Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

E5.412 - Mégaphorbiaies rivulaires à Reine des prés

Systématique

Code WalEUNIS :E5.412  -  Code EUNIS européen :  E5.412
Nom WalEUNIS complet :Mégaphorbiaies rivulaires à Reine des prés
Nom EUNIS français :Mégaphorbiaies rivulaires à reine des prés.
Nom EUNIS anglais :Tall-herb communities of humid meadows.
Phytosociologie :

Alliance du Filipendulion ulmariae Segal 1966 (p.p.) (voir aussi la fiche E5.421).

Niveaux supérieurs :E / E5 / E5.4 / E5.41

Intro

Brève description

Communautés « rivulaires » (c'est-à-dire située dans une plaine alluviale définie en termes géomorphologiques) à hautes herbes sur des sols humides à très humides, riches en éléments nutritifs et notamment en azote (mais pas fertilisées artificiellement), sur sables, argiles et même tourbe. Le niveau de la nappe phréatique fluctue horizontalement ou/et verticalement et le terrain peut-être temporairement inondé. Le sol est couvert d'une couche de matières organiques déposées par les crues ou suite au dépôt d'une biomasse. En conséquence, il n'y a pas de véritable profil pédologique (« p » sur les cartes pédologiques). On rencontre ces groupements le long des rivières, des ruisseaux et des fossés. Ces mêmes groupements situés dans des prairies humides abandonnées (anciennement fauchées) du Molinio-Arrhenatheretea ne sont pas compris dans cette fiche (habitat non Natura 2000, voir fiche E5.421) . Enfin, l'alliance forme aussi des communautés de substitution ou des lisières de l'Alno-Padion, du Salicion albae, du Salicion cinereae et de l'Alnion glutinosae (distribution collinéenne et même submontagnarde en Europe).

Localisation en Région wallonne

Tous les districts

  • Limoneuse : Présent
  • Condroz : Présent
  • Fagne-Famenne : Présent
  • Ardenne : Présent
  • Jurassique : Présent

Ecologie

Physionomie

Végétation d'un aspect abandonné caractérisé par l'importance de hautes hygrophiles (1,5 à plus de 2 mètres) et la présence d'une litière abondante. Les espèces prairiales sont rares ou absentes. Le sol est humide toute l'année. Dans les stades les plus avancés (abandon depuis plusieurs années, apparition d'espèces ligneuses annonçant le retour progressif à la forêt (aulnes, saules, bouleaux). Ces formations devaient occuper les surfaces perturbées par la dynamique fluviatile, dans le cycle naturel des forêts.

Synonymie avec la typologie CORINE

  • <est une partie de 37.7 - Mégaphorbiaies frangeantes
  • <est une partie de 37.1 - Mégaphorbiaies de basses altitudes (filipendulaies, equisetaies, ...)

Biotopes avec lesquels une confusion est possible

Ne pas confondre avec les prairies hygrophiles à l'abandon (même composition, mais habitats non rivulaires, et espèces prairiales encore bien représentées, voir E5.421). Si fumées et exploitées légèrement (fauche), évoluent vers le Bromion racemosi (E3.42).

CodeNom résumé WalEUNISCommentaires
E3.41Prairies de fauche humides
E3.42Prés à joncs
E3.51Prairies humides oligotrophes
E5.41Mégaphorbiaies rivulaires
E5.411Mégaphorbiaies nitrophiles et hygrophiles
E5.421Prairie abandonnée à Reine des prés

Espèces

Filipendula ulmaria, Thalictrum flavum (rare), Hypericum tetrapterum, Stachys palustris, Valeriana repens, Angelica sylvestris, Lythrum salicaria, Lysimachia vulgaris, Crepis paludosa, Epilobium hirsutum, Epilobium parviflorum, Scirpus sylvaticus, Eupatorium cannabinum (en Gaume et dans le Brabant, on peut ajouter Cirsium oleraceum et en Ardenne Polygonum bistorta).

Le groupement est parfois enrichi par l'abondance de l'une ou l'autre plante plutôt à rattacher aux Phragmitetalia: Carex acutiformis, Phragmites australis, Phalaris arundinacea, Sparganium erectum. L'apport des alluvions peut aussi enrichir le sol en éléments nutritifs et être responsable de la présence importante d'espèces nitrophiles comme Urtica dioica et Galium aparine.

Législation

Directives européennes "Habitats"

RelationCodeNom Natura 2000Commentaires
<est une partie de6430Mégaphorbiaies

Conservation

Mesures de gestion favorables

La meilleure mesure de gestion de ce type d'habitat est souvent de ne pas intervenir. Il s'agit en effet de groupements s'intégrant dans la dynamique naturelle des forêts riveraines. Une fauche tardive occasionnelle (maximum 1x/an) peut cependant être nécessaire pour freiner ou contenir le repeuplement forestier (aulnes, saules). Une fauche trop précoce est défavorable aux principales hautes herbes hygrophiles de l'alliance qui ont un développement estival tardif (notamment Filipendula ulmaria, Lysimachia vulgaris et Lythrum salicaria). Il ne faut cependant pas oublier que c'est aussi la couverture dense des hautes herbes qui freine le développement des ligneux (absence de lumière au niveau du sol). Le pâturage n'est pas recommandé. Eviter toute forme de drainage et de « rectification » des cours d'eau. Eviter les fumures.

Menaces potentielles

Drainage, plantation à très faible écartement, fertilisation.

Faciès anthropiques

La coupe des forêts alluviales suivie d'une plantation de peupliers à large écartement provoque souvent l'apparition d'un faciès plus nitrophile, mais permet la survie de la communauté à moyen terme (hautes herbes tolérantes à l'ombrage).

Biblio

Schaminée et al. (1996), Oberdorfer (1978), Rameau (2000), Lambinon et al. (1992), Sougnez & Limbourg (1963), Lebrun (1949), Oberdorfer (1983), Dethioux et al. (1983), De Sloover et al. (1980), Thill (1957), Meriaux (1976), Dethioux & Noirfalise (1984), Frileux (1976), Duvigneaud (1958), Bakker & De Vries (1988), Ellenberg (1996).

, 1996, De vegetatie van Nederland. Deel 3. Plantengemeenschappen van graslanden, zomen en droge heiden., Opulus Press: 356 p.
, 1978, Suddeutsche pflanzengesellschaften. Teil II., Gustav Fischer Verlag: 355 p.
, 2000, Gestion forestière et diversité biologique. Identification et gestion intégrée des habitats et des espèces d'intérêt communautaire. Wallonie, Grand-Duché de Luxembourg, IDF, Paris, 99 pp. + fiches
, 1992, Nouvelle Flore de la Belgique, du Grand-Duché de Luxembourg, du Nord de la France et des Régions voisines., Editions du patrimoine du Jardin botanique national de Belgique, 1092 p.
, 1949, Les associations végétales de Belgique, Bulletin de la Société Royale de Botanique de Belgique, 82 : 105 - 207
, 1983, Suddeutsche pflanzengesellschaften. Teil III, Gustav Fischer Verlag: 455 p.
, 1983, Répertoire écologique des espèces herbagères de Belgique, Communications du Centre d'Ecologie Forestière et Rurale (I.R.S.I.A.), Gembloux : irsia, 1983 - 29 p
, 1980, Un groupement à Calla palustris en Ardenne., Coll phytosoc., 7: 203-212.
, 1957, Carte de la vegétation de la Belgique. Texte explicatif de la planchette de Champlon 187 W., Centre de Cartographie phytosociologique de Belgique : 70 p.
, 1976, Les groupements à Epilobium Hirsutum L. et à Eupatorium Cannabinum L. dans le Nord de la France., In “Les prairies humides”. Géhu J.M. (éd.). Colloques phytosociologiques, Lille, 5 : 339-351.
, 1984, La prairie sauvage à reine des prés (Valeriano-filipenduletum) en Haute et Moyenne Belgique, In “Séminaire mégaphorbiaies”. Géhu J.M. (éd.). Colloques phytosociologiques, Bailleul, 12 : 119-124.
, 1976, Aperçu phytosociologioque sur les prairies hygrophiles du pays de Bray, In “Les prairies humides”. Géhu J.M. (éd.). Colloques phytosociologiques, Lille, 5 : 303-318.
, 1958, Contribution à l'étude des groupements prairiaux de la plaine alluviale de la Meuse lorraine., Bulletin de la Société Royale de Botanique de Belgique 91, 1 : 7-77.
, 1988, Effects of different hay-Making regimes in a lower course valley grassland in the Netherlands, Colloques phytosociologiques XVI, 343-355.
, 1996, Vegetation Mitteleuropas mit den Alpen, 5. Auflage. Ulmer Verlag
, 1963, Les herbages de la Famenne et de la Fagne., Bulletin de l'Institut Agronomique et des Stations de recherches de Gembloux, 31 (3): 359-416.

Divers

Auteurs des informations

ECOP - DEMNA (JM Couvreur)

Date de mise à jour / relecture de la fiche

2011-02-08

Commentaire de gestion

JM Couvreur: dernières mises à jour de l'info 8/2/2011