Portail Wallonie.be| Gouvernement Wallon| Fédération Wallonie-Bruxelles
|

1307 - Vallon du ruisseau de Vôvesène

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Fonds de Lizée / ZHIB Prairie humide du Bois de Heez
Communes :Assesse
Cantonnements DNF :Namur
Surface :15.44 ha
Coordonnées :X Lambert : 193259 - Y Lambert : 116813
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le ruisseau de Vôvesène est un petit cours d'eau du Condroz namurois dessinant, au sud de Courrière, un vallon doté d'un réel attrait esthétique et paysager. Les versants sont couverts de bois, broussailles, prairies et haies sauvages fort attractives pour l'avifaune locale. Par endroits, la roche calcaire affleure en surface permettant le développement d'une flore intéressante. Dans les sous-bois secs se rencontre par exemple l'orchis mâle (Orchis mascula), orchidée à floraison printanière. En rive droite, une magnifique érablière de ravin à langue de cerf (Asplenium scolopendrium) et lunaire vivace (Lunaria rediviva) prend place sur une zone d'éboulis, où le blaireau (Meles meles) a aménagé un remarquable réseau comprenant une trentaine de "bouches". Dans la partie amont du ruisseau s'étend une prairie humide (ZHIB) à reine des prés (Filipendula ulmaria) et scirpe des bois (Scirpus sylvaticus). Un sentier permet de longer le ruisseau et de profiter du charme de l'endroit. Mais attention, parfois la promenade vire à l'aventure dans ce coin secret du Condroz.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F0 - Condroz

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Courrière0.31 haASSESSENAMUR
Crupet7.11 haASSESSENAMUR
Maillen8.03 haASSESSENAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Namur15.44 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

A compléter

Propriétaire(s)

Commune d'Assesse.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Namur, 39, avenue Reine Astrid, 5000 Namur (Tél. : 081/71.54.11 - Fax : 081/71.54.10).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6917Prairie humide du Bois de Heez0,44 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNon30 bouches2007D. Steenhout, E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Dendrocopos minorOuiNon1 ch.2001J.-Y. Baugnée
Acrocephalus palustrisOuiNon1 ch. - ZHIB2012S. Vander Linden
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon2000D. Steenhout
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2000D. Steenhout
Lissotriton helveticusOuiNon2000D. Steenhout
Lissotriton vulgarisOuiNon2000D. Steenhout
Salamandra salamandraOuiNon2000D. Steenhout
Invertébrés - Mollusques
Vertigo antivertigoZHIB2007E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Plantes - Plantes supérieures
Aconitum lycoctonum subsp. vulparia100 pieds2012S. Vander Linden
Asplenium scolopendrium> 200 pieds2007E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Campanula persicifolia10 pieds2007E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Dipsacus pilosus100 pieds2012E. Bisteau, J.-Y. Baugnée, S. Vander Linden
Listera ovata1 pied2001J.-Y. Baugnée
Lunaria rediviva100 pieds2007E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Orchis mascula2000D. Steenhout
Rosa tomentosa2 pieds2007E. Bisteau, J.-Y. Baugnée
Sedum rubens20 pieds2007AE. Bisteau, J.-Y. Baugnée

Commentaires sur la faune

Mammifères (données D. Steenhout 2000; S. Vander Linden 2012): Meles meles, Sciurus vulgaris.

Oiseaux (données J.-Y. Baugnée 2001; S. Vander Linden 2012): Acrocephalus palustris, Dendrocopos minor.

Amphibiens (données D. Steenhout 2000): Alytes obstetricans, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Lissotriton vulgaris, Salamandra salamandra.

Odonates (données S. Vander Linden 2012; P. Louvieaux 2012): Aeshna cyanea, Anax imperator, Coenagrion puella, Enallagma cyathigerum, Ischnura elegans, Lestes sponsa, Libellula depressa, Libellula quadrimaculata, Pyrrhosoma nymphula, Sympetrum striolatum.

Commentaires sur la flore

Phanérogames (données J. Simar 2003; E. Bisteau et J.-Y. Baugnée, 2007; S. Vander Linden 2012): Acer campestre, Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Achillea ptarmica, Aconitum lycoctonum subsp. vulparia, Agrimonia eupatoria, Agrostis sp., Ajuga reptans, Alliaria petiolata, Alopecurus pratensis, Angelica sylvestris, Aphanes arvensis, Arrhenatherum elatius, Asplenium scolopendrium, Asplenium trichomanes, Bellis perennis, Brachypodium sylvaticum, Calystegia sepium, Caltha palustris, Campanula persicifolia, Campanula rapunculus, Campanula trachelium, Cardamine amara, Cardamine pratensis, Carduus nutans, Carex hirta, Carex sylvatica, Carpinus betulus, Centaurea jacea s.l., Cerastium fontanum, Cirsium arvense, Cirsium palustre, Clematis vitalba, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Crepis capillaris, Cynosurus cristatus, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Dipsacus pilosus, Dryopteris filix-mas, Epilobium hirsutum, Equisetum fluviatile, Equisetum palustre, Filipendula ulmaria, Fragaria vesca, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium palustre, Galium verum, Geranium molle, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Hedera helix, Heracleum sphondylium, Hieracium murorum, Hieracium pilosella, Holcus mollis, Hypericum dubium, Juncus articulatus, Juncus effusus, Koeleria macrantha, Lactuca serriola, Lamium galeobdolon, Larix sp., Lemna sp., Leontodon hispidus, Leucanthemum vulgare, Listera ovata, Lolium perenne, Lotus corniculatus, Lotus pedunculatus, Lunaria rediviva, Lychnis flos-cuculi, Lythrum salicaria, Mentha arvensis, Mercurialis perennis, Myosoton aquaticum, Oxalis acetosella, Paris quadrifolia, Persicaria hydropiper, Phalaris arundinacea, Phyteuma spicatum, Pimpinella saxifraga, Plantago lanceolata, Plantago major, Plantago media, Poa sp., Polygonatum multiflorum, Potentilla anserina, Potentilla sterilis, Primula elatior, Prunus avium, Prunus spinosa, Pseudotsuga menziesii, Quercus sp., Ranunculus acris, Ranunculus bulbosus, Ranunculus ficaria, Ranunculus flammula, Ranunculus repens, Ranunculus sceleratus, Ribes uva-crispa, Rosa canina s.l., Rosa tomentosa, Rubus sp., Rumex acetosa, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix caprea, Sambucus nigra, Sanguisorba minor, Scirpus sylvaticus, Scrophularia nodosa, Sedum rubens, Senecio jacobaea, Sinapis arvensis, Stachys sylvatica, Stellaria alsine, Stellaria holostea, Symphytum officinale, Taraxacum sp., Tilia platyphyllos, Torilis japonica, Trifolium dubium, Trifolium pratense, Ulmus glabra, Urtica dioica, Valeriana repens, Veronica beccabunga, Veronica chamaedrys, Veronica serpyllifolia, Viola hirta.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'une zone humide (ZHIB prairie humide du Bois de Heez) et d'un vallon herbager et forestier de grand intérêt paysager et biologique.

Menaces

Intensification du pâturage sur les prairies maigres (érosion !).

Recommandations

Il conviendrait de trouver un accord avec les agriculteurs locaux pour une utilisation plus extensive des prairies (via notamment les mesures agri-environnementales).
ZHIB: il pourrait être intéressant d'envisager le creusement d'une ou de plusieurs mares. Un pâturage tres extensif pourrait aussi être mis en place dans une partie du site.

Plan de gestion

Les prairies sont pâturées par des vaches. Les forêts semblent peu exploitées, sans doute en raison d'un accès assez difficile. La prairie humide sous statut ZHIB a été clôturée en 2002 par la commune d'Assesse mais aucune mesure de gestion ne semble y avoir eu lieu à ce jour.

Accès du public

Le vallon est parcouru par un sentier le long du ruisseau. Il est accessible par un chemin carossable venant du village de Maillen.

Détails

Description physique

Le ruisseau de Vôvesène est un petit cours d'eau condruzien à débit intermittant, prenant sa source dans les champs au sud du hameau de Corioule (Assesse), à l'altitude de 265 m, et confluant avec le Crupet après un parcours d'environ 3 kilomètres, en amont du village de Crupet.

Durant les deux premiers kilomètres, il coule dans un vallon assez évasé, à travers des champs et des prairies. A partir du lieu-dit 'Baive', son parcours est beaucoup plus encaissé avec des versants escarpés et présentant par endroits des chaos rocheux et des éboulis moussus.

Description biologique

J.-Y. BAUGNEE et E. BISTEAU (octobre 2007): Le ruisseau de Vôvesène prend sa source au milieu des champs et traverse ensuite, sur près de deux kilomètres, des pâtures banales sans grand intérêt. Ce n'est qu'à hauteur du lieu-dit "Baive", que le site devient attractif et présente une réelle valeur paysagère autant que floristique.

En amont du chemin de terre menant vers le Bois le Prévot et la ferme de Lizée, s'étend une prairie marécageuse bénéficiant, depuis mars 2005, du statut de zone humide d'intérêt biologique (ZHIB "Prairie humide du Bois de Heez"). Sur une surface d'environ 4 ares, on y observe une végétation dense, à tendance nitrophile, constituée principalement de plages de Scirpus sylvaticus et d'une mégaphorbiaie à hautes herbes dominée par Filipendula ulmaria, Epilobium hirsutum et Urtica dioica. Diverses autres espèces hygrophiles s'y rencontrent comme Lotus pedunculatus, Achillea ptarmica, Mentha arvensis, Veronica beccabunga, Carex hirta, Cardamine pratensis, Calystegia sepium, Stellaria alsine, Galium palustre, Galium aparine, Ranunculus flammula, Equisetum palustre, Rumex acetosa, Ajuga reptans, Lythrum salicaria, Valeriana repens, Angelica sylvestris, Persicaria hydropiper, Juncus effusus, Juncus articulatus, etc. La prairie est bordée au nord par une rangée de jeunes saules têtards (Salix sp.).

La faune de cette zone humide demeure encore relativement peu connue. On relève la présence d'au moins quatre espèces d'amphibiens (Alytes obstetricans, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Lissotriton vulgaris - obs. D. Steenhout). Une population du mollusque gastéropode Vertigo antivertigo a été observée dans la scirpaie en 2007. Quoique assez répandu en Belgique, cet escargot très hygrophile habite des stations toujours très localisées et constitue un bon indicateur des zones humides bien préservées. En 2012, une dizaine d'espèces de libellules ont été notées à cet endroit (obs. S. Vander Linden et P. Louvieaux).

Au delà de cette prairie, le ruisseau traverse, sur environ 350 m, un ensemble de pâtures relativement banales sur le plan botanique, à l'exception du versant droit -orienté à cet endroit vers le sud-est- où de petits affleurements calcaires pointent ici et là. Certains d'entre-eux portent une végétation de pré maigre rassemblant plusieurs espèces calcicoles dont la plus remarquable est certainement Sedum rubens. Cette minuscule plante grasse n'est plus connue en Wallonie que de 5 localités et figure sur la liste rouge dans la catégorie des espèces menacées d'extinction! Une vingtaine de plantes ont été dénombrées en octobre 2007, dont plusieurs présentaient encore des fleurs. Cette intéressante station héberge aussi Sanguisorba minor, Koeleria macrantha, Hieracium pilosella, Galium verum, Bellis perennis, Trifolium dubium, Aphanes arvensis, Lotus corniculatus, Ranunculus bulbosus, ...

Le haut de ce versant est occupé par des fourrés formés surtout par Crataegus monogyna. On note aussi quelques pieds de Cytisus scoparius, ainsi que Rosa gr. canina, Corylus avellana, Cornus sanguinea, Rubus sp., Rumex acetosa, Campanula rapunculus, Senecio jacobaea, Potentilla sterilis, Viola hirta, etc.

Plus bas, le parcours du ruisseau s'inscrit essentiellement en milieu forestier, pratiquement jusqu'à la confluence avec le Crupet. Le ri a aujourd'hui un débit intermittent et ne présente que très peu de végétation herbacée rivulaire. Le lit est argileux avec quelques secteurs graveleux ou rocheux. La reproduction de la salamandre tachetée (Salamandre salamandre) y est signalée (obs. D. Steenhout).

Le fond du vallon voit se succéder des boisements spontanés (frênaie rivulaire notamment) et diverses plantations (Larix sp., Populus sp., Picea abies). Dans le sous-bois assez luxuriant, on observe de très grosses aubépines (Crataegus monogyna, essentiellement), Sambucus nigra, Acer campestre, Salix caprea, Rubus sp. et d'épaisses nappes de Hedera helix sur les gros peupliers notamment. Parmi la strate herbacée se distingue un beau peuplement de Dipsacus pilosus, ainsi que Urtica dioica, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Stachys sylvatica, Oxalis acetosella, Scrophularia nodosa, etc.

Sur le versant droit, aux parties les plus accidentées d'exposition est à nord-est s'étend une magnifique érablière de ravin sur éboulis, avec Acer pseudoplatanus, Acer campestre, Tilia platyphyllos, Carpinus betulus, Fraxinus excelsior, Prunus avium, Corylus avellana, Ulmus glabra, Ribes uva-crispa, Sambucus nigra, Hedera helix et, dans la strate herbacée, Asplenium scolopendrium, Dryopteris filix-mas, Lunaria rediviva, Mercurialis perennis, Cardamine pratensis, Alliaria petiolata, Lamium galeobdolon, Primula elatior, Asplenium trichomanes, ... Le reste de la couverture forestière se compose de chênaies-charmaies à Campanula persicifolia, Polygonatum multiflorum, ... et de frênaies sur colluvions à Cardamine pratensis, Mercurialis perennis, notamment. Une plante particulièrement rare et localisée dans le Condroz, Aconitum lycoctonum subsp. vulparia, y a été observée en 2012 (obs. S. Vander Linden).

C'est dans ce secteur très tranquille que s'est développé un remarquable réseau de terriers de blaireau (Meles meles), comprenant une trentaine de "bouches" (D. Steenhout, comm. orale, 2001).

Le versant gauche du vallon, d'exposition ouest, est plus mésophile que le flanc opposé et couvert essentiellement de chênaies-charmaies et de frênaies. Par endroits, le boisement prend l'aspect de prés-bois, en raison d'un pâturage apparemment régulier par des bovins. Des taillis et fourrés denses se rencontrent localement, avec Corylus avellana, Acer campestre, Prunus spinosa, Rosa sp., Crataegus monogyna, Clematis vitalba, etc. On observe en outre une belle tiliaie-érabliaie, localisée dans un chaos rocheux, où abonde Mercurialis perennis mais d'où semble absent Asplenium scolopendrium.

Dans la lisière en contact avec les prairies du plateau, apparaissent diverses espèces arbustives héliophiles dont Rosa tomentosa, espèce caractéristique du Berberidion, en forte régression en Wallonie.

La faune, et en particulier l'entomofaune, du vallon de Vôvesène n'a pas encore fait l'objet d'inventaires détaillés. On y a signalé récemment la présence d'un microlépidoptère, Coleophora trigeminella, auparavant inconnu en Belgique (BAUGNEE, 2011).

Monument naturel

A compléter

Monument historique

A compléter

Histoire du site

A compléter

Divers

Sources

RESNAT-RW

Répondants de l'information

E. BISTEAU & J.-Y. BAUGNEE (SPW/DGARNE/DEMNA/DNE/OFFH, Avenue Maréchal Juin, 23, B-5030 Gembloux).

Date de la dernière modification de la fiche

2013-04-08