Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

Actions

Parmi les actions concrètes de protection de certaines espèces de chauves-souris, on peut citer l'opération "Combles et Clochers", la protection de cavités (CSIS), les plans d'action pour la protection du petit Rhinolophe, ou encore le service d'aide au citoyen "SOS chauves-souris".

Opération « Combles et Clochers »

combles_clochers_doc

Genèse du projet

  • Nombre d'espèces animales se trouvent dans les combles, greniers et clochers de nos bâtiment (chauves-souris, chouettes effraies, choucas, martinets noirs...)

  • La plupart de ces espèces sont très utiles, insectivores ou prédateurs de micromammifères nuisibles, et sont d'ailleurs protégées. http://biodiversite.wallonie.be/legislations/home.html

  • Vu leur intérêt, la Région wallonne a lancé l'opération Combles & Clochers en 1995, Année Européenne de la Conservation de la Nature.

  • Depuis cette date, le Service Public de Wallonie et les communes participantes travaillent de front pour protéger certaines espèces.

Actions

pigeons

Photo Gilles San Martin

  • Des subsides sont octroyés aux communes participantes pour la réalisation d'aménagements nécessaires.
  • Ces actions visent à maintenir, restaurer ou créer un vaste réseau de gîtes favorables à la reproduction des espèces visées.
  • L'envahissement des clochers et autres combles par les pigeons domestiques est problématique. Aussi, les accès à ces bâtiments sont progressivement obturés à ces indésirables, notamment par du treillis, tout en laissant un accès aux chauves-souris.
  • Les églises sont particulièrement visées par ces actions de protection. On en compte plus de 3000 en Wallonie qui forment naturellement un réseau dense et uniforme sur tout le territoire.
  • 128 communes ont signé, à ce jour, une convention avec le Service Public de Wallonie afin d'adhérer à l'Opération
  • 1079 bâtiments on été aménagés.

Plus d'informations

  • sur le site Combles et Clochers

  • dans le " Guide pour l'aménagement des combles et clochers des églises et autres bâtiments "

  • dans la brochure d'information à destination des habitants, intitulée "Clochers, vie sauvage admise" (disponibles au Service documentation et communication de la DGARNE)

Cavités Souterraines d'Intérêt Scientifique (CSIS)

CSIS

CSIS2

Photos Gilles San Martin

Qu'est-ce qu'une CSIS ?

Il s'agit d'une cavité souterraine d'intérêt scientifique (CSIS)

  • d'origine naturelle (les grottes)

  • d'origine anthropique (mines, carrières, souterrains...) lorsqu'elle présente un intérêt remarquable

caractérisée

  • par la présence d'espèces adaptées à la vie souterraine (intérêt biologique)
  • par des formations géologiques, pétrographiques et minéralogiques rares
  • par la présence de témoins préhistoriques

et détentrice d'un statut de protection légal (arrêté du Gouvernement Wallon du 26/01/95)

CSIS et chauves-souris

La présence de colonies de chauves-souris est donc un élément important dans le classement d'une CSIS. Ce statut de protection permet de protéger un des habitats essentiels de nombreuses d'espèces de chauves-souris.

Plus d'informations

http://environnement.wallonie.be/csis/Aspnet/index.aspx?idPage=statique&page=accueil

http://www.cwepss.org/csis.htm

http://environnement.wallonie.be/legis/consnat/cons026.htm (cadre légal lié à ce statut de protection)

Cohabitation avec les citoyens

sos_CS

Des questions ?

  • Problème de cohabitation avec une colonie ? Recherche d'un renseignement, d'un contact, de documentation ou d'un conseil ? Souhait de contribuer à la protection des chauves-souris, …?
  • Toutes vos questions trouveront réponse grâce au service « SOS chauves-souris » mis en place en Région wallonne depuis plus de 10 ans et assuré par Plecotus (groupe de travail chauves-souris de Natagora).
  • Des bénévoles sont prêts à intervenir dans leur région pour les cas nécessitant une visite sur place. Plus d'infos sur : http://www.natagora.be/plecotus/index.php?id=709.

Plan d'action en faveur du petit rhinolophe

Genèse du projet

PetitRhinolophe_Jean-LouisGathoye
Photo Jean-Louis Gathoye

  • Jusque dans les années 1950, le petit Rhinolophe était l'espèce la plus fréquemment rencontrée dans les cavités souterraines de Wallonie. Sa population était évaluée à plusieurs centaines de milliers d'individus.
  • Dès les années soixante, une forte régression des populations est constatée.
  • Actuellement, on ne compte plus que trois colonies en Wallonie - situées à Modave, Revogne et Orval - qui totalisent environ deux cents individus.
  • Malgré les nombreuses mesures de protection légales qui ont été prises, l'espèce a complètement disparu des Pays-Bas, du Grand-duché de Luxembourg et de Flandre.

plan d'action rhinolophepetit_rhinopetit_rhino

Sauvetage d'urgence

Ce nombre très réduit de colonies de reproduction impose que l'on prenne des mesures de protection urgentes

  • au niveau des gîtes (d'été et d'hiver)
  • des habitats de chasse dans les endroits où elles subsistent encore
  • des habitats proches qu'elles pourraient coloniser

Ces efforts sont d'autant plus difficiles que la dynamique de l'espèce est très lente (faible taux de reproduction et espérance de vie limitée à 5 - 10 ans).

Plan d'action

Des plans d'action ont dès lors été mis en oeuvre(*) dans les environs immédiats (rayon de 2,5 km) des 3 colonies restantes.

L'ensemble des acteurs locaux du paysage - agriculteurs, forestiers (publics et privés), élus locaux, riverains, commissions de gestion, etc. ont été impliqués dans le projet.

(*) Réalisation : Plecotus (GT Chauves-souris de Natagora) / Initiative : Région wallonne

En pratique

Ces actions visaient tant la conservation des zones intéressantes que la mise en place de mesures pour améliorer la situation. C'est ainsi que

- de nouvelles haies ont été plantées,

- certains taillis importants ont été maintenus,

- de nouvelles lisières et réserves naturelles ont été créées,

- certaines cultures ont été transformées en prairies,

- les riverains ont été encouragés à ne plus utiliser de pesticides ou de plantes exotiques,

- la taille des parcelles lors des coupes forestières a été réduite là où c'était possible,

- certaines forêts de résineux ont été progressivement remplacées par des forêts mieux adaptées à la chasse de petits Rhinolophes,

- une fauche tardive a été mise en place en bord de route par certaines communes,

- …

Après plusieurs années de contacts assidus et de nombreux résultats visibles sur le terrain, les services extérieurs du DNF ont pris le relai de Plecotus pour la mise en place concrète de ces plans d'actions.

Plus d'informations

Télécharger le folder de sensibilisation sur le PDF petit rhinolophe (PDF-562 ko)

Récemment, le projet Interreg III Bassin de la Chiers a également réalisé des aménagements de gîtes en faveur du petit Rhinolophe dans la zone de projet. Plus d'info sur leurs actions : http://www.interreg-lorraine.eu/