Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

206 - Papignies

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Marais de Papignies
Communes :Ath, Lessines
Cantonnements DNF :Mons
Surface :17.28 ha
Coordonnées :X Lambert : 110511 - Y Lambert : 151935
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

A compléter

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • B0 - Région limoneuse hennuyère
  • B4 - Hainaut oriental

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Isières3.07 haATHHAINAUT
Papignies14.21 haLESSINESHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Mons17.28 haMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
194Papignies36,09 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Accipiter nisusOuiNon
Ardea cinereaOuiNon
Buteo buteoOuiNon
Cuculus canorusOuiOui
Dendrocopos majorOuiNon
Dendrocopos minorOuiNon
Falco tinnunculusOuiNon
Oriolus oriolusOuiOui
Picus viridisOuiNon
Plantes - Plantes supérieures
Aristolochia clematitis
Triglochin palustris

Commentaires sur la faune

Pas d'inventaire des mammifères, mais Mustella nivea, M. erminea, M. putorius fréquentent le site.

Les oiseaux Dendrocopos minor, D. major, Picus viridis (favorisés par les nombreux troncs d'arbres morts), Ardea cinerea, Oriolus oriolus, Cuculus canorus, Buteo buteo, Falco tinnunculus, Accipiter nisus y ont été observés.

Parmi les coléoptères Psélaphidés, on a noté : Tychus niger, Bythinus macropalpus, Trissemus impressus, Rybaxis longicornis, Brachygluta sinuata (nouvelle espèce belge), etc.


Commentaires sur la flore

Des espèces très rares existaient dans les marais de Papignies au XIXe siècle (herbier Fontaine). Elles devraient être recherchées et des mesures de gestion adéquates pourraient peut-être les favoriser (Triglochin palustris, Miryophyllum verticillatum, Juncus compressus, Aristolochia clematitis, etc).
Espèces très intéressantes : Oenanthe aquatica, Rorippa amphibia.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un des derniers marais dans une région presque exclusivement vouée à l'agriculture.

Menaces

La menace la plus sérieuse qui pèse sur le site est l'éventuel passage de l'autoroute A8 dont le tracé projeté passe au milieu du marais.

Recommandations

Modification du tracé de l'A8. Exploitation des peupliers, fauchage des orties, etc.

Plan de gestion

Plan de gestion dans la demande d'agrément. Fauchage, enlèvement des arbustes excédentaires, etc.

Accès du public

Accès limité aux visites guidées. Un sentier didactique sera aménagé en 1993.

Détails

Description physique

Le site se trouve enclavé dans les 'marais de Papignies' qui s'étendent dans la plaine alluviale de la Dendre, très large à cet endroit, sur sa rive gauche. Des ruisseaux, le Rieu des Baussières et le Rieu des Pauvres y coulent. Une parcelle se trouve le long de la Dendre canalisée. Le site est traversé par la voie de chemin de fer Ath-Lessines.

Description biologique

La plus grande partie du marais est occupée par d'anciennes prairies de fauche en voie de colonisation forestière rapide par les saules. Des plantations de peuplier y ont été établies. La croissance des arbres (Populus x canadensis) est médiocre dans ces sols trop humides. Les troncs cassés, les chablis, le dépérissement fréquent des peupliers en témoigne. La strate herbacée, enrichie par l'apport des feuilles mortes, est extrêmement nitrophile. On note d'importants peuplements d'Urtica dioica, Galium aparine, Myosoton aquaticum, etc. L'évolution tend vers la formation d'une frênaie-aulnaie où Quercus robur, Alnus glutinosa, Fraxinus excelsior, etc. dominent. Sous ce recouvrement arbustif en voie d'extension existent encore quelques plages de Phalaris arundinacea (CORINE 53.16), Glyceria maxima (CORINE 53.15),... Les roselières ont disparu.
Diverses espèces palustres, des aulanies et des coupes forestières se rencontrent également : Carduus crispus subsp. multiflorus, Symphytum officinale, Persicaria amphibia F. terrestre, Lysimachia vulgaris, Humulus lupulus, Eupatorium cannabinum, Solanum dulcamara, Lycopus europaeus, Filipendula ulmaria, Pulicaria dysenterica, Epilobium hirsutum, Hedera helix, Sambucus nigra, Caltha palustris, Iris pseudacorus, Mentha aquatica, etc. (Filipendulion fragmentaire, CORINE 37.1).
Les zones les plus humides se trouvent le long de la voie ferrée. En partant des parties les plus déprimées vers leur périphérie on rencontre :
- une roselière amphibie très intéressante et rare dans nos régions à Oenanthe aquatica et Rorippa amphibia (CORINE 53.146);
- une roselière à Glyceria maxima (CORINE 53.15);
- des fragments d'aulnaie et de saussaie à Salix x multinervis, S. triandra, S. viminalis, S. cinerea (CORINE 44.121).

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Le site est un des derniers vestiges d'un très grand marais qui existait au sud, à l'est et au nord de Papignies, dans la vallée de la Dendre, jusqu'à Lessines. Plusieurs lieux-dits en témoignent encore aujourd'hui (Les Grands Marais, les Marais, etc).

Divers

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994)