Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

301 - Mares du Bois de Baudour

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Au Chemin de Bruxelles (ZHIB)
Communes :Jurbise, Saint-Ghislain
Cantonnements DNF :Mons
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 113833 - Y Lambert : 132166
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Situé en Hainaut occidental, dans une région sablonneuse appelée «la Campine hennuyère», à une altitude de 85 mètres environ, le site est constitué d'une quinzaine de mares et de petits étangs oligotrophes répartis au sein du Bois de Baudour. Il s'agit pour certains d'anciennes fosses d'exploitation de l'argile qui se sont remplies d'une eau acide, peu profonde, favorable au développement des sphaignes (Sphagnum spp.) et d'autres plantes acidophiles amphibies comme le jonc bulbeux (Juncus bulbosus). Les abords sont fréquemment colonisés par de petites landes sur sol paratourbeux, avec comme espèces phares la bruyère quaternée (Erica tetralix) et le jonc raide (Juncus squarrosus), ainsi que par des fragments de bas-marais à laîche blanchâtre (Carex canescens) et laîche noire (Carex nigra). Ces milieux, déjà rares dans le passé, sont devenus exceptionnels au nord du sillon sambro-mosan, ce qui a justifié la création, au lieu-dit «Au Chemin de Bruxelles», d'une zone humide d'intérêt biologique (ZHIB) d'une superficie de 7,6 hectares. Dans les années 2000, les mares ont fait l'objet d'un important programme de restauration visant notamment leur remise en lumière. Ces travaux ont eu des effets spectaculaires sur l'entomofaune, en particulier sur les libellules qui comptent à présent pas moins de 43 espèces, dont nombre d'éléments d'intérêt patrimonial.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • B0 - Région limoneuse hennuyère

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
BaudourSAINT-GHISLAINHAINAUT
HerchiesJURBISEHAINAUT

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
MonsMons

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

CPAS de Mons.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Oui

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Mons, rue Achille Legrand, 16, 7000 Mons (Tél. : 065/32.82.49 - Fax : 065/32.82.44).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6924Mares du Bois de Baudour7,6435 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNon2015Th. Paternoster et al.
Anas creccaNonOuiNicheur (min. 3 couples)2015V. Leirens et al.
Botaurus stellarisOuiOui2012Th. Paternoster
Cuculus canorusOuiOui2014Th. Paternoster
Dryocopus martiusOuiNon2015Divers obs.
Falco subbuteoOuiNon2013Th. Paternoster
Gallinula chloropusOuiNon2007Th. Paternoster
Pernis apivorusOuiNonNicheur local2015T. Coppée
Tachybaptus ruficollisOuiNonNicheur2016Th. Paternoster et al.
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNon2017Th. Paternoster, P. Dupriez
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2015Th. Paternoster, P. Dupriez
Lissotriton helveticusOuiNon2015Th. Paternoster, P. Dupriez
Lissotriton vulgarisOuiNon2014P. Dupriez
Pelophylax kl. esculentusOuiNon2015Th. Paternoster, P. Dupriez
Pelophylax lessonaeOuiNon2015Th. Paternoster, P. Dupriez
Rana temporariaOuiNon2015Th. Paternoster, P. Dupriez
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura iliaNonNon2011Th. Paternoster
Apatura irisNonNon2014Th. Paternoster
Argynnis paphiaNonNon2013Th. Paternoster
Limenitis camillaNonNon2014Th. Paternoster
Nymphalis polychlorosNonNon2013J.-L. et T. Coppée
Invertébrés - Insectes - Libellules
Anax parthenopeNonNon2 ex.2015Th. Paternoster
Brachytron pratenseOuiOuirare2014Th. Paternoster
Ceriagrion tenellumOuiOuimax. 200 ex.2016APh. Goffart, Th. Paternoster et al.
Coenagrion pulchellumOuiOuirare2015Th. Paternoster, T. Coppée
Cordulegaster boltoniiNonNon2016Th. Paternoster
Erythromma najasNonNon2016Th. Paternoster et al.
Ischnura pumilioNonOuirare2016Th. Paternoster
Lestes dryasOuiOuiRare2016ATh. Paternoster et al.
Lestes virensOuiOuimax. 400 ex.2016ATh. Paternoster et al.
Leucorrhinia dubiaOuiOui1 ex.2012Th. Paternoster
Leucorrhinia pectoralisOuiOuimax. 9 ex.2016Th. Paternoster et al.
Leucorrhinia rubicundaOuiOuimax. 2 ex.2016Th. Paternoster
Libellula fulvaOuiOui1 ex.2016Th. Paternoster
Somatochlora flavomaculataOuiOui1 ex.2015Th. Paternoster
Sympecma fuscaOuiOui2012Th. Paternoster
Sympetrum danaeNonNon2014Th. Paternoster
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Tetrix ceperoi2011Th. Paternoster
Plantes - Plantes supérieures
Callitriche obtusangula2010C. Delmarche
Carex arenaria2008P. Dupriez
Carex canescens2015C. Delmarche, P. Dupriez
Carex pseudocyperus2016Th. Paternoster
Carex rostrata2016Th. Paternoster
Carex vesicaria2014Th. Paternoster
Centaurium erythraea2016Th. Paternoster
Erica tetralixMare Vercruysse2016Th. Paternoster
Hydrocotyle vulgaris2015C. Delmarche, P. Dupriez
Isolepis setacea
Juncus squarrosus2016Th. Paternoster
Osmunda regalis5 touffes2013C. Delmarche, Th. Paternoster
Utricularia vulgaris/australis2015Th. Paternoster, T. Coppée
Plantes - Mousses - Bryophytes
Riccia fluitans2014P. Dupriez
Sphagnum fallax
Sphagnum fimbriatum
Sphagnum inundatum
Sphagnum teres

Commentaires sur la faune

Mammifères (données T. Paternoster, 2005-2016; T. Coppée, 2015): Capreolus capreolus, Clethrionomys glareolus, Sciurus vulgaris, Sus scrofa, Vulpes vulpes.

Oiseaux (données T. Paternoster, 2005-2016; V. Leirens, 2010-2016; T. Coppée, 2015): Alcedo atthis, Alopochen aegyptiacus, Anas crecca, Anas platyrhynchos, Anser anser, Ardea cinerea, Aythya fuligula, Botaurus stellaris, Branta canadensis, Buteo buteo, Carduelis carduelis, Cuculus canorus, Dryocopus martius, Falco subbuteo, Gallinula chloropus, Garrulus glandarius, Pernis apivorus, Sitta europaea, Tachybaptus ruficollis.

Reptiles (données T. Paternoster, 2005-2016; P. Dupriez, 2014): Trachemys scripta, Zootoca vivipara.

Amphibiens (données T. Paternoster, 2005-2016; C. et N. Percsy, 2013; P. Dupriez, 2014): Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Lissotriton vulgaris, Pelophylax kl. esculentus, Pelophylax lessonae, Rana temporaria.

Odonates (données T. Paternoster, 2004-2016 + divers obs. 2005-2016): Aeshna affinis, Aeshna cyanea, Aeshna grandis, Aeshna mixta, Anax imperator, Anax parthenope, Brachytron pratense, Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Ceriagrion tenellum, Coenagrion puella, Coenagrion pulchellum, Coenagrion scitulum, Cordulegaster boltonii, Cordulia aenea, Crocothemis erythraea, Enallagma cyathigerum, Erythromma lindenii, Erythromma najas, Erythromma viridulum, Gomphus pulchellus, Ischnura elegans, Ischnura pumilio, Lestes dryas, Lestes sponsa, Lestes virens, Lestes viridis, Leucorrhinia dubia, Leucorrhinia pectoralis, Leucorrhinia rubicunda, Libellula depressa, Libellula fulva, Libellula quadrimaculata, Orthetrum cancellatum, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Somatochlora flavomaculata, Somatochlora metallica, Sympecma fusca, Sympetrum danae, Sympetrum fonscolombii, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum.

Lépidoptères rhopalocères (données T. Paternoster, 2010-2016; P. Goffart, 2005-2008; J.-L. et T. Coppée, 2013-2015): Aglais urticae, Apatura ilia, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Argynnis paphia, Celastrina argiolus, Coenonympha pamphilus, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Limenitis camilla, Maniola jurtina, Neozephyrus quercus, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyronia tithonus, Thymelicus lineolus, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Coléoptères (données T. Paternoster, 2005-2015; T. Coppée, 2015): Acilius sulcatus, Adalia decempunctata, Agabus guttatus, Agabus sturmii, Anacaena limbata, Bembidion doris, Cicindela campestris, Coccinella quinquepunctata, Coccinella septempunctata, Coelostoma orbiculare, Cybister lateralimarginalis, Elaphrus cupreus, Enochrus coarctatus, Enochrus nigritus (= isotae), Graphoderus cinereus, Graphoderus zonatus, Harmonia axyridis, Helochares lividus, Helophorus grandis, Helophorus minutus, Hydaticus seminiger, Hydrobius fuscipes, Hydroporus angustatus, Hydroporus erythrocephalus, Hydroporus palustris, Hygrobia hermanni, Hygrotus inaequalis, Hyphydrus ovatus, Ilybius (= Agabus) chalconatus, Leptura quadrifasciata, Noterus clavicornis, Noterus crassicornis, Propylea quatuordecimpunctata, Rhantus frontalis, Stenolophus mixtus.

Hétéroptères aquatiques ( données T. Paternoster, 2007-2009) : Corixa punctata, Cymatia coleoptrata, Gerris sp., Hesperocorixa castanea, Hesperocorixa sahlbergi, Ilyocoris cimicoides, Microvelia reticulata, Notonecta glauca, Plea minutissima, Ranatra linearis, Sigara falleni, Sigara nigrolineata, Sigara scotti, Sigara semistriata, Sigara striata.

Orthoptères ( données T. Paternoster, 2011) : Tetrix ceperoi, Tetrix undulata.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données T. Paternoster et C. Delmarche, 2010-2016; P. Dupriez 2014 + divers obs. 2010-2015): Agrostis canina, Agrostis stolonifera, Ajuga reptans, Alnus glutinosa, Athyrium filix-femina, Betula pubescens, Calamagrostis epigejos, Calluna vulgaris, Callitriche obtusangula, Cardamine flexuosa, Carex acuta, Carex acutiformis, Carex arenaria, Carex canescens, Carex demissa, Carex disticha, Carex nigra, Carex ovalis, Carex pilulifera, Carex pseudocyperus, Carex remota, Carex rostrata, Carex sylvatica, Carex vesicaria, Centaurium erythraea, Cerastium semidecandrum, Corydalis solida, Cotoneaster rehderi, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Dryopteris carthusiana, Eleocharis palustris, Epilobium angustifolium, Epilobium tetragonum, Epipactis helleborine, Eupatorium cannabinum, Frangula alnus, Galanthus nivalis, Galium palustre, Geranium molle, Glyceria maxima, Gnaphalium uliginosum, Heracleum sphondylium, Hyacinthoides x massartiana, Hydrocotyle vulgaris, Hypericum perforatum, Iris pseudacorus, Isolepis setacea, Juncus articulatus, Juncus bufonius, Juncus bulbosus, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Juncus squarrosus, Juncus tenuis, Larix decidua, Lemna minuta, Limnanthes douglasii, Lotus pedunculatus, Luzula multiflora, Luzula pilosa, Lycopus europaeus, Lysimachia nemorum, Lysimachia nummularia, Lysimachia vulgaris, Mentha x verticillata, Molinia caerulea, Myosotis scorpioides, Osmunda regalis, Persicaria amphibia, Persicaria hydropiper, Phragmites australis, Potentilla anserina, Potentilla erecta, Prunella vulgaris, Prunus serotina, Pteridium aquilinum, Quercus robur, Ranunculus flammula, Salix aurita, Salix caprea, Senecio inaequidens, Sorbus aucuparia, Stellaria alsine, Trifolium repens, Utricularia vulgaris/australis, Vaccinium myrtillus, Veronica beccabunga, Veronica officinalis.

Bryophytes: Riccia fluitans, Sphagnum fallax, Sphagnum fimbriatum, Sphagnum inundatum, Sphagum teres.

Champignons (données SMNF, 2010-2014): Agrocybe brunneola, Aleuria aurantia, Amanita citrina f. alba, Amanita citrina, Amanita excelsa var. spissa, Amanita fulva, Amanita muscaria (incl. var. fuligineoverrucosa), Amanita phalloides, Amanita porphyria, Amanita pseudofriabilis, Amanita rubescens, Artomyces pyxidatus, Asterophora agaricoides, Auricularia auricula-judae, Auriscalpium vulgare, Baeospora myosura,Bisporella citrina, Bjerkandera adusta, Bolbitius titubans var. vitellinus, Boletus edulis, Boletus erythropus, Boletus pulverulentus, Bovista plumbea, Bulgaria inquinans, Calocera cornea, Calvatia excipuliformis, Cantharellus cibarius, Chalciporus piperatus, Chlorophyllum rhacodes var. bohemica, Chlorophyllum rhacodes, Ciboria batschiana, Clavulina collaroides (= C. cristata), Clavulinopsis helvola, Clitocybe clavipes, Clitocybe costata, Clitocybe dealbata, Clitocybe decembris, Clitocybe gibba, Clitocybe odora, Clitocybe phaeophthalma, Clitocybe phyllophylla, Clitopilus prunulus, Collybia aquosa, Collybia butyracea f. asema, Collybia butyracea, Collybia confluens, Collybia erythropus, Collybia maculata, Collybia peronata, Coprinus alopecia, Coprinus atramentarius, Coprinus comatus, Coprinus disseminatus, Coprinus lagopus, Coprinus leiocephalus, Coprinus micaceus, Coprinus romagnesianus, Cordiceps canadensis, Cordiceps ophioglossoïdes, Cortinarius alboviolaceus, Cortinarius bolaris, Cortinarius delibutus, Cortinarius hemithricus, Crepidotus cesatii, Crepidotus mollis, Crucibulum laeve, Cudoniella acicularis, Cystoderma amianthunum, Daedaleopsis confragosa, Daldinia concentrica, Diatrype stigma, Echinoderma asperum, Entoloma byssisedum, Entoloma conferendum, Entoloma rhodopolium (incl. f. nidorosum), Exidia glandulosa, Fistulina hepatica,Flammulina velutipes, Fomes fomentarius, Galerina vittiformis, Ganoderma adspersum, Ganoderma lipsiense, Gymnopilus junionus, Gymnopilus penetrans, Hebeloma crustuliniforme, Hebeloma leucosarx, Hebeloma mesophaeum, Hebeloma pusillum, Hebeloma sinapizans, Hebeloma velutipes, Helvella crispa, Helvella lacunosa, Heterobasidion annosum, Humaria hemisphaerica, Hygrocybe conica, Hygrocybe miniata, Hygrophoropsis aurantiaca, Hymenopellis radicata, Hymenoscyphus fructigenus, Hymenoscyphus umbilicatus, Hypholoma fasciculare (incl. f. pusillum), Hypoxylon fragiforme, Hypoxylon fuscum, Inocybe appendiculata, Inocybe asterospora, Inocybe dulcamara, Inocybe geophylla, Inocybe hygrophana, Inocybe kuehneri, Inocybe lanuginosa, Inocybe maculata, Inocybe praetervisa, Inocybe umbrina, Kuehneromyces mutabilis, Laccaria affinis, Laccaria amethystina, Laccaria laccata, Lacrymaria lacrymabunda, Lactarius blennius f. virescens, Lactarius blennius, Lactarius camphoratus, Lactarius cimicarius, Lactarius decipiens, Lactarius glyciosmus, Lactarius helvus, Lactarius necator, Lactarius pubescens var. betularum, Lactarius quietus, Lactarius subdulcis, Lactarius tabidus, Lactarius torminosus, Laetiporus sulphureus, Leccinum brunneogriseolum, Leccinum scabrum, Leccinum variicolor, Leotia lubrica, Lepiota alba, Lepiota cristata, Lepiota fuscovinacea, Lepiota josserandii, Lepista flaccida, Lepista nuda, Leucoagaricus georginae, Leucocoprinus brebissonii, Lycoperdon molle, Lycoperdon perlatum, Lycoperdon umbrinum, Lyophyllum leucophaeatum, Macrolepiota fuliginosa, Marasmiellus ramealis, Marasmius alliaceus, Marasmius bulliardii, Marasmius epiphyllus, Marasmius oreades, Marasmius quercophilus, Marasmius rotula, Megacollybia platyphylla, Melanoleuca brevipes, Melanoleuca polioleuca, Meripilus giganteus, Meruliopsis corium, Morganella piriforme, Mucidula mucida, Mutinus caninus, Mycena acicula, Mycena aetites, Mycena alcalina, Mycena capillaripes, Mycena clavicularis, Mycena crocata, Mycena epipterygia, Mycena filopes, Mycena flavescens, Mycena galericulata, Mycena galopus (incl. var. candida), Mycena haematopus, Mycena leptocephala, Mycena pelianthina, Mycena pura, Mycena rosea, Mycena sanguinolenta, Mycena stylobates, Mycena tenerrima, Mycena vitilis, Nectria cinnabarina, Neobulgaria pura var. foliacea, Orbilia delicatula, Otidea alutacea, Otidea bufonia, Otidea onotica, Oudemansiella mucida, Panellus stipticus, Paxillus filamentosus, Paxillus involutus, Peniophora cinerea, Peniophora quercina, Peziza badia, Peziza cerea, Peziza praetervisa, Phaeolus schweinitzii, Phallus impudicus, Phanerochaete sordida, Phellinus ferruginosus, Pholiota apicrea, Pholiota flammans, Pholiota gummosa, Pholiota tuberculosa,Piptoporus betulinus, Pleurotus ostreatus, Pleurotus pulmonarius, Plicaturopsis crispa, Pluteus cervinus, Pluteus leoninus, Pluteus salicinus, Polyporus durus, Polyporus leptocephalus, Postia stiptica, Postia subcaesia, Postia tephroleuca, Psathyrella artemisiae, Psathyrella candolleana, Psathyrella conopilus, Psathyrella cotonea, Psathyrella gracilis, Psathyrella piluliformis, Psathyrella prona, Rhytisma acerinum, Rickenella fibula, Russula amoenolens, Russula atropurpurea, Russula betularum, Russula brunneoviolacea, Russula claroflava, Russula cyanoxantha (incl. f. peltereaui), Russula fageticola, Russula fellea, Russula grisea, Russula heterophylla, Russula nigricans, Russula ochroleuca, Russula parazurea, Russula pectinatoides, Russula praetervisa, Russula raoultii, Russula velenovskyi, Russula violeipes (incl. f. citrina), Sarcomyxa serotina, Schizophyllum commune, Schizopora paradoxa, Scleroderma citrinum, Scleroderma verrucosum, Skeletocutis nivea, Stecherinum ochraceum, Stereum hirsutum, Stereum ochraceoflavum, Stereum rugosum, Suillus bovinus, Suillus grevillei, Tarzetta catinus, Tephrocybe anthracophila, Thelephora terrestris, Trametes gibbosa, Trametes hirsuta, Trametes versicolor, Tremella foliacea, Tremella lutescens, Trichaptum abietinum, Tricholoma cingulatum, Tricholoma fulvum, Tricholoma sulfureum, Tricholomopsis rutilans,Tubaria conspersa, Tylopilus felleus, Volvariella hypopithys, Volvariella speciosa, Xerocomus badius, Xerocomus chrysenteron, Xerocomus communis, Xerocomus parasiticus, Xerocomus rubellus, Xerocomus subtomentosus, Xylaria hypoxylon.

Espèces exotiques

Plantes: Cotoneaster rehderi, Hyacinthoides x massartiana, Juncus tenuis, Larix decidua, Lemna minuta, Limnanthes douglasii, Prunus serotina, Senecio inaequidens.

Animaux: Alopochen aegyptiacus, Branta canadensis, Harmonia axyridis, Trachemys scripta.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection et restauration des dernières mares oligotrophes du bois de Baudour (projet de restauration et création de mares intraforestières en Campine hennuyère).

Menaces

A compléter

Recommandations

Suivi des travaux de restauration.

Plan de gestion

Les mares font l'objet d'un programme de restauration depuis 2001 dans le cadre d'un projet plus vaste intitulé "restauration et création de mares intraforestières en Campine hennuyère". Le plan de gestion est réalisé et évalué périodiquement par le Département de l'Etude du Milieu Naturel et Agricole (ex. C.R.N.F.B. de Harchies).

Ce plan de gestion tient compte de la présence d'espèces sensibles comme l'osmonde royale (Osmunda regalis) et de la découverte récente (en 2005) de la libellule Lestes virens et d'autres odonates menacés. Des travaux de déboisement mettant en lumière les plans d'eau ont été finalisés en 2005. Des zones de liaison ont également été aménagées entre ces mares. Diverses autres opérations sont prévues dans les années à venir (curage localisé, déboisements, ...). L'évolution de la faune et de la flore est suivi régulièrement.

Accès du public

A compléter

Détails

Description physique

Localisé dans le Hainaut occidental, au sein du Bois de Baudour, le site est constitué d'une série de petits étangs et mares infraforestiers, peu profonds, à fond tourbeux et aux eaux acides. Le socle géologique est constitué de sables quaternaires très acides. Les étangs situés à l'ouest se trouvent aux sources du ruisseau de la Briserie, l'étang situé au nord-est est établi sur un affluent de ce ruisseau.

Le site se trouve à une altitude comprise entre 80 et 90 m. Il fait partie de la région atlantique et est inclus dans le district phytogéographique brabançon.

Les étangs centraux constituent une zone humide d'intérêt biologique (ZHIB) d'environ 7,6 ha.

Description biologique

Le site comprend plusieurs étangs et mares dispersés au sein du Bois de Baudour, ainsi que les zones forestières et ouvertes qui les entourent. L'intérêt botanique de cette zone humide n'avait pas échappé à nos prédécesseurs. Ainsi, DELVOSALLE (1954) signalait à propos de l'étang oriental: «Une dépression est occupée par un étang entouré d'un Ericetum, ou lande tourbeuse, typique, quoique assez pauvre: Erica tetralix, et sa variété à fleurs blanches, y abonde avec Sphagnum compactum et Eriophorum angustifolium; dans la partie constamment sous eau on note Carex rostrata et Typha angustifolia». Eriophorum angustifolium semble avoir disparu depuis cette époque, mais pas Erica tetralix.

Les trois plans d'eau centraux inclus dans la ZHIB sont relativement pauvres floristiquement, mais plusieurs des espèces présentes sont rares pour la région. Ils sont colonisés habituellement par Juncus bulbosus, souvent très abondant, de même que par Utricularia vulgaris/australis, plante carnivore aquatique très rare dont l'identité doit encore être précisée et observée ici depuis au moins 2014.

Les bords en pente faible sont envahis par les sphaignes elles-mêmes recouvertes de plages de Hydrocotyle vulgaris, accompagné de Carex canescens notamment. Ensuite vient une ceinture gazonnante, fragmentaire, d'Agrostis canina qui est suivie par des touradons de Molinia caerulea, formant parfois des prairies inondées quasi en permanence. Sur les sols humides paratourbeux bien éclairés apparaissent Erica tetralix, Juncus squarrosus, Galium palustre, etc. S'y ajoutent quelques cariçaies à Carex acuta ou à Carex rostrata selon les endroits. Lysimachia vulgaris y apparaît localement avec d'autres espèces hygrophiles.

Aux endroits plus secs, des fragments de landes se maintiennent ou s'établissent à la faveur d'éclaircies, comportant Calluna vulgaris, Potentilla erecta, Luzula multiflora, Carex pilulifera, Deschampsia flexuosa, ...

Les queues d'étang sont comblées par des populations de Juncus effusus. Salix aurita forme une saulaie fragmentaire. Les arbres et arbustes qui se penchent sur les eaux sont principalement Betula pubescens, Alnus glutinosa, Frangula alnus, Sorbus aucuparia. Les bois avoisinants sont formés de chênaies-boulaies à Molinia caerulea, Vaccinium myrtillus, Pteridium aquilinum.

Une fougère remarquable, Osmunda regalis, forme une très belle touffe au bord de l'étang le plus occidental. Les travaux de restauration ont permis un certain essaimage de l'espèce et l'on compte actuellement plusieurs autres touffes sur l'ensemble du site.

Les travaux de restauration menés également en dehors de la ZHIB ont relancés une dynamique de colonisation végétale particulièrement intéressante avec la participation de nombreux joncs et laîches.

La mare dite «Patte d'Oie», située près de la source du ruisseau de Gronde, montrait par exemple (obs. T. Paternoster, 2016): Juncus squarrosus, Juncus bulbosus, Juncus articulatus, Juncus bufonius, Juncus effusus, Lotus pedunculatus, Veronica beccabunga, Carex ovalis, Carex remota, Carex pilulifera, Calluna vulgaris, Hypericum perforatum, Potentilla erecta, Persicaria hydropiper, Juncus tenuis, Eupatorium cannabinum.

Une des mares au lieu-dit Ronde Maison, près de la lisière nord du bois, accueillait en 2013-14: Juncus bufonius, Vaccinium myrtillus, Carex canescens, Carex rostrata, Juncus articulatus, Juncus squarrosus, Calluna vulgaris, Carex pilulifera, ... Sur une autre, on a observé la lentille d'eau invasive Lemna minuta, mais aussi l'hépatique aquatique Riccia fluitans (obs. P. Dupriez, 2014), en forte régression en Wallonie.

Plus à l'est s'étend encore un autre plan d'eau bordé de peuplements de Phragmites australis, de Juncus effusus et de Carex vesicaria. Au voisinage passe une ancienne voie ferrée dont l'assise porte le rare Carex arenaria, plante normalement typique des pelouses sur sables, ainsi que Calluna vulgaris, Cerastium semidecandrum, Veronica officinalis, Potentilla anserina, etc.

Une mare dite «Vercruysse» a connu une explosion de Carex demissa, aux côtés de Carex pseudocyperus, Carex nigra, Juncus squarrosus, Erica tetralix, Eleocharis palustris, Ranunculus flammula, Carex pilulifera, Calluna vulgaris, Vaccinium myrtillus, Luzula pilosa, Luzula multiflora, Lysimachia nemorum, Lysimachia nummularia, Frangula alnus. On relevera en particulier la présence d'utriculaires (Utricularia vulgaris/australis) dont l'identité devrait être précisée et qui sont présentes également dans la ZHIB; ces plantes carnivores aquatiques sont devenues extrêmement rares en Région wallonne et leur avenir y est incertain malgré leur protection légale.

Aux abords du petit étang situé à l'est de la Haute Bruyère, sont notés, outre l'omniprésent Juncus bulbosus: Callitriche obtusangula, Erica tetralix, Calluna vulgaris, Ranunculus flammula, Carex canescens, Carex acutiformis, Carex vesicaria, Lysimachia vulgaris, Juncus effusus, Glyceria maxima, Galium palustre, Carex acuta, Calamagrostis epigejos, Agrostis canina, Iris pseudacorus, etc.

Les mares aux Sources de Baudour accueillent entre autres Carex disticha, Carex remota, Galanthus nivalis, Galeopsis tetrahit, Osmunda regalis, Prunus serotina, Potentilla erecta, Carex pseudocyperus, Lycopus europaeus, Galium palustre, Carex acuta, Agrostis canina, Juncus effusus ainsi que des plages de sphaignes. Corydalis solida est également signalé à proximité.

Le Bois de Baudour est d'une manière générale très riche du point de vue fongique. Des listes fournies de champignons ont été constituées lors de prospections par des membres de la Société mycologique du Nord de la France, rassemblant pas moins de 280 espèces en quatre sorties étalées de 2010 à 2014 (listes disponibles sur http://www.smnf.fr/).

Depuis qu'elles ont fait l'objet de mesures de restauration, les mares du Bois de Baudour ont vu leur intérêt faunistique s'accroître rapidement, en particulier pour les libellules qui comptent actuellement au moins 43 espèces, ce qui en fait l'un des sites les plus riches de Wallonie. Le suivi de cette colonisation a été assuré essentiellement par T. Paternoster (SPW-DEMNA) ainsi que par quelques observateurs bénévoles.

De nombreux éléments remarquables y ont été observés depuis le début des années 2000 et certains y ont développé des populations parfois très fournies, dont le leste verdoyant (Lestes virens), découvert en 2004 à une époque où l'espèce était portée disparue de longue date de Wallonie (GOFFART et PATERNOSTER, 2004); et l'agrion délicat (Ceriagrion tenellum), longtemps connu de la seule localité de Ben-Ahin, dont la présence est attestée ici depuis au moins 2007. On soulignera aussi le leste dryade (Lestes dryas) et l'agrion gracieux (Coenagrion pulchellum), espèces rencontrées en très petit nombre, régionalement en danger; les leucorrhines douteuse (Leucorrhinia dubia) et rubiconde (Leucorrhinia rubicunda), libellules des eaux oligotrophes, à aire très limitée, la première vulnérable et la seconde en situation critique en Région wallonne; la leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis), espèce considérée comme régionalement éteinte dans les années 2000, a colonisé plusieurs mares du Bois de Baudour à partir de 2012, dans le cadre d'un afflux spectaculaire qui a touché l'ensemble du territoire wallon (GOFFART et al., 2012); l'aeshne printanière (Brachytron pratense), notée par individus isolés en 2011 et 2014 et sans preuve de reproduction; la cordulie à taches jaunes (Somatochlora flavomaculata), espèce en danger critique qui ne subsiste que dans trois secteurs du territoire wallon, dont l'ouest du Hainaut, et qui a été découverte pour la première fois sur le site en 2015; le leste brun (Sympecma fusca) et la libellule fauve (Libellula fulva), espèces assez rares mais se portant mieux qu'avant au niveau régional, sont signalés respectivement en 2012 et 2016; le cordulégastre annelé (Cordulegaster boltonii), espèce des cours d'eau forestier de bonne qualité, répandue en Ardenne mais particulièrement rare et localisée en Hainaut et dans le reste de la région limoneuse.

Ces mares et leurs abords ont également un grand intérêt herpétologique. Une espèce de reptile, le lézard vivipare (Zootoca vivipara), et sept espèces d'amphibiens ont été notées ces dernières années.

La présence de la grenouille de Lessona (Pelophylax lessonae) a été confirmée par PERCSY & PERCSY (2013) sur base d'analyses enzymatiques et génétiques. Cette population est assez isolée au niveau de la région et est de ce fait remarquable. Ces mêmes analyses ont par ailleurs établi l'occurrence de quelques grenouilles vertes (Pelophylax kl. esculentus) au sein de cette population présumée pure de P. lessonae.

Quant à la grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus), non indigène et à présent largement répandue en Région wallonne, elle n'a semble-t-il pas encore été notée au sein du massif. Un reptile lui aussi d'origine exotique, la tortue de Floride (Trachemys scripta), a par contre été signalé à diverses reprises du site.

En dehors des libellules, d'assez nombreuses données entomologiques sont disponibles pour divers autres groupes tels que les coléoptères et hétéroptères aquatiques et les papillons de jour (26 espèces notées à ce jour).

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

Le Bois de Baudour, important massif forestier, a connu pas mal de bouleversements au cours des siècles. Il a appartenu jadis aux Princes de Ligne qui possèdent encore actuellement la partie occidentale du bois, alors que la partie orientale est maintenant la propriété de la CPAS de Mons. C'est au XVIIe siècle que les anciennes landes ont disparu sous les plantations.

Au XXe siècle, la superficie du bois s'est réduite à la suite de l'établissement sur son pourtour de lotissements; de complexes industriels (Tertre notamment, provoquant une importante pollution avec mort de la plupart des arbres sur plusieurs dizaines d'hectares dans la partie sud-ouest du bois); par extension des terres cultivées, l'ouverture d'argilières et d'une mine de charbon; par le drainage; la mise à blanc du bois, par les allemands pendant la guerre de 14-18 et par les habitants pendant celle de 40-45; par des plantations inappropriées (résineux, peupliers) qui provoquent la banalisation de la végétation herbacée.

Au début du siècle existaient encore des landes tourbeuses, des tourbières et des mares oligotrophes d'un très grand intérêt. Toutes ces formations végétales ont disparu sauf quelques mares oligotrophes et un fragment d'aulnaie oligotrophe à sphaignes le long du ruisseau de la Briserie (ZHIB HT 30).

D'après la carte de Ferraris l'étang nord existait déjà au XVIIIe siècle. Il était inclus dans un très grand massif forestier.

Biblio

, 1991, Etude biologique relative à la zone de protection spéciale "Vallée de la Haine"., Phragmites a.s.b.l., rapport final, 3 volumes, 323 pp.
, 1985, Protection et gestion écologique des zones humides dans la région transfrontalière du bassin de la Haine et de la Scarpe., Rapport au Service de l'environnement et de la protection des consommateurs de la Commission des Communautés Européennes, GIREA, 520 pp.
, 1954, Excursion du 7 juin 1953 dans la région de Ghlin et d'Obourg., Les Naturalistes belges, 35 : 59-61.
, 1970, Le site de la Mer de Sable à Stambruges (province de Hainaut, Belgique)., Lejeunia, N.S., 54 : 1-36.
, 1968, Contribution à l'étude pédobotanique des forêts montoises., Les Naturalistes belges, 49 : 11-44.
, 2004, Redécouverte du Leste verdoyant (Lestes virens) en Wallonie., Gomphus, 20 (2): 29-38.
, 2012, Un afflux exceptionnel de leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis) en Wallonie en 2012., Les Naturalistes belges, 93 (4): 85-94.
, 1928, Compte rendu de l'herborisation générale annuelle de la Société royale de Botanique de Belgique : Baudour - Marais de Douvrain., Bulletin des Naturalistes de Mons Borinage, 9-10 : 140-142.
, 1928, Compte-rendu de l'herborisation générale annuelle de la Société royale de Botanique de Belgique. Trois jours à Mons et ses environs, les 4, 5 et 6 juin 1927., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 60 : 132-151.
, 1986, Voorlopige verspreidingsatlas van de Libellen (Odonata) van Belgïe et het Groothertogdom Luxemburg / Atlas provisoire des Libellules (Odonata) de Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg., Euglena/Gomphus, n° spécial, 36 pp.
, 1845, Flore du Hainaut., Mons, 421 pp.
, 1980, Synopsis des forêts alluviales de Belgique., Colloques phytosociologiques, 9 : 217-226.
, 1963, Les forêts du bassin de Mons., Pédologie, 12 (2) : 200-215.
, 2013, Identification des grenouilles «vertes» Pelophylax spp. (Anura, Ranidae) en Wallonie (Belgique): confrontation de critères morphologiques et acoustiques avec des analyses enzymatiques et d'ADNmt., Bulletin de la Société herpétologique de France, 147: 249-278.
, 1951, Landes tourbeuses et tourbières bombées à sphaignes de Belgique (Ericeto-Sphagnetalia Schwickerath, 1940), Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 84: 157-226.
, 1987, Contribution à l'écologie de l'avifaune des zones humides de l'ouest de la Belgique. Propositions de gestion., Université catholique de Louvain, Thèse de doctorat, 403 pp. + annexes.

Divers

Sources

OFFH

ZHIB

Répondants de l'information

Colette DELMARCHE et Thierry PATERNOSTER (SPW/DEMNA/DNE-Harchies).

Date de la dernière modification de la fiche

2017-10-19