Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

951 - Les Tartines

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Comblain-au-Pont
Cantonnements DNF :Aywaille
Surface :14.86 ha
Coordonnées :X Lambert : 236669 - Y Lambert : 130134
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Les rochers des Tartines constituent un des sites naturels majeurs de la vallée de l'Ourthe. On peut y admirer une très belle succession de végétations calcicoles allant des groupements lichéniques pionniers à la hêtraie en passant par les pelouses à fétuque pâle, les pelouses xériques et mésophiles, les ourlets thermophiles à cotonéaster vulgaire, ... Le bas du versant est en outre occupé par un tuf calcaire très important abritant une flore bryophytique spécifique. La faune, et notamment l'entomofaune, est certainement fort riche mais ne semble pas avoir été étudiée réccemment.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F0 - Condroz

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Comblain-au-Pont14.86 haCOMBLAIN-AU-PONT (partim ???)LIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Aywaille14.86 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Classé comme site le 20 juin 1949.

Propriétaire(s)

Région wallonne.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Non  Région Oui  Autres publics Non

Gestionnaire

Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement d'Aywaille, rue de la Reffe, 9, 4920 Remouchamps (Tél. : 04/247.99.90 - Fax : 04/384.82.77).

Commission Consultative de Gestion des Réserves Naturelles Domaniales de Liège.

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6161Les Tartines6,5 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Plantes - Plantes supérieures
Actaea spicata1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Asplenium scolopendrium1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Biscutella laevigata subsp.varia1996ADuvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Cotoneaster integerrimus1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Dianthus gratianopolitanus1996ADuvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Festuca pallens1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Hieracium glaucinum1996ADuvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Hieracium vogesiacum1996ADuvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Hippocrepis comosa1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Lunaria rediviva1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Melica ciliata1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Polystichum aculeatum1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Pyrus pyraster1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Rosa rubiginosa1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Rosa spinosissima1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Seseli libanotis1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)
Silene nutans1996Duvigneaud & Saintenoy-Simon (1997)

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 1

Commentaires sur la faune

Données à compléter.

Commentaires sur la flore

Espèces protégées : Dianthus gratianopolitanus, Actaea spicata, Lunaria rediviva.
Espèce intéressante : Hieracium vogesiacum.

Espèces exotiques

Cotoneaster horizontalis, Fallopia japonica

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un des sites calcaires majeurs de la vallée de l'Ourthe.

Menaces

Envahissement du pied des rochers par la lierre, embroussaillement, dégagement de la ' noue ' (= coupure).

Recommandations

Elimination du lierre, débroussaillement, abattage des arbres qui ombragent trop la noue.

Plan de gestion

A compléter

Accès du public

La circulation du public au sein des réserves naturelles domaniales (RND) est régie par arrêté ministériel du 31/12/1975, modifié par l'arrêté du 18/07/1991. En concertation avec les commissions consultatives de gestion des réserves (CCGRND), ces réserves peuvent comporter plusieurs zones dont l'accès est réglementé:
- A = zone accessible au public;
- B = zone dont l'accès est limité aux chemins et endroits dûment signalés;
- C = zone dont l'accès n'est autorisé que sous la conduite du personnel de la DNF ou toute autre personne mandatée par cette administration;
- D = zone dont l'accès est interdit soit en permanence, soit temporairement soit encore périodiquement.

L'ingénieur de cantonnement chargé de la gestion de la RND peut en tout temps interdire, pour une période déterminée, l'accès complet ou partiel des zones A et B, en accord avec la CCGRND.

La réserve naturelle des Tartines s'inscrit principalement en zone C (accès accompagné). La circulation sur le site est de toute façon délicate vu son caractère rocheux et très accidenté.

Détails

Description physique

Les Tartines se trouvent sur la rive droite de l'Ourthe, un peu en amont de la confluence avec l'Amblève. Elles sont formées de calcaires tournaisiens et viséens très redressés, qui ont subi une érosion différentielle : les roches les plus jeunes persistent sous forme de lames, les Tartines, les assisies les plus tendres ont disparu.
Comme les Tartines sont perpendiculaires au versant, une de leur face est exposée au sud, l'autre, au nord. Il y a donc des microclimats très contrastés.

Description biologique

Sur base de divers relevés botaniques effectués au cours des 50 dernières années (voir notamment DUVIGNEAUD et SAINTENOY-SIMON, 1997), on peut observer les groupements suivants :
A) Dans le bas du versant droit de la vallée de l'Ourthe, sur éboulis calcaires, se développe une forêt neutrophile et nitrophile à la fois.
B) Le versant boisé, généralement exposé au sud, porte une chênaie-charmaie thermophile avec Carex digitata, Primula veris, Mercurialis perennis, Melica nutans, etc., en contact avec des fragments relictuels de la hêtraie calcicole.
C) La lisière thermophile est bien développée avec Cotoneaster integerrimus, Rosa rubiginosa, Rosa spinosissima, Pyrus pyraster, Ligustrum vulgare, Origanum vulgare; Cotoneaster horizontalis, échappé de cultures ornementales, y est parfois naturalisé.
D) Les fissures des falaises calcaires portent Festuca pallens, Dianthus gratianopolitanus, Biscutella laevigata subsp.varia, Hieracium vogesiacum, Hieracium glaucinum, Silene nutans var. amblevana (Festucion pallentis).
E) Les rochers sur calcaires assez compacts sont occupés par une pelouse calcicole xérique dominée par Sesleria caerulea, Melica ciliata, Hippocrepis comosa, Seseli libanotis, Sanguisorba minor, Scabiosa columbaria, Potentilla neumanniana, ... Les pelouses à orpins sont représentées par Sedum album, Arabis hirsuta, Arenaria serpyllifolia, Acinos arvensis, Inula conyzae, etc.
F) Sur les pentes plus faibles apparaissent des pelouses calcicoles mésophiles à Bromus erectus, Festuca lemanii, ... Deux fétuques sont donc présentes sur les rochers calcaires tournaisiens et viséens des Tartines : Festuca pallens, inféodé aux fissures de la roche, de coloration glauque, très rare dans nos régions, et Festuca lemanii, de coloration verte, abondamment représenté dans toutes les pelouses calcicoles de Belgique.
G) Vers l'amont, le versant calcaire est entaillé par un vallon encaissé et frais, occupé par une frênaie-érablière de ravin, avec Asplenium scolopendrium, Polystichum aculeatum, Actaea spicata, et, dans le bas de ce vallon, sur des éboulis très frais et aux abords de la plaine alluviale, Lunaria rediviva en peuplements très denses.
H) Dans le bas du versant, les abords du sentier qui descend au travers de l'ancien parc présente entre autres Prunus padus, vraisemblablement planté ici et parfaitement naturalisé.
I) La plaine alluviale de l'Ourthe porte une forêt nitrophile à Aegopodium podagraria. Un ancien bras de la rivière, recoupé lors des travaux d'implantation de la voie ferrée, voit ses berges envahies peu à peu par une forêt de type aulnaie ainsi que par des peuplements denses de Fallopia japonica.
J) Au pied du versant rocheux, contre la plaine alluviale, apparaissent des formations tuffeuses en rapport avec un suintement d'eau riche en hydrogénocarbonate de calcium. Ce tuf (ou cron ) très important a été étudié dans le passé. Des bryophytes spécialisés y ont été mentionnés : Cratoneuron filicinum, Conocephalum conicum, Riccardia pinguis, Mnium undulatum, ...
L'intérêt des Tartines pour la flore cryptogamique, et notamment les lichens, est très important et a été étudié récemment par ERTZ (2003). Cet auteur y distingue actuellement :
- une association de crêtes rocheuses ornithocoprophiles à Aspicilia calcarea, Caloplaca chalybaea, Lobothallia radiosa, etc.;
- un groupement de rochers éclairés à Toninia tumidula, Mycobilimbia lurida, Psorotichia schaereri, Squamarina cartilaginea, Verrucaria compacta, ...;
- de grandes parois abritées des précipitations à Dirina stenhammarii, Opegrapha mougeotii, Lecanora pruinosa, ...;
- un groupement de rochers ombragés à Acrocordia conoidea, Gyalecta jenensis, Porina linearis, Thelidium papulare, Verrucaria elaeina, Verrucaria dolosa, etc.;
- un groupement de pelouse xérique à base de Peltigera rufescens, Diploschistes muscorum, Endocarpon pusillum, Placidium pilosellum, Staurothele hymenogonia (sur les petits cailloux);
- un groupement de tuf calcaire actif, au pied du site, avec les mousses Eucladium verticillatum, Cratoneuron filicinum et, dans la partie asséchée, Conocephalum conicum, Pellia endiviifolia et les lichens Lecania rabenhorstii, Caloplaca flavescens, Dirina stenhamerii, Diploicia canescens;
- un groupement corticole colonisant les 'troncs' de lierre à la base des falaises avec notamment Anisomeridium polypori et Opegrapha vermicellifera.
Toujours selon ERTZ (2003), Myxobilimbia lobulata est sans doute l'espèce la plus remarquable du site.

Monument naturel

Rochers calcaires.
La commune de Comblain-au-Pont regroupe plusieurs autres massifs calcaires: les Rochers du Vignoble et du Chession, le Thier Pirard, les Roches Noires.

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Les rochers sont bien figurés sur la carte de Ferraris (18ème siècle).

Biblio

, 1939, Les régions calcaires de Comblain-la-Tour, Oneux et Comblain-au-Pont., Lejeunia, 3 : 10-13.
, 1952, Aperçu géologique sur la région de Comblain-au-Pont., Parcs Nationaux, 7 (3) : 69-78.
, 1988, Les Roches Noires à Comblain-au-Pont. Un exemple d'envahissement de sites calcaires thermophiles par les recolonisations forestières., Les Naturalistes belges, 69 : 177-187.
, 1997, Les «Tartines» de Comblain-au-Pont (province de Liège, Belgique)., Les Naturalistes belges, 78 : 11-16.
, 1993, Le Thier Pirard à Comblain-au-Pont (vallée de l'Ourthe, province de Liège)., Les Naturalistes belges, 74 : 33-47.
, 1984, Les pelouses xériques colonisant les falaises calcaires des vallées de l'Ourthe et de l'Amblève (province de Liège, Belgique). Leur importance floristique et phytogéographique., Colloques phytosociologiques, 11 : 297-309.
, 2003, Les lichens et les champignons lichénicoles des affleurements rocheux calcaires du bassin mosan belge. Etude floristique et importance pour la conservation du patrimoine naturel., Lejeunia, N.S., 172 : 1-57.
, 1989, Les Festuca de la flore de France., Dignac, Société botanique du Centre-Ouest : 368 pp.
, 1960, Excursion du dimanche 19 juin 1960 à Comblain-au-Pont., Natura Mosana, 13 : 89-94.
, 1947, Compte-rendu de l'herborisation de la Société royale de Botanique de Belgique dans les environs de Liège, les 15 et 16 juin 1946., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 79 : 116-122.
, 1997, Le Vignoble et le Chession, deux réserves naturelles d'Ardenne et Gaume (Comblain-au-Pont, province de Liège)., Parcs et Réserves, 51 :
, 1910, Les cavernes et les rivières souterraines de Belgique., H. Lamertin, Bruxelles, 2 tomes, 1592 pp. + annexes.

Divers

Sources

RESNAT-RW
OFFH

Répondants de l'information

J. SAINTENOY-SIMON (1997). - Groupe de Travail Plecotus, asbl Natagora (Rue du Wisconsin, 3, 5000 Namur).