Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

1637 - Carrière des Quinettes

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Carrière d'Oupeye / Dessus les Moulins Quinettes
Communes :Oupeye
Cantonnements DNF :Liège
Surface :14.7 ha
Coordonnées :X Lambert : 239194 - Y Lambert : 157300
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

Située sur le versant hesbignon de la vallée de la Meuse, à environ 10 km en aval de Liège, la carrière des Quinettes, ou carrière d'Oupeye, fut ouverte au lieu-dit Petit Aaz courant des années 1960 afin d'y exploiter des graviers et des craies. Désaffectée au bout de quarante ans d'activité, la carrière servit ensuite de dépotoir et fut remblayée partiellement. S'inscrivant dans un paysage agricole où alternent les champs, les prairies et les vergers, ce site apparaît actuellement comme un ilot arboré d'une quinzaine d'hectares agrémenté de quelques mares et étangs ainsi que de zones de friches, avec une grande variété de microreliefs. C'est un véritable refuge pour la flore et la faune, accueillant des plantes peu banales telle la pyrole à feuilles rondes (Pyrola rotundifolia) et l'ophrys abeille (Ophrys apifera), plusieurs espèces d'amphibiens, ainsi qu'un riche peuplement d'abeilles et de guêpes sauvages. La carrière des Quinettes est fréquentée par les promeneurs qui apprécient le calme et la nature exubérante mais qui laissent encore trop souvent des déchets derrière eux. Non repris dans le réseau Natura 2000, mais considéré comme zone centrale du réseau écologique dans le PCDN d'Oupeye, le site mériterait un statut de protection qui permettrait la mise en place de mesures de gestion favorisant le retour de certaines espèces emblèmatiques aujourd'hui disparues comme l'hirondelle de rivage (Riparia riparia) ou le crapaud calamite (Bufo calamita).

Carto

Régions naturelles

  • D3 - Hesbaye sèche

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Heure-le-Romain14.7 haOUPEYELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège14.7 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Alcedo atthisOuiNonRégulier2022A. Remacle, J.-Y. Baugnée
Aythya fuligulaOuiNon1 couple2000P. Deloyer
Emberiza schoeniclusOuiOuiPrésence1999P. Deloyer
Falco subbuteoOuiNonPrésenceP. Deloyer (2000 - com. écrite)
Fulica atraNonNonNicheur2022J.-Y. Baugnée
Muscicapa striataOuiOuiNicheur2022J.-Y. Baugnée
Riparia ripariaOuiNonColonie de 20-40 couples2000div. obs.
Tachybaptus ruficollisOuiNonNicheur probable2022A. Remacle, J.-Y. Baugnée
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Bufo bufoOuiNonReproduction2022CA. Remacle,J.-Y. Baugnée
Bufo calamitaOuiOuiProbablement disparu2008BTh. Kinet
Ichthyosaura alpestrisOuiNonReproduction2022CTh. Kinet, J.-Y. Baugnée
Lissotriton vulgarisOuiNonReproduction2022CTh. Kinet, J.-Y. Baugnée
Pelophylax kl. esculentusOuiNonReproduction2022CDivers obs.
Rana temporariaOuiNonReproduction2022CDivers obs.
Invertébrés - Insectes - Libellules
Lestes virensOuiOui2021CJ.-Y. Baugnée
Sympecma fuscaOuiNon2022J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Anisosticta novemdecimpunctata2022J.-Y. Baugnée
Aromia moschata2021J.-Y. Baugnée
Cicindela campestrisObservation régulière2003CA. Remacle
Coccidula scutellata2022J.-Y. Baugnée
Donacia marginata2021J.-Y. Baugnée
Donacia vulgaris2022J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena vaga2022J.-Y. Baugnée
Coelioxys alata2022J.-Y. Baugnée
Colletes cunicularius2022J.-Y. Baugnée
Dasypoda hirtipes2022J.-Y. Baugnée
Halictus quadricinctus2022J.-Y. Baugnée
Melitta tricincta2022J.-Y. Baugnée
Sphecodes albilabris2022J.-Y. Baugnée
Sphecodes niger2022J.-Y. Baugnée
Plantes - Plantes supérieures
Catapodium rigidum2007A. Remacle
Crepis polymorpha2004A. Remacle
Ophrys apifera2022J.-Y. Baugnée
Pulicaria dysenterica2022J.-Y. Baugnée
Pyrola rotundifoliaPlusieurs plages2022J.-Y. Baugnée

Commentaires sur la faune

Mammifères : Capreolus capreolus, Meles meles, Vulpes vulpes.

Oiseaux : Accipiter gentilis, Accipiter nisus, Alcedo atthis, Anas crecca, Anas platyrhynchos, Ardea cinerea, Aythya fuligula, Branta canadensis, Buteo buteo, Carduelis cannabina, Carduelis carduelis, Carduelis chloris, Columba palumbus, Corvus corone, Delichon urbicum, Dendrocopos major, Emberiza schoeniclus, Erithacus rubecula, Falco subbuteo, Ficedula hypoleuca (migr.), Fringilla coelebs, Fulica atra, Gallinula chloropus, Garrulus glandarius, Hirundo rustica, Larus canus, Larus ridibundus, Muscicapa striata, Parus major, Pernis apivorus, Phasianus colchicus, Phylloscopus collybita, Pica pica, Picus viridis, Remiz pendulinus (migr.), Riparia riparia (nicheur < 2000), Sitta europaea, Tachybaptus ruficollis, Turdus merula, Turdus philomelos.

Reptiles : Trachemys scripta.

Amphibiens : Bufo bufo, Bufo calamita (2008), Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Lissotriton vulgaris, Pelophylax kl. esculentus, Pelophylax ridibundus, Rana temporaria.

Poissons : Cyprinus carpio.

Lépidoptères : Acleris notana, Acleris schalleriana, Acrolepia autumnitella, Adaina microdactyla, Agapeta hamana, Aglais urticae, Agriphila inquinatella, Agriphila tristella, Anthocharis cardamines, Antispila petryi, Aricia agestis, Autographa gamma, Cacoecimorpha pronubana, Caloptilia alchimiella, Caloptilia stigmatella, Camptogramma bilineata, Celastrina argiolus, Coleophora alticolella, Coleophora milvipennis, Coptotriche angusticollella, Coptotriche marginea, Cupido argiades, Ectoedemia occultella, Epinotia nisella, Eudonia pallida, Euspilapteryx auroguttella, Gonepteryx rhamni, Gracillaria syringella, Inachis io, Lathronympha strigana, Leptidea sinapis, Leucoptera malifoliella, Limnaecia phragmitella, Lycaena phlaeas, Lyonetia clerkella, Macroglossum stellatarum, Macrosaccus robiniella, Maniola jurtina, Mompha epilobiella, Neozephyrus quercus, Nomophila noctuella, Opisthograptis luteolata, Pararge aegeria, Parornix anglicella, Parornix devoniella, Phyllocnistis saligna, Phyllonorycter coryli, Phyllonorycter corylifoliella, Phyllonorycter nicellii, Phyllonorycter oxyacanthae, Phyllonorycter pastorella, Phyllonorycter quercifoliella, Phyllonorycter sp., Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Pleuroptya ruralis, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyrausta despicata, Pyrausta purpuralis, Scrobipalpa acuminatella, Stigmella anomalella, Stigmella betulicola, Stigmella microtheriella, Stigmella nivenburgensis, Stigmella perpygmaeella, Stigmella plagicolella, Stigmella pyri, Stigmella regiella, Stigmella roborella, Stigmella ruficapitella/samiatella, Stigmella sakhalinella, Stigmella salicis, Stigmella sp., Stigmella splendidissimella, Thiotricha subocellea, Tischeria ekebladella, Triodia sylvina, Vanessa atalanta, Zygaena filipendulae.

Libellules : Aeshna cyanea, Aeshna mixta, Anax imperator, Calopteryx splendens, Coenagrion puella, Enallagma cyathigerum, Erythromma lindenii, Erythromma viridulum, Gomphus pulchellus, Ischnura elegans, Lestes sponsa, Lestes virens, Lestes viridis, Libellula depressa, Orthetrum cancellatum, Somatochlora metallica, Sympecma fusca, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum.

Orthoptères : Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus fuscus, Leptophyes punctatissima, Meconema meridionale, Metrioptera bicolor, Oedipoda caerulescens, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Tetrix tenuicornis, Tetrix undulata, Tettigonia viridissima.

Hyménoptères : Agenioideus cinctellus, Agenioideus sericeus, Ammophila sabulosa, Ancistrocerus gazella, Ancistrocerus trifasciatus, Andrena bicolor, Andrena carantonica, Andrena clarkella, Andrena flavipes, Andrena haemorrhoa, Andrena minutula, Andrena minutuloides, Andrena nigroaenea, Andrena strohmella, Andrena trimmerana, Andrena vaga, Andricus aries, Andricus foecundatrix, Andricus kollari, Andricus lignicolus, Andricus malpighii, Andricus solitarius, Anthophora plumipes, Apis mellifera, Aulacidea hieracii, Auplopus carbonarius, Blennocampa phyllocolpa, Bombus campestris, Bombus hypnorum, Bombus lapidarius, Bombus pascuorum, Bombus pratorum, Bombus terrestris, Bombus vestalis, Caliadurgus fasciatellus, Cerceris quinquefasciata, Cerceris rybyensis, Chrysis sp., Coelioxys alata, Colletes cunicularius, Colletes hederae, Crossocerus elongatulus, Crossocerus exiguus, Crossocerus quadrimaculatus, Crossocerus varus, Cryptocheilus notatus, Cynips quercusfolii, Dasypoda hirtipes, Diastrophus rubi, Diplolepis nervosa, Diplolepis rosae, Dryocosmus kuriphilus, Ectemnius continuus, Ectemnius lapidarius, Epyris niger, Eumenes coronatus, Formica cunicularia, Formica fusca, Formica rufibarbis, Goniozus distigmus, Halictus quadricinctus, Halictus rubicundus, Halictus scabiosae, Halictus tumulorum, Hedychrum niemelai, Heriades truncorum, Heterarthrus microcephalus, Hylaeus communis, Hylaeus dilatatus, Hylaeus hyalinatus, Isodontia mexicana, Lasioglossum calceatum, Lasioglossum laticeps, Lasioglossum leucozonium, Lasioglossum minutissimum, Lasioglossum morio, Lasioglossum nitidiusculum, Lasioglossum parvulum, Lasioglossum pauxillum, Lasioglossum punctatissimum, Lasioglossum rufitarse, Lasioglossum semilucens, Lasioglossum villosulum, Lasius brunneus, Lasius flavus, Lasius fuliginosus, Lasius niger, Megachile centuncularis, Megachile versicolor, Mellinus arvensis, Melitta tricincta, Metallus lanceolatus, Myrmica sabuleti, Myrmica scabrinodis, Neuroterus albipes, Neuroterus anthracinus, Neuroterus numismalis, Neuroterus quercusbaccarum, Nomada alboguttata, Nomada ferruginata, Nomada flava, Nomada flavoguttata, Nomada lathburiana, Nomada marshamella, Nomada ruficornis, Ormyrus sp., Osmia cornuta, Osmia rufa, Passaloecus insignis, Pemphredon lugubris, Polistes dominulus, Pontania bridgmanii, Pontania pedunculi, Pontania proxima, Priocnemis fennica, Profenusa pygmaea, Pseudisobrachium subcyaneum, Rhopalum coarctatum, Sphecodes albilabris, Sphecodes ephippius, Sphecodes monilicornis, Sphecodes niger, Spilomena troglodytes, Symmorphus gracilis, Tapinoma erraticum, Temnothorax nylanderi, Tetramorium caespitum, Tetramorium impurum, Trichrysis cyanea, Trypoxylon minus, Vespa crabro, Vespula germanica, Vespula vulgaris.

Coléoptères : Adalia decempunctata, Adrastus rachifer, Altica lythri, Amalorrhynchus melanarius, Amara aenea, Anisosticta novemdecimpunctata, Anthonomus rubi, Aphthona euphorbiae, Aromia moschata, Bembidion lampros, Bembidion properans, Betulapion simile, Bruchidius villosus, Calvia quatuordecimguttata, Cartodere bifasciata, Cercyon sternalis, Ceutorhynchus erysimi, Chaetocnema concinna, Chaetocnema hortensis, Chilocorus renipustulatus, Chrysolina hyperici, Cicindela campestris, Coccidula rufa, Coccidula scutellata, Coccinella septempunctata, Crepidodera aurata, Crepidodera plutus, Cyphon coarctatus, Cyphon padi, Datonychus melanostictus, Demetrias atricapillus, Donacia marginata, Donacia vulgaris, Drusilla canaliculata, Elodes elongata, Epitrix pubescens, Harmonia axyridis, Hispa atra, Hygrotus versicolor, Ischnopterapion virens, Isochnus sequensi, Laccobius bipunctatus, Lamprobyrrhulus nitidus, Longitarsus parvulus, Longitarsus pellucidus, Longitarsus pratensis, Longitarsus succineus, Melanapion minimum, Microlestes minutulus, Microplontus campestris, Noterus clavicornis, Oedemera lurida, Oedemera nobilis, Oedemera virescens, Ophonus puncticeps, Orchestes pilosus, Otiorhynchus ovatus, Oulema gallaeciana, Oulema melanopus, Panagaeus bipustulatus, Paradromius linearis, Phyllotreta vittula, Platynaspis luteorubra, Poecilus cupreus, Propylea quatuordecimpunctata, Protapion apricans, Protapion fulvipes, Protapion nigritarse, Psammoecus bipunctatus, Pseudoperapion brevirostre, Psylliodes laticollis, Psyllobora vigintiduopunctata, Rhagonycha fulva, Rhamphus oxyacanthae, Rhamphus pulicarius, Rhantus suturalis, Rhinoncus perpendicularis, Scymnus haemorrhoidalis, Scymnus pallipediformis apetzoides, Sitona cylindricollis, Sitona humeralis, Sphaeroderma testaceum, Squamapion flavimanum, Stenopterapion tenue, Stenoria analis, Stenus bifoveolatus, Stenus solutus, Stethorus pusillus, Syntomus foveatus, Tanysphyrus lemnae, Telmatophilus typhae, Trachys minutus, Tritoma bipustulata, Tychius breviusculus, Tychius meliloti, Tytthaspis sedecimpunctata, Variimorda villosa.

Diptères : Acidia cognata, Agromyza alnibetulae, Agromyza nana, Amauromyza verbasci, Argyra leucocephala, Bibio johannis, Bombylius discolor, Bombylius major, Calliopum simillimum, Cheilosia impressa, Cheilosia pagana, Cheilosia soror, Cheilosia vernalis, Chorisops tibialis, Chromatomyia horticola, Chrysogaster solstitialis, Chrysops relictus, Conops flavipes, Conops quadrifasciata, Conops scutellatus, Coremacera marginata, Criorhina ranunculi, Cystiphora sanguinea, Cystiphora taraxaci, Dasineura auritae, Dasineura crataegi, Dasineura fraxinea, Dasineura fraxini, Dasineura plicatrix, Dasineura rosae, Dasineura urticae, Dasysyrphus albostriatus, Dilophus febrilis, Dilophus humeralis, Ectophasia crassipennis, Eloeophila maculata, Epistrophe eligans, Episyrphus balteatus, Eriothrix rufomaculatus, Eristalinus aeneus, Eristalinus sepulchralis, Eristalis arbustorum, Eristalis horticola, Eristalis intricaria, Eristalis nemorum, Eristalis pertinax, Eristalis tenax, Eumerus strigatus, Eupeodes latifasciatus, Fagisyrphus cinctus, Ferdinandea cuprea, Geomyza tripunctata, Helophilus hybridus, Helophilus pendulus, Helophilus trivittatus, Iteomyia capreae, Kiefferia pericarpiicola, Lasioptera rubi, Lejogaster metallina, Limnia unguicornis, Limonia nubeculosa, Lipara lucens, Liriomyza eupatorii, Liriomyza taraxaci, Macrodiplosis pustularis, Macrodiplosis roboris, Massalongia ruber, Melanostoma mellinum, Melanostoma scalare, Meliscaeva auricollis, Myathropa florea, Neoascia podagrica, Neoascia tenur, Neocnemodon sp., Nowickia ferox, Obolodiplosis robiniae, Opomyza florum, Palloptera ustulata, Paragus haemorrhous, Parhelophilus versicolor, Peplomyza litura, Pherbellia cinerella, Phytomyza agromyzina, Phytomyza conyzae, Phytomyza glechomae, Phytomyza origani, Phytomyza plantaginis, Pipizella annulata, Platycheirus albimanus, Ptychoptera contaminata, Ptychoptera lacustris, Pyrophaena rosarum, Rabdophaga heterobia, Rabdophaga rosaria, Rabdophaga saliciperda, Rhingia campestris, Rondaniola bursaria, Sargus flavipes, Scathophaga stercoraria, Sepedon sphegea, Sepsis punctum, Silba fumosa, Sphaerophoria scripta, Sphenella marginata, Stomorhina lunata, Sylvicola punctatus, Syritta pipiens, Syrphus torvus, Syrphus vitripennis, Tetanocera ferruginea, Thecophora bimaculata, Thecophora cinerascens, Tipula maxima, Tropidia scita, Trypetoptera punctulata, Urophora cardui, Volucella pellucens, Volucella zonaria, Xanthogramma pedissequum, Xylota segnis.

Hémiptères : Acalypta parvula, Acanthosoma haemorrhoidale, Acericerus ribauti, Adelphocoris lineolatus, Adelphocoris seticornis, Aelia acuminata, Alydus calcaratus, Anaceratagallia ribauti, Anoecia corni, Anthocoris limbatus, Anthocoris nemoralis, Aphrodes makarovi, Aphrophora alni, Aphrophora pectoralis, Aphrophora salicina, Aquarius paludum, Arocephalus longiceps, Arthaldeus pascuellus, Asiraca clavicornis, Athysanus argentarius, Bactericera albiventris, Balclutha punctata, Beosus maritimus, Cacopsylla crataegi, Cacopsylla melanoneura, Cacopsylla sp., Carpocoris purpureipennis, Cercopis vulnerata, Chartoscirta cincta, Chilacis typhae, Cicadula frontalis, Coreus marginatus, Corizus hyoscyami, Cymus melanocephalus, Deraeocoris lutescens, Dicyphus bolivari, Dimorphopterus spinolae, Dolycoris baccarum, Edwardsiana frustrator, Edwardsiana sp., Elasmucha grisea, Empoasca vitis, Eupteryx atropunctata, Eupteryx florida, Eupteryx thoulessi, Eurhadina pulchella, Eurygaster testudinaria, Euscelis incisus, Fieberiella florii, Gargara genistae, Gerris argentatus, Gerris lacustris, Graphosoma lineatum, Himacerus apterus, Himacerus mirmicoides, Hydrometra stagnorum, Idiocerus herrichii, Idiocerus lituratus, Idiocerus stigmaticalis, Idiocerus vicinus, Issus coleoptratus, Javesella pellucida, Kalama tricornis, Kelisia punctulum, Kleidocerys resedae, Kybos strigilifer, Kybos virgator, Lepidosaphes ulmi, Linnavuoriana sexmaculata, Liocoris tripustulatus, Lygocoris pabulinus, Lygus pratensis, Lygus rugulipennis, Macropsis fuscula, Macrosteles sardus, Malacocoris chlorizans, Megadelphax sordidulus, Megaloceroea recticornis, Megamelodes quadrimaculatus, Megamelus notula, Microvelia reticulata, Mocydia crocea, Muellerianella sp., Myrmus miriformis, Myzus cerasi, Nabis ferus, Nabis pseudoferus pseudoferus, Nabis rugosus, Notonecta glauca, Notostira elongata, Nysius senecionis, Orientus ishidae, Orius laticollis, Orius majusculus, Orius niger, Orius vicinus, Orthops basalis, Orthotylus flavosparsus, Palomena prasina, Pentatoma rufipes, Philaenus spumarius, Phytocoris varipes, Piezodorus lituratus, Pilophorus clavatus, Plagiognathus arbustorum, Plea minutissima, Populicerus confusus, Psammotettix confinis, Psyllopsis fraxini, Rhopalosiphum padi, Rhopalus parumpunctatus, Rhopalus subrufus, Scolopostethus affinis, Scolopostethus decoratus, Scolopostethus puberulus, Scolopostethus thomsoni, Stenocranus minutus, Stenodema calcarata, Stenodema laevigata, Stictopleurus abutilon, Stictopleurus punctatonervosus, Stygnocoris fuligineus, Stygnocoris rusticus, Stygnocoris sabulosus, Syromastus rhombeus, Tingis ampliata, Tingis cardui, Trigonotylus caelestialium, Trioza remota, Tropistethus holosericus, Zicrona caerulea, Zygina flammigera, Zygina hyperici, Zyginidia scutellaris.

Arachnides : Aceria erinea, Aceria lycopersici, Aculus magnirostris, Aculus tetanothrix, Araneus diadematus, Araneus marmoreus, Araneus quadratus, Argiope bruennichi, Cenopalpus spinosus, Larinioides cornutus, Metellina segmentata, Misumena vatia, Nemastoma lugubre, Nigma walckenaeri, Nuctenea umbratica, Phyllocoptes goniothorax, Phytoptus avellanae, Pisaura mirabilis, Steneotarsonemus phragmitidis.

Commentaires sur la flore

Plantes vasculaires: Acer campestre, Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Agrimonia eupatoria, Agrostis stolonifera, Alisma plantago-aquatica, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Asplenium scolopendrium, Athyrium filix-femina, Bellis perennis, Betula pendula, Betula pubescens, Bidens frondosa, Bidens tripartita, Brachypodium sylvaticum, Buddleja davidii, Calamagrostis epigejos, Calystegia sepium, Campanula rapunculus, Cardamine amara, Carex acutiformis, Carex leersii, Carex hirta, Carpinus betulus, Castanea sativa, Centaurea jacea s.l., Cerastium fontanum, Chaenomeles japonica, Chaerophyllum temulum, Chenopodium album, Cirsium arvense, Cirsium palustre, Cirsium vulgare, Clematis vitalba, Cornus sanguinea, Cornus sericea, Corylus avellana, Cotoneaster bullatus, Cotoneaster dammeri, Cotoneaster dielsianus, Cotoneaster franchetii, Cotoneaster hjelmqvistii, Cotoneaster horizontalis, Crataegus monogyna, Crepis biennis, Crepis capillaris, Cynosurus cristatus, Dactylis glomerata, Daucus carota, Dipsacus fullonum, Dryopteris filix-mas, Epilobium angustifolium, Epilobium ciliatum, Epilobium hirsutum, Epilobium montanum, Epilobium parviflorum, Epilobium tetragonum subsp. lamyi, Epipactis helleborine, Equisetum arvense, Equisetum palustre, Erigeron annuus, Eupatorium cannabinum, Fagus sylvatica, Festuca arundinacea, Festuca rubra, Festuca sp., Filipendula ulmaria, Fragaria vesca, Fraxinus excelsior, Galium aparine, Geranium robertianum, Geranium sp., Geum urbanum, Glechoma hederacea, Hedera helix, Helianthus laetiflorus, Heracleum sphondylium, Hieracium lachenalii, Hieracium piloselloides (incl. bauhinii), Hieracium sabaudum, Holcus lanatus, Hypericum perforatum, Ilex aquifolium, Inula conyzae, Juglans regia, Juncus effusus, Juncus inflexus, Lathyrus pratensis, Lemna minor, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Lolium perenne, Lonicera nitida, Lotus corniculatus, Lycopus europaeus, Medicago lupulina, Melilotus albus, Melissa officinalis, Mentha suaveolens, Myriophyllum spicatum, Nasturtium microphyllum, Odontites vernus, Oenothera deflexa, Oenothera sp., Ophrys apifera, Origanum vulgare, Paeonia sp., Parthenocissus inserta, Persicaria amphibia, Phleum pratense, Phragmites australis, Picris hieracioides, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa annua, Poa compressa, Poa nemoralis, Poa pratensis, Poa trivialis, Populus tremula, Potentilla reptans, Prunella vulgaris, Prunus avium, Prunus padus, Prunus serotina, Prunus spinosa, Pulicaria dysenterica, Pyrola rotundifolia, Pyrus communis subsp. pyraster, Quercus petraea, Quercus robur, Quercus rubra, Ranunculus acris, Ranunculus repens, Robinia pseudoacacia, Rosa canina s.l., Rubus caesius, Rubus fruticosus s.l., Rubus ulmifolius, Rumex conglomeratus, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix alba, Salix caprea, Salix cinerea, Salix triandra, Salix viminalis, Salix x multinervis, Salix x sericans, Sambucus nigra, Scrophularia auriculata, Scrophularia nodosa, Senecio inaequidens, Senecio jacobaea, Solanum dulcamara, Sonchus arvensis, Sonchus oleraceus, Sorbus aucuparia, Stachys sylvatica, Stuckenia (= Potamogeton) pectinata, Symphytum officinale, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Taxus baccata, Tilia platyphyllos, Torilis japonica, Tragopogon pratensis, Trifolium campestre, Trifolium pratense, Trifolium repens, Trisetum flavescens, Tussilago farfara, Typha latifolia, Urtica dioica, Verbena officinalis, Veronica anagallis-aquatica, Viburnum lantana, Vicia cracca, Vicia hirsuta, Vicia sativa, Vulpia myuros, Yucca gloriosa.

Algues: Chara vulgaris.

Champignons: Daedaleopsis confragosa, Epichloe typhina, Lactifluus vellereus, Phellinus igniarius, Phragmidium mucronatum, Physisporinus sanguinolentus, Polyporus varius, Rhytisma salicinum, Stereum hirsutum, Trametes versicolor.

Espèces exotiques

Plantes: Bidens frondosa, Buddleja davidii, Castanea sativa, Chaenomeles japonica, Cornus sericea, Cotoneaster bullatus, Cotoneaster dammeri, Cotoneaster dielsianus, Cotoneaster franchetii, Cotoneaster hjelmqvistii, Cotoneaster horizontalis, Erigeron annuus, Hieracium piloselloides, Juglans regia, Lonicera nitida, Oenothera deflexa, Paeonia sp., Parthenocissus inserta, Prunus serotina, Quercus rubra, Robinia pseudoacacia, Senecio inaequidens.

Animaux: Branta canadensis, Dryocosmus kuriphilus, Harmonia axyridis, Isodontia mexicana, Pelophylax ridibundus, Trachemys scripta.

Conservation

Objectifs de conservation

Site privé dépourvu pour l'heure de statut de protection, malgré son intérêt biologique important (entomofaune e.a.). La création d'une réserve naturelle serait largement justifié pour assurer l'avenir de ce maillon important du réseau écologique local.

Menaces

- Remblayage en cours d'une partie de l'excavation vers l'ouest (en contrebas de l'exploitation horticole et des serres), jugé indispensable pour des raisons de sécurité (notamment risque d'éboulement).
- Remblayage de l'ensemble du site et remise en culture conformément à l'affectation au plan de secteur (ce réaménagement aurait en même temps 'assaini' la bordure de l'ancien dépotoir dont les déchets sont encore bien visibles sur le flanc nord-ouest de l'excavation résiduelle). Le projet de comblement de la partie sud-ouest semble toutefois écarté.
- Impact du pompage estival effectué par l'horticulteur et les agriculteurs voisins sur le niveau des eaux, ce qui pourrait avoir un effet négatif sur la reproduction des oiseaux d'eau.
- Pollution de certaines pièces par des déchêts divers (pneux, bidons d'huile, débris métalliques, ..)

Recommandations

- Maintien au minimum de la partie sud-ouest de la carrière dont l'intérêt herpétologique et ornithologique est loin d'être négligeable.
- Restauration d'une falaise favorable à l'Hirondelle de rivage.
- Utilisation possible du site à des fins didactiques.

Plan de gestion

Sans objet.

Accès du public

Accès en principe interdit.

Détails

Description physique

La carrière des Quinettes faisait partie d'un ensemble plus vaste dont un secteur important, non considéré initialement dans cette fiche, a servi de versage et est occupé par une friche rudérale et un pré. Elle est localisée sur un plateau agricole de la Hesbaye, entre Oupeye (au sud-est), Hermée (au sud-ouest) et Heure-le-Romain (au nord), à environ 130 m d'altitude. Le site est distant de 300 m du canal Albert et de 350 m de la Meuse (lesquels circulent au sud-est d'ici, au niveau de Hermalle-sous-Argenteau). On y a exploité des graviers du Quaternaire et de la craie du Crétacé supérieur.

La description qui suit est basée sur des observations recueillies par A. Remacle dans le cadre de l'inventaire des carrières et sablières désaffectées de la Région wallonne et correspond à l'état au début des années 1990.

«L'excavation résiduelle est accessible vers le sud par le chemin prolongeant la rue du Moulin; un merlon longe le chemin à cet endroit. L'accès principal se trouve vers le nord, dans le prolongement de la rue Dessus les Thiers. Le site peut être divisé en deux parties reliées par un étranglement où circule, contre le flanc nord-Ouest, un chenal reliant deux pièces d'eau. Les talus, hauts d'une vingtaine de mètres maximum, sont localement subverticaux dans le haut; selon les endroits et leur ancienneté, ils sont colonisés par des ligneux pionniers (vers le versage) ou plus ou moins dénudés. Plusieurs zones humides, permanentes pour les plus grandes d'entre elles, occupent une bonne partie du fond de la carrière, en particulier dans le secteur sud. Un chemin traverse le site du nord au sud. Le site est occasionnellement fréquenté. Toutefois, l'extrémité nord est occupée par un ferrailleur et l'horticulteur voisin pompe très régulièrement l'eau dans le secteur sud (pompe actionnée par tracteur). Un versage semble situé dans la partie nord (accessible au départ de la rue Elvaux, juste au nord du bassin d'orage). Un grand dépotoir se trouvait dans la partie de carrière jouxtant le site; des déchets sont encore bien visibles à une certaine hauteur du flanc nord-ouest de la pièce d'eau en contact avec cet ancien versage. Déchets récents épars, plus concentrés vers l'extrémité sud; nombreux pneus dans une mare,... L'environnement du site comprend des terrains agricoles. Des serres (entreprise horticole) dominent l'excavation vers l'est».

Description biologique

Cette carrière située en zone agricole a été ouverte au cours des années 1960 afin d'y extraire des graviers et des craies. Elle fut désaffectée à peine trente ans plus tard et a ensuite servi partiellement de dépotoir, avant de subir divers travaux de remblaiement. D'une surface d'environ 14,7 ha, le site comporte actuellement des bois feuillus pionniers, une vaste friche enclavée, des clairières herbeuses ainsi que trois plans d'eau (déjà en place en 1994 au moins).

La carrière des Quinettes figure au PCDN d'Oupeye en partie comme zone centrale du réseau écologique communal (FETTER et KEVERS, 2016). Cependant, aucune publication ne semble avoir été consacrée à la description de la flore et de la végétation de ce site peu visité par les naturalistes. Les premières informations disponibles proviennent des relevés effectués par A. Remacle au début des années 2000. De nouveaux inventaires ont été menés au cours de la période 2021-2022 par J.-Y. Baugnée, en vue d'actualiser les données préexistantes.

Flore et végétation

Au début 2000, les seules zones prospectées étaient les parties hors eau du secteur sud, colonisées par une végétation de friche où abondent astéracées et fabacées, notamment Melilotus albus, M. officinalis, Trifolium spp., Medicago lupulina, M. sativa, Vicia tetrasperma, V. hirsuta, V. cracca, V. sativa, Daucus carota, Odontites vernus, Campanula rapunculus, Artemisia vulgaris, Tanacetum vulgare, Erigeron annuus, Hieracium piloselloides, Picris hieracioides, Tussilago farfara, Matricaria recutita, Leucanthemum vulgare, Crepis biennis, C. polymorpha, Hypochaeris radicata et diverses poacées ainsi que l'arbuste exotique Buddleia davidii. Cette végétation banale fournit toutefois d'abondantes ressources florales à l'entomofaune floricole.

A cette époque, la végétation des pièces d'eau et des mares était considérée comme d'un intérêt assez mineur, avec Lemna minor (mare), Typha latifolia, Juncus inflexus, J. effusus, J. bufonius, Ranunculus sceleratus, Veronica anagallis-aquatica (très vigoureuse), Rorippa palustris, Epilobium hirsutum, E. parviflorum, Lycopus europaeus, Eupatorium cannabinum, Rumex sp., Calystegia sepium, Equisetum arvense,... De nombreux buissons de saules (notamment Salix caprea, S. triandra, S. viminalis) envahissent certaines parties atterries de l'étang occidental.

La situation observée en 2021-2022 est analysée ci-après en distinguant les principaux types de milieux, sur base d'environ 2000 données biologiques recueillies en 5 visites. Ces relevés ont permis d'y recenser au moins 200 espèces de plantes vasculaires et plus de 700 espèces animales.

Les boisements secondaires

Les boisements constituent actuellement la végétation dominante occupant près de 25% de la surface totale du site. Il s'agit pour l'essentiel de boisements secondaires qui se sont installés spontanément à la suite de l'arrêt des activités de la carrière et ultérieurement au remblaiement de l'ancienne décharge. Fraxinus excelsior, Betula pendula, Salix caprea et Salix alba sont les principales espèces de la strate arborée. En sous étage, la diversité en ligneux s'accroît avec Crataegus monogyna, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Rubus spp., Castanea sativa, Prunus padus, Prunus serotina, Prunus avium, Prunus spinosa, Viburnum lantana, Sorbus aucuparia, Acer campestre, Hedera helix, Clematis vitalba, Quercus rubra, Sambucus nigra, Juglans regia, etc.

Une saulaie blanche presque pure s'est développée entre les deux étangs principaux sur environ 35 ares. Les arbres ne sont pas très gros mais fort élevés et on observe une quantité de bois mort assez importante.

Plusieurs cotonéasters exotiques s'y sont naturalisés (Cotoneaster bullatus, C. dammeri, C. dielsianus, C. franchetii, C. hjelmqvistii, C. horizontalis), aux côtés de Buddleja davidii, de Parthenocissus inserta (envahissant localement) et d'autres échappés de jardins comme Yucca gloriosa, Lonicera nitida ou Chaenomeles japonica.

Sous le couvert plus ou moins dense, la strate herbacée se compose à la fois d'espèces résiduelles de friches et de prairies, et d'espèces plus franchement forestières ou d'ourlets internes. Parmi celles-ci, figurent par exemple Brachypodium sylvaticum, Dryopteris filix-mas, Athyrium filix-femina, Chaerophyllum temulum, Epipactis helleborine, Geranium robertianum, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Epilobium montanum, Tussilago farfara, Hieracium sabaudum, Inula conyzae, Poa nemoralis, Pyrola rotundifolia, Stachys sylvatica, Vicia cracca, etc.

La présence de Pyrola rotundifolia, plante rarissime en Hesbaye et rare en Basse Meuse, est intéressante à souligner car elle ne semble pas avoir été renseignée jusqu'ici. Une plage existe le long du sentier sud (en contrebas du talus de la rue du Tiège) et plusieurs autres dans la boulaie pionnière entre les sentiers parallèles au nord des étangs.

Les étangs

Trois plans d'eau sont en place sur le site depuis au moins 1994. A l'époque, le terrain était beaucoup plus perturbé et la couverture végétale globalement très réduite. Avec l'abandon des activités dans la carrière, les ligneux se sont progressivement installés si bien que ces étangs sont désormais entièrement boisés sur leurs pourtours. Les deux étangs principaux s'étendent dans la partie sud du site et sont séparés par une bande boisée (saulaie blanche). Le troisième, nettement plus petit, se situe 200 m au nord-est de ceux-ci.

L'étang « ouest » est de forme allongée et mesure environ 145 m de long sur 30 m de large pour une superficie de 0,46 ha. Il ne semble renfermer aucun herbier aquatique (à confirmer par des recherches spécifiques). Les berges sont colonisées par une végétation ligneuse souvent impénétrable constituée par divers saules (Salix alba, S. caprea, S. cinerea, S. viminalis, etc.), des ronces (Rubus spp.) et autres. Un fragment de typhaie et de phragmitaie se maintient dans la pointe sud de l'étang: outre Typha latifolia et Phragmites australis, on y observe Juncus effusus, Lycopus europaeus, Eupatorium cannabinum, Solanum dulcamara, Lemna minor, Epilobium hirsutum, Alisma plantago-aquatica, Veronica anagallis-aquatica, Equisetum palustre, etc. A l'arrière de la petite phragmitaie s'est installée également une mini cariçaie à Carex acutiformis et l'on y trouve en plus une petite plage de Nasturtium microphyllum.

L'étroite rive nord est limitée par des talus crayeux érodés mais un fragment de mégaphorbiaie-jonçaie à Juncus inflexus, Rumex conglomeratus, Lycopus europaeus, Filipendula ulmaria, Epilobium hirsutum, Bidens frondosa, Persicaria amphibia, Scrophularia auriculata, ... Un petit ilot situé dans le quart nord du plan d'eau est couvert par des fourrés de saules (Salix viminalis e.a.).

L'étang « est », grossièrement triangulaire, atteint 115 m de long sur une largeur maximale de 65 m et une surface de 0,48 ha. Les berges sont globalement assez abruptes et accidentées, avec une couverture forestière quasi continue (fourrés et boisements secondaires). Seule la rive nord présente une pente faible et est soumise d'ailleurs aux fluctuations du niveau d'eau. On y observe une saussaie à Salix alba ainsi que des franges de Typha latifolia. Contrairement à l'étang voisin, on y observe la présence d'herbiers aquatiques formés surtout de Myriophyllum spicatum et de Stuckenia pectinata. L'algue Chara vulgaris est également notée.

Le petit étang « nord » (0,15 ha) occupe une cuvette boisée en contrebas de l'ancienne piste nord de la carrière. Son niveau d'eau, et donc sa surface, fluctue en fonction des saisons. Sa flore reste à inventorier mais semble dominée par Typha latifolia et Lemna minor.

A ces étendues d'eau s'ajoute encore une petite mare localisée sous le couvert de la saulaie blanche secondaire qui s'est développée entre les deux étangs principaux. L'eau y est entièrement couverte par Lemna minor. Bien que de faible surface, elle est restée sous eau durant l'été 2022 en dépit la sècheresse régnante et présente, à ce titre, un intérêt particulier notamment pour les amphibiens.

La grande friche centrale

Cette vaste friche herbeuse de plus de 2 ha repose sur d'anciens remblais, le terrain montrant une légère pente orientée vers le sud-ouest. Elle est entièrement cernée par des fourrés et des boisements pionniers. Les observations ont été réalisées en août 2022 dans le contexte d'une sècheresse historique.

La flore herbacée est composée d'un mélange d'espèces de prairies mésophiles, de friches eutrophiles, de prés humides, voire même de mégaphorbiaies : Arrhenatherum elatius, Epilobium hirsutum, Epilobium tetragonum subsp. lamyi, Dipsacus fullonum, Cirsium arvense, Cirsium vulgare, Dactylis glomerata, Holcus lanatus, Poa trivialis, Festuca rubra, Rumex obtusifolius, Rumex crispus, Epilobium parviflorum, Leucanthemum vulgare, Ranunculus repens, Lathyrus pratensis, Vicia hirsuta, Eupatorium cannabinum, Plantago lanceolata, Equisetum arvense, Senecio jacobaea, Picris hieracioides, Torilis japonica, Cerastium fontanum, Hypericum perforatum, Achillea millefolium, Inula conyzae, Trifolium pratense, Carex hirta, Scrophularia nodosa, Poa compressa, Juncus inflexus (abondant par endroits), Pulicaria dysenterica, Cirsium palustre, etc.

En l'absence d'intervention, de nombreux arbustes pionniers s'installent progressivement, surtout Salix caprea, mais aussi Betula pendula, Rosa canina, Fraxinus excelsior, Prunus spinosa, Rubus spp., Juglans regia, ...

La pointe sud est davantage embroussaillée avec une plus nette dominance d'épineux (Crataegus monogyna, Prunus spinosa, Pyrus communis subsp. pyraster, Rubus spp., ...). Les parties plus ouvertes hébergent diverses plantes d'ourlet comme Origanum vulgare et Agrimonia eupatoria. Des nappes de vigne vierge (Parthenocissus inserta) envahissent de plus en plus ce secteur.

Les friches résiduelles

Une friche de quelques ares subsiste le long de l'ancienne piste nord qui rejoignait la rue Elvaux. Un relevé effectué en août 2022 rassemble près de 50 espèces de plantes herbacées dont Poa compressa (abondant !), Crepis capillaris, Picris hieracioides, Origanum vulgare, Leucanthemum vulgare, Lotus corniculatus, Lathyrus pratensis, Daucus carota, Calamagrostis epigejos, Hypericum perforatum, Hieracium piloselloides, Festuca rubra, Senecio jacobaea, Verbena officinalis, Odontites vernus, Juncus inflexus, Carex leersii (1 touffe), Ophrys apifera (1 pied), etc.

D'autres zones de friches de faible dimension se maintiennent également sur d'anciens remblais entre les pointes nord des deux étangs, ainsi qu'au pied de la falaise argileuse qui limite l'ancienne cuvette de la carrière (à 85 m au nord de l'étang « est ».).

Intérêt faunistique

La carrière des Quinettes étant peu parcourue par les naturalistes, les informations sur la faune restent peu nombreuses. Une cinquantaine de données d'ordre ornithologique et herpétologique principalement ont été réunies fin des années 1990 et début des années 2000 par A. Remacle (observations propres recueillies lors de la convention « Carrières » et informations complémentaires transmises par d'autres naturalistes). En 2021-2022, les 5 visites effectuées en vue d'actualiser l'information ont conduit à l'identification d'un peu plus de 700 espèces animales.

La structure hétérogène de la végétation de cet endroit est un facteur certainement favorable pour différents éléments de la faune, en premier lieu les oiseaux et les insectes.

La grande friche, avec son aspect de « savane » et ses longues lisières arbustives, s'avère attractive pour divers passereaux comme le chardonneret élégant (Carduelis carduelis) qui y trouve en abondance des graines de chardons et de cardères. Le pic vert (Picus viridis) y recherche fréquemment des fourmis. En 2022, la nidification du gobemouche gris (Muscicapa striata), oiseau en déclin et maintenant considéré comme vulnérable en Wallonie, y a été constatée sur la lisière de la saulaie sud. L'intérêt entomologique de cette friche paraît également important. Si les données restent fragmentaires, on épinglera déjà l'observation d'abeilles solitaires rares et menacées (Coelioxys alata, Halictus quadricinctus, ...) et de syrphes peu communs (Eristalinus aeneus et Helophilus hybridus, ...) visitant les capitules de pulicaire dysentérique.

En ce qui concerne les abeilles et les guêpes solitaires, qui trouvent souvent dans les carrières des milieux de substitution très accueillants, les falaises argileuses et crayeuses du site conservent toujours un attrait important pour de nombreuses espèces terricoles, malgré un reboisement important. Ainsi, des observations à vue menées en automne 2021 et au printemps 2022, sur quelques mètres carrés de la falaise située à la limite d'un champ 85 m au nord de l'étang oriental, ont permis d'y noter au moins 30 espèces d'abeilles, 5 guêpes fouisseuses, 5 pompiles et 3 guêpes dorées.

Les plans d'eau sont occupés par quelques espèces d'oiseaux assez courantes dans la région, principalement la foulque macroule (Fulica atra), la gallinule poule d'eau (Gallinula chloropus) et le canard colvert (Anas platyrhynchos). D'autres sont plus occasionnellement notés, tout au moins en période de nidification. Le grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), dont on signalait 1-3 couples nicheurs au début des années 2000, est actuellement très discret et son statut actuel reste à définir. Le martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) est de temps en temps aperçu mais les potentialités de nidification sont limitées pour cette espèce. Au printemps 2022, un couple de sarcelle d'hiver (Anas crecca) semble s'être cantonné sur la mare la plus au nord mais peut-être sans lendemain (?). Un facteur limitant pour l'installation de ce canard farouche se trouve sans doute dans la fréquentation régulière de ce site par les promeneurs et leurs chiens.

Ces points d'eau sont fréquentés également par plusieurs espèces d'amphibiens, essentiellement l'invasive grenouille rieuse (Pelophylax ridibundus), mais aussi la grenouille verte (Pelophylax kl esculentus), la grenouille rousse (Rana temporaria), le crapaud commun (Bufo bufo) et trois espèces de tritons au moins. La présence du crapaud calamite (Bufo calamita) était encore constatée jusqu'en 2008 mais les conditions actuelles semblent peu favorables pour le maintien de cette espèce pionnière.

Le seul reptile recensé localement est une espèce également aquatique: il s'agit de la tortue de Floride (Trachemys scripta), animal exotique introduit trop fréquemment chez nous.

Les insectes aquatiques devraient faire l'objet d'inventaires spécifiques. Jusqu'à présent, seules quelques espèces ont été notées à l'occasion depuis les berges: citons entre autres le grand gerris Aquarius paludum, ainsi que Notonecta glauca et Microvelia reticulata pour ce qui est des hémiptères, Hygrotus versicolor, Rhantus suturalis, Laccobius bipunctatus, Noterus clavicornis ou encore Tanysphyrus lemnae parmi les coléoptères.

Les quelques fragments de roselières, typhaies et cariçaies qui sont établies en bordure des plans d'eau accueillent des communautés d'invertébrés spécialisées dont quelques éléments ont été observés récemment, notamment parmi les coléoptères (Anisosticta novemdecimpunctata - espèce protégée!, Coccidula scutellata, Donacia marginata, Donacia vulgaris, Telmatophilus typhae, Elodes elongata, Cyphon coarctatus, Cyphon padi, ...).

Le maintien du bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus), signalé comme nicheur il y a une quinzaine d'années, n'est pas confirmé. Cette espèce en fort déclin est à présent inscrit comme vulnérable sur la plus récente liste rouge des oiseaux menacés de Wallonie (PAQUET et al., 2021).

Une colonie d'hirondelle de rivage (Riparia riparia) était présente sur le site jusqu'aux années 2000. Ayant compté de 20 à 40 couples, cette espèce coloniale semble avoir déserté l'endroit comme nicheuse, mais certaines falaises pourraient rester attractives moyennant des mesures de restauration.

Monument naturel

Intérêt géologique: non traité.

Monument historique

A compléter

Histoire du site

Occupation du site au 18e siècle:
Occupation du site avant exploitation: au moins terrains agricoles.
Matériau(x) extrait(s): graviers et craie.
Références
Référence sur anciens documents de la DPA: Heure-le-Romain n° 6, 12 et 13.
Référence de la fiche ULg (1998): 'Carrière d'Oupeye'.
Déroulement de l'exploitation:
Autorisations: 1963 et 1970 (n° 6 - graviers); 1980, 1986 et 1995 (n° 12 et 13 - craie et graviers).
Fin: ?
Réaffectation prévue (dans autorisation): ?
Réaffectation effective: laissé en l'état. Comblement partiel en cours.

Divers

Sources

DEMNA

CONVENTION SABLIERES

Répondants de l'information

A. REMACLE (FUSAGx)

J.-Y. BAUGNEE (SPW-DEMNA-DNE)

Date de la dernière modification de la fiche

2022-08-23