Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

Enjeux biologiques

Nouveau document

Nouveau document

Le projet a essentiellement pour but la restauration d'habitats naturels typiques des sols humides à tourbeux visés par l'Annexe I de la Directive Habitats, comme les landes humides à tourbeuses (4010), les tourbières hautes actives (7110*) et dégradées (7120), les tourbières de transition (7140), les mégaphorbiaies (6430), les prés humides relevant du Molinion (6410), les boulaies tourbeuses (91D0*), les chênaies pédonculées à bouleaux et molinie (9190), et les aulnaies riveraines (91E0*).

Nouveau document

Nouveau document

Tourbière de transition

Mégaphorbiaie

Nouveau document

Nouveau document

Boulaie tourbeuse

Aulnaie riveraine

Il a aussi pour objectif la restauration de milieux plus secs imbriqués au sein des zones humides : les landes sèches (4030), les genévrières (5130), les nardaies (6230*), les prés maigres de fauche (6520), les hêtraies à luzule blanche (9110). Il permet également de restaurer des habitats non considérés comme d'intérêt communautaire, mais d'une grande valeur patrimoniale à l'échelle wallonne, tels les bas-marais acides, les prairies humides et les aulnaies marécageuses à sphaignes.

Nouveau document

Nouveau document

Lande sèche

Genévrière

Nouveau document

Nouveau document

Hêtraie à luzule

Bas-marais acide

Il contribue aussi à développer le potentiel d'accueil d'espèces remarquables visées par la Directive Oiseaux, comme le pic cendré, le pic noir, la gélinotte, la pie grièche grise, ... Divers papillons rares, menacés et/ou protégés, liés aux zones humides, bénéficieront également du projet, dont une espèce visée par l'Annexe II de la Directive Habitats : le cuivré de la bistorte (Lycaena helle).

Ce projet permet enfin d'améliorer la connectivité des sites encore intéressants pour la biodiversité typique des zones humides et de terminer la restauration du réseau de sites humides et de fonds de vallées tout au long de la crête ardennaise

On espère ainsi restaurer dans le périmètre du projet un minimum de 500 ha d'habitats de grand intérêt biologique ouverts ou forestiers feuillus. Grâce aux moyens humains et de gestion qui seront mis en œuvre, ce projet LIFE+ permettra donc de donner une toute autre dimension aux objectifs de conservation menés actuellement dans la région, tant dans les réserves naturelles domaniales et agréées qu'en dehors.

Auteur :