Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

130 - Les Pauquis

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Roche al Rue / Waulsort
Communes :Hastière
Cantonnements DNF :Dinant
Surface :27.25 ha
Coordonnées :X Lambert : 186282 - Y Lambert : 100940
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le site se trouve sur la commune de Hastière et occupe le versant gauche de la vallée de la Meuse à Waulsort. Couvrant une quinzaine d'hectares, la réserve naturelle fut créée en 1973 par bail emphytéotique entre le propriétaire et l'association Réserves Naturelles RNOB. Elle est aujourd'hui agréée par la Région wallonne. D'un grand intérêt paysager, elle est constituée d'un versant forestier abrupt et d'un massif rocheux escarpé qui offre un superbe point de vue sur la vallée. La végétation du versant est une forêt de ravin où érables et frênes dominent. En sous-bois se développe le buis (Buxus sempervirens) qui forme parfois des fourrés impénétrables, d'ou le toponyme "Pauquis". Le buis se retrouve aussi sur les rochers calcaires bien exposés en compagnie de plantes héliophiles comme les orpins (Sedum spp.), l'hippocrépide en ombelle (Hippocrepis comosa) et la fétuque des rochers (Festuca pallens)... Depuis la fin des années 1990, la falaise accueille de nouveau le faucon pélerin (Falco peregrinus), espèce emblématique qui avait disparu depuis près de trente ans.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F4 - Vallée de la Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Waulsort27.25 haHASTIERENAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Dinant27.25 haDinant

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site classé par A.R. du 25 octobre1946.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6748Les Pauquis15,33 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Accipiter nisusOuiNonNicheur2004C. Rousseau
Bubo buboOuiOuiNicheur2004C. Rousseau
Columba oenasOuiNonNicheur2004C. Rousseau
Corvus monedulaOuiNonNicheur2004C. Rousseau
Luscinia megarhynchosOuiNonNicheur2004C. Rousseau
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2015Divers obs.
Coronella austriacaOuiOui2015Divers obs.
Natrix natrixOuiOui2015Divers obs.
Podarcis muralisOuiNon2015Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Lasiommata maeraNonOui2012J. Bultot
Nymphalis polychlorosNonNon2013J. Bultot
Polyommatus coridonNonOui2010J. Bultot
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria2015J. Bultot
Proserpinus proserpina2010J. Bultot
Invertébrés - Mollusques - Escargots
Helix pomatiaNonNon2015J. Bultot
Plantes - Plantes supérieures
Allium sphaerocephalon2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Asplenium scolopendrium2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Biscutella laevigata subsp. varia2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Buxus sempervirens2004BR. Lambert, E. Sérusiaux
Carex humilis2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Catapodium rigidum2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Geranium rotundifolium2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Helianthemum apenninum2004BR. Lambert, E. Sérusiaux
Hippocrepis comosa2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Juniperus communis2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Melica ciliata2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Ophrys apifera2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Ophrys fuciflora2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Orobanche caryophyllacea2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Orobanche teucrii2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Rhamnus cathartica2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Seseli libanotis2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Silene nutans2004R. Lambert, E. Sérusiaux
Teucrium chamaedrys2004R. Lambert, E. Sérusiaux

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 2

Commentaires sur la flore

Acinos arvensis, Allium sphaerocephalon, Asplenium scolopendrium, Biscutella laevigata, Buxus sempervirens, Cardamniopsis arenosa, Colchicum autumnale, Dianthus carthusianorum, Helianthemum apenninum, Helianthemum nummularium, Orobanche caryophyllacea
(source : R. Lambert et E. Sérusiaux, sans date)

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

La réserve a été créée dans le but de protéger le dernier site naturel de nidification de Falco peregrinus (1972). Elle permet de maintenir la remarquable diversité floristique et faunistique de l'endroit qui présente par ailleur un grand intérêt paysager.

Menaces

La reproduction du Faucon pélerin, qui a fait l'objet d'un large écho dans la presse, est toujours menacée par les collectionneurs d'œufs et les fauconniers, mais aussi par la présence d'ornithologues peu respectueux de l'espèce.
Le site est menacé dans l'immédiat par l'aménagement d'une piste cyclable (RAVeL) en bordure de la voie de chemin de fer. Le trafic sur le RAVeL, à une dizaine de mètres de l'actuel emplacement du nid du Faucon pélerin, empêchera sans aucun doute une nouvelle nidification de l'espèce sur le site.
Dans l'état actuel du projet, les travaux de construction du RAVeL détérioreront très fortement l'habitat de plusieurs espèces de reptiles menacés en Wallonie.

Recommandations

Renforcer le statut de protection du site en demandant son agrément.

Plan de gestion

Le site est traité comme une réserve naturelle intégrale; aucune intervention n'y est en principe réalisée. Le relief très accidenté limite de toutes façons son accès. Seul un débroussaillement local des pelouses xériques pourrait être envisagé.
La Roche al Rue est couronnée de fils barbelés afin de dissuader les dénicheurs potentiels. L'alpinisme est strictement interdit afin d'assurer la quiétude des falaises.

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

La reproduction du Faucon pélerin sur le site a fait l'objet d'un dépliant d'information édité par la Région Wallonne.

Détails

Description physique

Le site s'étend sur la rive gauche de la Meuse dont le versant est à cet endroit orienté au sud et au sud-est. Elle comporte une série de falaises et d'affleurements rocheux de calcaire tournaisien (principalement faciès Waulsortien) séparés par de profonds ravins. Elle comprend également une partie très étroite (une cinquantaine de mètres) du plateau condrusien. Elle est bordée au nord par des cultures et des bois. Au pied des falaises passe l'ancienne voie ferrée Dinant-Givet, actuellement désaffectée et qui représente un refuge remarquable pour les reptiles.

Description biologique

Par sa topographie, l'accès du site est malaisé et son étude en est donc rendue difficile. Toutefois, divers relevés phytosociologiques ont permis de reconnaître différents groupements végétaux très contrastés.

En bordure du plateau et au nord de la réserve, se développe une végétation acidophile dont la présence est due probablement à l'existence de calcaires silicifiés (le même phénomène se manifeste en effet sur la rive droite de la Meuse à peu de distance du site). Elle est représentée par une chênaie à bouleau qui renferme Sorbus aucuparia, Lonicera periclymenum, Deschampsia flexuosa, Melampyrum pratense, Teucrium scorodonia, Pteridium aquilinum, Festuca filiformis, Carex pilulifera, Solidago virgaurea, Stachys officinalis et même Calluna vulgaris et Potentilla erecta ! Sorbus torminalis s'y observe également (Quercion robori-petraeae). Vers le sud, cette forêt fait place à une chênaie à Anemone nemorosa, Milium effusum, Athyrium filix-femina,etc., puis à une chênaie-frênaie plus mésophile et nitrophile où l'on note une importante population de Colchicum autumnale (Fraxino-Carpinion).

Sur le versant exposé au sud, ce sont les groupements calcicoles qui dominent. Les parois rocheuses subverticales sont colonisées par les espèces du Festucion pallentis : Festuca pallens, Melica ciliata, Biscutella laevigata subsp. varia, Sisymbrium austriacum, Hieracium glaucinum auxquelles s'ajoutent Seseli libanotis, Hippocrepis comosa, Centaurea scabiosa, etc.

Les rocailles portent un Xerobrometum à Teucrium chamaedrys, Carex humilis, Festuca lemanii, Acinos arvensis, Helianthemum nummularium subsp. obscurum, etc. Les replats des pelouses sont occupés par Sesleria caerulea, Silene nutans,...
Mais c'est Buxus sempervirens qui forme des massifs envahissent la majeure partie du site. On y trouve en outre Viburnum lantana, Cornus mas, Rhamnus cathartica, Euonymus europaeus et de remarquables Juniperus communis (Berberidion).

Les ravins sont occupés par des forêts à sous-bois riche en buis. Au sommet existent des fragments de hêtraies, mais ce sont les forêts mélangées à Tilia platyphyllos et sans doute Ulmus glabra (nombreux arbres morts) qui y dominent. Au bas des versants, à l'ombre des grands arbres poussent Asplenium scolopendrium, Polystichum aculeatum et Polypodium interjectum (Fraxino-Aceretum). Les parois rocheuses sont localement envahies par Hedera helix. Citons encore au bas des falaises Geranium rotundifolium. La graminée Catapodium rigidum doit encore exister dans les rochers car on en trouve des dizaines de pieds le long des voies de chemin de fer.

SÉRUSIAUX (1983) cite également Helianthemum apenninum, Ophrys apifera, O. fuciflora, Orobanche caryophyllacea.

La végétation lichénique et bryophytique a été étudiée récemment par ERTZ (2001). Le sommet du massif rocheux porte une association de lichens silicicoles assez particulière qui colonise les bancs de chert, une roche siliceuse. On y rencontre en particulier Rhizocarpon geographicum, Neofuscella loxodes et Buellia badia.

Par ailleurs, les éperons exposés, utilisés par les oiseaux comme poste d'observation, portent diverses espèces dites 'ornithocoprophiles' : Lobothallia radiosa, Aspicillia calcarea, Verrucaria nigrescens, V. calciseda, V. subfuscella, Placynthium nigrum, Solenospora candicans, Caloplaca coronata, etc.

Les rochers calcaires ombragés sont le support de nombreuses mousses pleurocarpes comme Thamnobryum alopecurum, Anomodon viticulosus, Neckera complanata, N. crispa, Homalia trichomanoides, etc. Dans les zones à forte humidité ambiante, les hépatiques deviennent plus abondantes (notamment Cololejeunea rosettiana, Metzgeria conjugata et Plagiochila porelloides) en compagnie de plusieurs lichens: Lecania cuprea, Dermatocarpon miniatum, Bacidia fuscoviridis, etc.
Les rochers humides portent de petites mousses comme Seligeria pusilla et S. donniana ainsi que le lichen Gyalecta jenensis.

La faune locale est encore peu documentée en raison d'un accès très difficile de ce site site très accidenté. Les oiseaux et les reptiles en constituent les éléments les plus visibles. La plupart des observations sont réalisées sur la voie ferrée et à la base des rochers.

L'espèce emblématique, le faucon pélerin (Falco peregrinus) est réapparu en 1998 après une disparition en 1972. Il s'agit d'un des seuls sites de nidification naturel de l'espèce en Wallonie. Le grand-duc d'Europe (Bubo bubo) est présent également. Les anfractuosités rocheuses sont occupées par de nombreux choucas des tours (Corvus monedula). D'autres espèces intéressantes comme le pigeon colombin (Columba oenas) et le rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos) sont régulièrement contactés.

Le site accueille les trois espèces de serpents de Wallonie mais aussi une importante population de lézard des murailles (Podarcis muralis).

Les données entomologiques restent fort fragmentaires. Plusieurs Lépidoptères intéressants y ont été observés ces dernières années, notamment le némusien (Lasiommata maera), l'argus bleu-nacré (Polyommatus coridon) ou encore le sphinx de l'épilobe (Proserpinus proserpina), une espèce d'intérêt communautaire.

Monument naturel

Falaises calcaires.

Monument historique

Dans les environs se trouvent le château de Waulsort ainsi que le château de Freyr (en aval.). Sur l'autre rive de la Meuse s'étendent également les ruines du château Thierry.

Histoire du site

A compléter

Divers

Sources

RESNAT
OFFH

Répondants de l'information

E. SÉRUSIAUX / R. LAMBERT / J. SAINTENOY-SIMON / C. ROUSSEAU /

Date de la dernière modification de la fiche

2016-03-21