Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

248 - Domaine du Sart-Tilman

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Sart Tilman, Lande de Streupas et Bois St-Jacques
Communes :Esneux, Liège
Cantonnements DNF :Liège
Surface :413.31 ha
Coordonnées :X Lambert : 235836 - Y Lambert : 142387
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

S'étendant sur plus de 400 hectares, le domaine du Sart-Tilman est situé au sud de Liège, en bordure de l'Ardenne condruzienne, où il occupe un éperon rocheux dominant la vallée de l'Ourthe. En partie propriété de l'Université de Liège depuis les années 1950, il renferme de nombreux milieux de grand intérêt paysager et scientifique comme la lande de Streupas, le vallon du Blanc Gravier, le parc de Colonster, etc. La végétation est très variée en raison des différentes roches qui y affleurent (calcaires tournaisiens, schistes, psammites, ...) et des affectations du sol. On peut donc y rencontrer aussi bien des landes à callunes et à myrtille et des chênaies acidophiles, que des hêtraies calcicoles, des pelouses à métallophytes, des aulnaies rivulaires, des prairies humides, des friches, etc. Bien que certaines espèces semblent avoir disparu au cours des dernières décennies, la richesse biologique du site demeure remarquable.

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • F0 - Condroz

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Angleur346.04 haLIEGELIEGE
Esneux8.34 haESNEUX (partim ???)LIEGE
Ougrée37.49 haSERAING (partim ???)LIEGE
Tilff15.97 haESNEUX (partim ???)LIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Liège413.31 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Le château de Colonster et alentours sont classés depuis le 13 novembre 1981 et le 21 avril 1986.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
223Sart Tilman261,33 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Meles melesOuiNon2008L. Schmitz
Putorius putoriusNonNonL. Schmitz
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Accipiter nisusOuiNonNicheur2008L. Schmitz
Anthus trivialisOuiNonNicheur2008L. Schmitz
Ardea cinereaOuiNonNicheur (> 50 couples)2008L. Schmitz
Columba oenasOuiNonNicheur2008L. Schmitz
Dendrocopos minorOuiNonNicheur2008L. Schmitz
Dryocopus martiusOuiNonNicheur2008L. Schmitz
Falco tinnunculusOuiNonNicheur2008L. Schmitz
Lullula arboreaOuiOuiNicheur (1-2 couples)2008L. Schmitz
Pernis apivorusOuiNonNicheur2008L. Schmitz
Picus viridisOuiNonNicheur2008L. Schmitz
Scolopax rusticolaNonNonAbondant2008L. Schmitz
Tyto albaOuiNonNicheur2008L. Schmitz
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Alytes obstetricansOuiNon2008E. Graitson, M. Denoël
Bombina variegataOuiOuiDisparu1988Rainne
Bufo bufoOuiNon2008E. Graitson, M. Denoël
Ichthyosaura alpestrisOuiNon2008E. Graitson, M. Denoël
Lissotriton helveticusOuiNon2008E. Graitson, M. Denoël
Lissotriton vulgarisOuiNon2008E. Graitson, M. Denoël
Rana temporariaOuiNon2008E. Graitson, M. Denoël
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2008E. Graitson
Coronella austriacaOuiOui2007M. Denoël
Natrix natrixOuiOui> 250 ex.2008AE. Graitson
Podarcis muralisOuiNonVersant de l'Ourthe (Famelette)2008E. Graitson
Zootoca viviparaOuiNonMicro population2006E. Graitson
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Apatura irisNonNon1998GT Lycaena (L. Schmitz)
Issoria lathoniaOuiNonreproduction2011GT Lycaena
Melanargia galatheaNonNon1997GT Lycaena (L. Schmitz)
Nymphalis polychlorosNonNon2001GT Lycaena (C. Dopagne)
Polyommatus semiargusNonNon2001GT Lycaena (L. Schmitz, C. Dopagne)
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Euplagia quadripunctaria2004GT Lycaena (P. Hauteclair)
Invertébrés - Insectes - Libellules
Coenagrion pulchellumOuiOuiBasses Prairies2015L. Schmitz, M. Seleck
Cordulegaster bidentataOuiOuiReproduction !2006GT Gomphus (L. Schmitz)
Cordulegaster boltoniiNonNon1996GT Gomphus (L. Schmitz)
Onychogomphus forcipatusNonOuiIle Rousseau2002GT Gomphus (V. Louwette)
Sympetrum flaveolumNonOuiBasses Prairies2000GT Gomphus (L. Schmitz)
Invertébrés - Insectes - Coléoptères
Lucanus cervus2005N. Magis
Typhaeus typhoeus
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Chilocorus bipustulatus2011GT Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Coccinella hieroglyphica1998GT Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Exochomus nigromaculatus2011GT Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Hippodamia tredecimpunctataBasses Prairies2000GT Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Myzia oblongoguttata1998GT Coccinula (J.-Y. Baugnée)
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Chorthippus montanus2008E. Graitson
Chorthippus vagans1 ex. (erratique ?)2008L. Schmitz
Stethophyma grossum2008E. Graitson
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Colletes succinctus2011J.-Y. Baugnée
Plantes - Plantes supérieures
Allium ursinum2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Berberis vulgaris2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Butomus umbellatusOurthe2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Calamagrostis arundinacea2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Campanula persicifolia2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Carex umbrosa2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Circaea x intermedia2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Cornus mas2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Festuca altissima2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Lonicera xylosteum2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Luzula luzuloides2015J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Melica nutans2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Mespilus germanica2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Neottia nidus-avis2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Oreopteris limbosperma2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Phegopteris connectilis2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Phyteuma nigrum2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Rhamnus cathartica2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Thlaspi caerulescens subsp. calaminareStreupas2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Vincetoxicum hirundinaria2008J. Lambinon, Ph. Destinay, A. Froment, J. Duvigneaud
Viola calaminariaStreupas2011J. Lambinon et al.
Plantes - Mousses
Sphagnum fimbriatum1968Cl. Magnée
Sphagnum inundatum1968Cl. Magnée
Sphagnum palustre1968Cl. Magnée
Sphagnum subnitens1968Cl. Magnée
Sphagnum teres1968Cl. Magnée

Commentaires sur la faune

Mammifères: Apodemus sylvaticus, Capreolus capreolus, Clethrionomys glareolus, Martes foina, Mustela erminea, Mustela nivalis, Mustela putorius, Ondatra zibethicus, Oryctolagus cuniculus, Sciurus vulgaris.

Oiseaux nicheurs (L. Schmitz, 1997-2008): Accipiter nisus, Anthus trivialis, Ardea cinerea, Asio otus, Buteo buteo, Carduelis cannabina, Columba oenas, Dendrocopos major Dendrocopos minor, Dryocopus martius, Emberiza citrinella (disparu ?), Falco tinnunculus, Lullula arborea, Pernis apivorus, Picus viridis, Scolopax rusticola, Strix aluco, Tyto alba.

Amphibiens (données Aves-Rainne, 1980-2008): Alytes obstetricans, Bombina variegata, Bufo bufo, Ichthyosaura alpestris, Lissotriton helveticus, Lissotriton vulgaris, Rana temporaria, Salamandra salamandra.

Reptiles (données Aves-Rainne, 1980-2008): Anguis fragilis, Coronella austriaca, Natrix natrix, Podarcis muralis, Zootoca vivipara.

Odonates (données GT Gomphus + divers obs. 1996-2015): Aeshna cyanea, Aeshna grandis, Anax imperator, Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Coenagrion pulchellum, Cordulegaster bidentata, Cordulegaster boltonii, Gomphus vulgatissimus, Ischnura elegans, Lestes viridis, Libellula depressa, Orthetrum cancellatum, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Somatochlora metallica, Sympetrum flaveolum, Sympetrum striolatum, Sympetrum vulgatum.

Lépidoptères rhopalocères (données GT Lycaena, 1997-2008): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Apatura iris, Aphantopus hyperantus, Araschnia levana, Coenonympha pamphilus, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Leptidea sinapis, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melanargia galathea, Neozephyrus quercus, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Polyommatus semiargus, Thymelicus lineolus, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (divers obs. 1980-2008): Acer pseudoplatanus, Agrostis capillaris, Allium ursinum, Alnus glutinosa, Anemone nemorosa, Arum maculatum, Asplenium scolopendrium, Athyrium filix-femina, Berberis vulgaris, Betula pendula, Betula pubescens, Bidens cernua, Bidens frondosa, Blechnum spicant, Butomus umbellatus, Calamagrostis arundinacea, Calamagrostis canescens, Calluna vulgaris, Campanula persicifolia, Campanula rotundifolia, Cardamine amara, Carex digitata, Carex pendula, Carex remota, Carex umbrosa, Carpinus betulus, Chrysosplenium oppositifolium, Circaea intermedia, Clematis vitalba, Cornus mas, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Dryopteris affinis subsp. borreri, Dryopteris dilatata, Dryopteris filix-mas, Elodea nuttallii, Festuca altissima, Festuca filiformis, Festuca rubra subsp. commutata, Galium palustre, Glyceria fluitans, Hedera helix, Holcus mollis, Ilex aquifolium, Impatiens noli-tangere, Lamium galeobdolon subsp. montanum, Lonicera periclymenum, Lonicera xylosteum, Luzula luzuloides, Luzula sylvatica, Malus sylvestris subsp. sylvestris, Melica nutans, Melica uniflora, Mercurialis perennis, Mespilus germanica, Milium effusum, Molinia caerulea, Neottia nidis-avis, Oreopteris limbosperma, Oxalis acetosella, Phalaris arundinacea, Phegopteris connectilis, Phyteuma nigrum, Picea abies, Pinus sylvestris, Poa chaixii, Poa nemoralis, Primula veris, Prunus padus, Pseudotsuga menziesii, Pteridium aquilinum, Quercus petraea, Quercus robur, Ranunculus fluitans, Ranunculus sceleratus, Rhamnus cathartica, Rubus sylvaticus, Rumex acetosa, Salix aurita, Sambucus racemosa, Scutellaria galericulata, Senecio ovatus, Sorbus aucuparia, Stellaria holostea, Thlaspi caerulescens subsp. calaminare, Trifolium medium, Vaccinium myrtillus, Vincetoxicum hirundinaria, Viola calaminaria, Viola hirta, Viola reichenbachiana,

Plantes supérieures (données publiées J. Duvigneaud 1976): Agrostis canina, Amaranthus albus, Apera interrupta, Arabis hirsuta, Arabis hirsuta, Asplenium adiantum-nigrum, Asplenium scolopendrium, Atropa belladonna, Avena fatua, Berberis vulgaris, Berula erecta, Betula x aurata, Bidens frondosa, Blechnum spicant, Bromus ramosus, Buddleja davidii, Calamagrostis arundinacea, Calamagrostis canescens, Callitriche obtusangula, Callitriche platycarpa, Callitriche stagnalis, Campanula persicifolia, Cardamine flexuosa, Cardamine impatiens, Cardaminopsis arenosa subsp. borbasii, Cardaminopsis halleri, Carex caryophyllea, Carex digitata, Carex divulsa subsp. divulsa, Carex muricata subsp. lamprocarpa, Carex spicata, Carex strigosa, Carex umbrosa, Carex vesicaria, Centaurea jacea subsp. grandiflora, Centaurea jacea subsp. jacea, Centaurea jacea subsp. timbalii, Centaurium erythraea, Chenopodium botrys, Chenopodium ficifolium, Chenopodium rubrum, Circaea intermedia, Coronopus didymus, Corydalis solida, Crataegus rhipidophylla, Crepis paludosa, Daphne mezereum, Dianthus armeria, Dicentra formosa, Diplotaxis tenuifolia, Dipsacus pilosus, Draba muralis, Dryopteris affinis subsp. borreri, Dryopteris dilatata, Echinops commutatus, Epilobium ciliatum, Epilobium obscurum, Epilobium palustre, Epilobium roseum, Epilobium tetragonum subsp. lamyi, Epilobium tetragonum subsp. tetragonum, Epilobium x floridulum, Epilobium x floridulum, Epilobium x limosum, Epipactis helleborine, Equisetum fluviatile, Equisetum sylvaticum, Eragrostis minor, Euphorbia esula, Euphorbia lathyris, Euphrasia nemorosa, Fallopia dumetorum, Fallopia sacchalinensis, Festuca altissima, Galeopsis bifida, Galeopsis segetum, Galium odoratum, Galium palustre subsp. elongatum, Geranium lucidum, Glebionis segetum, Glyceria declinata, Gymnocarpium dryopteris, Gymnocarpium robertianum, Heracleum sphondylium var. angustifolium, Hesperis matronalis, Hieracium bauhinii, Hieracium glaucinum, Hieracium lachenalii, Hieracium laevigatum, Hieracium murorum, Hieracium sabaudum, Hieracium umbellatum, Hypericum tetrapterum, Impatiens glandulifera, Impatiens parviflora, Kickxia elatine, Lamium galeobdolon subsp. montanum, Lathyrus latifolius, Lathyrus sylvestris, Lathyrus tuberosus, Lepidium densiflorum, Ligustrum ovalifolium, Ligustrum vulgare, Lonicera xylosteum, Lunaria annua, Lunaria rediviva, Lupinus polyphyllus, Mahonia aquifolium, Malus sylvestris subsp. sylvestris, Medicago falcata, Mentha aquatica, Mentha arvensis subsp. austriaca, Mentha x verticillata, Misopates orontium, Monotropa hypopitys subsp. hypopitys, Myriophyllum spicatum, Myrrhis odorata, Nardus stricta, Neottia nidus-avis, Oenothera glazioviana, Oreopteris limbosperma, Origanum vulgare var. prismaticum, Ornithogalum umbellatum subsp. umbellatum, Persicaria mitis, Phalaris canariensis, Phegopteris connectilis, Philadelphus coronarius, Phyteuma nigrum, Pimpinella major var. bipinnata, Poa chaixii, Poa compressa, Polygala serpyllifolia, Polygonatum verticillatum, Polystichum setiferum, Polystichum setiferum var. hastulatum, Populus alba, Populus nigra var. nigra, Prunus cerasus, Prunus padus, Pulmonaria officinalis, Ribes nigrum, Salix purpurea var. lambertiana, Salix x charrieri, Salix x holosericea, Sambucus nigra var. laciniata, Saxifraga granulata, Securigera varia, Sedum telephium subsp. fabaria, Selinum carvifolia, Senecio erucifolius, Senecio inaequidens, Sesleria caerulea, Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis, Sisymbrium altissimum, Sisymbrium austriacum subsp. chrysanthum, Sisymbrium orientale, Sorbus torminalis, Spiraea chamaedryfolia subsp. ulmifolia, Spiraea douglasii, Spiraea x billardii, Symphytum x uplandicum, Taraxacum angustisquameum, Taraxacum lawalrei, Taraxacum quadrans, Taxus baccata, Thlaspi caerulescens subsp. calaminare, Tilia cordata, Tilia platyphyllos subsp. cordifolia, Trifolium hybridum subsp. hybridum, Trifolium medium, Trifolium resupinatum var. majus, Typha latifolia, Ulex europaeus, Verbascum densiflorum, Veronica hederifolia subsp. lucorum, Veronica montana, Vicia tetrasperma, Viola calaminaria, Viola hirta, Viola odorata, Viscum album.

Espèces exotiques

Plantes: Amaranthus albus, Castanea sativa, Elodea nuttallii, Fallopia japonica, Picea abies, Pinus sylvestris, Prunus serotina, Pseudotsuga menziesii, Senecio inaequidens.

Animaux: Alopochen aegyptiaca, Branta canadensis, Harmonia axyridis, Ondatra zibethicus.

Conservation

Objectifs de conservation

La réserve naturelle a été créée à des fins scientifiques et pour l'enseignement de l'Ecologie et de la Botanique.

Menaces

Les seules menaces qui pèsent sur la réserve sont la reforestation des landes et prairies sèches.

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

Objectifs poursuivis par la gestion (voir http://www.liege.be/reserve-naturelle-sart-tilman/contacts.htm):
Il existe très peu d'espaces forestiers libres d'interventions humaines en Région wallonne. L'originalité de la réserve naturelle du Sart Tilman réside dans la protection des grands types forestiers de l'Ardenne condrusienne, ainsi que de ses zones de contact d'une part avec le bassin de Namur et d'autre part avec le Condroz calcaire. Dans sa majeure partie, la faune et la flore sont laissées à leur développement spontané. Cependant, la réserve comprend également la lande de Streupas, où une gestion active vise à la conservation et à la restauration de différents faciès végétaux semi-naturels (lande à bruyère, pelouse, e.a.). La présence d'une flore calaminaire, en forte régression dans notre pays, doit aussi être soulignée.
Il faut enfin remarquer l'intérêt de l'existence d'une réserve naturelle à l'intérieur même d'un campus universitaire et, tout spécialement, l'opportunité de conjuguer protection du site, intérêt didactique de la réserve et espaces privilégiés pour des travaux d'étudiants et de chercheurs.
En fonction de l'intérêt biologique décrit ci-dessus et de la spécificité du domaine du Sart Tilman, espace vert multifonctionnel de par sa proximité de l'agglomération liégeoise, les objectifs de la réserve naturelle sont donc les suivants :
- conservation et suivi de l'évolution spontanée des zones forestières représentatives de l'Ardenne condrusienne ;
- conservation et restauration des landes à bruyère et pelouses calaminaires de Streupas ;
- reconstitution de futaies feuillues dans certaines parcelles actuellement occupées par des plantations d'espèces exotiques ou des taillis de charme ;
- développement d'études et de recherches scientifiques ;
- exploitation des valeurs didactiques du site.
a) La lande de Streupas
Un premier volet de mesure doit permettre de rétablir puis de maintenir les limites des espaces de landes :
- abattage des pionniers (bouleaux, saules,…) et débroussaillage de recrus ligneux, des genêts,…
- dans la zone forestière périphérique, élimination des espèces susceptibles de se disséminer dans la lande (bouleaux, trembles, saules marsaults, surtout).
La gestion des landes proprement dite fait appel à des mesures adéquates d'entretien :
- l'étrépage, appliqué sur des surfaces limitées et peu pentues est la méthode la plus drastique de régénération des landes à bruyère âgées ou fortement envahies par d'autres espèces ; la rotation de cette opération sera exécutée de manière, notamment, à maintenir des zones comprenant des espaces de sols dégagés nécessaires à la nidification de l'alouette lulu ;
- le fauchage en fin d'été, si possible avec enlèvement des résidus, doit être appliqué périodiquement ;
- des expériences de brûlage printanier contrôlé peuvent être appliquées localement ;
- le pâturage ne peut être expérimenté, ponctuellement, que si une solution de compatibilité avec l'importante fréquentation du site peut être trouvée.
- le fauchage régulier des coupe-feu est indispensable à la protection du site contre l'incendie ; sur le plan paysager, il sera nécessaire de modifier le tracé des coupe-feu existants en l'adaptant au relief ;
- le suivi des carrés permanents et des relevés phytosociologiques sont prévus.
b) Les zones forestières.
Elles sont considérées comme réserve naturelle intégrale. Le suivi de l'évolution spontanée de la végétation est assuré par le relevé de plusieurs carrés permanents.
Trois exceptions existent à ce principe directeur :
- les abords des infrastructures de circulation existantes qui sont entretenus, pour des raisons de sécurité (à certains endroits, des coupes ne seront pas sans intérêt biologique dans la mesure où elles font apparaître une flore et une faune thermophile et héliophile).
- dans les parcelles plantées d'espèces exotiques, sont pratiquées des éclaircies, abattages ou exploitations qui permettent la régénération progressive d'une forêt feuillue.
- dans certaines situations particulières comme les taillis de charme, floristiquement pauvres mais stables et ayant une origine anthropique, on envisage des interventions forestières destinées à la reconstitution de forêts feuillues plus naturelles.
c) L'exploitation didactique de la réserve.
Les travaux concernent principalement l'entretien du balisage des sentiers didactique existants ou à créer. Il est également prévu d'afficher un extrait du règlement de la réserve à ses accès.

Accès du public

Les principes de l'accès au public sont les suivants (voir http://www.liege.be/reserve-naturelle-sart-tilman/contacts.htm):
* l'accès des piétons à la réserve est interdit en dehors des chemins existants ;
* l'accès des cavaliers n'est autorisé que sur les pistes cavalières existantes et balisées définies en accord avec le cercle équestre l'Eperon ;
* l'accès aux skieurs de fond est limité aux pistes de ski balisées ;
* l'accès aux autres utilisateurs (cyclistes,…) n'est autorisé que moyennant accord préalable de l'Université, qui précisera les zones à éviter ;
* l'accès de groupes organisés est toujours soumis à autorisation de l'Université ;
* la circulation dans la réserve est interdite entre le coucher et le lever du soleil ; pour des motifs de sécurité publique, de protection des espèces, de travaux de gestion, l'Université peut interdire temporairement l'accès à certains chemins ou certaines zones ;
* l'accès à l'ensemble de la réserve est libre en tout temps pour les activités scientifiques et didactiques de l'Université et d'associations agréées par cette dernière.

Détails

Description physique

Le site du Sart Tilman se trouve en Ardenne condrusienne, sur le promontoire situé entre les vallées de l'Ourthe et de la Meuse. Il se trouve sur le passage de la faille eifelienne ou charriage du Condroz. Cet accident géologique 'superpose le synclinorium de Dinant déplacé du sud vers le nord au cours de l'orogenèse hercynienne, au synclinorium de Namur dont le bassin houiller occupe la partie axiale. Lors du transport, d'énormes masses de roches ont été détachées, entraînées, et se trouvent coincées entre les deux synclinoria au sein d'un écheveau compliqué de failles. Il s'agit notamment des lambeaux de poussée de Streupas et de Kinkempois avec les gisements métallifères d'Angleur exploités jadis pour blende, galène et pyrite' (CALEMBERT et al., 1974).

La faille de Streupas est occupée par des gisements importants de minerais (sulfures de zinc, de plomb, de fer, etc) qui furent exploités par les usines de la Vieille Montagne.

C'est ainsi que l'on rencontre des schistes et des grès de l'Emsien, des calcaires du Couvinien, du Givétien, du frasnien, des grès du Famennien et enfin des calcaires du Tournaisien. Sur le plateau (hors réserve) existent d'importants dépôts de sables et de graviers tertiaires (sables de Boncelles) et de limons quaternaires.

La réserve se trouve dans la partie orientale du domaine du Sart Tilman vers l'Ourthe. A cet endroit, le plateau est profondément entaillé par cette rivière et ses petits affluents de la rive gauche qui forment des vallons très encaissés (un cône de déjection important existe au confluent du ruisseau du Blanc Gravier). En plus de la plaine alluviale de l'Ourthe (dans laquelle se trouve l'île Rousseau), en général très étroite, on rencontre donc des vallons aux versants plus ou moins abrupts d'orientation variée. D'anciennes terrasses de l'Ourthe subsistent en divers endroits.

Description biologique

Le domaine universitaire du Sart Tilman, incluant la lande de Streupas, a fait l'objet de nombreuses publications notamment botaniques (DUVIGNEAUD et TERCARFS, 1975; DUVIGNEAUD, 1976; DUVIGNEAUD, 1978; DESTINAY et LAMBINON, 2005; etc.).

A. Sur les plateaux, on trouve:

- des chênaies-hêtraies silicicoles avec taillis de Sorbus aucuparia, Malus sylvestris subsp. sylvestris, Sambucus racemosa, Mespilus germanica, Ilex aquifolium,... avec, au sol, Vaccinium myrtillus, Deschampsia flexuosa, Holcus mollis, Lonicera periclymenum, Pteridium aquilinum et, dans les milieux un peu plus riches et plus humides, Milium effusum, Poa chaixii, Senecio ovatus, Luzula luzuloides, Deschampsia cespitosa. En lisière ou dans les coupes se développe Calamagrostis arundinacea (Fago-Quercetum);

- des chênaies sessiliflores à Molinia caerulea.

B. Sur les pentes des vallons encaissés, se rencontrent des groupements végétaux variés comme:

- des chênaies-charmaies des sols calcaires (Carici-Carpinetum);

- des chênaies-charmaies sur schistes;

- des chênaies silicicoles à Poa nemoralis;

- des chênaies-charmaies à Allium ursinum, sur colluvions de bas de pente;

- des chênaies silicicoles à Luzula sylvatica et diverses fougères: Oreopteris limbosperma, Athyrium filix-femina, Phegopteris connectilis, Blechnum spicant, ...

- des chênaies à Festuca altissima, ...

C. Les fonds de vallons sont occupés par:
- des aulnaies à Carex pendula, C. remota, Galium palustre, Glyceria fluitans, Cardamine amara, Scutellaria galericulata, ...

- des frênaies-aulnaies à Prunus padus, Carex pendula, Chrysosplenium oppositifolium, Impatiens noli-tangere, Circaea intermedia,... (Stellario-Alnetum);

D. La lande de Streupas occupe un promontoire couvert par:

- une pelouse calaminaire rase, localement assez ouverte, formée par quelques métallophytes (Viola calaminaria, Thlaspi caerulescens subsp. calaminare ) et pseudométallophytes (Agrostis tenuis, Festuca nigrescens, Campanula rotundifolia, Rumex acetosa, etc. (Violon calaminariae);

- une chênaie silicicole, sur les assises du Famennien;

- une hêtraie calcicole sur les calcaires dolomitiques du Tournaisien (Cephalanthero-Fagion), avec Neottia nidis-avis, Carex digitata, Lonicera xylosteum, Dianthus armeria, Carex muricata subsp. lamprocarpa, ... ;

- des taillis xéro-theromphiles très riches en espèces parmi lesquelles Cornus mas, Lonicera xylosteum, Rhamnus cathartica, Berberis vulgaris, et de nombreuses plantes herbacées calcicoles, de coupes forestières, de lisière forestière, etc. (Berberidion);

- des landes herbeuses et prairies sèches à Calluna vulgaris, Vaccinium myrtillus, Molinia caerulea qui résultent de la fréquence des incendies en relation avec une pollution en poussières de Zn et en SO2;

- une chênaie-charmaie calcicole à Primula veris, Viola hirta, Carex digitata, Campanula persicifolia, Melica nutans,...(Carici-Carpinetum) environnée d'espèces de lisière (Trifolium medium, Vincetoxicum hirundinaria,...) (Trifolion medii).

E. L'Ile Rousseau, située dans le lit de l'Ourthe:

L'eau libre et les anses calmes accueillent Ranunculus fluitans, Elodea nuttallii (Ranunculion fluitantis); sur les vases exondées, diverses espèces du Bidention apparaissent (Bidens cernua, B. frondosa, Ranunculus sceleratus,...) et sur les berge le rare Butomus umbellatus.

Diverses espèces végétales plus courantes en Ardenne sont présentes au Sart-Timan où elles atteignent parfois la limite nord de leur aire de distribution régionale, notamment Luzula luzuloides, Festuca altissima, Circaea intermedia, Calamagrostis canescens et Poa chaixii. C'est le cas également d'éléments calcicoles comme Campanula persicifolia, Vincetoxicum hirundinaria, Melica nutans, Cornus mas, Carex digitata, ...

La faune du Sart Tilman a fait l'objet de plusieurs inventaires: les vertébrés de 1975 à 1981, les insectes en 1978 et 1979, les mollusques en 1977 et 1978. Des données plus récentes ont été récoltées pour les mammifères, les oiseaux et les mollusques et certains ordres ou familles d'insectes (1989 à 2015) (voir http://www.liege.be/reserve-naturelle-sart-tilman/intro0b2c.htm).

Parmi les 23 espèces de mammifères recensées, on notera la présence du putois (Putorius putorius) et la réapparition récente du blaireau (Meles meles) et du sanglier (Sus scrofa).

On y recense quelques 60 espèces d'oiseaux nicheuses. Depuis l'instauration de mesure de gestion telles l'étrépage et de débroussaillage, l'avifaune de la lande de Streupas comprend un petit noyau d'espèces typiques des landes à bruyères. L'alouette lulu (Lullula arborea) en est l'élément le plus remarquable; elle est accompagnée du pipit des arbres (Anthus trivialis); le bruant jaune (Emberiza citrinella) et la linotte mélodieuse (Carduelis cannabina) ont disparu récemment comme nicheurs locaux, parallèlement à leur déclin général. La bondrée apivore (Pernis apivorus), le pic vert (Picus viridis), le faucon crécerelle (Falco tinnunculus), e.a., profitent de la conjonction de cette lande et des zones forestières.

L'avifaune des forêts, surtout d'anciens taillis, denses, à futaie rare et/ou dispersée, est dominée par des espèces peu exigeantes; on y relève néanmoins l'abondance relative de la bécasse des bois (Scolopax rusticola).

La reconstitution spontanée du couvert forestier, le vieillissement de ces forêts ou la réalisation de plantations ont contribué à la disparition de plusieurs nicheurs remarquables comme la gélinotte des bois (Bonasa bonasia), l'engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus), le tarier pâtre (Saxicola torquata), la pie-grièche écorcheur (Lanius collurio).

L'avifaune du parc de Colonster profite de très vieilles futaies mélangées et de la proximité de la vallée de l'Ourthe ou de prairies. Les nicheurs marquants en sont l'épervier d'Europe (Accipiter nisus), l'effraie des clochers (Tyto alba), le pigeon colombin (Columba oenas), le pic noir (Dryocopus martius), le pic vert (Picus viridis), le pic épeichette (Dendrocopos minor) et, depuis 1993, le héron cendré (Ardea cinerea) dont la colonie abrite plus de cinquante couples.

Les reptiles sont représentés par 5 espèces: le lézard des murailles (Podarcis muralis), dans la vallée de l'Ourthe à Tilff (La Famelette), le long de la voie ferrée; le lézard vivipare (Zootoca vivipara) cantonné à de petites clairières en forêt, mais peut être disparu actuellement ; l'orvet (Anguis fragilis), bien présent; la couleuvre coronelle (Coronella austriaca) présente au bois d'Oblustène, à proximité immédiate de la réserve; la couleuvre à collier (Natrix natrix), le reptile le plus répandu dans la réserve, jusqu'à proximité des bâtiments universitaires (voir à ce sujet l'étude par capture-marquage-recapture menée par GRAITSON et FUNTOWICZ, 2008).

Pas moins de 6 espèces de batraciens ont été signalées lors des inventaires successifs, parmi lesquelles figure l'emblématique sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) dont la présence récente n'a cependant pas été confirmée. Le crapaud accoucheur (Alytes obstetricans) a peut-être lui aussi déserté le site. La présence de la Salamandre terrestre (Salamandra salamandra) est par contre toujours notée dans les ruisseaux de versant.

L'entomofaune est d'un intérêt scientifique et pédagogique certain. Elle est riche et diversifiée, en fonction de la variété des biotopes que recèle le domaine, et en fonction de la position intéressante de cette région du point de vue biogéographique.

En effet, la réserve naturelle du domaine universitaire se situe entièrement dans l'extrémité la plus orientale de la pointe nord-est de l'Ardenne condrusienne. Elle héberge bon nombre d'espèces d'origine pontique ou méridionale, dont la limite nord de répartition biogéographique coïncide précisément avec le sillon de la Meuse, comme par exemple les espèces de Coléoptères Elatérides Limonius aeneoniger, Zorochrus dermestoides, Hypnoidus riparius (au bord des cours d'eau).

La forêt caducifoliée, de chênes et de hêtres, héberge de nombreuses espèces sylvicoles caractéristiques, comme le lucane cerf-volant (Lucanus cervus), l'Elatéride Ctenicera pectinicornis et des dizaines d'espèces de longicornes (Cerambycidae) et d'autres coléoptères.

Les terrains sablonneux ou sablo-argileux (affleurements des sables tertiaires, talus sablo-argileux des sentiers, landes) hébergent des espèces psammophiles (sabulicoles) tels plusieurs Hyménoptères Pompilides chasseurs d'araignées (Anoplius viaticus par exemple ou Priocnemis chiodtei, très localisés en Haute Belgique et en région bruxelloise), des Coléoptères Géotrupides ou Scarabéides coprophages typiques des sols sablonneux et peu fréquents en Belgique, comme le minotaure typhée (Typhaeus typhoeus), ou des Elatérides comme Anostirus castaneus, relativement rare ailleurs.

Le peuplement d'abeilles solitaires terricoles y est également fort intéressant: citons entre autre la présence de l'halicte Lasioglossum semilucens. La lande de Streupas accueille plusieurs espèces d'abeilles inféodées à la callune, dont Colletes succinctus.

Les orthoptères sont variés et on trouve au moins trois espèces remarquables sur l'ensemble du massif du Sart-Tilman: Chorthippus montanus et Stethophyma grossum sont confinés aux prairies humides et se retrouvent à Colonster, aux sources du ruisseau du Trou du Chien, tandis que Chorthippus vagans est une espèce xéro-thermophile qui a été observée sur la lande de Streupas (1 ex. probablement erratique - L. SCHMITZ).

Les biotopes aquatiques lotiques (les deux ruisseaux de la Sordeye et du Blanc Gravier) hébergent la plupart des espèces aquatiques caractéristiques des rivières à cours rapide de Haute Belgique, en raison de la présence d'une série de biotopes variés, à fonds caillouteux, rocheux, graveleux, sableux ou vaseux, en milieu prairial ou boisé. Des études faunistiques réalisées dans le cadre de mémoires de licence, ont confirmé la présence d'une centaine d'invertébrés aquatiques parmi lesquels plusieurs espèces d'Ephéméroptères (genres Nemoura, Ecdyonurus, Rhitrogena, Baetis), de Trichoptères (genres Hydropsyche, Rhyacophila, Synagapetus, Plectronemia, Stenophylax, Mesophylax, Drusus, Sericostoma), de Coléoptères Dysticidae et Helodidae, et une faune de Diptères aquatiques bien diversifiée (14 familles ou sous-familles représentées). Soulignons la présence d'une espèce caractéristique des torrents et cascades, remarquable par ses adaptations morphologiques extrêmement poussées: Liponeura decipiens.

Une étude récente sur la qualité biologique des ruisseaux du domaine du Sart Tilman a été réalisée par DETHIER et al. (2008). Comparé aux années 1960, cette étude a souligné une dégradation légère mais sensible de la faune aquatique et un appauvrisement progressif des communautés aujourd'hui composées d'éléments relativement banals.

La zone humide des Basses Prairies, en contrebas de Colonster héberge une odonatofaune particulièrement riche, incluant Coenagrion pulchellum, espèce exceptionnelle dans la région liégeoise connue sur le site jusqu'à la fin des années 1990 mais revue récemment, en juin 2015. Les petits ruisselets forestiers sont l'habitat d'une libellule élusive et très spécialisée, Cordulegaster bidentata.

Monument naturel

Petits étangs dans les vallons.

Monument historique

Château de Colonster : noyau primitif remontant probablement au XIVe siècle profondément transformé du XVIe siècle au XVIIIe siècle (jardins en terrasses, parc, etc).

Histoire du site

Sous l'Ancien Régime, le Sart-Tilman était propriété privée et en partie propriété ecclésiastique. La carte de Ferraris (fin du 18ème siècle) indiquait des bois de haute tige sur tout le versant de l'Ourthe.
Après la Révolution française, les bois furent très dégradés (pillage des bois, enlèvement du terreau, pâturage, incendies, etc.). Cette situation ne fit que s'aggraver jusqu'au milieu du XXe siècle.
En 1959, 176 ha furent acquis par l'Université de liège autour du ruisseau du Blanc Gravier. Cette surface fut par la suite considérablement augmentée jusqu'à atteindre 760 ha (en plus des 80 ha acquis par la Province de Liège et confié à l'ULg en vue d'obtenir une gestion cohérente de l'ensemble).
En 1979, par différentes acquisitions, les pouvoirs publics se rendent propriétaires de 1000 ha, incluant le Bois de Nomont, autorisant ainsi la protection de l'intégrité naturelle du massif du Sart-Tilman.
D'autres données historiques relatives au domaine du Sart-Tilman figurent dans le travail de JEUNIAUX (2000).

Biblio

, 1968, Le Sart Tilman : un acte de foi dans l'avenir., Parcs Nationaux, 23: 46-51.
, 1965, Exposé sur la géologie, la pédologie, la phytosociologie, la dendrologie, la sylviculture, la climatologie, la polution de l'air et l'hydrologie., Cahiers du Sart Tilman, 69 pp.
, 2005, Lande de Streupas, Université de Liège et Les Amis du domaine du Sart Tilman, 28 pp.
, 1975, Le houx au Sart Tilman., Le mois au Sart Tilman, 1975.
, 2000, Hétéroptères nouveaux ou remarquables pour la faune de Belgique., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 136 : 124-143.
, 2000, Deux espèces de Tephritis nouvelles pour la faune belge (Diptera Tephritidae)., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 136 : 18-20.
, La Pédologie., Liège. Les Cahiers de 2000 hectares, pp. 20-23.
, 1968, Etude géologique du domaine de la nouvelle université de Liège au Sart Tilman.
, 1975, La géologie., Cahiers des 2000 hectares, pp. 6-13.
, 1974, Les guides scientifiques du Sart Tilman. 1. Géologie., Conseil scientifique des Sites du Sart Tilman, Université de Liège, 107 pp.
, 1959, L'étude du milieu naturel du domaine universitaire du Sart Tilman., Natura Mosana, 12 : 46-55.
, 1971, Etude hydrologique et hydrogéologique du Sart Tilman. Bassin du ruisseau du Blanc Gravier., Mémoires C.E.R.E.S. (N.S.), 33: 1-108.
, 1970, L'évolution des terrains boisés dans la région liégeoise., Lejeunia, 52 : 87.
, 1983, Les guides scientifiques du Sart-Tilman. 4. Itinéraires forestiers., Conseil scientifique des sites du Sart Tilman, Université de Liège, 159 pp.
, 1979, Excursion écologique de Probio Liège au Sart Tilman, 16/12/1978., Probio Revue, 2 : 57-61.
, 1979, Excursion mycologique du 23 octobre 1977 dans le sud du territoire des 2000 hectares du Sart Tilman (Tilff, Esneux, Angleur)., Natura Mosana, 31 (1978): 191-195.
, 1996, Le domaine universitaire du Sart-Tilman., Carnets du Patrimoine, 16, Ministère de la Région wallonne, Division du Patrimoine, 36 pp.
, 2005, Le Sart Tilman, réserve de nature et espace culturel privilégié de la région liégeoise ?, Natura Mosana, 58 (3): 61-82.
, 2008, Qualité biologique des ruisseaux du domaine universitaire du Sart Tilman (Liège, Belgique) - Hétéroptères et Coléoptères aquatiques., Faunistic Entomology - Entomologie faunistique, 61 (1-2): 59-73.
, 1948, Excursion de la Société botanique de Liège le 23 mai 1948., Natura Mosana, 1 : 34-35.
, 1974, Botanique. Les milieux terrestres., Liège, Cahiers des 2000 hectares, 4 + 10 pages.
, 1975, Excursion annuelle de Natura Mosana dans le domaine universitaire du Sart Tilman., Natura Mosana, 28: 90-93.
, 1975, La vallée de l'Ourthe d'Angleur à Tilff., Liège, cahiers des 2000 hectares, 24 pages.
, 1976, Le domaine universitaire du Sart Tilman et ses abords (province de Liège, Belgique). Notes floristiques., Lejeunia, N.S. N° 81: 1-63.
, 1975, Les chênaies acidophiles de la région liégeoise (Belgique). Les causes de leur dégradation. Leurs possibilités d'évolution., Colloques phytosociologiques, 3 : 107-115.
, 1978, Les guides scientifiques du Sart Tilman. 3. Botanique., Conseil scientifique des Sites du Sart Tilman, Université de Liège, 185 pp.
, 1977, Contribution à l'étude faunistique des 2000 hectares du Sart Tilman. Analyse écologique comparative de la faune des macroinvertébrés de quatre ruisseaux: la Sordeye, le Blanc Gravier, le Sainval et le Renory., Mémoire de licence en Sciences zoologiques, Université de Liège, 77 pp.
, 1988, Importance de l'exportation des éléments nutritifs dans le problème de la gestion de la lande de Streupas à Angleur (Liège, Belgique)., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 121: 55-68.
, 1986, La lande de Streupas. Histoire. Ecologie. Conservation., Liège-Université, 58: 20-23.
, 1986, La sauvegarde de la lande de Streupas., Liège-Université, 58: 24-27.
, 1989, Streupas. Ses landes, son paysage., Université de Liège.
, Aspects sylvicoles, dendrologiques et pittoresques., Cahiers des 2000 hectares, Liège, pp. 34-41.
, Les guides scientifiques du Sart Tilman. 5. Le château de Colonster et son parc., Conseil scientifique des sites du Sart Tilman, Université de Liège, 76 pp.
, 1990, Gestion de la Lande de Streupas à Angleur (Liège, Belgique). Aspects techniques et premiers résultats., Actes du colloque "Gérer la Nature ?", Ministère de la Région Wallonne, Service de la Conservation de la Nature, Travaux n° 15 : 425-430.
, 1971, La conservation du Sart Tilman. Conférence faite à Liège en décembre 1969., Parcs Nationaux, 26 : 80-90.
, 1976, La forêt du Sart Tilman. Exemple d'une forêt à usages multiples., Bulletin de la Société Royale Forestière de Belgique, 83 : 126-134.
, 2008, Des couleuvres sous le soleil du jardin botanique du Sart Tilman., L'Echo des Rainettes, 2: 11-14.
, 2006, Inventaire et caractérisation des sites calaminaires en Région wallonne, Natura Mosana, 58 (2005): 83-124.
, 1942, Le ravin de Colonster. 72e excursion de la Société botanique de Liège (26 juillet 1942)., Lejeunia, 7 : 21-25.
, 2005, L'archipel calaminaire entre Liège et Aix-la-Chapelle., Parcs et Réserves, 60 (3) : 28-31.
, La pollution de l'air., Liège. Cahiers des 2000 hectares, pp. 54-61.
, La climatologie., Liège. Cahiers des 2000 hectares, pp. 44-51.
, 2000, Histoire d'un patrimoine naturel liégeois: le Sart Tilman., Région wallonne, Direction Générale des Ressources Naturelles et de l'Environnement, Division de la Nature et des Forêts, Travaux n° 22, 179 pp.
, 1977, Le Jardin botanique de l'Université de Liège., La Vie Liégeoise, 6 (6): 3-19.
, 1959, Excursion du samedi 6 juin 1959 sur les terrains calaminaires d'Angleur., Natura Mosana, 12 : 34.
, 1975, Excursion mycologique du 10 novembre 1974 dans le domaine universitaire du Sart Tilman., Natura Mosana, 28: 22-24.
, 1964, La phytosociologie forestière., Université de Liège, Cahiers du Sart Tilman, 2 : 24-31.
, 1965, La végétation forestière de la pointe de l'Ardenne condruzienne aux portes de Liège., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 98 : 321.
, 1968, La flore et la végétation bryophytiques du domaine de l'Université de Liège au Sart Tilman et de ses abords., Lejeunia, N.S. N° 46: 122 pp.
, 1980, Observations mycologiques., Natura Mosana, 33: 28-30.
, 1939, Coup d'oeil écologique, phytosociologique et floristique sur la pointe extrême du Condroz, située aux portes de Liège., Lejeunia, 3 : 29-56.
, La Géomorphologie., Liège. Cahiers des 2000 hectares, 16-18.
, 1976, L'Hydrologie., Liège. Cahiers des 2000 hectares, pp. 64-69.
, 1958, Observation sur la tectonique des massifs de Streupas et de Kinkempois., Annales de la Société géologique de Belgique, 81: 209-221.
, 1975, Les guides scientifiques du Sart Tilman. 2. Animaux., Conseil scientifique des Sites du Sart Tilman, Université de Liège, 95 pp.
, 1975, Zoologie, II: batraciens et reptiles., Cahiers des 2000 hectares, Conseil scientifique des Sites du Sart Tilman, Université de Liège, 8 pp.

Divers

Sources

RESNAT
OFFH

Répondants de l'information

Luc SCHMITZ (Université de Liège, Domaine du Sart-Tilman, 4000 Liège).

Eric GRAITSON (aCREA - Université de Liège, B22, Sart Tilman, B-4000 Liège).

Date de la dernière modification de la fiche

2015-09-30