouvait notamment Menyanthes trifoliata. Sur ses berges, à cette époque, on trouvait également Oenanthe aquatica. Ces deux espèces avaient déjà disparu du trou d'eau en 1996 et n'ont plus été observées dans la réserve en 2008. A la place, on y trouve Typha latifolia (déjà en 1996) et la petite mare est aujourd'hui complètement recouverte de Lemna minor.
Le Marais de Grendel, en tant que mosaïque de milieux humides et extensifs isolé au sein d'un paysage voué principalement à l'agriculture intensive, héberge des espèces nicheuses d'intérêt. On peut citer la rousserolle effarvatte (nicheuse régulière dans la petite roselière - notée en 2007), rousserolle verderolle (notée en 2008), fauvette grisette (notée en 2008), loriot d'Europe (chanteur dans la réserve en été 1994), pie-grièche écorcheur (nicheuse dans les années 90, non revue récemment), bruant des
roseaux (noté en 2008).
D'autres espèces profitent également de ce site exceptionnel pour s'alimenter ou trouver refuge : cigogne noire, milan royal, milan noir, bondrée apivore, hibou moyen-duc, chouette effraie, faucon hobereau, …
Le Marais est également un important relais migratoire pour un grand nombre d'espèces : cigogne blanche, busard cendré, busard saint-Martin, busard des roseaux, râle d'eau (noté comme nicheur dans un courrier de 1989 !), bécassine des marais, bécassine sourde, chevalier culblanc, chevalier arlequin, chevalier gambette, tarier des prés, tarier pâtre, pie-grièche grise, pie-grièche à tête rousse, …
Parmi l'herpétofaune, la grenouille rousse (Rana temporaria) est l'espèce la mieux représentée. Les fossés de drainage et ornières servent de frayère. Un individu de grenouille verte (Rana kl. esculenta) a été également observé en 2008 dans un fossé de la réserve naturelle. En 1999, des prospections ont permis de noter la présence du triton alpestre (Triturus alpestris) et du crapaud commun (Bufo bufo). Le triton alpestre a encore été observé en 2008 dans le trou d'eau de la réserve.
Le lézard vivipare (Zootoca vivipara) est également présent (observé en 2008).
Mais le fait herpétologique le plus marquant du marais de Grendel est qu'il abritait jadis la rainette verte (Hyla arborea), espèce quasiment disparue de Wallonie. Nous n'avons cependant pas d'indication de la dernière observation de l'espèce. L'espèce est par contre toujours présente au Grand-Duché.
Les données sur les invertébrés sont très partielles et des inventaires plus complets devraient être réalisés afin d'affiner les connaissances de la faune de la réserve naturelle. Des prospections ont été menées en 2008 dans les 4 groupes suivants : lépidoptères rhopalocères, odonates, coccinelles et orthoptères.
On a rencontré en 2008, 16 espèces de lépidoptères rhopalocères dans la réserve. Parmi celles-ci, deux méritent une mention spéciale:
- Lycaena helle: espèce vulnérable, visée par le décret Natura 2000 et dont la chenille se nourrit aux dépens de la rénouée bistorte. Typique des prairies humides présentant des lisières et de petites zones boisées, l'espèce fut observée dans les années 1990 dans le marais de Grendel. Un mâle fut observé en bordure sud de la réserve naturelle au printemps 2008.
- Brenthis ino: typique des mégaphorbiaies - sa chenille se développe sur la reine-des-prés - ce papillon assez répandu en Ardenne et en Lorraine est observé un peu partout dans les milieux appropriés de la réserve naturelle.
En 2009, une autre espèce intéressante a été observée dans la réserve (obs. P. VERTE): Melitaea diamina, un papillon assez localisé et peu commun, lié aux zones humides riches en valérianes, les plantes nourricières de la chenille.
Très peu d'espèces d'odonates ont été observées en 2008 dans le marais de Grendel : seules 2 espèces courantes ont été observées: Pyrrhosoma nymphula et Calopteryx virgo. En 1994, 12 espèces de libellules étaient recensées dans un domaine plus large dépassant la réserve naturelle. Les observations étaient principalement réalisées le long des rivières Attert et Nothomberbach. Les fossés et le petit point d'eau du marais de Grendel semblent présenter moins d'intérêt.
Quatre espèces de coccinelles ont été observées dans la réserve naturelle en 2008, parmi lesquelles 3 espèces ubiquistes et la coccinelle asiatique (Harmonia axyridis), espèce exotique envahissante.
Enfin pour les orthoptères, 5 espèces ont été notées en 2008 dans la réserve naturelle. Parmi celles-ci, on peut souligner la présence des 2 espèces suivantes, typiquement liées aux milieux humides :
- Conocephalis dorsalis: le conocéphale des roseaux fréquente les biotopes humides à végétation haute de joncs, carex, graminées et hautes herbes. Les sites les plus typiques sont les prairies humides abandonnées, les prairies à joncs, les bords des prairies humides, des fossés et des ruisseaux. Assez rare en Wallonie - mais plus fréquente en Lorraine - cette espèce trouve une belle population à Grendel, principalement au niveau du vestige de molinaie.
- Stethophyma grossum: l'habitat préférentiel du criquet ensanglanté est constitué par les prairies de fauche humides, les cariçaies, les prairies humides (souvent avec jonc épars). Assez fréquente dans les milieux humides d'Ardenne et de Lorraine, elle présente une population abondante au marais de Grendel.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Le marais de Grendel était un bel exemple de bas-marais alcalin. Autrefois, un drainage sommaire constitué de petits drains qu'il fallait recreuser chaque année permettait à nos ancêtres d'exploiter le marais en prairie de fauche : l'herbage, fauché à la main, était exporté pour être fané dans un lieu sec ; il servait de litière ou de fourrage. Le bétail pâturait occasionnellement le marais.
La révolution agricole du XXème siècle est à l'origine des modifications fondamentales qu'ont subi le marais. Vers les années 1945, le fauchage du marais est abandonné, et avec lui, l'entretien des petits drains. Jusqu'à la création de la réserve naturelle en 1996, le marais ne sera plus géré.
Ces activités traditionnelles ont été abandonnées pour le marais de Grendel durant le vingtième siècle suite à la modernisation de l'agriculture. La végétation ouverte et rase a donc progressivement cédé le pas à des végétations plus élevées et parfois rudérales (filipendulaies, phragmitaies) au détriment des autres végétations du marais, tandis que les prairies aux alentours ont commencé à faire l'objet d'une exploitation intensive.

Divers

Sources

RNOB

Répondants de l'information

Natagora - Réserves Naturelles RNOB (Rue du Wisconsin, 3, 5000 Namur).