Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
Comarquage : intégrer cette page dans votre site|

A. Le méta-projet de restauration des tourbières de Haute-Ardenne

Ce méta-projet synthétise les 6 projets de restauration des tourbières et des milieux associés (landes sèches, landes humides, bas-marais, prairies alluviales, aulnaies rivulaires, ...) qui ont été lancés depuis 2003 en Wallonie. Ces projets se répartissent sur les différents hauts-plateaux ardennais, de la Croix-Scaille aux Hautes-Fagnes, en passant par les plateaux de Libin et de Recogne, de Saint-Hubert, des Tailles et de Spa-Malchamps. Les 5 projets (presque) terminés ont déjà permis de restaurer plus de 4.500 ha de zones tourbeuses et humides sur les Hauts-Plateaux ardennais et d'assurer la protection de plus de 2.700 ha de nouveaux territoires.

Table des matières

Galerie photographique

Un peu d'histoire

Depuis des siècles, les écosystèmes naturels des hauts-plateaux ardennais ont subi des perturbations plus ou moins importantes par l'action de l'Homme. Cette exploitation humaine, d'abord modérée, a entraîné au fil du temps une modification importante du paysage et l'apparition de différents de milieux secondaires dits semi-naturels à la périphérie des massifs tourbeux.

Mais à partir du milieu du 19e siècle, les pratiques agropastorales traditionnelles (essartage, fauchage, stiernage, pâturage extensif...) ont été progressivement abandonnées et l'action de l'homme est devenue intensive. Le drainage des zones les plus humides s'est généralisé pour tenter d'installer des plantations intensives d'épicéas.

Exploitation d'une tourbière et séchage de briquettes de tourbe (Plateau des Tailles)

>>> Pour en savoir plus sur l'origine et l'histoire des tourbières

Des enjeux biologiques primordiaux

Nouveau document

Les conditions écologiques et climatiques très particulières sur les hauts-plateaux ardennais sont à l'origine de milieux tout à fait originaux comme les différents types de tourbières, les landes, les bas-marais, les forêts très humides, ... Les flancs de ces plateaux sont progressivement découpés par des vallées qui abritent aussi des milieux particuliers comme les prairies et les forêts alluviales.

Largement concernés par la mise en oeuvre de Natura 2000, ces biotopes abritent de nombreuses espèces emblématiques typiques de la toundra et des régions alpines comme le tétras-lyre, et plus globalement une flore et de nombreuses espèces animales exclusives de ces milieux. Les hauts-plateaux ardennais représentent donc un véritable enjeu biologique et patrimonial, isolé au plein de coeur d'une des zones les plus urbanisées de l'Europe occidentale.

>>> Pour en savoir plus sur les biotopes et les espèces

Des enjeux environnentaux et sociaux essentiels

Les tentatives récentes de mise en valeur économique de ces types milieux caractérisés par des conditions écologiques extrêmes se sont révélées infructueuses. Malgré un drainage quasi systématique, les plantations résineuses y sont largement risquées et déficitaires. Elles sont à l'origine de nombreux problèmes hydriques.

Or, à travers les processus biologiques réalisés par les écosystèmes naturels, ces milieux peuvent assurer une large diversité de services écosystémiques essentiels comme le stockage de carbone, l'amélioration de la qualité de l'eau et une meilleure capacité d'accueil du grand gibier. Ces différents milieux participent à la régulation hydrique des cours d'eau lorsque les drains périphériques des dépressions sont bouchés.

Ils assurent aussi des services culturels importants comme le développement d'activités de loisirs et d'activités sportives essentielles pour la santé physique et mentale. Lorsqu'une infrastructure d'accompagement d'activités de découverte de la nature est mise en place, ils permettent de reconstruire et de développer le contact avec la nature et l'appropriation de valeur emblématique et patrimoniale.

2008_07_01_MD_DSCN9922

Des milieux très menacés malgré des statuts de protection

2008_06_19_MD_Drainage_Ri_D_Oneux

Ces activités humaines intensives de drainage systématique et de tentatives de plantations résineuses ont détruit sur de vastes zones des milieux naturels d'une valeur patrimoniale exceptionnelle. On estime qu'il reste actuellement de l'ordre de 30 % des 15.000 hectares de tourbières hautes, landes humides, tourbières boisées, bas-marais... qui occupaient ces hauts-plateaux, mais elles sont souvent en très mauvais état de conservation.

En Wallonie, il existait probablement plus de 150.000 hectares de zones humides au sens large mais il en reste actuellement moins de 40.000 hectares.

En 2002, les zones protégées par un statut de la Loi de la Conservation de la Nature ne dépassaient pas 9.500 ha (0.57% du territoire), et près de la moitié concernaient le massif des Hautes-Fagnes. Les autres massifs ardennais ne bénéficaient que de 750 ha de zones protégées alors que les zones restaurables dépassaient les 7.500 ha.

>>> Pour en savoir plus sur les menaces

Le réseau Natura 2000 et les tourbières

La Wallonie a finalisé en 2002 ses propositions de désignation des périmètres des 240 sites Natura 2000 dans le cadre de la mise en oeuvre des Directives européennes CE79/409 "Oiseaux" et CE92/43 "Habitats". Ces deux Directives identifient des zones du territoire dans lesquelles des mesures de protection sont nécessaires pour assurer le maintien du degré de conservation d'une série d'espèces et de biotopes largement menacés.

Tous les sites abritant des biotopes tourbeux et des milieux associés ont été identifiés et désignés sur l'ensemble du territoire wallon. Si la plus grande majorité d'entre eux se situe en Haute-Ardenne, le bassin de la Semois en accueille aussi. Ils bénéficient tous en principe d'une protection significative.

Logo Natura 2000

>>> Pour en savoir plus sur Natura 2000 et les tourbières

La mise en place d'une stratégie d'actions concertées

Logo du programme LIFE+

La protection des sites à travers les statuts de conservation de la Loi de la Conservation de la Nature ou de la mise en oeuvre de Natura 2000 était une étape nécessaire mais insuffisante. Tous les sites étant drainés ou partiellement plantés d'épicéas, le lancement d'un vaste programme de restauration s'est avéré indispensable.

En 2002, un premier projet de restauration sur le Plateau de Saint-Hubert est né de la confrontation des enjeux biologiques de restauration de nombreux milieux très dégradés, de la présence de plus de 2.500 ha de plantations intensives sur des sols marginaux, dont une partie significative n'était pas rentable, et de la pression du grand gibier sur les essences de production.

Vu les nombreux enjeux, seul un projet LIFE de restauration très ambitieux, à l'instar de celui qui venait d'être lancé pour les moules perlières , pouvait permettre de restaurer une surface significative en développant un réseau cohérent et fonctionnel de sites le long du réseau hydrographique.

Ce premier projet ciblant les tourbières a servi de base au développement d'une stratégie d'actions visant l'ensemble des massifs tourbeux ardennais. 6 projets LIFEet LIFE+ se sont succédés, couvrant tous les hauts-plateaux ardennais.

Cartographie des 6 projets LIFE du Meta-projet Tourbières

Localisation des 6 projets LIFE de restauration de tourbières en Ardenne

La concentration des actions sur un massif est indispensable pour maximiser les effets des restaurations, tant du point de vue de la biodiversité remarquable que de l'efficience de la restauration des processus écologiques et des services écosystèmiques (stockage de carbone, régulation hydrique, qualité de l'eau, capacité d'accueil du gibier, valorisation touristique, ...) et de la mise en oeuvre de mesures de gestion.

Les six projets LIFE concernés

Logo Projet LIFE Tourbières Saint-Hubert

2003-2007 : TOURBIERES : Restauration des tourbières du Plateau de Saint-Hubert

Partenaires : UGCSH - DGRNE

Rapport simplifié : en PDF français (PDF-10762 ko)

Logo Best LIFE Nature Project

Video LIFE Tourbières

Logo Programme LIFE

2006-2009 : CROIX-SCAILLE : Actions pour les vallées et les tourbières de la Croix-Scaille

Partenaires : Natagora - Commune de Gedinne - DGRNE

Rapport simplifié : en PDF français (PDF-2190 ko) - in PDF English (PDF-2201 ko)

Logo Projet LIFE Tourbières du Plateau des Tailles

2006-2010 : PLT TAILLES : Restauration des habitats naturels au Plateau des Tailles

Partenaires : DGRNE - Natagora - sprl "Daniel BEMELMANS"

Rapport simplifié : en PDF français (PDF-2026 ko) - in PDF English (PDF-2026 ko)

Logo Best LIFE Nature Project

Emblème du PNHFE

2007-2012 : HAUTES-FAGNES : Restauration des landes et tourbières du Plateau des Hautes-Fagnes

Partenaires : DGRNE - Parc Naturel Hautes-Fagnes Eifel

Rapport simplifié : en PDF français (PDF-9123 ko) - auf PDF Deutsch (PDF-9135 ko) - in PDF English (PDF-9142 ko)

Logo Best LIFE Nature Project

Film video projet LIFR tourbières Hautes-Fagnesvidéo

Logo Projet LIFE Lomme Tourbières

2010-2014 : LOMME : Restauration des habitats naturels dans le bassin de la Lomme et zones adjacentes

Partenaires : DGARNE - Contrat Rivière de la Lesse

Projet encore en cours en 2014.

Logo Projet LIFE Ardennes liégeoises

2012- 2018: ARDENNES LIEGEOISES : Restauration de la fagne entre le Plateau des Hautes-Fagnes et le Plateau des Tailles

Partenaires : DGARNE - Domaine de Bérinzenne

Projet encore en cours en 2014.

Logo Best Life ProjectCe logo indique que le projet a été sélectionné par la Commission européenne comme étant un "Best LIFE Nature project" sur la base de différents critères : améliorations biologiques , économiques et sociales immédiates et à long terme , degré d'innovation et de transférabilité , pertinence de la stratégie et du rapport coût-efficacité. Le projet " Tourbières " de Saint-Hubert a été sélectionné pour la période 2007-2008, le projet "Plt Tailles" l'a été en 2011 et le projet "Hautes-Fagnes" vient de l'être (Best of Best LIFE project !) en 2013. Deux autres projets du DEMNA ont bénéficié de ce label : "Moules perlières" en 2007-2008 et "Natura2MIL" en 2011.

>>> Pour en savoir plus sur les acteurs des différents projets

Les actions réalisées

Panneau d'information au Plateau des Tailles

Les actions mises en oeuvre par les projets LIFE sont très diversifiées. Une série d'actions de protection des zones sensibles sont d'abord prises via l'acquisition des terrains, le placement sous un statut de conservation de la nature ou la signature d'une convention de protection sur une longue durée.

Fin 2013, les cinq projets ont permis la protection de 2.180 ha de nouvelles zones protégées (acquisition de 411 ha et contrat longue durée pour 1.773 ha).

>>> Pour en savoir plus sur la protection des sites

Plateau des Tailles nettoyage de coupes

En fonction des problèmes rencontrés et des caractéristiques écologiques, les peuplements résineux sont exploités ou broyés. Dans les zones ouvertes dégradées par la présence de drains, la couverture de molinies qui s'est développée est broyée ou étrépée pour restaurer les processus de colonisation par des espèces plus typiques des tourbières et des landes. Les nombreux drains sont bouchés et de multiples barrages compliquant la circulation hydrique sont installés.

Fin 2013, les cinq projets ont permis le déboisement de 1.745 ha d'épicéas, le bouchage de 650 km de drains, la création de 10.000 mardelles, l'érection de 40 km de digues, l'étrépage de 105 ha de landes dégradées, le fraisage de 283 ha de tourbières dégradées et la régénération de 247 ha de forêts feuillues.

>>> Pour en savoir plus sur les travaux de restauration

Vaches écossaisses au Plateau des tailles

Certaines zones sont ensuite gérées par pâturage (moutons, vaches, ...) pour entretenir une dynamique de perturbations et de dispersion des gènes dans les zones destinées à rester plus ou moins ouvertes (accès du public, gagnages, paysages, ...). Ailleurs, la colonisation arborée suit son cours.

Fin 2013, les cinq projets ont permis l'installation de 125 ha soumis à une fauchage périodique pour reconstituer des prairies maigres et environ 600 ha de milieux prairiaux et de landes humide à tourbeuses sont pâturées par des bovins ou des ovins.

>>> Pour en savoir plus sur la gestion des sites

Croix-Scaille - Christian Xhardez -Visite guidée, 2006 10 15, Vallée de la Hulle, 01.JPG

Des aménagements de sensibilisation du public, d'appropriation et de valorisation sont installés dans une partie des sites où de nombreuses activités sont proposées pendant la durée des projets. L'infrastructure écologique restaurée est valorisée à travers des circuits de promenade et l'installation de miradors.

>>> Pour en savoir plus sur la sensibilisation du public

Fagne de la Goutte

Exemple de travaux réalisés au Plateau des Tailles avec les sites protégés existants de Robiefa et de Nazieufa (en orange) et les nouveaux sites restaurés sur la Fagne du Pouhon (en jaune ) qui assurent maintenant une continuité quasi-complète sur plus de 10 km vers la Fagne de la Goutte plus au sud puis la Fange aux Mochettes puis Fagne de Samrée (voir l'amplitude des travaux sur BING).

Les résultats des 5 projets terminés

Les cinq projets terminés ou en voie de l'être avaient pour but de restaurer un peu moins de 1.400 hectares de zones protégées existantes et de créer de l'ordre de 1.400 hectares de nouvelles zones protégées. Le bilan final est beaucoup plus important puisqu'on atteint plus de 2.700 hectares de nouvelles zones bénéficiant d'un statut de protection ou de contrat de longue durée. Par rapport aux 9.500 hectares protégés par un statut de Loi de la Conservation de la Nature en 2003, cela représente une augmentation considérable.

Globalement, les cinq projets avaient comme objectifs la protection et la restauration de 2.800 hectares. Les résultats montrent que la surface restaurée dépasse largement les 4.500 hectares.

Statistiques globales des 5 projets LIFE "Tourbières"

Synthèse des objectifs et des résultats des zones restaurées dans les 5 projets LIFE terminés ou en voie de l'être

Près de 1.745 hectares de plantations résineuses sur sols très humides ont été restaurés et sont maintenant destinés à la conservation de la nature et à la réalisation de services écosystémiques. Contrairement à une idée répandue, les projets LIFE, bien qu'ambitieux, ne sont pas responsables d'une évolution régressive de la capacité de production de résineux en Wallonie. En effet, les résineux touchés par les life concernent moins de 1 % de la surface de résineux en Wallonie et occupent des zones qui devraient être exclues de la notion de « forêt productive » servant de référence pour maintenir l'équilibre résineux-feuillus promu par le Code forestier.

>>> Pour en savoir plus

Les indicateurs biologiques

Nouvelles observations du Nacré de la Cannerberge dans les Fagnes de l'Est en 2009

Les résultats des suivis scientifiques des cinq projets feront l'objet d'une synthèse prochainement. Il est néanmoins déjà évident que les travaux de restauration ont transformé les paysages des hauts-plateaux ardennais. De nombreuses vallées et zones de sources sont maintenant dégagées des plantations résineuses et le régime hydrique est en voie de restauration progressive. Seule une petite partie de ces zones ouvertes (20-30 %) est en principe destinée à le rester pour permettre l'installation d'habitats ouverts (landes, tourbières, bas-marais...). Ailleurs, la colonisation naturelle forestière s'installe là où les densités de gibier le permettent et dans les zones clôturées.

Plusieurs espèces qui faisaient partie des listes rouges d'espèces menacées montrent une réponse positive. Il s'agit notamment de nombreuses espèces de libellules (Parkinson, 2008 , Dufrêne et al, 2011) ou de papillons de jour. Le Nacré de la Canneberge (Boloria aquilonaris) présente par exemple une extension remarquable en recolonisant notamment plusieurs sites dans les différents massifs.

Certaines espèces végétales comme les lycopodes apparaissent également dans plusieurs nouvelles stations, principalement dans les Hautes-Fagnes, avec notamment la réapparition du lycopode inondé (Lycopodiella inundata), espèce qui avait disparu du haut plateau fagnard depuis plus de 40 ans. Les relevés phytosociologiques réalisés montrent une évolution très rapide des zones restaurées avec l'augmentation significative de nombreuses espèces indicatrices (sphaignes, linaigrettes, canneberge, carex, ...).

>>> Pour en savoir plus sur les résultats biologiques

Les services écosystémiques

Ces travaux sur les hauts-plateaux initient aussi la restauration du fonctionnement de ces écosystèmes humides. Si les zones tourbeuses des sommets et des cols contribuent assez peu à une restauration des flux hydriques, l'ensemble des travaux comme l'élimination des drains et des collecteurs dans le lit majeur des cours d'eau, ne peut que les stabiliser.

Sur le plan des services culturels (sensibilisation à la nature, développement touristique spécialisé, valeur emblématique, valeur d'existence, connaissance scientifique...), le bilan reste globalement mitigé. Malgré diverses infrastructures, notamment des circuits didactiques, mises en place dans la foulée des programmes de restauration, ces espaces restaurés ne sont pas suffisamment partagés avec les acteurs locaux et les visiteurs externes pour en démontrer les multiples intérêts, développer les contacts avec la nature et partager l'ambiance particulière des hauts-plateaux.

Développement des processus de stockage de carbone à Hourchamps (2009)

Le bilan financier

Visite de terrain dans le projet LIFE Saint-Hubert

Ces six projets LIFE représentent un investissement important puisqu'ils atteignent 22 millions d'Euros. La moitié du financement vient de la Commission Européenne, l'autre partie est financée par la Wallonie (49%) et les différents partenaires ou co-financeurs privés (1%).

Les budgets obtenus par les promoteurs de la DGARNE et des ONG naturalistes représentent des montants importants qui servent à acquérir des terrains ou compenser des droits (30 %), à financer les travaux de restauration (41 %) et à assurer l'engagement d'équipes de projets (29 %). Ils sont investis dans l'économie locale pour reconstruire un capital naturel et une infrastructure verte régulatrice qui peut servir de support à des activités de développement touristique et d'autres revenus indirects.

Ils diminuent ainsi les coûts communs générés par l'inaction et le maintien de déséquilibres récurrents dans le fonctionnement des écosystèmes.

Les surfaces restent encore limitées, mais les travaux réalisés montrent la direction à suivre. En effet, au moins 10 à 15.000 hectares de plantations résineuses devraient encore, à terme, être transformés en zones ouvertes (environ 1/3) et forêts feuillues naturelles (environ 2/3) sur ces sols très sensibles. Complémentairement, ils assurent d'autres services écosystémiques comme l'amélioration de la qualité de l'eau (acidité, sédiments), le stockage de carbone et l'amélioration de la capacité d'accueil du gibier.

Entre 2002 et 2012, les promoteurs wallons ont obtenu 15 projets LIFE pour un montant global de 61 millions d'Euros. Plus de la moitié représente un investissement européen obtenu après une sélection à l'échelle européenne rigoureuse et très compétitive.

Ces projets permettent à la Wallonie de remplir ses obligations européennes en matière de biodiversité, restaurent le fonctionnement des écosystèmes, assurent une large diversité de services écosystémiques et corrigent un certain nombre de problèmes récurrents coûteux. De nouveaux métiers se sont créés pour développer une infrastructure verte qu'il faut continuer de mettre en valeur notamment au niveau touristique et culturel.

Où visiter les travaux réalisés ?

Visiter les sites du méta-projet tourbièresLa création de plus de 2.600 ha de nouveaux paysages sur les différents massifs offre un énorme potentiel de découverte de la nature. De nombreuses infrastructures ont été mises en place pour permettre à ceux qui souhaitent partager l'intimité des tourbières de le faire sans les perturber. Des circuits spécifiques, illustrés par des brochures explicatives ou des fiches didactiques, vous permettront d'en profiter au mieux. Pas besoin d'aller bien loin pour s'évader !

>>> Pour en savoir plus sur les visites des sites restaurés

Mis à jour le 06/02/2014