Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1635 - Gravière Brock

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Gravière d'Hermalle-sous-Argenteau
Communes :Oupeye
Cantonnements DNF :Liège
Surface :12 ha
Coordonnées :X Lambert : 242104 - Y Lambert : 156197
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Localisée en basse Meuse liégeoise, en bordure du Canal Albert juste en amont du pont d'Hermalle-sous-Argenteau, cette gravière fut ouverte en 1983 et exploitée par la société Brock pendant une dizaine d'années avant son abandon et l'inondation de la fosse d'extraction qui a conduit à la formation d'un plan d'eau de près de 7 hectares. Jusqu'au milieu des années 2000, le site était entouré d'une étroite ceinture de végétation herbacée discontinue, incluant des roselières, ainsi que par des friches fleuries, surtout vers le nord où se trouve aussi une zone humide de quelques ares. Depuis lors, la couverture arborée s'est fortement développée et les espaces ouverts se sont dans le même temps raréfiés. La flore rassemble plusieurs espèces aquatiques d'intérêt patrimonial, dont le cornifle ou cératophylle épineux (Ceratophyllum demersum), classé comme vulnérable sur la liste rouge wallonne, le faux-nénuphar (Nymphoides peltata), en danger critique, et le potamot à feuilles capillaires (Potamogeton trichoides), également en danger critique à l'échelle régionale. Mais, du fait de sa position privilégiée sur un axe de migration, cette gravière présente avant tout une grande importance ornithologique comme halte de migration et aire d'hivernage pour divers oiseaux d'eau, en particulier les fuligules milouin (Aythya ferina) et morillon (Aythya fuligula) qui nichent également sur le site, de même que d'autres espèces comme le grèbe huppé (Podiceps cristatus) et le martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis). L'endroit est également fort apprécié par les hirondelles et les martinets en migration. L'intérêt herpétologique se traduit par la présence d'au moins six espèces d'amphibiens dont le crapaud calamite (Bufo calamita). La gravière et les terrains qui l'entourent sont la propriété de la commune d'Oupeye qui y a mené, en 2012, divers aménagements à la faveur des promeneurs.

Carto

Régions naturelles

  • E7 - Vallée de la Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Hermalle-sous-Argenteau15 haOUPEYE (partim ???)LIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège15 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Commune d'Oupeye

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Commune d'Oupeye

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Castor fiberOuiNon2018Divers obs.
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus scirpaceusOuiNonNicheur2018Divers obs.
Alcedo atthisOuiNonNicheur2018Divers obs.
Aythya ferinaOuiOuiNicheur-hivernant2018Aves
Aythya fuligulaOuiNonNicheur-hivernant2018Aves
Emberiza schoeniclusOuiNonNicheur2018Divers obs.
Podiceps cristatusOuiNonNicheur (1-2 couples)2018Divers obs.
Remiz pendulinusOuiNonHivernant-passage (max. 4 ex.)2016Divers obs.
Saxicola rubicolaOuiNonNicheur2018Divers obs.
Tachybaptus ruficollisOuiNonHivernant2018Divers obs.
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNonReproduction2018CA. Remacle + divers obs.
Bufo calamitaOuiOuiReproduction1998BAves - Raînne
Lissotriton vulgarisOuiNon2018Divers obs.
Pelophylax kl. esculentusOuiNonReproduction2018CA. Remacle + divers obs.
Rana temporariaOuiNonReproduction2018CA. Remacle + divers obs.
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Issoria lathoniaOuiNon1 ex.2009A. Paquet
Leptidea sinapisNonNon2017A. Remacle, P. Dal Farra
Cyaniris semiargusNonNonAssez abondant2004A. Remacle
Invertébrés - Insectes - Libellules
Anax parthenopeNonNon2018W. Vercruysse
Sympecma fuscaOuiOui2016L. Bronne, P. Dal Farra
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Anisosticta novemdecimpunctata2018J.-Y. Baugnée
Donacia vulgaris2018J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Oedipoda caerulescens2018P. Piron, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Eucera nigrescens2014J. Belge
Plantes - Plantes supérieures
Ceratophyllum demersum2011R. Barendse
Nymphoides peltataSpontané ?2012R. Barendse, D. Dufour
Potamogeton trichoides2012R. Barendse, D. Dufour

Commentaires sur la faune

Mammifères (divers obs. 2000-2018): Castor fiber, Sciurus vulgaris.

Oiseaux (Obs.be - divers obs. 2000-2018): Acanthis flammea, Accipiter nisus, Acrocephalus palustris, Acrocephalus schoenobaenus (2011), Acrocephalus scirpaceus, Actitis hypoleucos, Aegithalos caudatus, Alauda arvensis, Alcedo atthis, Alopochen aegyptiaca, Anas clypeata, Anas crecca, Anas penelope, Anas platyrhynchos, Anas querquedula, Anas strepera, Anser albifrons, Anser anser, Anthus pratensis, Anthus spinoletta, Apus apus, Ardea alba, Ardea cinerea, Aythya ferina, Aythya fuligula, Aythya fuligula x Aythya marila, Aythya nyroca (2015), Branta canadensis, Branta leucopsis, Cairina moschata, Callonetta leucophrys, Carduelis cannabina, Carduelis carduelis, Carduelis spinus, Cecropis daurica (2018), Certhia brachydactyla, Charadrius dubius, Chloris chloris, Chroicocephalus ridibundus, Ciconia ciconia, Circus aeruginosus, Circus cyaneus, Clangula hyemalis (2003), Coloeus monedula, Columba palumbus, Corvus corone, Corvus frugilegus, Cyanistes caeruleus, Cyanistes cyanus (échappée - 2017), Cygnus atratus, Cygnus olor, Delichon urbicum, Dendrocopos major, Emberiza schoeniclus, Erithacus rubecula, Falco peregrinus, Falco tinnunculus, Fringilla coelebs, Fringilla montifringilla, Fulica atra, Gallinago gallinago, Gallinula chloropus, Garrulus glandarius, Gavia arctica, Gavia immer (2009), Haematopus ostralegus, Hippolais polyglotta, Hirundo rustica, Larus argentatus, Larus cachinnans, Larus cachinnans x michahellis, Larus canus, Larus fuscus (graellsii et intermedius), Larus michahellis, Lullula arborea, Lymnocryptes minimus, Mergellus albellus, Mergus merganser, Microcarbo pygmeus, Motacilla alba, Motacilla cinerea, Motacilla flava, Muscicapa striata, Netta rufina (2011), Pandion haliaetus, Parus major, Passer domesticus, Phalacrocorax carbo, Phoenicurus ochruros, Phoenicurus phoenicurus, Phylloscopus collybita (incl. tristis), Phylloscopus trochilus, Pica pica, Picus viridis, Podiceps cristatus, Podiceps nigricollis, Prunella modularis, Pyrrhula pyrrhula, Rallus aquaticus, Regulus ignicapilla, Regulus regulus, Remiz pendulinus, Riparia riparia, Saxicola torquatus, Serinus serinus, Sitta europaea, Streptopelia decaocto, Streptopelia turtur, Sturnus vulgaris, Sylvia atricapilla, Sylvia borin, Sylvia communis, Sylvia curruca, Tachybaptus ruficollis, Tadorna tadorna, Tringa ochropus, Troglodytes troglodytes, Turdus iliacus, Turdus merula, Turdus philomelos, Turdus pilaris, Turdus viscivorus.

Amphibiens (données A. Remacle, P. Dupriez + divers obs. 2000-2018): Bufo bufo, Bufo calamita, Lissotriton vulgaris, Rana temporaria, Pelophylax kl. esculentus, Pelophylax ridibundus.

Reptiles (données divers obs. 2015-2018): Trachemys scripta.

Lépidoptères (données A. Remacle 2004 + divers obs. 2008-2018): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Aricia agestis, Carcharodus alceae, Celastrina argiolus, Colias croceus, Inachis io, Issoria lathonia, Leptidea sinapis s.l., Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Polyommatus semiargus, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Odonates (données divers obs. 2004-2018): Aeshna cyanea, Aeshna mixta, Anax imperator, Anax parthenope, Coenagrion puella, Crocothemis erythraea, Enallagma cyathigerum, Erythromma lindenii, Erythromma najas, Erythromma viridulum, Ischnura elegans, Lestes sponsa, Lestes viridis, Libellula depressa, Orthetrum cancellatum, Pyrrhosoma nymphula, Sympecma fusca, Sympetrum danae, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum.

Orthoptères (données P. Piron 2017; J.-Y. Baugnée, 2018): Chorthippus biguttulus, Chorthippus parallelus, Conocephalus fuscus, Oedipoda caerulescens, Pholidoptera griseoaptera.

Mollusques (données L. Bronne 2017-2018; J.-Y. Baugnée, 2018): Cochlicopa lubrica, Deroceras reticulatum, Dreissena sp., Galba truncatula, Limax maximus, Lymnaea stagnalis, Physa fontinalis, Physella acuta, Stagnicola sp., Succinea putris, Trochulus hispidus, Vallonia excentrica, Zonitoides nitidus.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données A. Remacle, 2004 + divers obs. 2009-2018): Acer campestre, Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Agrostis stolonifera, Alnus glutinosa, Alnus incana, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Asparagus officinalis, Aster lanceolatus, Aster sp., Betula pendula, Bidens frondosa, Bidens sp., Buddleja davidii, Calamagrostis epigejos, Calystegia sepium, Cardaria draba, Carex acuta, Carex cuprina (= otrubae), Carex hirta, Cerastium glomeratum, Ceratophyllum demersum, Chaenorhinum minus, Chenopodium album, Cirsium arvense, Cirsium vulgare, Clematis vitalba, Conyza canadensis, Cornus sanguinea, Cotoneaster horizontalis, Crataegus monogyna, Dactylis glomerata, Datura stramonium, Daucus carota, Echium vulgare, Eleocharis palustris, Epilobium hirsutum, Epipactis helleborine, Equisetum arvense, Erigeron annuus, Erodium cicutarium, Eupatorium cannabinum, Euphorbia peplus, Festuca arundinacea, Geranium molle, Geranium pyrenaicum, Glechoma hederacea, Hedera helix, Holcus lanatus, Hyacinthoides non-scripta (cv?), Hypericum perforatum, Inula conyzae, Juglans regia, Juncus effusus, Juncus inflexus, Lathyrus sylvestris, Leontodon autumnalis, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Lolium perenne, Lotus corniculatus, Lycopus europaeus, Lysimachia thyrsiflora, Lysimachia vulgaris, Lythrum salicaria, Malva moschata, Matricaria recutita, Medicago sativa, Medicago x varia, Melilotus albus, Melissa officinalis, Mentha aquatica, Myriophyllum spicatum, Nymphoides peltata, Odontites vernus, Oenothera sp.Origanum vulgare, Phalaris arundinacea, Phleum pratense, Phragmites australis, Picris hieracioides, Plantago lanceolata, Platanus x hispanica, Poa annua, Poa compressa, Poa nemoralis, Poa pratensis, Populus alba, Populus sp., Populus tremula, Potamogeton crispus, Potamogeton sp., Potamogeton trichoides, Potentilla reptans, Prunus avium, Prunus serotina, Pulicaria dysenterica, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus repens, Rhus typhina, Robinia pseudoacacia, Rosa canina, Rubus fruticosus s.l., Rumex acetosa, Rumex conglomeratus, Salix alba, Salix caprea, Salix cinerea, Salix viminalis, Senecio inaequidens, Senecio jacobaea, Setaria verticillata, Silene latifolia subsp. alba, Solanum dulcamara, Solidago gigantea, Sonchus arvensis, Sonchus oleraceus, Stachys sylvatica, Symphytum officinale, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Tilia cordata, Tilia x vulgaris, Torilis japonica, Trifolium repens, Tussilago farfara, Typha angustifolia, Typha latifolia, Verbascum nigrum, Verbena officinalis, Veronica persica, Viburnum opulus, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sativa, Vicia villosa, Yucca sp.

Espèces exotiques

Plantes: Buddleja davidii, Conyza canadensis, Cotoneaster horizontalis, Erigeron annuus, Juglans regia, Lathyrus latifolius, Melilotus albus, Oenothera sp., Platanus x hispanica, Prunus serotina, Rhus typhina, Robinia pseudoacacia, Senecio inaequidens, Setaria verticillata, Solidago gigantea, Vicia villosa, Yucca sp..

Animaux: Alopochen aegyptiaca, Branta canadensis, Callonetta leucophrys, Cairina moschata, Cygnus atratus, Dreissena sp., Harmonia axyridis, Pelophylax ridibundus, Trachemys scripta.

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'un site d'intérêt ornithologique (migrations et période hivernale) et herpétologique (Crapaud calamite).

Menaces

Réaffectation défavorable au caractère naturel du site: loisirs motorisés, forte réduction de la quiétude.

Le remblayage du site est actuellement exclu.

Recommandations

Maintien de la quiétude du plan d'eau, surtout lorsqu'il héberge, en période hivernale et de migration, des rassemblements importants d'oiseaux d'eau. Une partie du site devrait bénéficier d'une tranquillité continue.

Plan de gestion

Sans objet.

Accès du public

Accès en principe interdit mais toléré. Les voitures parviennent à y pénétrer, malgré le placement de blocs de béton sur le chemin parallèle au canal.

Détails

Description physique

La Gravière Brock, aussi nommée gravière d'Hermalle-sous-Argenteau, est située dans la vallée de la Meuse en bordure du Canal Albert, au sud du pont d'Hermalle-sous-Argenteau. Le site se trouve à une dizaine de kilomètres en aval de Liège, à une altitude d'environ 55 m. Elle fut ouverte en 1983 à l'emplacement de terres agricoles reposant sur des alluvions modernes.

Le plan d'eau, de forme rectangulaire, s'étale dans un axe nord-sud sur une longueur approximative de 600 m pour une largeur maximale de 146 m (atteinte dans la partie nord). Il est alimenté exclusivement par la nappe phréatique de la plaine alluviale de la Meuse. La berge ouest, récemment remaniée, est doublée par un merlon enroché sur toute sa longueur, distant de 2-3 m de la berge. Plusieurs plateformes flottantes sont présentes dans la partie nord-est du plan d'eau.

L'étang est bordé à l'ouest par un haut talus obstruant la vue vers le Canal Albert et dominant un chemin de promenade qui permet de faire le tour du site. Au sud, s'étend la vaste friche industrielle de Chertal et à l'est les jardins des rues Florent Leruth et Ferdinand Lechanteur. Immédiatement au nord de la pièce d'eau se trouve une ancienne friche actuellement aménagée par la commune d'Oupeye comme zone de loisir et de découverte de la nature: des tables de pique-nique et des bancs ont été installés dans la partie sèche, de même qu'un hôtel à insectes et des panneaux didactiques, tandis qu'un caillebotis traverse une zone humide de quelques ares incluant une roselière et une mare.

Au début des années 2000 le site était encore largement ouvert et la végétation peu développée sur le pourtour de la gravière. Actuellement, les berges sont essentiellement colonisées par une frange arbustive et arborée, les zones de friches étant peu étendues et concentrées surtout dans le nord.

La fréquentation du site est importante, surtout par beau temps. On observait jadis la présence de déchets divers (cannettes et bouteilles, restes de pique-nique, places à feu, dépôts d'ordures, ...) mais la situation s'est nettement améliorée depuis.

Description biologique

La Gravière Brock a été décrite du point de vue biologique par A. Remacle dans le cadre de l'inventaire des carrières et sablières désaffectées de Wallonie. Cette description, figurant ci-après, est basée sur des observations effectuées principalement en 2004.

«Le plan d'eau montre une ceinture de végétation herbacée très partielle, constituée notamment de Phalaris arundinacea et de Typha latifolia, accompagnés de Carex hirta, C. cuprina, Eleocharis palustris, Lycopus europaeus, Epilobium hirsutum, Solanum dulcamara, Bidens sp.,... Dans l'eau s'est développée une abondante végétation aquatique, composée de Potamogeton crispus, Potamogeton sp. (à feuilles linéaires), Myriophyllum spicatum et Ceratophyllum demersum. Des ligneux, en particulier des saules, croissent sur le pourtour à plusieurs endroits.

La petite zone humide de la friche nord est envahie de Salix spp. On y trouve un massif de plus d'un are de Phragmites australis, une zone couverte d'Eleocharis palustris, des plages de Carex hirta, des plants peu nombreux de Carex acuta et C. cuprina, ainsi que des herbacées hygrophiles, comme Lycopus europaeus, Epilobium hirsutum, Pulicaria dysenterica et Lythrum salicaria.

Les parties hors eau sont occupées par une végétation de friche rudérale et par des ronciers, avec des ligneux par endroits (Betula pendula, Salix caprea, Populus sp., Robinia pseudoacacia, Crataegus monogyna, Rosa canina, Clematis vitalba,...). La strate herbacée est relativement diversifiée; elle est riche en fabacées (Melilotus albus, Medicago sativa, Lotus corniculatus, Trifolium spp., Vicia sativa, V. hirsuta, V. villosa,...) et en astéracées (e.a. Tussilago farfara, Senecio inaequidens, Erigeron annuus, Tanacetum vulgare, Cirsium arvense, Artemisia vulgaris, Eupatorium cannabinum, Solidago gigantea, Picris hieracioides, Achillea millefolium, Matricaria recutita). On y trouve aussi bien d'autres espèces, comme Ranunculus repens, R. acris, Cerastium glomeratum, Potentilla reptans, Symphytum officinale, Origanum vulgare et diverses poacées parmi lesquelles Calamagrostis epigejos, qui forme des plages importantes, Arrhenatherum elatius, Poa pratensis, P. compressa, Holcus lanatus, Agrostis stolonifera et Festuca arundinacea.

La proximité de nombreux jardins et le dépôt de déchets verts sur le pourtour ont conduit à l'installation de plusieurs espèces cultivées: Cotoneaster horizontalis, Rhus sp., Juglans regia, Asparagus officinalis, Lathyrus latifolius, Aster sp. et Yucca sp.»

Depuis lors, la végétation ligneuse s'est fortement développée s'accompagnant d'une réduction des zones de friches. Actuellement, les rives sont largement colonisées par une frange arbustive de saules (Salix spp.), aulnes (Alnus glutinosa et A. incana), robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia), bouleau verruqueux (Betula pendula), etc., à l'exception de la rive ouest remaniée récemment où l'on assiste à un envahissement par les buddleias (Buddleja davidii). Des roselières à phragmites (Phragmites australis) et massettes à larges feuilles (Typha latifolia) se maintiennent localement, principalement le long de la rive nord.

La flore, riche de plus de 150 espèces de plantes supérieures, rassemble plusieurs éléments d'intérêt patrimonial, dont le cornifle ou cératophylle épineux (Ceratophyllum demersum), classé comme vulnérable sur la liste rouge wallonne, le faux-nénuphar (Nymphoides peltata), en danger critique, et le potamot à feuilles capillaires (Potamogeton trichoides), également en danger critique au niveau régional.

Intérêt faunistique de la Gravière Brock

Etant situé sur un axe de migration, ce plan d'eau présente un intérêt ornithologique particulièrement élevé, même si celui-ci s'est amenuisé au fil des ans. Pas moins de 130 espèces d'oiseaux y ont été observées depuis le début des années 2000 (source: Aves et obs.be).

Jusqu'au début des années 2000, cette gravière constituait un important site d'hivernage pour les oiseaux d'eau en Basse-Meuse, en particulier pour les fuligules milouin (Aythya ferina) et morillon (A. fuligula) dont les nombres maxima atteints étaient de l'ordre de 2000 pour le premier et de 350 pour le second. Ces deux anatidés sont toujours très réguliers, y compris en période de nidification, mais leurs effectifs se sont depuis fortement réduits et dépassent rarement les 200 oiseaux (pour la période post 2010). Les autres espèces fréquentant régulièrement ce plan d'eau durant les migrations et en période hivernale sont le canard colvert (Anas platyrhynchos), la foulque macroule (Fulica atra) (max. 50 ex.), la sarcelle d'hiver (Anas crecca), le canard chipeau (Anas strepera) (max. 23 ex. en 2010), la mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus), la bernache nonnette (Branta leucopsis), la gallinule poule d'eau (Gallinula chloropus), le goéland cendré (Larus canus), le goéland pontique (Larus cachinnans), le grand cormoran (Phalacrocorax carbo), le grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), le héron cendré (Ardea cinerea), le goéland brun (Larus fuscus). D'autres apparaissent plus occasionnellement et en petit nombre, comme le canard siffleur (Anas penelope), le canard souchet (Anas clypeata), le goéland argenté (Larus argentatus), le goéland leucophée (Larus michahellis), le harle bièvre (Mergus merganser), l'oie cendrée (Anser anser), etc. Les limicoles sont globalement très peu fréquents, la raison principale étant la rareté des plages de vases où ces oiseaux pourraient se nourrir; l'espèce la plus souvent notée est le chevalier guignette (Actitis hypoleucos) (quelques ex. annuellement), suivi par le petit gravelot (Charadrius dubius) (3 obs.), la bécassine des marais (Gallinago gallinago) ou encore le chevalier culblanc (Tringa ochropus). La rémiz penduline (Remiz pendulinus), potentiellement nicheuse, reste un visiteur rare surtout noté en hiver (1-4 ex., la dernière occurrence en mars 2016).

Le site est par ailleurs fort apprécié par les trois espèces d'hirondelles et du martinet noir en migration. Il voit aussi parfois l'apparition de raretés, par exemple ce cormoran pygmée (Microcarbo pygmeus) et cette harelde boréale (Clangula hyemalis) observés début mars 2003, ce plongeon imbrin (Gavia immer) en décembre 2009, ce fuligule nyroca (Aythya nyroca) ayant séjourné durant l'hiver 2015-2016, ou encore cette hirondelle rousseline (Cecropis daurica) survolant l'étang le 1er mai 2018. On épinglera encore l'observation, fin octobre et début novembre 2017, d'une mésange azurée (Cyanistes cyanus) échappée de captivité, cette espèce orientale étant exceptionnelle dans nos régions.

Les principales espèces nicheuses sur le site sont le canard colvert (Anas platyrhynchos), les fuligules milouin (Aythya ferina) et morillon (A. fuligula), la foulque macroule (Fulica atra), le grèbe huppé (Podiceps cristatus), le cygne tuberculé (Cygnus olor), la gallinule poule d'eau (Gallinula chloropus), le martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) ainsi que les exotiques bernache du Canada (Branta canadensis) et ouette d'Egypte (Alopochen aegyptiaca). En ce qui concerne le milouin, la gravière Brock est le seul site de région liégeoise où la reproduction a encore été prouvée ces dernières années. La friche nord et sa roselière accueille en outre le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus), la rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), le tarier pâtre (Saxicola torquatus), entre autres.

Du point de vue herpétologique, la gravière constitue un site de reproduction pour au moins 6 espèces d'amphibiens: triton ponctué (Lissotriton vulgaris), grenouille rousse (Rana temporaria), grenouille verte (Pelophylax kl. esculentus), grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus), crapaud commun (Bufo bufo) et crapaud calamite (Bufo calamita), ce dernier étant surtout concentré dans la vaste friche voisine de Chertal. En revanche, un seul reptile a été signalé à ce jour: c'est la tortue de Floride (Trachemys scripta), une espèce exotique bien installée depuis quelques décennies en Basse-Meuse.

L'intérêt entomologique reste pour une grande part à documenter. Les groupes les mieux connus sont les Lépidoptères rhopalocères (ou papillons de jour) et les odonates (ou libellules).

Le premier groupe est représenté par une petite vingtaine d'espèces, la plupart banales en Région wallonne. On soulignera toutefois la présence du demi-argus (Polyommatus semiargus) assez abondant dans les années 2000 (obs. A. Remacle) mais plus guère signalé depuis lors, peut-être suite au reboisement des friches bordant le plan d'eau. L'observation de la piéride de la moutarde (Leptidea sinapis s.l.), du collier de corail (Aricia agestis) et de l'hespérie de l'alcée (Carcharodus alceae) est également intéressante, de même que celle du petit nacré (Issoria lathonia) mais cette dernière datant de 2009 correspond probablement à un individu erratique.

Quant aux libellules, la diversité spécifique observée est assez moyenne, avec 20 espèces recensées depuis le début des années 2000, dont le leste brun (Sympecma fusca), l'anax napolitain (Anax parthenope), l'agrion à longs cercoïdes (Erythromma lindenii).

On y signale en outre l'un ou l'autre insecte peu commun, comme l'eucère noirâtre (Eucera nigrescens), une abeille solitaire légalement protégée en Région wallonne capturée en 2014 (coll. ISA La Reid), ou encore l'oedipode turquoise ou criquet à ailes bleues (Oedipoda caerulescens).

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle:
Occupation du site avant exploitation: terrains agricoles.
Ancien exploitant: Société Brock.
Matériau(x) extrait(s): graviers.
Références
Référence sur anciens documents de la DPA: Hermalle-sous-Argenteau n° 1.
Déroulement de l'exploitation:
Autorisation: 1983.
Fin: ?
Réaffectation effective: laissé en l'état.

Divers

Sources

SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)

Date de la dernière modification de la fiche

2018-10-11