Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

167 - Sclaigneaux

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Andenne
Cantonnements DNF :Namur
Surface :246.44 ha
Coordonnées :X Lambert : 197850 - Y Lambert : 132635
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

Le site de Sclaigneaux se localise sur les hauteurs du village de Seilles et domine la vallée de la Meuse. Créée par convention avec la commune d'Andenne, la réserve naturelle RNOB comporte une grande variété de milieux. Les versants et le plateau étaient jadis soumis aux retombées toxiques de métaux lourds produites par l'activité des usines métallurgiques installées dans la vallée. Un des éléments majeurs du paysage est une vaste pelouse rase renfermant des espèces végétales spécialisées car tolérantes aux sols pollués. On y trouve aussi des falaises et des éboulis calcaires et dolomitiques; une ancienne sablière; une lande à bruyères; des pinèdes; une remarquable hêtraie calcicole sur le versant du ruisseau de Loyisse; des bosquets de bouleaux dispersés dans les pelouses et enfin, un ensemble de milieux ouverts plus ou moins rudéralisés. Un ancien bassin de décantation de carrière, actuellement réserve naturelle domaniale, abrite une roselière, des saussaies ainsi que plusieurs mares, complètant la remarquable diversité d'habitats de Sclaigneaux. La faune est d'une grande richesse et comprend de nombreuses espèces rares ou menacées, comme l'alouette lulu (Lullula arborea). La gestion consiste surtout à contrôler la recolonisation des pelouses et de la lande par les bouleaux.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • E7 - Vallée de la Meuse

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Landenne142.24 haANDENNE (partim ???)NAMUR
Seilles83.95 haANDENNENAMUR
Vezin20.26 haANDENNENAMUR

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Namur246.44 haNamur

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

En cours.

Propriétaire(s)

Commune d'Andenne (réserve RNOB).

Région wallonne (RND).

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Oui  Autres publics Non

Gestionnaire

RNOB: Johan MICHAUX, rue Neuf Moulin, 4, 5300 Seilles (Tél.: 085/82.62.84) et Jean-Louis Arpigny, Tienne des Mésanges, 8, 5300 Sclayn (Tél. 081/58 26 64).

RND: Service public de Wallonie, Département de la Nature et des Forêts, Cantonnement de Namur, 39, avenue Reine Astrid, 5000 Namur (Tél. : 081/71.54.11 - Fax : 081/71.54.10).

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6233Sclaigneaux
6688Sclaigneaux-Foresse55,18 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNonPrésence2013Dossier d'agrément (1997)
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Accipiter nisusOuiNonNicheurDossier d'agrément (1997)
Acrocephalus scirpaceusOuiNon1 chanteur (décanteur)2012J.-L. Arpigny
Anthus pratensisOuiOuiNicheurDossier d'agrément (1997)
Anthus trivialisOuiNonNicheur (plusieurs couples)2013Dossier d'agrément (1997)
Athene noctuaOuiNonNicheur en falaise !Dossier d'agrément (1997)
Bubo buboOuiOuiNicheurDossier d'agrément (1997)
Caprimulgus europaeusOuiOuiDisparu1995ADossier d'agrément (1997)
Charadrius dubiusOuiNonNicheur (décanteur)Dossier d'agrément (1997)
Corvus monedulaOuiNonNicheur en falaiseDossier d'agrément (1997)
Dryocopus martiusOuiNonNicheur2013Div. obs.
Emberiza schoeniclusOuiNonNicheur (décanteur)2012J.-L. Arpigny et al.
Falco tinnunculusOuiNonNicheurDossier d'agrément (1997)
Larus ridibundusOuiOuiA niché (décanteur)Dossier d'agrément (1997)
Lullula arboreaOuiOuiA niché jusque 2008 (1-5 couples)2008AJ. Michaux et al.
Luscinia megarhynchosOuiNonNicheurDossier d'agrément (1997)
Lymnocryptes minimusOuiNonHivernant régulier (1-5 ex. sur le décanteur)2012J. Michaux et al.
Parus aterOuiNonNicheurDossier d'agrément (1997)
Parus cristatusOuiNonNicheurDossier d'agrément (1997)
Phoenicurus phoenicurusOuiNonNicheurDossier d'agrément (1997)
Picus viridisOuiNonNicheurDossier d'agrément (1997)
Riparia ripariaOuiNonNicheur éteint1985Dossier d'agrément (1997)
Scolopax rusticolaNonNonNicheur2013Divers obs.
Streptopelia turturOuiOuiNicheur2010Divers obs.
Sylvia currucaOuiNonNicheurDossier d'agrément (1997)
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon2002J. Michaux et al.
Bufo bufoOuiNonJ. Michaux et al.
Rana temporariaOuiNon2002J. Michaux et al.
Salamandra salamandraOuiNon2012ADiv. obs.
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNonAJ. Michaux et al.
Podarcis muralisOuiNon2011Div. obs.
Zootoca viviparaOuiNon2002J. Michaux et al.
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon2003G.T. Lycaena (J.-Y. Baugnée)
Callophrys rubiNonNon2012G.T. Lycaena (div. obs.)
Cupido minimusNonNonG.T. Lycaena (div. obs.)
Erynnis tagesNonNon1 ex.2012G.T. Lycaena (div. obs.)
Hesperia commaOuiOuimax. 30 ex.2010BG.T. Lycaena (div. obs.)
Issoria lathoniaOuiNon2003G.T. Lycaena (div. obs.))
Leptidea sinapisNonNon2002G.T. Lycaena (div. obs.))
Lycaena tityrusNonNonmax. 150 ex.2010G.T. Lycaena (div. obs.)
Melanargia galatheaNonNon2011G.T. Lycaena (div. obs.)
Plebeius agestisNonNon2011G.T. Lycaena (div. obs.)
Plebeius argusNonOuimax. 50 ex.2011G.T. Lycaena (div. obs.)
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria2004Div. obs.
Scopula ornata> 15 ex.2006J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Libellules
Sympecma fuscaOuiOuiReproduction (décanteur)2013R. Cors
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Meloe proscarabaeus2012J.-L. Arpigny
Typhaeus typhoeus2001Divers observateurs
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Amara equestris
Amara praetermissa
Cicindela germanica
Cicindela hybrida2012Divers obs.
Cymindis axillaris
Lebia cruxminor
Microlestes maurus
Panagaeus bipustulatus2002J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Chilocorus bipustulatus1 ex.1999G.T. Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Coccinella hieroglyphica1 ex.2002G.T. Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Coccinella quinquepunctata1 ex.2000G.T. Coccinula (E. Branquart)
Exochomus nigromaculatus> 15 ex.2002G.T. Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Harmonia quadripunctata2 ex.1999G.T. Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Hippodamia variegata2 ex.1999G.T. Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Platynaspis luteorubra2003G.T. Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Subcoccinella vigintiquatuorpunctata2003G.T. Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Gryllus campestrisAbondant (> 1000)2003ADiv. obs.
Metrioptera bicolor2011Div. obs.
Myrmeleotettix maculatusAbondant2003Div. obs.
Nemobius sylvestrisAbondant2003Div. obs.
Oedipoda caerulescensAbondant2003Div. obs.
Omocestus rufipes2003Div. obs.
Phaneroptera falcata> 30 ex.2003Div. obs.
Stenobothrus stigmaticusAbondant2012ADiv. obs.
Tetrix tenuicornis2002J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena agilissima
Andrena fuscipes2002J.-Y. Baugnée
Andrena vaga2005Divers obs.
Anthidium oblongatum1-5 ex.1996J.-Y. Baugnée
Anthidium punctatum1 ex.1996J.-Y. Baugnée
Anthophora retusa3 ex.1995J.-Y. Baugnée
Chrysis analis1 ex.1996J.-Y. Baugnée
Coelioxys mandibularis2003J.-Y. Baugnée
Colletes cunicularius2005Divers obs.
Dasypoda hirtipes> 200 ex.2002BJ.-Y. Baugnée
Halictus scabiosae5-10 ex.2000AJ.-Y. Baugnée
Lestica subterranea1 ex.1996J.-Y. Baugnée
Panurgus calcaratus2003J.-Y. Baugnée
Sphecodes albilabris2005Divers obs.
Invertébrés - Insectes - Diptères
Tropidia scitaPrésence2002J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Hémiptères
Palomena viridissima2014G. San Martin
Stagonomus bipunctatus2001J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Dictyoptères
Mantis religiosaDonnée ponctuelle2015J.-L. Arpigny
Plantes - Plantes supérieures
Anacamptis pyramidalisDossier d'agrément (1997)
Centaurium erythraea2002Dossier d'agrément (1997)
Cephalanthera longifolia70 pieds2000AJ.-L. Gathoye et E. Delooz
Cuscuta epithymumDossier d'agrément (1997)
Dactylorhiza fuchsiiDossier d'agrément (1997)
Epipactis atrorubensDossier d'agrément (1997)
Epipactis helleborine> 1000 pieds2002Dossier d'agrément (1997)
Genista tinctoriaADossier d'agrément (1997)
Lathraea squamariaDossier d'agrément (1997)
Lathyrus nissoliamax. 50 pieds2015E. Delooz, J.-L. Arpigny
Listera ovataDossier d'agrément (1997)
Melica ciliataDossier d'agrément (1997)
Monotropa hypopitys20 pieds2002
Neottia nidus-avis2012J.-L. Arpigny
Ophrys apifera10-20 pieds2000AJ. Michaux et E. Delooz
Orchis militaris1 pied2000J.-L. Gathoye et E. Delooz
Pyrola rotundifoliaTalus décanteur2012J.-L. Arpigny
Succisa pratensis
Tamus communisDossier d'agrément (1997)
Vincetoxicum hirundinariaDossier d'agrément (1997)

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 1

Commentaires sur la faune

Mammifères: Capreolus capreolus, Vulpes vulpes, Meles meles, Oryctolagus cuniculus, Mustela nivalis, Mustela putorius, Sciurus vulgaris, Lepus europaeus, Microtus agrestis.

Oiseaux: Acrocephalus scirpaceus, Alauda arvensis, Lullula arborea, Anthus pratensis, Anthus trivialis, Falco tinnunculus, Perdix perdix, Scolopax rusticola, Streptopelia turtur, Riparia riparia, Picus viridis, Dryocopus martius, Dendrocopos major, Parus cristatus, P. ater, Regulus regulus, R. ignicapillus, Corvus monedula, Caprimulgus europaeus, Anas platyrhynchos, Luscinia megarhynchos, Phoenicurus phoenicurus, Charadrius dubius, Vanellus vanellus, Emberizia schoeniclus, Gallinula chloropus, Fulica atra, Sylvia curruca, Phylloscopus sibilatrix.

Reptiles: Anguis fragilis, Podarcis muralis, Zootoca vivipara.

Amphibiens: Alytes obstetricans, Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Rana temporaria, Salamandra salamandra.

Orthoptères: Chorthippus biguttulus, Chorthippus brunneus, Chorthippus parallelus, Chrysochraon dispar, Conocephalus fuscus, Gryllus campestris, Leptophyes punctatissima, Meconema thalassinum, Metrioptera bicolor, Myrmeleotettix maculatus, Nemobius sylvestris, Oedipoda caerulescens, Omocestus rufipes, Omocestus viridulus, Phaneroptera falcata, Pholidoptera griseoaptera, Stenobothrus stigmaticus, Tetrix undulata, Tetrix subulata, Tetrix tenuicornis, Tettigonia viridissima.

Lépidoptères hétérocères (données divers obs. 2000-2012 et Bladmijnenwerkgroep 2011-2012): Abrostola tripartita, Abrostola triplasia, Acleris logiana, Acrolepia autumnitella, Acronicta alni, Acronicta leporine, Acronicta megacephala, Acronicta psi/tridens, Adaina microdactyla, Adela degeerella, Adela reaumurella, Aethes smeathmanniana, Aethes tesserana, Agrotis exclamationis, Agrotis puta, Amblyptilia acanthadactyla, Anania hortulata, Anania verbascalis, Anarsia spartiella, Ancylis laetana, Ancylis obtusana, Ancylis unculana, Ancylosis cinnamomella, Angerona prunaria, Apamea crenata, Apamea lithoxylaea, Apamea monoglypha, Apamea scolopacina, Apamea sordens, Aplocera efformata, Aplocera plagiata, Apotomis sororculana, Apotomis turbidana, Argyresthia retinella, Atolmis rubricollis, Autographa gamma, Axylia putris, Bactra lancealana, Biston betularia, Bucculatrix cidarella, Cabera exanthemata, Callistege mi, Calliteara pudibunda, Campaea margaritata, Camptogramma bilineata, Carpatolechia proximella, Catoptria permutatellus, Celypha cespitana, Celypha lacunana, Celypha rufana, Cerura erminia, Charanyca trigrammica, Chiasmia clathrata, Chortodes extrema, Chrysoteuchia culmella, Cochylidia rupicola, Coleophora albidella, Coleophora albitarsella, Coleophora binderella, Coleophora follicularis, Coleophora gryphipennella, Coleophora hemerobiella, Coleophora ibipennella, Coleophora limosipennella, Coleophora lusciniaepennella, Coleophora serratella, Colocasia coryli, Colostygia pectinataria, Coptotriche marginea, Cosmorhoe ocellata, Crambus lathoniellus, Crambus pascuella, Crambus perlella, Craniophora ligustri, Crassa tinctella, Crassa unitella, Cybosia mesomella, Cydia gemmiferana, Deilephila porcellus, Deltote bankiana, Deltote deceptoria, Diachrysia chrysitis, Diaphora mendica, Diarsia rubi, Dichrorampha petiverella, Drepana falcataria, Drepana lacertinaria, Dypterygia scabriuscula, Dysstroma truncata, Eilema sororcula, Elachista argentella, Elaphria venustula, Electrophaes corylata, Ematurga atomaria, Epinotia abbreviana, Epinotia bilunana, Epinotia demarniana, Epinotia tetraquetrana, Epirrhoe alternata, Erannis defoliaria, Eriocrania semipurpurella, Eriocrania sparrmannella, Ethmia bipunctella, Euclidia glyphica, Eudonia sp., Eulia ministrana, Eupithecia centaureata, Eupithecia exiguata, Eupithecia intricata, Eupithecia subumbrata, Eupithecia succenturiata, Euplagia quadripunctaria, Euplexia lucipara, Eupoecilia ambiguella, Eupoecilia angustana, Evergestis forficalis, Furcula bicuspis, Furcula furcula, Gluphisia crenata, Graphiphora augur, Grapholita compositella, Gypsonoma sociana, Habrosyne pyritoides, Harpyia milhauseri, Hedya pruniana, Hedya salicella, Hoplodrina ambigua, Hoplodrina octogenaria, Horisme tersata, Horisme vitalbata, Hyloicus pinastri, Hypena proboscidalis, Hypomecis punctinalis, Hypomecis roboraria, Idaea aversata, Idaea subsericeata, Korscheltellus lupulinus, Lacanobia suasa, Lacanobia thalassina, Lacanobia w-latinum, Lampropteryx suffumata, Laothoe populi, Laspeyria flexula, Lathronympha strigana, Ligdia adustata, Lomaspilis marginata, Lomographa bimaculata, Lomographa temerata, Macaria alternata, Macaria notata, Macdunnoughia confusa, Macrothylacia rubi, Mamestra brassicae, Melanchra persicariae, Melanthia procellata, Melanthia procellata, Mimas tiliae, Monopis obviella, Monopis weaverella, Myelois circumvoluta, Mythimna albipuncta, Mythimna conigera, Mythimna impura, Mythimna obsoleta, Nematopogon swammerdamella, Nemophora degeerella, Noctua pronuba, Nola confusalis, Notocelia cynosbatella, Notocelia trimaculana, Notocelia uddmanniana, Notodonta dromedarius, Notodonta ziczac, Ochropleura plecta, Olethreutes arcuella, Oligia sp., Opisthograptis luteolata, Orgyia antiqua, Pachetra sagittigera, Pandemis cinnamomeana, Pandemis heparana, Panthea coenobita, Parectropis similaria, Pareulype berberata, Peribatodes rhomboidaria, Periclepsis cinctana, Perinephela lancealis, Phalera bucephala, Pheosia gnoma, Pheosia tremula, Phlogophora meticulosa, Phragmatobia fuliginosa, Phycitodes sp., Phyllonorycter joannisi, Phyllonorycter rajella, Phyllonorycter salicicolella, Phyllonorycter ulmifoliella, Plagodis dolabraria, Plagodis pulveraria, Pleuroptya ruralis, Plutella xylostella, Polia nebulosa, Prays fraxinella, Protodeltote pygarga, Proutia betulina, Pseudopanthera macularia, Psyche casta, Pterapherapteryx sexalata, Pterophorus pentadactyla, Pterostoma palpina, Ptilodon capucina, Ptycholoma lecheana, Pyrausta aurata, Pyrausta despicata, Pyrausta nigrata, Rhyacionia buoliana, Rivula sericealis, Scoparia ambigualis, Scoparia pyralella, Scopula ornata, Scrobipalpa acuminatella, Scrobipalpa artemisiella, Scythris sp., Siona lineata, Smerinthus ocellata, Spilosoma lubricipeda, Spilosoma lutea, Stigmella sp., Syndemis musculana, Taleporia tubulosa, Teleiopsis diffinis, Tethea ocularis, Tethea or, Thisanotia chrysonuchella, Thyatira batis, Thyris fenestrella, Timandra comae, Tinagma perdicella, Tortrix viridana, Tyria jacobaeae, Udea olivalis, Watsonalla binaria, Xanthorhoe designata, Xanthorhoe montanata, Xestia c-nigrum, Xestia ditrapezium, Yponomeuta cagnagella.

Lépidoptères rhopalocères (données GT Lycaena 1991-2012): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Callophrys rubi, Celastrina argiolus, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Cupido minimus, Erynnis tages, Gonepteryx rhamni, Hesperia comma, Hipparchia semele, Inachis io, Iphiclides podalirius (accidentel), Issoria lathonia, Lasiommata megera, Leptidea sinapis, Lycaena phlaeas, Lycaena tityrus, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Plebeius agestis, Plebeius argus, Polygonia c-album, Polyommatus coridon, Polyommatus icarus, Pyronia tithonus, Thymelicus lineolus, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Coléoptères: Acupalpus dubius, Acupalpus flavicollis, Agonum fuliginosum, Agonum muelleri, Agonum sexpunctatum, Agonum thoreyi, Agrilus viridis, Amara communis, Amara curta, Amara equestris, Amara famelica, Amara lunicollis, Amara praetermissa, Amara spreta, Amara tibialis, Atheta gagatina, Bembidion articulatum, Bembidion assimile, Bembidion biguttatum, Bembidion tetragrammum, Brachyglutta fossulata, Calathus fuscipes, Carpelimus elongatulus, Chilocorus bipustulatus, Cicindela campestris, Cicindela germanica, Cicindela hybrida, Cidnopus parvulus, Clivina collaris, Clytra quadripunctata, Coccinella hieroglyphica, Coccinella quinquepunctata, Corticeus unicolor, Cryptobium fracticorne, Cryptocephalus ocellatus, Cryptocephalus sericeus, Cryptocephalus vittatus, Cryptorhynchus lapathi, Cymindis axillaris, Cymindis humeralis, Cypha longicornis, Denticollis linearis, Diaperis boleti, Dorcus parrallelipipedus, Euaesthetus ruficapillus, Exochomus nigromaculatus, Galerucella lineola, Geostiba circellaris, Gonodera luperus, Grypus equiseti, Harmonia quadripunctata, Hippodamia variegata, Ischnomera sanguinicollis, Isomira semiflava, Lathrobium brunnipes, Lathrobium longulum, Lebia cruxminor, Leistus ferrugineus, Lesteva sicula subsp. heeri, Lochmaea caprea, Metopsia clypeata, Miarus campanulae, Microlestes maurus, Mycetochara linearis, Notiophilus quadripunctatus, Oberea oculata, Ocypus aeneocephalus, Oedemera virescens, Othius subuliformis (= O. myrmecophilus), Oxypselaphus obscurus, Panagaeus bipustulatus, Panagaeus cruxmajor, Paromalus parallelepipedus, Pella limbatus, Perapion violaceum, Platynaspis luteorubra, Polydrusus corruscus, Polydrusus formosus, Propylea quatuordecimpunctata, Prosternon tessellatum, Pterostichus diligens, Ptilinus pectinicornis, Quedius picipes, Quedius semiobscurus, Quedius tristis, Rybaxis longicornis, Scaphium immaculatum, Sepedophilus bipunctatum, Sinodendron cylindricum, Smaragdina affinis, Stenus bipunctatus, Stenus brunnipes, Stenus erichsoni, Stenus impressus, Stenus palustris, Stenus providus, Subcoccinella vigintiquatuorpunctata, Syntomus foveatus, Trichocellus placidus, Typhaeus typhoeus, Uleiota planata, Variimorda villosa, Xantholinus linearis, Xantholinus semirufus.

Hyménoptères (données A. Remacle et J.-Y. Baugnée): Andrena agilissima, Andrena barbilabris, Andrena bicolor, Andrena clarkella, Andrena nitida, Andrena vaga, Anoplius infuscatus, Anthidium oblongatum, Anthidium punctatum, Anthophora retusa, Cimbex femorata, Chrysis analis, Colletes cunicularius, Crossocerus quadrimaculatus, Dasypoda hirtipes, Halictus scabiosae, Lestica subterranea, Nomada fuscicornis, Oxybelus bipunctatus, Philanthus triangulum.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures: Agrostis capillaris, Anacamptis pyramidalis, Anemone ranunculoides, Anthoxanthum odoratum, Aquilegia vulgaris, Arenaria serpyllifolia, Berberis vulgaris, Betula pendula, Calamagrostis epigeios, Calluna vulgaris, Campanula rotundifolia, Cardaminopsis arenosa subsp. borbasii, Carpinus betulus, Centaurium erythraea, Centaurium erythraea, Cephalanthera longifolia, Cornus mas, Cuscuta epithymum, Dactylorhiza fuchsii, Echium vulgare, Epipactis atrorubens, Epipactis helleborine, Euphrasia stricta, Fagus sylvatica, Festuca rubra subsp. commutata, Genista tinctoria, Juncus inflexus, Lathraea squamaria, Lathyrus nissolia, Ligustrum vulgare, Listera ovata, Melica ciliata, Mercurialis perennis, Neottia nidus-avis, Ophrys apifera, Orchis militaris, Phragmites australis, Pinus nigra, Pinus sylvestris, Plantago lanceolata, Platanthera chlorantha, Pyrola rotundifolia, Ranunculus sceleratus, Rumex acetosa, Sedum album, Succisa pratensis, Tamus communis, Thymus pulegioides, Typha latifolia, Vincetoxicum hirundinaria.

Espèces exotiques

Plantes: Buddleja davidii, Solidago canadensis.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un vaste site calaminaire ainsi que des falaises et éboulis calcaires et dolomitiques, une lande à bruyère et autres milieux variés abritant une faune et une flore d'une très grande richesse.

Menaces

- l'embroussaillement naturel des pelouses maigres et des landes à bruyère par les bouleaux qui a fort progressé ces dernières années;
- l'eutrophisation du ruisseau de Loyisse ;
- l'extension anarchique des aires de pique-nique et des emplacements de feux de camp ;
- les dépôts clandestins d'immondices ;
- la pratique illégale du motocross dans la réserve naturelle (difficile et risqué à surveiller !) ;
- le braconnage (?).

Recommandations

Rien à signaler.

Plan de gestion

Le plan de gestion de la réserve naturelle vise à :
- maintenir et contrôler l'envahissement des landes et des pelouses par les bouleaux ;
- favoriser, par l'étrépage, la régénération végétative et générative de la callune ;
- limiter la colonisation de la petite sablière du site par les ligneux ;
- ne plus entretenir les pinèdes afin de favoriser leur évolution vers la forêt feuillue ;
- maintenir en réserve intégrale les zones de falaises, les éboulis ainsi que la hêtraie calcicole.
Des journées de gestion sont organisées pratiquement annuellement dans le site. Elles consistent principalement en l'élimination des bouleaux recolonisant les pelouses calaminaires, la lande et les sablières.
Des essais d'étrépage et d'arrachage des rejets de bouleau à la houe ont été menés dans les deux sablières le 20 janvier 2006. Ces actions visent à remettre a nu le sable afin de favoriser les espèces liées à ce type de milieu (cicindèles, hyménoptères, ...), très réduit dans la réserve.

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Le sentier principal traversant le site de part et d'autre est d'accès libre.

Détails

Description physique

Le site de Sclaigneaux se trouve sur la rive gauche de la Meuse, entre Namèche et Seilles, à 2 km en aval du pont de Sclayn. Il est longé au nord-ouest par le ruisseau de Loysse dont le vallon est boisé; au nord par des cultures; au sud par un versant abrupt qui domine les anciennes usines Dumont; à l'est par les carrières Carmeuse. Un ancien décanteur des carrières Carmeuse est partiellement inclus dans la réserve.

Le site se trouve sur la plus ancienne terrasse de la Meuse et on peut voir sur le plateau des amas de graviers de quartz, typiques de la "traînée mosane".

Géologiquement, la région appartient au bassin de Namur et l'on rencontre ici les calcaires et dolomies du Viséen (dolomies présentes surtout dans le site protégé, calcaires purs exploités par Carmeuse). Dans les poches de dissolution de ces calcaires, existent des dépôts de sables tertiaires et sur le plateau se trouvent des dépôts de limons quaternaires. La région est truffée de filons (gîtes) métallifères qui ont été exploités parfois depuis des siècles. A Sclaigneaux, les fosses et terrils de la Haie Monet, l'ancienne bure Saint-Remy sont les témoins de cette exploitation ancienne. On peut trouver de la blende, de la smithsonite, de la calamine, de la galène, de la cérusite, de la pyrite, de l'oligiste, de la limonite,...

Les petites sablières subsistant actuellement ont été creusées dans la bordure méridionale du plateau limité par le versant abrupt qui domine les anciennes usines Dumont. On y a vraisemblablement exploité des sables tertiaires accumulés dans une poche de dissolution du calcaire carbonifère viséen. Entourées d'une clôture pour empêcher leur piétinement intempestif par les visiteurs de la réserve, la sablière principale comprend deux petites dépressions limitées par des talus de 3-5 m de haut, éboulés à subverticaux par endroits. La plus petite sablière a la forme d'une dépression aux parois nettement moins abruptes.

Description biologique

Les habitats constituant le site de Sclaigneaux sont nombreux et variés, certains d'un très grand intérêt patrimonial. On peut citer (d'après SERUSIAUX, 1975; DE ZUTTERE, 1986; entre autre):

- des pelouses très étendues assez pauvres en espèces, dominées par Festuca rubra subsp. commutata avec aussi Agrostis capillaris, Rumex acetosa, Plantago lanceolata, Anthoxanthum odoratum, Thymus pulegioides, Campanula rotundifolia, Euphrasia stricta, Arenaria serpyllifolia et, moins abondant, Centaurium erythraea. Les bryophytes (Ceratodon purpureus, Scleropodium purum, Bryum capillare, Brachythecium rutabulum,...) et les lichens (Cladonia fimbriata, C. pyxida, C. symphicarpia,...) y sont abondants.

- des pelouses denses à Calamagrostis epigeios;

- des groupements pionniers à bryophytes (Weissia controversa, Ceratodon purpureus,...);

- une lande à Calluna vulgaris dont les pieds sont très âgés, et dans laquelle on peut encore voir apparaître les traces d'anciens 'billons';

- des boisements de bouleaux (Betula pendula), en progression constante dans les pelouses;

- une hêtraie calcicole sur le versant de la Loysse avec Fagus sylvatica dominant parmi les arbres; Carpinus betulus est l'essence principale dans le taillis et en sous-bois, Mercurialis perennis forme de vastes nappes monospécifiques;

- des plantations de pin sylvestre (Pinus sylvestris) et de pin noir d'Autriche (Pinus nigra). C'est dans l'une de ces plantations qu'a été trouvé le rare Cephalanthera longifolia;

- une végétation rudérale banale est installée aux alentours de l'ancien décanteur, occupé actuellement par une mosaïque de roselières à Phragmites australis, typhaies à Typha latifolia, jonchaies à Juncus inflexus, et végétation du Bidention ;

- des saussaies arbustives en expansion autour de l'étang;

- des fourrés thermophiles localisés aux affleurements rocheux, avec Berberis vulgaris, Cornus mas, Ligustrum vulgare, Echium vulgare, Melica ciliata, Sedum album, Aquilegia vulgaris;

- au bord de la Loysse : Caltha palustris, Veronica beccabunga, Scirpus sylvaticus, Epilobium hirsutum, Filipendula ulmaria, Scrophularia auriculata,...

Deux anciennes sablières de petite dimension (moins de 0,3 ha) sont également visibles au sein de la réserve naturelle RNOB; elles hébergent diverses espèces d'insectes sabulicoles (voir plus loin) mais subissent toutefois une recolonisation spontanée par les bouleaux et un contrôle y est effectué périodiquement.

La richesse floristique de Sclaigneaux s'exprime dans la présence de diverses plantes rares. C'est probablement le site le plus riche en orchidées de la vallée de la Meuse entre Namur et Liège, avec au moins 10 espèces, dont l'abondance varie toutefois grandement d'une année à l'autre. Les deux éléments les plus remarquables et sensibles sont le céphalanthère à feuilles en épée (Cephalanthera longifolia) qui ne subsiste plus qu'en quelques rares stations wallonnes, et l'orchis militaire (Orchis militaris), espèce en danger en Wallonie mais en expansion sur le site où elle pousse en centaines de pieds (736 plantes fleuries en 2012, obs. J.-L. Arpigny). Autour de l'ancien décanteur, on relèvera aussi l'existence de la gesse de Nissole (Lathyrus nissolia) et de la pyrole à feuilles rondes (Pyrola rotundifolia).

Le site de Sclaigneaux abrite une faune d'une grande richesse. Certains groupes sont bien connus comme les oiseaux, les papillons de jour, les orthoptères ou encore les odonates, tandis que d'autres mériteraient une attention particulière.

Parmi les oiseaux, l'espèce emblématique du site est certainement l'alouette lulu (Lullula arborea). Quelques couples ont niché chaque année jusque 2008, mais depuis quelques années, l'espèce ne semble plus se reproduire, probablement en raison de la modification de son habitat et des multiples dérangements. Autre espèce emblématique, le pic noir (Dryocopus martius) est signalé comme nicheur dans la hêtraie calcicole. La bécasse des bois (Scolopax rusticola) est régulièrement observée en croûle. Plusieurs cantons de pipit des arbres (Anthus trivialis) sont récensés en 2012-2013, alors que l'espèce était plutôt rare auparavant. Sur le décanteur, le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) et la rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus) sont cantonnés dans la roselière, tandis que la bécassine sourde (Lymnocryptes minimus) fréquente l'endroit en hiver et aux migrations.

Sclaigneaux renferme une diversité lépidoptérologique absolument remarquable. Les papillons de jour sont représentés par au moins 40 espèces incluant deux éléments très rares et menacés en Wallonie, Hesperia comma et Hipparchia semele; on y rencontre également des espèces certes plus répandues, mais néanmoins d'intérêt patrimonial, comme Callophrys rubi, Cupido minimus, Lycaena tityrus, Leptidea sinapis, Melanargia galathea, Erynnis tages ou encore Plebejus argus. Les Lépidoptères hétérocères (ou papillons de nuit) sont également fort bien représentés, comme en témoigne deux inventaires effectués le 13 juin 2010 et le 26 mai 2012 par le Bladmijnenwerkgroep (S. Wullaert et coll.) qui ont permis l'observation de près de 250 espèces différentes dont certaines sont très rares en Belgique (voir par ex. STRUYVE et coll. 2011).

En ce qui concerne les orthoptères, 13 espèces étaient signalées par HOFMANS et al. (1989), alors que durant les années 2000, au moins 20 espèces y ont été recensées (MAINGEOT, 2003). Les espèces les plus remarquables sont Gryllus campestris et Stenobothrus stigmaticus, deux éléments très menacés de notre faune et dont les populations de Sclaigneaux sont les plus fortes de Wallonie. Deux autres espèces sont des acquisitions récentes (début des années 2000), à savoir Conocephalus fuscus et Phaneroptera falcata.

De nombreux Hyménoptères fréquentent le site, spécialement les deux petites sablières qui font l'objet d'une attention particulière dans le cadre du plan de gestion. Lors de l'enquête "Sablières", A. Remacle y a noté plusieurs centaines de nids dans les talus au printemp, et a identifié les abeilles solitaires Andrena barbilabris, A. bicolor, A. clarkella, A. nitida, A. vaga (plus de 100 nids), Colletes cunicularius, le Pompilide Anoplius infuscatus et les Sphécides Crossocerus quadrimaculatus, Oxybelus bipunctatus et Philanthus triangulum.

Les fourmis ont été recensées le 19 août 2007 par P. Wegnez et le 13 juin 2010 par K. Gielen, avec au total 22 espèces: Formica cunicularia, Formica fusca, Formica rufibarbis, Lasius alienus, Lasius flavus, Lasius fuliginosus, Lasius niger, Leptothorax acervorum, Leptothorax muscorum, Myrmecina graminicola, Myrmica rubra, Myrmica ruginodis, Myrmica sabuleti, Myrmica scabrinodis, Myrmica speciodes, Ponera coarctata, Solenopsis fugax, Temnothorax albipennis, Temnothorax nylanderi, Temnothorax unifasciatus, Tetramorium caespitum, Tetramorium impurum.

Les cicindèles attirent souvent l'attention des visiteurs. Les sablières abritent une population importante de Cicindela hybrida, espèce typiquement sabulicole plus rare ou absente ailleurs dans la réserve. La banale C. campestris est plus localisée et se rencontre ici et là.

Monument naturel

Au nord du site, on trouve des filons métallifères qui ont été exploités durant des siècles; les buttes et les trous de la "Haie-Monet" témoignent de cette ancienne exploitation. Certains puits creusés au 19e siècle atteignaient des profondeurs proches de 140 mètres. On y trouvait surtout la blende, la pyrite, et la galène mais aussi la smithsonite, la calamine, l'oligiste et la limonite.

Monument historique

Vestiges du Néolithique et du Mésolithique.

Importants vestiges industriels: Usines Dumont dont certains édifices sont réellement intéressants. Des carneaux subsistent encore qui évacuaient les fumées de l'usine vers les cheminées du plateau. Ces cheminées monumentales ont malheureusement été abattues, il y a quelques années.

Histoire du site

Le plateau dolomitique de Seilles a été occupé par l'homme depuis le Mésolithique (de 8000 à 5000 av. J.-C.) jusqu'au Néolithique (de 5000 à 2000 av. J.-C.), ainsi qu'en témoignent les fouilles réalisées par les 'Chercheurs de Wallonie' sous la direction de G. DESTEXHE en 1961. Plus de 25.000 silex taillés et 40 artefacts en grès et quartzite ont été découverts au niveau des falaises, dans les éboulis et sur le plateau.

Au Moyen-Age, l'endroit a essentiellement une vocation pastorale : de nombreux troupeaux de moutons paissent sur les coteaux de la Meuse.

Plus tard, au début du 17è siècle, des exploitations minières s'installent aux lieux-dits Boltry et Haies-Monet; les mines de faible étendue, sont d'une importance certaine pour l'époque: on y exploite les filons métallifères de galène, de blende et de pyrite.
La carte de Ferraris (1780) nous renseigne qu'à l'époque le bois de Foresse est une haute futaie, le plateau et les versants de la vallée sont occupés par des pelouses ou des landes. Jusqu'au 18e siècle, le pâturage de nombreux moutons a entravé la réinstallation des arbres et arbustes et joué un rôle capital dans la formation et le maintien des pelouses.

Vers 1856, la société Dumont installe ses fours à zinc au pied des falaises de Sclaigneaux: c'est à cette époque qu'elle acquiert un ravin entre le ruisseau de Loyisse et les rochers de Sclaigneaux, ravin qui sera peu à peu comblé par les gangues de minerais résidus de l'exploitation formant des terrils.

Dès 1880, on entreprend la construction d'énormes cheminées en calcaire ou en briques sur la crête, reliées à l'usine de la vallée par des conduits maçonnés à même le versant. Celles-ci rejetteront jusqu'en 1940, soit durant 60 ans, des fumées toxiques contenant des métaux lourds: Pb, Zn et Cd ainsi que du SO2, du NO2 qui se combinant avec l'humidité de l'air forment de l'acide sulfurique et de l'acide nitrique. Retombant sur le sol par le biais des précipitations, ces polluants ont ainsi fortement empoisonné les sols et altéré la végétation originale.

Après 1945, les activités de l'usine Dumont se sont recentrées sur le laminage du Pb et du Zn, et en 1971, l'usine cesse ses activités. Certains bâtiments existent toujours au pied des falaises, les dernières cheminées ayant été détruites en 1982.

Cependant, d'autres facteurs modifieront encore l'aspect paysager du site:

- l'extension des carrières Carmeuse à l'est du site et l'installation en 1968 d'un bassin de décantation et de berges de retenue au détriment de pelouses et d'une partie du Bois des Plantes. Ce bassin devriendra toutefois un lieu de haute fréquentation pour les oiseaux d'eau jusqu'à son assèchement progressif débutant en 1989. En 1993, seules quelques mares subsistaient;

- l'établissement d'un imposant dépôt d'immondices à l'entrée du site ainsi que des déversements de terres et de chaux aux alentours, jusqu'en 1979. Cet ancien dépotoir a été en grande partie réhabilité à l'aide de remblais;

- l'utilisation du site par l'armée belge casernée à Seilles, après 1945; ce qui explique les nombreux trous et tranchées présents sur la réserve;

- la plantation de pins sylvestres et de pins noirs en 1956 et 1957 dans certaines parcelles abandonnées par la culture ou les landes à bruyères au nord de la réserve. Plusieurs vestiges de plantations sont encore visibles dans les pelouses et dans la lande à callune sous forme de billons;

- la pratique intensive du motocross, les dépôts clandestins d'immondices, l'extension anarchique de parcelles cultivées, les aires de pique-nique, les emplacement de feux de camp, le braconnage....

Actuellement, les activités d'extraction se déroulent essentiellement de l'autre coté de la route Seilles-Andenne et les abords de la réserve ont été reboisés.

Biblio

, 2004, Contribution à la connaissance des Delphacidae de Belgique (Hemiptera Auchenorrhyncha Fulgoromorpha)., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 139 (2003) : 207-219.
, 2008, Delphacidae nouveaux et intéressants pour la faune belge (Hemiptera: Fulgoromorpha)., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 144: 95-100.
, 1986, Les plus belles réserves naturelles de Belgique., Reader's Digest, Bruxelles, 304 pp.
, 1974, Accumulation de métaux lourds toxiques dans divers écosystèmes terrestres pollués par les retombées d'origine industrielle., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 107 : 147-156.
, 1977, Le site mésolithique de Seilles., Bulletin des Chercheurs de la Wallonie, 14.
, 1980, La réserve naturelle de Sclaigneau., Environnement 2/80.
, 1986, L'intérêt phanérogamique et bryologique de la réserve de Seilles (province de Namur, Belgique)., Découvre, 16 : 9-22.
, 2007, Phénomènes karstiques dans les évaporites et concrétions de sel en Belgique et ailleurs., Bulletin des Chercheurs de la Wallonie, 46: 109-132.
, 1990, Étude préliminaire des taxocénoses de Carabides des pelouses calaminaires., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 126 : 141-150.
, 1979, La vallée du Lontzenerbach à Hergenrath (province de Liège, Belgique)., Bulletin de la Commission Royale des Monuments et Sites, 8 : 217-231.
, 1987, Un site intéressant de la région liègeoise: la partie méridionale du vallon des Fonds de Forêt (Forêt et Magnée; province de Liège)., Les Naturalistes belges, 68 : 33-48.
, 1976, Les critères d'appréciation de la valeur biologique d'un site. Exemple du versant gauche de la vallée de la Vesdre à Ninane et Chaudfontaine (province de Liège)., Natura Mosana, 29 (3): 102-117.
, 1878, Etude sur les gîtes métallifères de la mine de Landenne., Bull. Acad. Roy. Belg., XLV : 618-645.
, 1985, La réserve naturelle de Sclaigneaux., Liège-Education-Environnement, 143 pages.
, 2006, Inventaire et caractérisation des sites calaminaires en Région wallonne, Natura Mosana, 58 (2005): 83-124.
, 1985, Environnement et Ecologie du site de la réserve naturelle et ornithologique de Seilles., Mém. Env. et Génie Sanitaire. Inst. Prov. Enseign. Agric. Forest. et Pap. La Reid, 2V, 238 pages.
, 1989, The non-tetrigid Saltatoria (Insecta) of the Belgian chalk grasslands., Comptes rendus du symposium "Invertébrés de Belgique", Bruxelles, pp. 257-263.
, 1974, Une réalisation en cours : la Réserve de Seilles., Bull. RNOB, 21 : 80-81.
, 2003, Etude des populations d'orthoptères de la réserve de Sclaigneaux., Notes fauniques de Gembloux, 50 : 63-74.
, 1972, La halde calaminaire du Schmalgraf., Les Naturalistes belges, 53 : 470-474.
, 1952, Histoire de Seilles., Fasc. stencilé, 2ème édition : 11 pages. (Petit-Waret).
, 1978, Dossier Carrières., Environnement, numéro spécial, 47 pp.
, 1979, Andenne. Protection d'un site naturel., Environnement, 1979.
, 1980, Andenne, un exemple à suivre., Environnement, 1980.
, 1980, Réserve naturelle de Sclaigneaux., Bulletin Communal de la ville d'Andenne.
, 1975, La réserve de Seilles. Esquisse de son intérêt botanique., Les Naturalistes belges, 56 (4): 97-108.
, 1987, Scopelophila cataractae (Mitt.) Broth. (Pottiaceae, Musci) nouveau pour le continent européen en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en République Fédérale Allemande. Le genre Scopelophila (Mitt.) Lindb. en Europe., Cryptogamie, Bryologie et Lichénologie, 8 : 95-108.
, 2011, Verslag eerste Belgische dubbelexcursie (2010)., Phegea, 39 (1): 22.
, 1889, Les cailloux oolithiques des graviers tertiaires des hauts plateaux de la Meuse., Bull. Soc. Belge de Géol., 3 : 404-410.

Divers

Sources

Réserves Naturelles RNOB.

Inventaire SABLIERES.

Répondants de l'information

Réserves Naturelles RNOB NATAGORA
A. REMACLE (FUSAGx) et J.-P. JACOB (AVES).

Date de la dernière modification de la fiche

2013-05-14