Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1248 - Terretelle - Plome Mohon

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Terre-Telle / Motocross de Melreux
Communes :Érezée, Hotton
Cantonnements DNF :Marche-en-Famenne
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 227232 - Y Lambert : 109311
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Localisé en Famenne centrale au nord de Hotton, le site désigné sous le nom de Terretelle - Plome Mohon est un ensemble forestier et bocager d'environ 140 ha correspondant au prolongement méridional du Bois de Grandhan. Les limites sud et nord sont grossièrement marquées par deux petits affluents de l'Ourthe: d'une part, le Ri de Naive, venant de la plaine de Ny et s'écoulant vers l'ouest en suivant la rue de Naive jusqu'au hameau de Melreux ; et d'autre part le ruisseau de Senne, prenant source dans le secteur des Hayettes et qui fait office de limite communale entre Hotton et Erezée. Le site est également cerné par deux importantes voies de circulations, à savoir la ligne ferroviaire 43 Liège-Marloie, mise en service en 1866, bordant l'ouest du périmètre sur 1,5 km, et la N86, ou route de Terretelle, qui circule à l'est, parallèlement à la voie ferrée et à 1 km de celle-ci. Le tiers nord du site est essentiellement de nature forestière et couvert de chênaies-charmaies famenniennes. Ailleurs, le paysage est beaucoup plus diversifié avec une mosaïque de prairies, de prés humides, de haies et fourrés, et de bois feuillus. Cette hétérogénéité provient principalement des activités agropastorales traditionnelles exercées par la population jusqu'au milieu du 20ème siècle, tels que le pâturage extensif, auxquelles ont succédé d'autres usages plus perturbateurs (décharge communale, pratique du motocross, aménagement du parc d'activité de Melreux, notamment). La flore locale est d'une richesse exceptionnelle (415 spp.) et regroupe nombre d'espèces rares souvent liées à des habitats menacés et peu étendus que sont les prairies de fauches non amendées, les prés humides oligotrophes ou encore les landes mésotrophes. Cette diversité écologique attire une faune de composition remarquable s'illustrant entre autres par la présence d'au moins 60 espèces de papillons diurnes et d'une densité importante d'oiseaux nicheurs typiques du bocage. Cette zone majeure du point de vue biodiversité est intégrée au réseau Natura 2000 dans le site BE34004 - Massifs forestiers famenniens entre Hotton et Barvaux-sur-Ourthe. En outre, des prairies riches en orchidées, jadis menacées par des lotissements, sont à présent protégées au sein de la réserve naturelle domaniale de Plome Mohon, créée en 2006 et d'une superficie d'environ 2,5 ha.

Carto

Régions naturelles

  • J0 - Famenne

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
HottonHOTTONLUXEMBOURG
SoyEREZEE (partim ???)LUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Marche-en-FamenneMarche-en-Famenne

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Région wallonne et Commune de Hotton

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Oui  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Marche-en-Famenne, 1, rue du Carmel, 6900 Marloie (Tél.: 084/22.03.46 - Fax : 084/22.03.48).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6495Plome Mohon2.6216 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Castor fiberOuiNon2018Divers obs.
Felis silvestrisOuiNon1 ex.2000E. Branquart
Mustela putoriusNonNon2020P. Goffart
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Anthus trivialisOuiNonNicheur2022Divers obs.
Corvus coraxOuiOui2022Divers obs.
Cuculus canorusOuiOuiNicheur probable2022Divers obs.
Dendrocopos mediusOuiNon2020Divers obs.
Dryocopus martiusOuiNon2020Divers obs.
Emberiza citrinellaOuiNonNicheur2022Divers obs.
Hippolais polyglottaOuiNonNicheur2020Divers obs.
Lanius collurioOuiNonNicheur2012Divers obs.
Lanius excubitorOuiOuiA niché2007D. Vieuxtemps et al.
Locustella naeviaOuiNonNicheur2000E. Branquart
Lullula arboreaOuiOuiNicheur (1 cple)2017D. Vieuxtemps, P. Goffart
Luscinia megarhynchosOuiNonNicheur2022Divers obs.
Milvus milvusOuiOui2022Divers obs.
Oriolus oriolusOuiOui2018Divers obs.
Saxicola rubicolaOuiNonNicheur2022P. Goffart
Sylvia currucaOuiNonNicheur2022Divers obs.
Turdus pilarisOuiNon2000E. Branquart
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2018Divers obs.
Lissotriton helveticusOuiNon2018P. Goffart
Lissotriton vulgarisOuiNon2022Divers obs.
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2018P. Goffart
Rana temporariaOuiNon2022P. Goffart
Triturus cristatusOuiOui2018Divers obs.
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2022Divers obs.
Coronella austriacaOuiOuiVoie ferrée2020E. Graitson
Natrix natrixOuiOui2022Divers obs.
Podarcis muralisOuiNonErratique2020R. Gailly
Zootoca viviparaOuiNon2022Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura iliaNonNon2016Divers obs.
Apatura irisNonNon2020Divers obs.
Aporia crataegiNonNon2022Divers obs.
Argynnis adippeNonOui2020Divers obs.
Argynnis aglajaNonOui2017Divers obs.
Boloria diaOuiOui2020Divers obs.
Boloria euphrosyneOuiOui2020Divers obs.
Boloria seleneNonNon2022Divers obs.
Brenthis inoNonNon2020Divers obs.
Callophrys rubiNonNon2022Divers obs.
Carcharodus alceaeNonNon2022Divers obs.
Carterocephalus palaemonNonNon2020Divers obs.
Coenonympha arcaniaNonOui2022Divers obs.
Cupido minimusNonNon2015Divers obs.
Cyaniris semiargusNonNon2011X. Vandevyvre
Erebia medusaOuiOuiEteint ?2015Divers obs.
Erynnis tagesNonNon2022Divers obs.
Euphydryas auriniaOuiOuiEteint2021ADivers obs.
Hamearis lucinaNonOuiPetite population2022Divers obs.
Issoria lathoniaOuiNon2018Divers obs.
Leptidea sinapisNonNon2022Divers obs.
Limenitis camillaNonNon2020Divers obs.
Lycaena tityrusNonNon2015Divers obs.
Melanargia galatheaNonNon2022Divers obs.
Melitaea diaminaNonNon2022Divers obs.
Nymphalis polychlorosNonNon2020Divers obs.
Pyrgus malvaeNonOui2020Divers obs.
Satyrium pruniNonNon2020Divers obs.
Satyrium w-albumOuiNon2000Divers obs.
Spialia sertoriusNonNon2022Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria2020Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Libellules
Gomphus vulgatissimusOuiNon2020Divers obs.
Lestes dryasOuiOui2018AP. Goffart
Onychogomphus forcipatusNonNon2020Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Cetonia aurata2020Divers obs.
Coccinella hieroglyphica1 ex.2000E. Branquart
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Gomphocerippus rufus2000J.-Y. Baugnée
Metrioptera bicolor2017J.-Y. Baugnée, P. Hauteclair
Oedipoda caerulescens2019Divers obs.
Omocestus rufipes2012J.-Y. Baugnée, P. Hauteclair
Phaneroptera falcata2012J.-Y. Baugnée, P. Hauteclair
Stenobothrus lineatus2017CDivers obs.
Stethophyma grossum2018P. Goffart
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena labialis2017J. D'Haeseleer
Anthidium punctatum2016J. D'Haeseleer
Osmia bicolor2014
Trachusa byssina2016J. D'Haeseleer
Invertébrés - Insectes - Diptères
Callicera rufa2000E. Branquart
Invertébrés - Insectes - Hémiptères
Ranatra linearis2018P. Goffart
Plantes - Plantes supérieures
Anthyllis vulneraria2022Divers obs.
Bromus racemosus2020S. Rouxhet
Bunium bulbocastanum2000J.-L. Giot
Carduus nutans2017Divers obs.
Carex flava2000J. Saintenoy, J. Duvigneaud
Carex hostiana2000J.-L. Gathoye
Carex vulpina2015J.-L. Giot et al.
Centaurium erythraea2022Divers obs.
Centaurium pulchellum2015Divers obs.
Coeloglossum viride2022Divers obs.
Colchicum autumnale2022Divers obs.
Cuscuta epithymum2022Divers obs.
Dactylorhiza fuchsii2022Divers obs.
Dactylorhiza maculata2015Divers obs.
Dactylorhiza majalis2021S. Rouxhet, P. Goffart
Danthonia decumbens2021Divers obs.
Dianthus armeria2022Divers obs.
Dianthus carthusianorum2021S. Rouxhet, P. Goffart
Euphorbia platyphyllos2006J.-L. Giot
Fragaria viridis2019J. Di Prinzio
Galium pumilum2006J.-L. Giot
Genista pilosa2022Divers obs.
Genista tinctoria2022Divers obs.
Genistella sagittalis2022Divers obs.
Hordeum secalinum2000J.-L. Giot
Isolepis setacea2022Divers obs.
Koeleria macrantha2015Divers obs.
Lathyrus nissolia2015Divers obs.
Melampyrum arvense2022Divers obs.
Neottia ovata2022Divers obs.
Ononis repens2022Divers obs.
Ophioglossum vulgatum2015P. Goffart, Q. Smits
Ophrys apifera2013Divers obs.
Orchis anthropophora2014Divers obs.
Orchis mascula2022Divers obs.
Orchis morio2022Divers obs.
Petrorhagia prolifera2019J. Di Prinzio
Platanthera bifolia2015J.-L. Gathoye et al.
Platanthera chlorantha2022Divers obs.
Polygala comosa2015J.-L. Giot, J. Van Assche
Potentilla anglica2018C. Scheirlinckx
Pyrus pyraster2012P. Hauteclair
Ranunculus serpens2018Divers obs.
Rhamnus cathartica2022Divers obs.
Rosa rubiginosa2002J.-L. Giot
Scabiosa columbaria2022Divers obs.
Scleranthus annuus2000J. Saintenoy, J. Duvigneaud
Scleranthus perennis2000J.-L. Gathoye
Selinum carvifolia2022Divers obs.
Silaum silaus2022Divers obs.
Silene nutans2012P. Hauteclair
Stachys alpina2018Divers obs.
Succisa pratensis2022Divers obs.
Teucrium botrys2022Divers obs.
Trifolium montanum2014R. Cors
Trifolium striatum2021S. Rouxhet
Viola canina2000J.-L. Giot

Commentaires sur la faune

Mammifères (divers obs. 2000-2022): Capreolus capreolus, Castor fiber, Felis silvestris, Lepus europaeus, Martes foina, Meles meles, Mustela putorius, Sus scrofa, Vulpes vulpes.

Oiseaux (divers obs. 2000-2022): Alopochen aegyptiaca, Anas platyrhynchos, Anthus pratensis, Anthus trivialis, Ardea alba, Branta canadensis, Buteo buteo, Carduelis cannabina, Carduelis flammea flammea, Coccothraustes coccothraustes, Corvus corax, Cuculus canorus, Dendrocopos medius, Emberiza citrinella, Hippolais polyglotta, Lanius collurio, Lanius excubitor, Locustella naevia, Lullula arborea, Luscinia megarhynchos, Milvus milvus, Motacilla alba, Oriolus oriolus, Phylloscopus collybita, Phylloscopus trochilus, Prunella modularis, Pyrrhula pyrrhula, Saxicola rubicola, Sylvia atricapilla, Sylvia curruca, Sylvia communis, Turdus pilaris, Turdus viscivorus.

Amphibiens (divers obs. 2000-2022): Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Lissotriton vulgaris, Pelophylax kl. esculentus, Rana temporaria, Triturus cristatus.

Reptiles (divers obs. 2000-2022): Anguis fragilis, Coronella austriaca, Natrix natrix, Podarcis muralis, Zootoca vivipara.

Lépidoptères (divers obs. 2000-2022): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Apatura ilia, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Aporia crataegi, Araschnia levana, Argynnis adippe, Argynnis aglaja, Argynnis paphia, Aricia agestis, Autographa gamma, Boloria dia, Boloria euphrosyne, Boloria selene, Brenthis daphne, Brenthis ino, Callophrys rubi, Carcharodus alceae, Carterocephalus palaemon, Celastrina argiolus, Coenonympha arcania, Coenonympha pamphilus, Colias alfacariensis (?), Colias croceus, Cupido minimus, Cyaniris semiargus, Erebia medusa, Erynnis tages, Euclidia glyphica, Euphydryas aurinia (éteint), Euplagia quadripunctaria, Gonepteryx rhamni, Hamearis lucina, Inachis io, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Leptidea sinapis, Limenitis camilla, Lycaena phlaeas, Lycaena tityrus, Macroglossum stellatarum, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Melitaea diamina, Neozephyrus quercus, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyrgus malvae, Pyronia tithonus, Saturnia pavonia, Satyrium pruni, Satyrium w-album, Spialia sertorius, Thecla betulae, Thymelicus lineola, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui, Zygaena filipendulae.

Odonates (divers obs. 2000-2022): Aeshna grandis, Anax imperator, Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Coenagrion scitulum, Cordulia aenea, Enallagma cyathigerum, Erythromma najas, Erythromma viridulum, Gomphus vulgatissimus, Ischnura elegans, Ischnura pumilio, Lestes dryas, Lestes sponsa, Libellula depressa, Onychogomphus forcipatus, Orthetrum brunneum, Orthetrum cancellatum, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum.

Orthoptères (divers obs. 2000-2022): Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus fuscus, Gomphocerippus rufus, Meconema thalassinum, Metrioptera bicolor, Myrmeleotettix maculatus, Nemobius sylvestris, Oedipoda caerulescens, Omocestus rufipes, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Stenobothrus lineatus, Stethophyma grossum, Tetrix subulata, Tetrix undulata, Tettigonia viridissima.

Coléoptères (divers obs. 2000-2022): Agapanthia cardui, Andrion regensteinensis, Aphanisticus emarginatus, Bruchidius villosus, Chilocorus renipustulatus, Coccinella hieroglyphica, Coccinella quinquepunctata, Coccinella septempunctata, Cryptocephalus aureolus, Cryptocephalus vittatus, Exapion fuscirostre, Exochomus quadripustulatus, Gonioctena olivacea, Harmonia axyridis, Hippodamia variegata, Holotrichapion aethiops, Labidostomis longimana, Leptura aethiops, Lochmaea crataegi, Mecinus pascuorum, Mecinus pyraster, Oedemera flavipes, Oedemera nobilis, Propylea quatuordecimpunctata, Psyllobora vigintiduopunctata, Rhamphus oxyacanthae, Rhyzobius litura, Sermylassa halensis, Sitona striatellus, Stenopterus rufus, Tatianaerhynchites aequatus, Trachys minutus, Tytthaspis sedecimpunctata.

Diptères (E. Branquart, 2000; J.-Y. Baugnée, 2005-2016; P. Hauteclair, 2012-2016): Acanthiophilus helianthi, Agromyza johannae, Amauromyza verbasci, Asphondylia sarothamni, Callicera rufa, Chaetorellia jaceae, Coremacera marginata, Cylindromyia intermedia, Dasineura crataegi, Dasineura sisymbrii, Dichetophora obliterata, Dioxyna bidentis, Ectophasia crassipennis, Eristalinus sepulchralis, Eristalis arbustorum, Eristalis tenax, Gymnosoma nitens, Herina palustris, Jaapiella genisticola, Jaapiella veronicae, Lejogaster metallina, Phasia pusilla, Rhopalomyia ptarmicae, Sepedon sphegea, Sphaerophoria interrupta, Sphaerophoria scripta, Sphenella marginata, Tephritis neesii, Terellia serratulae, Thecophora atra, Trypetoptera punctulata, Urophora quadrifasciata.

Hyménoptères (divers obs. 2000-2022): Andrena labialis, Anthidium punctatum, Bombus terrestris, Cynips longiventris, Diplolepis rosae, Formica cunicularia, Formica fusca, Lasioglossum leucozonium, Lasius flavus, Lasius fuliginosus, Lasius niger, Lasius platythorax, Leptothorax acervorum, Myrmica rubra, Myrmica scabrinodis, Myrmica schencki, Neuroterus albipes, Neuroterus quercusbaccarum, Osmia bicolor, Tapinoma erraticum, Tiphia minuta, Trachusa byssina.

Hémiptères (J.-Y. Baugnée 2005-2016; P. Hauteclair, 2012-2016): Adarrus multinotatus, Adelphocoris lineolatus, Adelphocoris seticornis, Aelia acuminata, Amblytylus nasutus, Anaceratagallia ribauti, Anaceratagallia venosa, Anthocoris nemoralis, Anthocoris sarothamni, Aphrophora alni, Aradus cinnamomeus, Arocephalus longiceps, Arthaldeus pascuellus, Arytainilla spartiophila, Athysanus argentarius, Calocoris roseomaculatus, Capsus ater, Carpocoris fuscispinus, Carpocoris purpureipennis, Cercopis vulnerata, Charagochilus gyllenhalii, Chilacis typhae, Cicadella viridis, Cicadula sp., Conomelus anceps, Conosanus obsoletus, Coptosoma scutellatum, Criocoris crassicornis, Cymus melanocephalus, Dolycoris baccarum, Eurydema dominulus, Eurygaster testudinaria, Euscelis incisus, Eysarcoris aeneus, Eysarcoris venustissimus, Gampsocoris punctipes, Gargara genistae, Globiceps flavomaculatus, Heterocordylus genistae, Heterocordylus tibialis, Jassargus pseudocellaris, Kybos virgator, Leptopterna ferrugata, Lygus rugulipennis, Macrotylus paykullii, Megadelphax sordidulus, Myrmus miriformis, Nabis rugosus, Neoaliturus fenestratus, Orthocephalus coriaceus, Ortholomus punctipennis, Peribalus strictus, Peritrechus geniculatus, Philaenus spumarius, Piezodorus lituratus, Plagiognathus arbustorum, Plagiognathus chrysanthemi, Pterotmetus staphyliniformis, Rhopalus subrufus, Spilostethus saxatilis, Stenocranus minutus, Stenotus binotatus, Thamnotettix dilutior, Tingis cardui, Trigonotylus ruficornis, Zyginidia scutellaris.

Arachnides (P. Hauteclair, 2012): Argiope bruennichi, Phyllocoptes parvulus.

Commentaires sur la flore

Plantes vasculaires (données divers obs. 2000-2022): Achillea millefolium, Achillea ptarmica, Acinos arvensis, Aethusa cynapium, Agrimonia eupatoria, Agrostis canina, Agrostis capillaris, Agrostis stolonifera, Ajuga reptans, Alchemilla glabra, Alchemilla xanthochlora, Alisma plantago-aquatica, Alliaria petiolata, Allium oleraceum, Alnus glutinosa, Alopecurus pratensis, Anagallis arvensis, Anemone nemorosa, Angelica sylvestris, Anthoxanthum odoratum, Anthriscus sylvestris, Anthyllis vulneraria subsp. pseudovulneraria, Aphanes sp., Athyrium filix-femina, Aquilegia vulgaris, Arabidopsis thaliana, Arenaria serpyllifolia, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Atriplex patula, Avenula pubescens, Barbarea intermedia, Barbarea vulgaris, Bellis perennis, Betula pendula, Brachypodium pinnatum, Brachypodium sylvaticum, Briza media, Bromus erectus, Bromus hordeaceus, Bromus racemosus, Bunium bulbocastanum, Calamagrostis epigejos, Calluna vulgaris, Caltha palustris, Calystegia sepium, Campanula rapunculus, Campanula rotundifolia, Cardamine hirsuta, Cardamine pratensis, Carduus crispus, Carduus nutans, Carex caryophyllea, Carex cuprina, Carex demissa, Carex disticha, Carex flacca, Carex flava, Carex hirta, Carex hostiana, Carex nigra, Carex ovalis, Carex pairae (= muricata), Carex pallescens, Carex panicea, Carex remota, Carex riparia, Carex spicata, Carex sylvatica, Carex vulpina, Carlina vulgaris, Carpinus betulus, Centaurea jacea s.l., Centaurea scabiosa, Centaurium erythraea, Centaurium pulchellum, Centranthus ruber, Cerastium arvense, Cerastium fontanum, Cerastium glomeratum, Chaenorrhinum minus, Chaerophyllun temulum, Chenopodium album, Chenopodium ficifolium, Chenopodium polyspermum, Cichorium intybus, Circaea lutetiana, Cirsium acaule, Cirsium arvense, Cirsium palustre, Cirsium vulgare, Clematis vitalba, Clinopodium vulgare, Coeloglossum viride, Colchicum autumnale, Convolvulus arvensis, Conyza canadensis, Cornus sanguinea, Coronopus didymus, Corylus avellana, Cotoneaster hjelmqvistii, Crataegus laevigata, Crataegus monogyna, Crepis biennis, Crepis capillaris, Cruciata laevipes, Cuscuta epithymum, Cynosurus cristatus, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Dactylorhiza fuchsii, Dactylorhiza maculata, Dactylorhiza majalis, Danthonia decumbens, Daucus carota, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Dianthus armeria, Dianthus carthusianorum, Dipsacus fullonum, Dryopteris carthusiana, Dryopteris dilatata, Dryopteris filix-mas, Echinochloa crus-galli, Echium vulgare, Eleocharis palustris, Elymus caninus, Elymus repens, Epilobium ciliatum, Epilobium hirsutum, Epilobium palustre, Epilobium parviflorum, Epilobium tetragonum, Epipactis helleborine, Equisetum arvense, Erodium cicutarium, Erophila verna, Euonymus europaeus, Eupatorium cannabinum, Euphorbia amygdaloides, Euphorbia exigua, Euphorbia helioscopia, Euphorbia platyphyllos, Euphrasia stricta, Fagus sylvatica, Festuca arundinacea, Festuca lemanii, Festuca pratensis, Festuca rubra, Filipendula ulmaria, Fragaria vesca, Fragaria viridis, Frangula alnus, Fraxinus excelsior, Fumaria officinalis, Galeopsis tetrahit, Galinsoga quadriradiata, Galium album, Galium aparine, Galium mollugo, Galium palustre, Galium pumilum, Galium verum, Genista pilosa, Genista tinctoria, Genistella sagittalis, Geranium columbinum, Geranium dissectum, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Glyceria declinata, Glyceria fluitans, Gnaphalium uliginosum, Helianthemum nummularium, Helleborus foetidus, Heracleum sphondylium, Hieracium lachenalii, Hieracium laevigatum, Hieracium murorum, Hieracium pilosella, Holcus lanatus, Hordeum secalinum, Hyacinthoides x massartiana, Hypericum dubium, Hypericum hirsutum, Hypericum maculatum, Hypericum perforatum, Hypericum pulchrum, Hypericum tetrapterum, Hypochaeris radicata, Iris germanica, Iris pseudacorus, Isolepis setacea, Juncus acutiflorus, Juncus articulatus, Juncus bufonius, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus inflexus, Juncus tenuis, Kickxia elatine, Knautia arvensis, Koeleria macrantha, Lactuca serriola, Lamium album, Lamium purpureum, Lathyrus latifolius, Lathyrus linifolius, Lathyrus nissolia, Lathyrus pratensis, Lathyrus sativus, Leontodon autumnalis, Leontodon hispidus, Leontodon saxatilis, Lepidium campestre, Leucanthemum vulgare, Ligustrum vulgare, Linaria vulgaris, Linum catharticum, Lolium perenne, Lonicera periclymenum, Lotus corniculatus, Lotus pedunculatus, Luzula campestris, Luzula multiflora, Lychnis flos-cuculi, Lycopus europaeus, Lysimachia nemorum, Lysimachia nummularia, Lysimachia vulgaris, Lythrum salicaria, Mahonia aquifolium, Malus sylvestris, Malva moschata, Malva sylvestris, Matricaria discoidea, Matricaria maritima ssp inodora, Medicago lupulina, Melampyrum arvense, Melampyrum pratense, Melilotus albus, Melilotus altissimus, Melilotus officinalis, Mentha aquatica, Mentha arvensis, Molinia caerulea, Myosotis arvensis, Myosotis discolor s.l., Myosotis nemorosa, Myosotis scorpioides, Narcissus poeticus, Neottia ovata, Oenothera deflexa, Onobrychis viciifolia, Ononis repens, Ononis spinosa, Ophioglossum vulgatum, Ophrys apifera, Orchis anthropophora, Orchis mascula, Orchis morio, Origanum vulgare, Persicaria amphibia, Persicaria lapathifolia, Persicaria maculosa, Petrorhagia prolifera, Phalaris arundinacea, Phalaris canariensis, Phleum nodosum (= bertolonii), Phleum pratense, Picea abies, Picris hieracioides, Pimpinella major, Pimpinella saxifraga, Pinus sylvestris, Plantago lanceolata, Plantago major, Plantago media, Platanthera bifolia, Platanthera chlorantha, Poa annua, Poa compressa, Poa pratensis, Poa trivialis, Polygala comosa, Polygala serpyllifolia, Polygala vulgaris, Polygonatum multiflorum, Polygonum aviculare, Populus tremula, Potentilla anglica, Potentilla anserina, Potentilla argentea s.l., Potentilla erecta, Potentilla neumanniana, Potentilla recta, Potentilla reptans, Potentilla sterilis, Primula veris, Primula x media, Primula vulgaris, Prunella vulgaris, Prunus avium, Prunus padus, Prunus serotina, Prunus spinosa, Pteridium aquilinum, Pyrus pyraster, Quercus petraea, Quercus robur, Quercus rubra, Ranunculus acris, Ranunculus flammula, Ranunculus repens, Ranunculus sceleratus, Ranunculus serpens, Rhamnus cathartica, Rhinanthus minor, Rosa arvensis, Rosa canina s.l., Rosa rubiginosa, Rubus sp., Rumex acetosa, Rumex conglomeratus, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Rumex sanguineus, Salix caprea, Salix fragilis, Salix purpurea, Salix x multinervis, Sambucus nigra, Sanguisorba minor, Scabiosa columbaria, Scirpus sylvaticus, Scleranthus annuus, Scleranthus perennis, Scrophularia nodosa, Sedum acre, Sedum album, Selinum carvifolia, Senecio erucifolius, Senecio inaequidens, Senecio jacobaea, Senecio ovatus, Senecio sylvaticus, Senecio viscosus, Senecio vulgaris, Setaria viridis, Sherardia arvensis, Silaum silaus, Silene nutans, Sinapis arvensis, Sisymbrium officinale, Solanum dulcamara, Solidago canadensis, Solidago gigantea, Sonchus arvensis, Sonchus asper, Sonchus oleraceus, Sorbus aucuparia, Sparganium erectum, Stachys alpina, Stachys officinalis, Stachys palustris, Stachys sylvatica, Stellaria alsine, Stellaria graminea, Stellaria holostea, Succisa pratensis, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Teucrium botrys, Teucrium scorodonia, Thymus pulegioides, Torilis japonica, Tragopogon pratensis, Trifolium arvense, Trifolium campestre, Trifolium dubium, Trifolium hybridum, Trifolium medium, Trifolium montanum, Trifolium pratense, Trifolium repens, Trifolium striatum, Trisetum flavescens, Tussilago farfara, Typha latifolia, Ulmus minor, Urtica dioica, Verbascum nigrum, Verbascum thapsus, Verbena officinalis, Veronica beccabunga, Veronica chamaedrys, Veronica officinalis, Veronica persica, Veronica serpyllifolia, Viburnum opulus, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sativa subsp. nigra, Vicia sepium, Vicia tetrasperma, Vinca major, Viola canina, Viola hirta, Viola odorata, Viola reichenbachiana, Viola riviniana.

Espèces exotiques

Plantes: Centranthus ruber, Conyza canadensis, Cotoneaster hjelmqvistii, Epilobium ciliatum, Galinsoga quadriradiata, Hyacinthoides x massartiana, Iris germanica, Juncus tenuis, Lathyrus latifolius, Mahonia aquifolium, Melilotus albus, Narcissus poeticus, Oenothera deflexa, Phalaris canariensis, Picea abies, Primula vulgaris, Prunus serotina, Quercus rubra, Senecio inaequidens, Solidago canadensis, Solidago gigantea, Vinca major (planté), Viola odorata.

Animaux: Alopochen aegyptiaca, Branta canadensis, Harmonia axyridis.

Conservation

Objectifs de conservation

Maintenir et étendre les pelouses sèches grâce, dans un premier temps, à un débroussaillage, et ensuite, à un pâturage très extensif.

Conserver le caractère actuel des prairies maigres mésophiles en veillant à leur exploitation extensive (pâturage léger, amendement nul) et en évitant le passage d'engins motorisés.

Conserver l'aspect structuré des ourlets préforestiers.

Menaces

Le site de Terretelle, de grand intérêt biologique, a malheureusement subit une dégradation notable depuis le début des années 1990.

Les zones de pelouses, déjà assez réduites, sont menacées par la recolonisation forestière spontanée.

Dans la prairie maigre, il y a visiblement accumulation de litière qui pourrait être néfaste et étouffer certaines espèces végétales fragiles. Il y en outre versage clandestin de déchêts inertes (tonte de gazon, etc.) de la commune de Hotton.

Il existe un problème de piétinement dû au passage de motos tout-terrain, qu'il conviendrait de canaliser dans les zones les moins sensibles.

Deux gagnages à gibier ont été aménagés sans autorisation par les chasseurs locaux.

Enfin, un projet de lotissement n'est pas exclu dans l'avenir, comme c'est le cas actuellement du site de Plome Mohon tout proche.

Plan de gestion

Connu de longue date des naturalistes en raison de son très grand intérêt écologique, la volonté de préserver le site et de le consacrer à la protection de la nature s'est progressivement imposée dès les années 1990.

A l'initiative de la Commune de Hotton, quelques espaces ont été défrichés au milieu des années 2000.

Le Life Papillons est ensuite intervenu en réalisant, de 2009 à 2014, d'importants travaux de restauration des milieux naturels (débroussaillage et gyrobroyage) avec comme objectif prioritaire de rétablir un état de conservation favorable pour le damier de la succise.

En fonction des secteurs et des objectifs fixés, on y a procédé à des broyages partiels des broussailles, abattages des plantations d'épicéas et de pins, coupe de recrûs manuelle, pose de clôtures pour l'instauration d'un pâturage.

Les travaux de restauration du site ont volontairement épargné un certain nombre de haies et bosquets arbustifs qui lui confèrent un aspect bocager remarquable.

En outre, une action de restauration a eu lieu sur la prairie de Plome Mohon, sur le versant en face du lotissement jusque dans le fond du vallon.

Il y a eu aussi deux projets PWDR chez des privés entre 2016 et 2022:

- créations de 3 mares et des mises sous clôtures au nord et autour de la ferme, avec instauration de pâturage extensif

- coupe de jeunes boisements dans le vallon au nord de la ferme et création d'une mare

S'ajoute encore un programme de réintroduction de la rainette verte par Natagora en 2022 dans une des mares.

Un plan de gestion est à présent mis en œuvre sur la majeure partie des zones ouvertes en collaboration avec un agriculteur local, soit, selon les secteurs et les objectifs:

- pâturage extensif avec vaches Highland et ânes + broyages des recrûs partiels en fin d'été,

- fauche estivale (en juillet),

- coupe de recrûs manuelle, tous les 2-3 ans

- broyage en fin d'été

- pâturage extensif avec Highland dans les prés humides et secs autour de la ferme

- fauche annuelle en juillet à Plome Mohon

Accès du public

L'accès au site doit être limité et en tous cas canalisé (surtout en ce qui concerne les engins motorisés).

Détails

Description physique

Le site de Terretelle - Plome Mohon se localise en Famenne centrale à environ 2 km au nord de Hotton, en bordure de son hameau Melreux.

Il s'étend en rive droite de l'Ourthe, en partie sur sa plaine alluviale (d'une largeur de 900-1000 m à ce niveau) mais surtout sur le flanc de sa vallée, à une altitude allant de 170 à 225 m. Le site repose sur des terrains du Frasnien (Dévonien supérieur – Ère primaire), constitués de schistes noduleux (calcschistes). Les sols sont très superficiels le long de la crête (parcourue par le chemin de jonction entre la rue de Naive et le quartier des Hayettes, au nord) et plus profonds sur les versants sud-est, ouest et nord-ouest. Le terrain présente une déclivité modérée et une orientation générale vers le sud-ouest.

Ce site d'environ 140 ha, qui est en quelque sorte le prolongement méridional du Bois de Grandhan, est cerné de toutes parts de voiries et de zones urbanisées. Au nord-ouest, la ligne ferroviaire 43 Liège-Marloie, mise en service en 1866, longe la partie forestière (nord) sur près de 900 m. Un peu en retrait, la rue du Thier dessert le lotissement et la réserve naturelle domaniale de Plome Mohon, depuis la gare de Melreux. Un kilomètre plus à l'est, c'est la N86, ou route de Barvaux, qui constitue la limite orientale du site. Un parc d'activités économiques y a été aménagé à partir des années 1980, à l'emplacement d'anciennes prairies bocagères. Sur 7 ha, on y trouve différentes entreprises, un dépôt de bois, un garage ainsi qu'un parc à containers. Au sud passe la rue de Naive qui joint la N86 à Melreux. Enfin au nord le quartier des Hayettes marque la fin du site de Terretelle. Ce lotissement intégré en milieu forestier s'est surtout développé au cours des années 1980 et se situe sur le territoire de la commune voisine d'Erezée.

Du point de vue hydrographique, le site n'est traversé par aucun cours d'eau important, seulement par quelques ruisseaux. L'Ourthe est distante au plus près de 380 m (vers l'ouest). De même, le périmètre ne comprend aucun plan d'eau à part une mare "historique" et deux autres mares récemment creusées (un étang privé existe néanmoins le long de la rue du Thier, en bordure du site). La partie la plus basse est drainée par le Ri de Naive, ruisseau provenant de la plaine de Ny qui, après son passage sous la N86, s'écoule vers l'ouest sur 1400 m parallèlement à la rue de Naive jusqu'à sa confluence avec l'Ourthe, un peu au-delà de Melreux. Un affluent mineur descend le flanc ouest de Terretelle sur quelques centaines de mètres, en alimentant au passage une mare, non loin de la rue de Naive. Sur le haut du site (au nord donc), un autre affluent de l'Ourthe, le ruisseau de Senne, prend source dans la partie boisée puis s'écoule vers le nord, faisant office de limite communale entre Hotton et Erezée. Après son passage sous la voie ferrée, il bifurque vers l'ouest pour rejoindre l'Ourthe au bout de 2 km à peine, face au village de Fronville.

Le site de Terretelle se trouve en région continentale et au sein du district phytogéographique mosan.

Description biologique

Le site de Terretelle - Plome Mohon regroupe une mosaïque remarquable d'habitats typiques des sols schisteux et argileux de la Famenne centrale. Ces habitats ont été cartographiés précisément dans le cadre de la désignation du site Natura 2000 BE34004 (Massifs forestiers famenniens entre Hotton et Barvaux-sur-Ourthe), sur base de relevés botaniques datant de 2014. La description suivante n'a pas une prétention d'exhaustivité mais tente d'offrir un aperçu des habitats et des végétations les plus spécifiques ou qui présentent un intérêt particulier pour la région.

Selon P. Goffart (avis site interne au SPW, 2006), les végétations des zones ouvertes comprennent cinq types d'habitats Natura 2000:

- des pelouses sèches du Mesobromion sur schistes sur les sols les plus superficiels, voire squelettiques, "pelouses sèches semi-naturelles et faciès d'embuissonnement sur calcaire (Festuco-Brometalia)" (habitat prioritaire codé 6210); elles sont surtout représentées le long du chemin dans la montée (où elles sont d'ailleurs localement affectées par le piétinement intensif...);

- des "pelouses rupicoles calcaires à basiphiles de l'Alysso-Sedion albi" (code 6110), présentes à l'état relictuel sur les schistes affleurant le long du chemin, dans la partie basse surtout, en mosaïque avec les pelouses sèches;

- des prairies du Molinion sur les sols plus lourds et argileux du replat sommital en bordure des peuplements forestiers ("prairies à Molinia sur sols calcaires, tourbeux ou argilo-limoneux du Molinion caeruleae" - code 6410);

- des fragments de landes sèches mésotrophes ("landes sèches européennes" - code 4030), sur les bosses plus sèches à proximité des éléments de prairie du Molinion;

- des prés mésophiles non amendés de l'Arrhenatherion ("pelouses maigres de fauche de basse altitude" – code 6510), dans un bocage assez dense, sur le versant orienté au sud-est.

Tous ces habitats comportent des faciès d'embroussaillement plus ou moins importants, qui se sont progressivement étendus, du fait de l'absence de gestion depuis une dizaine d'années. Hormis ces zones de recrûs, les milieux forestiers sont constitués uniquement de vieilles plantations de pins ou d'épicéas, ainsi qu'une plantation récente de chênes d'Amérique et de robiniers faux-acacias.

L'ensemble du site est donc bien reconnu pour ses intéressantes pelouses ouvertes sur schistes calcarifères, ses prés humides oligotrophes, ses prairies de fauche peu ou non amendées et ses landes mésotrophes, milieux en forte raréfaction partout en Wallonie et qui ne subsistent plus que fragmentairement dans la plupart des cas.

Mais de belles chênaies-charmaies famenniennes couvrent la partie nord du site. Outre leur richesse botanique intrinsèque et leur désignation comme habitat d'intérêt communautaire, elles répondent bien à la définition de forêt subnaturelle ancienne et revêtent ainsi une haute valeur patrimoniale.

En outre, le réseau de haies vives et de fourrés contribue également à une forte structuration du milieu en créant des clairières et des lisières très favorables à l'entomofaune notamment.

Une mare historique, située en contrebas du site, vers la rue de Naive, et les sources et ruisselets ajoutent encore à cette diversité écologique, sans compter encore d'autres aménagements à vocation écologique (e.a. deux mares creusées entre 2019 et 2021 dans une zone débroussaillée le long du petit affluent du Ri de Naive).

Comme en témoignent les multiples inventaires menés sur le site depuis le début des années 2000 par des botanistes chevronnés, la flore locale se révèle d'une exceptionnelle diversité avec au moins 415 espèces de plantes vasculaires au compteur! De plus, elle comporte de nombreuses espèces protégées, rares et/ou menacées à des degrés divers. Cette flore se compose d'un mélange d'espèces aux exigences variées: thermophiles, hygrophiles, calcicoles, neutrophiles, acidophiles, oligotrophiles, sylvicoles, etc.

Ainsi, dans son compte-rendu d'excursion des Naturalistes de la Haute Lesse, GIOT (2002) note sur les zones prospectées (milieux ouverts essentiellement):

- des espèces de pelouses et d'ourlets calcicoles comme Bromus erectus, Genista tinctoria, Thymus pulegioides, Carex flacca, Helianthemum nummularium, Anthyllis vulneraria, Campanula rotundifolia, Echium vulgare, Ononis repens, Linum catharticum, Centaurea jacea subsp. timbalii, etc.

- des espèces des prés oligotrophes du molinion: Silaum silaus, Selinum carvifolia, Colchicum autumnale, Achillea ptarmica, etc.

- des plantes messicoles comme Anagallis arvensis, Melampyrum arvense, Centaurium pulchellum, etc.

- des espèces de prairies mésophiles dont Phleum pratense, Trisetum flavescens, Agrostis capillaris, Anthoxanthum odoratum, etc.

Les prairies de fauche non amendées accueillent le cortège floristique le plus riche avec une forte représentation des dicotylées. Elles s'étendent essentiellement dans la moitié sud du site, de part et d'autre de la bande boisée centrale.

S'étendant à l'est de la rue du Thier, la prairie de Plome Mohon est particulièrement remarquable mais a bien failli disparaître quand elle fut visée par un projet de lotissement, au début des années 2000. C'est la présence d'une importante population d'orchis bouffon (Orchis morio), une espèce d'orchidée rare et menacée, qui a conduit à son rachat par la Région wallonne puis son classement en 2006 comme réserve naturelle domaniale (2,5ha). A noter que jusqu'au milieu des années 1990, la parcelle était pour moitié plantée de résineux, qui ont été éliminés par la suite.

Située à une altitude de 200 m, cette prairie semi-naturelle installée sur schistes famenniens est surtout représentée dans la partie nord de la parcelle, le long de la rue du Thier. Un relevé initial réalisé le 13/5/1999 par J.-L. Gathoye (SPW) compte une quarantaine d'espèces: Anthoxanthum odoratum, Ranunculus bulbosus, Achillea millefolium, Potentilla reptans, Orchis morio (1000-1500 pieds en fleur), Luzula campestris, Festuca rubra, Plantago lanceolata, Primula veris, Rumex acetosa, Trifolium pratense, Bellis perennis, Rhinanthus minor, Briza media, Carex caryophyllea, Myosotis discolor, Pimpinella saxifraga, Hypericum perforatum, Cerastium fontanum, Leontodon hispidus, Lotus corniculatus, Poa pratensis, Alopecurus pratensis, Dactylis glomerata, Centaurea sp., Arenaria serpyllifolia, Colchicum autumnale, Bromus hordeaceus, Poa trivialis, Ranunculus acris, Carex flacca, Sanguisorba minor, Vicia sp., Trifolium dubium, Erophila verna, Plantago media, Veronica serpyllifolia, Taraxacum sp., Lolium perenne, Cynosurus cristatus, Bromus erectus. En 2014, un autre relevé montre en outre Tragopogon pratensis, Centaurea jacea, Arrhenatherum elatius, Crepis biennis, Lathyrus hirsutus, Leucanthemum vulgare, Cardamine pratensis, Holcus lanatus, Avenula pubescens, ... (obs. R. Cors).

Une flore intéressante et variée colonise aussi le talus de la route, avec notamment la rare Lathyrus nissolia, Allium oleraceum, Koeleria macrantha, Festuca lemanii, Potentilla neumanniana, Thymus pulegioides, Lathyrus pratensis, Agrimonia eupatoria, Hieracium pilosella, Medicago lupulina, Viola hirta, Cerastium arvense, Daucus carota, Galium mollugo, Vicia cracca, etc.

Au centre de la parcelle, à l'emplacement des anciennes plantations résineuses, figure une friche herbeuse abritant des espèces frugales dont Selinum carvifolia et Silaum silaus, mais davantage colonisée par des plantes plus eutrophiles comme Linaria vulgaris, Glechoma hederacea, Anthriscus sylvestris, Carex spicata, Cirsium arvense, Cirsium vulgare, Convolvulus arvensis, Carex hirta, Senecio jacobaea, Hypericum perforatum, Tanacetum vulgare, Oenothera deflexa, Odontites vernus subsp. serotinus, Verbascum thapsus, Knautia arvensis, etc.

La marge sud correspond à un vallon humide avec une petite mare en lisière d'une bande boisée. Début des années 2000, s'y observent notamment Lotus pedunculatus, Lycopus europaeus, Lythrum salicaria, Valeriana officinalis, Eleocharis palustris, Alisma plantago-aquatica, Typha latifolia, Juncus inflexus, Sparganium erectum, Hypericum tetrapterum, Hypericum dubium, Eupatorium cannabinum, Epilobium palustre, Epilobium hirsutum, Cirsium palustre, Carex cuprina, Juncus effusus, Lychnis flos-cuculi, ...

Dans la bande boisée, on note Quercus robur, Rhamnus cathartica, Sambucus nigra, Dryopteris dilatata, Dryopteris filix-mas, Ulmus minor, Athyrium filix-femina, Brachypodium pinnatum, ...

Depuis les premiers relevés, la prairie de Plome Mohon a fait l'objet de nombreuses observations qui confirment au fil des ans son grand intérêt botanique. Elle a d'ailleurs été désignée comme prairie de haute valeur biologique faisant l'objet de mesures agri-environnementales.

A l'ouest du circuit de motocross, une autre prairie méso-hygrophile de haute valeur biologique est suivie depuis 2018 (obs. S. Rouxhet - Natagriwal). Les relevés regroupent plus de 80 espèces herbacées dont Arrhenatherum elatius, Festuca pratensis, Heracleum sphondylium, Phleum pratense, Knautia arvensis, Hypericum maculatum, Tragopogon pratensis, Achillea millefolium, Holcus lanatus, Lathyrus pratensis, Rumex acetosa, Vicia cracca, Agrostis capillaris, Anthoxanthum odoratum, Sanguisorba minor, Briza media, Centaurea jacea, Galium verum, Leucanthemum vulgare, Potentilla anserina, Lotus corniculatus, Trisetum flavescens, Pimpinella saxifraga, Prunella vulgaris, Ononis repens, Campanula rapunculus, Luzula campestris, Veronica chamaedrys, Primula veris, Selinum carvifolia, Achillea ptarmica, Stellaria graminea, Genista tinctoria, Carex panicea, Succisa pratensis, Carex flacca, Potentilla reptans, Silaum silaus, Danthonia decumbens, Odontites vernus, Stachys palustris, Ranunculus bulbosus, Trifolium campestre, Bromus racemosus, Trifolium medium, Anthriscus sylvestris, Dianthus carthusianorum, etc.

Des dépressions y accueillent d'autres espèces plus nettement hygrophiles sont présentes plus localement comme Carex hirta, Galium palustre, Lysimachia vulgaris, Phalaris arundinacea, Ranunculus flammula, Filipendula ulmaria, Lychnis flos-cuculi, Glyceria fluitans, Carex disticha, Juncus effusus, Lycopus europaeus, Juncus inflexus, Persicaria amphibia, Carex cuprina, Myosotis nemorosa, Mentha aquatica, Alisma plantago-aquatica, Iris pseudacorus, Lythrum salicaria, ...

TANGHE (2017) décrit un habitat semi-naturel rare et quasiment endémique de Fagne-Famenne, la lande mésotrophe. Présent partout sous forme de reliquat, il s'agit ici d'une variante calcicole où les groupes écologiques du Calluno-Genistion (Calluna vulgaris, Genista pilosa) et du Molinion (Succisa pratensis, Selinum carvifolia, Calamagrostis epigejos, Senecio erucifolius, Achillea ptarmica, Colchicum autumnale, Silaum silaus, ...) sont associés à un contingent plus ou moins fourni d'espèces du Bromion, comme Carex flacca, Lotus corniculatus, Galium pumilum, Galium verum, Briza media, Pimpinella saxifraga, Dactylorhiza fuchsii, Carlina vulgaris, Ononis repens, Koeleria macrantha, Avenula pubescens, Leontodon hispidus, etc.

Dans la région, ce type de végétation est également présent dans le Bois de Grandhan, au lieu-dit Tortereau, mais avec une représentation moindre des espèces du Bromion (TANGHE, 2017).

La mare située à 75 m au nord de la rue de Naive a été recreusée en 2018 après une période d'atterrissement d'une dizaine d'années. Une mare plus petite a été créée au même moment à proximité lors du Life Papillons. On y observe notamment Glyceria fluitans, Lemna minor, Alisma plantago-aquatica, Mentha arvensis, Eleocharis palustris, Persicaria amphibia (obs. L.-M. Delescaille, 2018).

Intérêt faunistique

Le peuplement faunistique du site de Terretelle est d'une richesse particulièrement élevée avec de nombreuses composantes remarquables. Des inventaires et observations naturalistes y sont menés dès le début des années 1990 (époque à laquelle on commence à percevoir réellement l'intérêt du site) si bien que les données disponibles sont actuellement fort abondantes, tout au moins pour les groupes les plus populaires. Mais d'une manière générale, l'entomofaune, qui constitue une part importante de la biodiversité, reste insuffisamment documentée.

L'avifaune nicheuse comprend de belles densités d'espèces du bocage comme la pie-grièche écorcheur, les grives draine et litorne, le pipit des arbres, le rossignol, la locustelle tachetée, les fauvettes grisette et babillarde, le gros-bec, la linotte mélodieuse, le bruant jaune, le tarier pâtre et l'hypolaïs polyglotte. Depuis au moins 1997, le site héberge également un des derniers couples nicheurs d'alouette lulu de la région.

Le lézard vivipare (Zootoca vivipara) et l'orvet fragile (Anguis fragilis) sont les deux reptiles les plus fréquemment notés à Terretelle. La couleuvre à collier (Natrix natrix) est également présente mais moins souvent contactée. Une population de coronelle lisse (Coronella austriaca) est cantonnée au niveau de la voie ferrée mais aucune observation n'a encore été signalée sur le site même, malgré la pose de plaques censée augmenter la détection de ce serpent discret. Plus étonnant, une petite population de lézard des murailles (Podarcis muralis) semble présente le long du chemin schisteux qui parcourt la crête, comme l'indique plusieurs observations récentes validées; ces individus y ont peut-être été amenés accidentellement via des matériaux de construction ou des grumes entreposés dans le zoning industriel (E. Graitson, comm.).

Parmi les insectes, comme c'est le cas pour la plupart des autres sites, les groupes les mieux connus sont les papillons diurnes (ou rhopalocères), suivis par les odonates et les orthoptères.

Les papillons diurnes y sont représentés par au moins 61 espèces recensées depuis le début des années 2000, ce qui porte Terretelle au rang des sites les plus riches de Wallonie. De plus, nombre d'entre-elles sont des éléments rares à semi-rares qui sont souvent étroitement liés aux mosaïques végétales complexes qui caractérise l'endroit. Citons entre autres Callophrys rubi, Carcharodus alceae, Boloria euphrosyne, Melitaea diamina, Coenonympha arcania, Erebia medusa, Hamearis lucina, Pyrgus malvae, Apatura ilia, Spialia sertorius, Satyrium pruni, Cupido minimus, Argynnis aglaja, ... Certaines espèces semblent cependant avoir déserté le site, en particulier l'emblématique Euphydryas aurinia, le damier de la succise, dont la petite population locale est éteinte même si des individus erratiques sont parfois encore aperçus (comme en 2021). A noter aussi qu'Erebia medusa, autre espèce très menacée, semble avoir disparu depuis quelques années. D'un autre côté, certains papillons ont fait leur apparition récemment, tel Brenthis daphne, espèce d'origine méridionale notée pour la première fois en Gaume en 2006 et dont la dissémination a ensuite été fulgurante sur l'ensemble du territoire wallon.

Les pelouses et prairies sèches, près humides et fourrés de Terretelle hébergent un riche cortège d'orthoptères, avec au moins 18 espèces recensées dont Metrioptera bicolor, Phaneroptera falcata, Nemobius sylvestris, Chrysochraon dispar, Gomphocerippus rufus, Omocestus rufipes, Stenobothrus lineatus, Oedipoda caerulescens, Stethophyma grossum, ...

Les rares points d'eau présents sur le site accueillent une faune aquatique malgré tout assez riche même si elle n'a pas encore fait l'objet d'études détaillées. La mare principale est celle située un peu au nord de la rue de Naive, restée atterrie de 2007 à 2016 puis recreusée dans le cadre du Life Papillons. La grenouille rousse (Rana temporaria), la grenouille verte (Pelophylax kl. esculentus) et les quatre espèces de tritons s'y reproduisent, dont le rare triton crêté, sans oublier une quinzaine d'espèces de libellules, dont le rare Lestes dryas, connu sur le site depuis au moins les années 1980 (comm. P. Goffart). On y a aussi noté les punaises aquatiques Ranatra linearis et Nepa cinerea.

Les données concernant les autres groupes animaux sont plus fragmentaires et pour l'heure largement insuffisantes pour être significatives. La présence de certaines espèces rares notées sur le site au début des années 2000 mériterait d'être confirmée par de nouvelles recherches. C'est le cas du syrphe Callicera rufa, détecté à l'occasion d'une étude de la biodiversité des lisières forestières menée par la Faculté universitaire des Sciences agronomiques de Gembloux, ainsi que de la coccinelle Coccinella hieroglyphica, trouvée une seule fois sur un des lambeaux de lande à callune.

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Divers

Sources

Natura 2000

Répondants de l'information

Philippe GOFFART et Jean-Louis GATHOYE (SPW-DEMNA-DNE).

Date de la dernière modification de la fiche

2023-01-17