Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

169 - Vallée de la Haute Sûre

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Léglise, Vaux-sur-Sûre
Cantonnements DNF :Habay-la-Neuve, Neufchâteau
Surface : ha
Coordonnées :X Lambert : 238370 - Y Lambert : 64335
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec la cartographie dynamique
Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Intro

Brève description

La vallée de la Sûre comprend de nombreuses zones intéressantes se trouvant en bordure de la Sûre ou de l'un de ses affluents (communes de Vaux-sur-Sûre et de Léglise). Ce chapelet de zones humides se trouvant à proximité des villages de Sûre, Nives, Cobreville et Volaiville dans un paysage typiquement ardennais fait de zones agricoles et de forêts essentiellement résineuses.Le site de la Sûre présente une large biodversité, notamment botanique, avec la présence de Deschampsia cespitosa et Persicaria bistorta, les bas-marais à Comarum palustre et Menyanthes trifoliata, les pessières installés sur sols humides (à exploiter), les mégaphorbiaies, les magnocariçaies, les jonchaies à Juncus acutiflorus, les prés de fauche à Angelica sylvestris. Parmi les plantes intéressantes, citons également Dactylorhiza majalis, Dactylorhiza maculata, Eriophorum angustifolium et de nombreuses espèces de Carex. L'avifaune est tout aussi intéressante avec la présence d'espèces comme le traquet tarier, la fauvette grisette, la pie-grièche grise, la rousserolle verderolle, la bécassine des marais (en migration) et le bruant des roseaux. L'entomofaune n'est pas en reste, puisque le site est connu pour abriter de belles populations de plusieurs espèces de papillons menacées, telles que Lycaena helle, Boloria eunomia, Coenonympha arcania, ... La réserve naturelle RNOB se trouvant sur le site est en partie agréée, l'autre est en cours d'agrément. (Auteur : Ph. Collas, 01/12/1998).

Carto

Régions naturelles

  • L5 - Ardenne méridionale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
JuseretVAUX-SUR-SURELUXEMBOURG
Vaux-sur-SûreVAUX-SUR-SURELUXEMBOURG
WitryLEGLISELUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Habay-la-NeuveArlon
NeufchâteauNeufchâteau

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Natagora.

Privé(s) Non  ONG Oui  Communes Non  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

Chantal Hubert, rue de la Chapelle 38, 6720 Habay-la-Neuve. Tél. : 063/42.26.26.

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6621Sûre177.7934 ha

Biotopes

Biotopes WalEUNIS

CodeNomReprésentativitéSurfaceSource
C1.2Eaux stagnantes mésotrophesN2000 - Q. Smits 2005
C1.24Végétation enracinée flottante des eaux mésotrophesN2000 - Q. Smits 2005
C3.24Communautés d'hélophytes non graminoïdes (de taille moyenne)N2000 - Q. Smits 2005
C3.26PhalaridaiesN2000 - Q. Smits 2005
C3.4Communautés amphibies pérennes des eaux douces oligo-mésotrophesN2000 - Q. Smits 2005
D2.2Bas-marais acidesN2000 - Q. Smits 2005
D5.21eCaricaies à [Carex acutiformis]N2000 - Q. Smits 2005
D5.21fCaricaies à [Carex vesicaria]N2000 - Q. Smits 2005
E1.7Nardaies
E2.11aPâtures permanentes intensivesN2000 - Q. Smits 2005
E2.11baPrairies pâturées permanentes pas ou peu fertilisées (Junco-Cynosuretum)N2000 - Q. Smits 2005
E2.3bPrairies à Geranium des bois et Avoine doréeS. Rouxhet - aCREA
E3.41Prairies de fauche humidesN2000 - Q. Smits 2005
E3.42Prés à joncs à tépales aigusN2000 - Q. Smits 2005
E5.411Mégaphorbiaies nitrophiles et hygrophilesN2000 - Q. Smits 2005
E5.412Mégaphorbiaies rivulaires à Reine des présN2000 - Q. Smits 2005
E5.421Prairie abandonnée à Reine des prés
F3.13Fourrés de colonisation des sols pauvres, acides
F3.14SarothamnaiesN2000 - Q. Smits 2005
F9.2Saussaies marécageusesN2000 - Q. Smits 2005
FA.3Haies bien développées, riche en espècesN2000 - Q. Smits 2005
FA.4Haies bien développées, pauvres en espècesN2000 - Q. Smits 2005
G1.61Hêtraies acidophiles médio-européennesN2000 - Q. Smits 2005
G1.81Chênaies pédonculées à bouleauN2000 - Q. Smits 2005
G1.87aChênaies acidophiles médio-européennes non thermophilesN2000 - Q. Smits 2005
G1.9Forêts avec bouleau, tremble, sorbier des oiseleurs, coudrier ou sauleN2000 - Q. Smits 2005
G1.92TremblaiesN2000 - Q. Smits 2005
G1.A1cbChênaies-charmaies subatlantiques acidoclines de substitution de la hêtraieN2000 - Q. Smits 2005
G3.FccPlantations de conifères sur sols oligotrophes hormis celles en milieu humide ou en fond de valléeN2000 - Q. Smits 2005
G5.6aaRégénération naturelle feuillue en milieu forestierN2000 - Q. Smits 2005
G5.7baJeunes plantations forestières feuillues en milieu ouvert non forestierN2000 - Q. Smits 2005
G5.8bbMises à blanc, clairières, trouées récentes en milieu mésotrophe à eutrophe, non marécageuxN2000 - Q. Smits 2005
G5.8cMises à blanc, clairières, trouées récentes en milieu marécageuxN2000 - Q. Smits 2005

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Mammifères
Castor fiberOuiNon2015Divers obs.
Felis silvestrisOuiNon2018DNF, C. Dopagne
Muscardinus avellanariusOuiNon2018H. Baltus, R. Allaert
Mustela putoriusNonNon2009Divers obs.
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Acrocephalus palustrisOuiNon
Alcedo atthisOuiNon2020Divers obs.
Anthus pratensisOuiOui
Ardea albaOuiNonHiv.-migr. (1-10 ex.)2020Divers obs.
Certhia familiarisOuiNon2012N. Dortu
Ciconia nigraOuiOui2020Divers obs.
Emberiza schoeniclusOuiNon
Gallinago gallinagoOuiOuiHiv.-migr.2020Divers obs.
Lanius collurioOuiNonNicheur2020Divers obs.
Lanius excubitorOuiOuiA niché2006Divers obs.
Milvus milvusOuiOui2020Divers obs.
Pernis apivorusOuiNon2015Divers obs.
Saxicola rubetraOuiOuiNicheur2009Divers obs.
Sylvia currucaOuiNon2018Divers obs.
Animaux - Vertébrés - Amphibiens
Pelophylax lessonaeOuiNon2018H. Baltus
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Zootoca viviparaOuiNon2017Divers obs.
Animaux - Vertébrés - Poissons
Alburnoides bipunctatusOuiOui2013DEMNA
Barbus barbusOuiOui2013DEMNA
Cottus gobio s.l.OuiOui2013DEMNA
Lampetra planeriOuiOui2013DEMNA
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Aporia crataegiNonNon2019Divers obs.
Boloria eunomiaOuiOui2020Divers obs.
Boloria seleneNonNon2018Divers obs.
Callophrys rubiNonNon2019Divers obs.
Coenonympha arcaniaNonOui2020N. Mayon
Cyaniris semiargusNonNon2018H. Baltus
Issoria lathoniaOuiNon2018Divers obs.
Lycaena helleOuiOui2020Divers obs.
Lycaena hippothoeNonOui2018Divers obs.
Lycaena tityrusNonNon2019Divers obs.
Melitaea diaminaNonNon2019Divers obs.
Nymphalis polychlorosNonNon2019N. Mayon, O. Dugaillez
Pyrgus malvaeNonOui2018Divers obs.
Satyrium pruniNonNon2011G. Jacobs
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Parasemia plantaginis2020N. Mayon
Invertébrés - Insectes - Libellules
Cordulegaster boltoniiNonNon2019N. Mayon
Gomphus vulgatissimusOuiOui2011N. Mayon
Invertébrés - Mollusques - Bivalves
Margaritifera margaritiferaNonNon2003G. Motte
Unio crassus2019G. Motte et al.
Plantes - Plantes supérieures
Carex echinata2005Q. Smits
Carex rostrata2005S. Rouxhet
Carex vesicaria2005
Comarum palustre2005Divers obs.
Dactylorhiza maculata
Dactylorhiza majalis2011Divers obs.
Eriophorum angustifolium2005Divers obs.
Eriophorum vaginatum2005S. Rouxhet
Geranium sylvaticum2004S. Rouxhet
Jasione montana2005Q. Smits
Menyanthes trifoliata2005Divers obs.
Nardus stricta
Persicaria bistorta2020Divers obs.
Sanguisorba minor2004S. Rouxhet
Sorbus aria2005Divers obs.
Succisa pratensis
Veronica scutellata2005Q. Smits
Viola palustris2005Divers obs.

Commentaires sur la faune

Mammifères (données DNF 2017 + divers obs. 2010-2020): Capreolus capreolus, Castor fiber, Cervus elaphus, Dama dama, Felis catus, Felis silvestris, Lepus europaeus, Martes foina, Meles meles, Muscardinus avellanarius, Mustela erminea, Mustela putorius, Ondatra zibethicus, Procyon lotor, Sus scrofa, Vulpes vulpes.

Oiseaux (données divers obs. 2000-2020): Acrocephalus palustris, Alcedo atthis, Anthus pratensis, Ardea alba, Ardea cinerea, Buteo buteo, Certhia familiaris, Ciconia nigra, Circus cyaneus, Dryocopus martius, Emberiza schoeniclus, Gallinago gallinago, Lanius collurio,Lanius excubitor, Locustella naevia, Milvus migrans, Milvus milvus, Pernis apivorus, Saxicola rubetra, Scolopax rusticola, Sylvia communis, Sylvia curruca, Turdus merula, Turdus pilaris.

Reptiles (données divers obs. 2010-2020): Zootoca vivipara.

Amphibiens (données divers obs. 2010-2020): Pelophylax lessonae, Rana temporaria.

Poissons (DEMNA 2013): Alburnoides bipunctatus, Anguilla anguilla, Barbatula barbatula, Barbus barbus, Cottus gobio s.l., Esox lucius, Gasterosteus aculeatus, Gobio gobio, Lampetra planeri, Leuciscus leuciscus, Perca fluviatilis, Phoxinus phoxinus, Rutilus rutilus, Salmo trutta fario, Scardinius erythrophthalmus, Squalius cephalus.

Libellules (données divers obs. 2010-2020): Aeshna cyanea, Aeshna grandis, Anax imperator, Calopteryx splendens, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Cordulegaster boltonii, Enallagma cyathigerum, Gomphus pulchellus, Gomphus vulgatissimus, Ischnura elegans, Lestes sponsa, Lestes viridis, Libellula depressa, Libellula quadrimaculata, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Somatochlora metallica, Sympetrum sanguineum, Sympetrum striolatum.

Papillons diurnes (données divers obs. 2010-2020): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Aporia crataegi, Araschnia levana, Argynnis paphia, Boloria eunomia, Boloria selene, Brenthis daphne (2019), Brenthis ino, Callophrys rubi, Carcharodus alceae, Celastrina argiolus, Coenonympha arcania, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Colias hyale, Cyaniris semiargus, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Lycaena helle, Lycaena hippothoe, Lycaena phlaeas, Lycaena tityrus, Maniola jurtina, Melitaea diamina, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Papilio machaon, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyrgus malvae, Satyrium pruni, Thymelicus lineola, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Mollusques (données G. Motte et al. 2003-2020): Margaritifera margaritifera, Unio crassus.

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données divers obs. 2000-2020): Acer pseudoplatanus, Achillea millefolium, Achillea ptarmica, Agrostis canina, Agrostis capillaris, Agrostis stolonifera, Ajuga reptans, Alchemilla xanthochlora, Alnus glutinosa, Alopecurus geniculatus, Alopecurus pratensis, Angelica sylvestris, Anthoxanthum odoratum, Anthriscus sylvestris, Arrhenatherum elatius, Artemisia vulgaris, Barbarea vulgaris, Betula pendula, Betula pubescens, Bidens tripartita, Bromus hordeaceus, Callitriche stagnalis, Calluna vulgaris, Caltha palustris, Campanula rotundifolia, Cardamine amara, Cardamine pratensis, Carex acuta, Carex acutiformis, Carex echinata, Carex nigra, Carex ovalis, Carex panicea, Carex rostrata, Carex vesicaria, Centaurea jacea, Cerastium fontanum, Chrysosplenium oppositifolium, Cirsium arvense, Cirsium oleraceum, Cirsium palustre, Cirsium vulgare, Comarum palustre, Corylus avellana, Crataegus monogyna, Cruciata laevipes, Cynosurus cristatus, Cytisus scoparius, Dactylis glomerata, Dactylorhiza maculata, Dactylorhiza majalis, Deschampsia cespitosa, Deschampsia flexuosa, Digitalis purpurea, Dryopteris carthusiana, Dryopteris filix-mas, Echium vulgare, Elymus repens, Epilobium angustifolium, Epilobium hirsutum, Epilobium palustre, Epilobium parviflorum, Equisetum palustre, Eriophorum angustifolium, Eriophorum vaginatum, Eupatorium cannabinum, Euphorbia helioscopia, Fagus sylvatica, Festuca pratensis, Festuca rubra, Filipendula ulmaria, Frangula alnus, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Galium aparine, Galium mollugo, Galium palustre, Galium saxatile, Galium uliginosum, Galium verum, Geranium sylvaticum, Geum urbanum, Glyceria fluitans, Hedera helix, Heracleum sphondylium, Hieracium pilosella, Holcus lanatus, Holcus mollis, Hypericum maculatum, Hypericum perforatum, Impatiens noli-tangere, Iris pseudacorus, Jasione montana, Juncus acutiflorus, Juncus bufonius, Juncus conglomeratus, Juncus effusus, Knautia arvensis, Lamium album, Larix sp., Lathyrus linifolius, Leucanthemum vulgare, Linaria vulgaris, Lolium perenne, Lotus corniculatus, Lotus pedunculatus, Luzula campestris, Lychnis flos-cuculi, Lycopus europaeus, Lysimachia nummularia, Lysimachia vulgaris, Malus sylvestris subsp. sylvestris, Malva moschata, Melampyrum pratense, Mentha aquatica, Mentha arvensis, Menyanthes trifoliata, Molinia caerulea, Myosotis nemorosa, Narcissus pseudonarcissus, Nardus stricta, Oxalis acetosella, Persicaria bistorta, Persicaria hydropiper, Phalaris arundinacea, Phleum pratense, Picea abies, Pimpinella major, Pimpinella saxifraga, Plantago lanceolata, Plantago major, Poa pratensis, Poa trivialis, Polygonatum verticillatum, Polypodium vulgare, Populus tremula, Potentilla erecta, Prunus spinosa, Pteridium aquilinum, Quercus robur, Ranunculus acris, Ranunculus flammula, Ranunculus repens, Rhinanthus minor, Rosa canina s.l., Rubus fruticosus aggr., Rubus idaeus, Rumex acetosa, Rumex acetosella, Rumex crispus, Rumex obtusifolius, Salix alba, Salix aurita, Salix caprea, Salix cinerea, Sambucus nigra, Sambucus racemosa, Sanguisorba minor, Scirpus sylvaticus, Scrophularia nodosa, Scutellaria galericulata, Senecio jacobaea, Senecio ovatus, Silene dioica, Solanum dulcamara, Solidago canadensis, Solidago virgaurea, Sonchus oleraceus, Sorbus aria, Sorbus aucuparia, Sparganium erectum, Stachys palustris, Stachys sylvatica, Stellaria alsine, Stellaria graminea, Stellaria holostea, Stellaria nemorum, Succisa pratensis, Tanacetum vulgare, Taraxacum sp., Teucrium scorodonia, Trifolium pratense, Trifolium repens, Trisetum flavescens, Typha latifolia, Urtica dioica, Vaccinium myrtillus, Valeriana dioica, Valeriana officinalis, Verbascum nigrum, Veronica chamaedrys, Veronica scutellata, Viburnum opulus, Vicia cracca, Viola palustris,

Espèces exotiques

Plantes: Laris sp., Picea abies, Solidago canadensis, Spiraea sp.

Animaux: Dama dama, Ondatra zibethicus, Procyon lotor, Pacifastacus leniusculus.

Conservation

Objectifs de conservation

Protection de la faune, de la flore (programme 'cigogne noire'), des paysages. D'après ANONYME (1991) : il s'agit d'une réserve 'expérimentale' dont l'étude devrait permettre de perfectionner progressivement les méthodes de gestion et dont les résultats pourront s'appliquer à de nombreux autres sites.
Conservation et/ou restauration des milieux naturels les plus intéressants de la haute vallée de la Sûre et de ses principaux affluents en amont du village de Volaiville. Le site présente un grand intérêt ornithologique pour l'avifaune des prés humides.

Menaces

Pollution des eaux de la Sûre qui entraînent la régression des bas-marais et une très grande nitrophile.
Changement d'affectation des parcelles : enrésinement des versants et du fond de vallée, remblayage ou drainage de zones humides, creusement d'étangs de pêche, installation de chalets de vacances...
Abandon de la gestion traditionnelle extensive : prolifération de la mégaphorbiaie au détriment des communautés vivantes des prés humides et des bas-marais acides, fermeture paysagère de la vallée due à une prolifération des fourrés de saules en plaine alluviale...

Recommandations

La mise en réserve de ces zones est le moyen le plus sûr de les sauvegarder du drainage, de leur transformation en plantation de 'sapins de Noël' ou de leurs destruction par la création d'étangs d'agrément ou de pêcheries. Mais étant donné l'origine humaine de ces prairies et de leur diversité seule une gestion appropriée permettra de conserver ou même d'accroître leur valeur biologique.
La réserve naturelle de la Sûre est actuellement composée d'une multitude de (trop) petits terrains séparés les uns des autres par des distances assez importantes. L'achat de parcelles supplémentaires et l'agrandissement des blocs existants sont des priorités absolues pour cette réserve naturelle.

Plan de gestion

La réserve naturelle joue un rôle d'épurateur lors des crues de la Sûre dont l'eau est (voir ANONYME, 1990) 'dans un état épouvantable'. La gestion prévoit le fauchage avec exportation des prairies à filipendule; la surveillance des milieux oligotrophes; une pression auprès des autorités et de l'exploitant pour essayer d'obtenir l'épuration des eaux en provenance de l'abattoir de Vaux-sur-Sûre. Creusement de mares (d'après Saintenoy-Simon, 1999).
La gestion préconisée vise à améliorer l'ouverture paysagère et la diversification du tapis de végétation dans les fonds de vallées de la Haute Sûre.
D'importants efforts de gestion ont déjà été entrepris par les Réserves Naturelles RNOB dans cette réserve (fauche régulière de la mégaphorbiaie à reine des prés) sans résultats très probants jusqu'à ce jour. L'apport continu de matière organique par la rivière empèchant une restauration de la végétation. Deux facteurs devraient cependant permettre à la situation de s'améliorer rapidement. D'une part, l'arrêt récent de l'exploitation de l'abattoir de Vaux/Sûre aura certainement un impact positif par une diminution de l'apport de matières organiques et d'autre part la mise en place d'un pâturage extensif, permanent dans un premier temps, devrait permettre de gérer de manière continue et plus efficace la végétation (d'après la fiche RNOB, 1999).

Accès du public

L'accès au public de la réserve naturelle sera limité dans le cadre de visites guidées, lors des chantiers de gestion ou toute autre activité organisée dans le site et avalisée par la commission de gestion.

Les véhicules motorisés et vélos tout terrain ne seront pas admis dans la réserve, à l'exception des engins agricoles et autres destinés à la gestion du site (fauche, débroussaillage, ...).

Les études scientifiques seront suscitées et menées après accord de la commission de gestion.

Pour des motifs de sécurité publique, de protection d'espèces ou de travaux de gestion, la commission de gestion peut interdire temporairement certains accès.

Détails

Description physique

La Haute Sûre telle que désignée ici s'étend sur près de 5 km depuis Vaux-sur-Sûre, en amont, jusqu'à Volaiville, et plus précisément au Pont de Winville, en aval.

On se situe ici en Ardenne méridionale, à une altitude comprise entre 400 et 440 m. La Sûre se rattache au bassin hydrographique du Rhin. Elle a creusé ici une vallée relativement peu encaissée dans des schistes du Siegenien (CbAb et Cb2a) dont des affleurements sont visibles localement.

La réserve naturelle agréée est constituée d'un grand nombre de parcelles pour la plupart propriété de Natagora et disséminées au sein de ce périmètre de près de 180 ha.

Description biologique

La haute vallée de la Sûre, entre Vaux-sur-Sûre et Volaiville, regroupe sur plusieurs kilomètres, de nombreuses zones humides alluviales intéressantes du point de vue biologique dont plusieurs sont situées dans les limites de la réserve naturelle Sûre, gérée par Natagora. La vallée est peu encaissée et ses versants sont le plus souvent couverts de plantations d'épicéas et de prairies amendées.

Le type de végétation le plus répandu dans les fonds de vallées est la mégaphorbiaie à reine des prés (Filipendula ulmaria). Cette formation de hautes herbes est localement fortement envahie par la grande ortie (Urtica dioica) et le gaillet gratteron (Galium aparine) en raison de l'eutrophisation provoquée par les débordements de la Sûre. Cette rivière était en effet jusque dans un passé récent fortement polluée par les rejets d'un abattoir.

Là où l'eutrophisation est moins marquée (zone moins soumise aux débordements réguliers de la rivière) on note la présence de fragments de bas-marais acides à laîche à bec (Carex rostrata) et comaret (Comarum palustre), entre autres. En d'autres endroits, se développent des bas-marais à jonc à tépales aigus (Juncus acutiflorus), trèfle d'eau (Menyanthes trifoliata), linaigrette à feuilles étroites (Eriophorum angustifolium), ...

Autre habitat représentatif du site, la prairie de fauche humide se caractérise par l'abondance de la canche cespiteuse (Deschampsia cespitosa), bistorte (Persicaria bistorta) et houlque laineuse (Holcus lanatus). Plus localement apparaissent de petites nardaies.

S'y ajoutent des fourrés divers, dont des saussaies marécageuses à saule à oreillettes (Salix aurita), mais aussi des coupes forestières plus ou moins récentes et d'anciennes pessières évoluant naturellement vers une végétation forestière feuillue.

En résumé, d'après Saintenoy-Simon (1994), on observe au sein de la haute vallée de la Sûre et de ses divers affluents (en amont de Volaiville):
- des mégaphorbiaies à Filipendula ulmaria souvent très nitrophiles mêlées de Urtica dioica, Galium aparine;
- des prés à Deschampsia cespitosa et Persicaria bistorta avec Cirsium palustre, Valeriana officinalis, Juncus effusus, ...;
- d'anciennes prairies mésophiles avec les graminées Dactylis glomerata, Holcus lanatus, Poa trivialis accompagnées de Ranunculus repens, R. acris, Rumex acetosa,...;
- des cariçaies à Carex vesicaria;
- des cariçaies à Carex rostrata et C. nigra et des bas-marais acides à Comarum palustre;
- des jonçaies acutiflores;
- des roselières à Phalaris arundinacea;
- des peuplements de Scirpus sylvaticus;
- des îlots de nardaie à Nardus stricta et pelouses à Festuca rubra;
- des saussaies marécageuses de Salix aurita et S. hybrides.

D'après les relevés MAE (S. Rouxhet -aCREA), environ 200 m en amont de la confluence du ruisseau de Chiehet (lisière nord-ouest du Bois de Louvet), on relève en outre la présence d'un fragment de prairie submontagnarde à géranium des bois (Geranium sylvaticum) et avoine dorée (Trisetum flavescens) dans lequel pousse aussi la petite pimprenelle (Sanguisorba minor), rare en Ardenne.

La flore et la végétation des parcelles faisant partie de la réserve naturelle agréée sont décrites en détail dans le dossier de demande d'agrément (Natagora, 2008). En ce qui concerne le site Natura 2000, les communautés végétales ont été cartographiées sur base de relevés effectués essentiellement en 2005 (Q. Smits et C. Collin - SPW-DEMNA).

L'intérêt faunistique de la haute vallée de la Sûre est considérable de par sa richesse intrinsèque et la présence de nombreuses espèces emblématiques de l'Ardenne.

La plupart des grands mammifères sont présents de façon permanente: cerf élaphe (Cervus elaphus), chevreuil (Capreolus capreolus), sanglier (Sus scrofa), auquels s'ajoute le daim (Dama dama) introduit ponctuellement dans la région. Le lièvre d'Europe (Lepus europaeus), le blaireau (Meles meles), le renard roux (Vulpes vulpes), l'hermine (Mustela erminea) et le chat sauvage (Felis silvestris) sont les autres mammifères régulièrement contactés sur le site. Le castor (Castor fiber) se fait remarquer ici et là par ses barrages et les troncs d'arbres rongés mais ne semble pas encore trop prégnant sur le milieu. Toutefois, l'exotique raton-laveur (Procyon lotor) est de plus en plus fréquent et problématique pour la conservation de certaines espèces aquatiques sensibles (moules e.a.).

Du point de vue ornithologique, la vallée accueille en période de nidification des espèces comme la pie-grièche grise (Lanius excubitor), la pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), le tarier des prés (Saxicola rubetra), le grimpereau des bois (Certhia familiaris), le martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis), la cigogne noire (Ciconia nigra), le milan royal (Milvus milvus), la bondrée apivore (Pernis apivorus), le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus), la fauvette grisette (Sylvia communis), la rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris) et bien d'autres encore. Durant l'hiver et en migration, des espèces comme la grande aigrette (Ardea alba) ou la bécassine des marais (Gallinago gallinago) y font halte plus ou moins prolongée, cette dernière ayant toutefois déjà niché avant 1990.

L'un des intérêts majeurs du site est d'ordre entomologique: il héberge en effet une richesse remarquable de papillons diurnes, avec pas moins de 42 espèces recensées au cours de la dernière décennie (2010-2020).

Le nacré de la bistorte (Boloria eunomia), le damier noir (Melitaea diamina), le cuivré écarlate (Lycaena hippothoe), le cuivré de la bistorte (Lycaena helle), le petit collier argenté (Boloria selene), la grande violette (Brenthis ino) sont les éléments les plus caractéristiques des prairies humides des fonds de vallées de l'Ardenne et sont globalement bien représentés ici mais avec des fréquences variables d'une espèce à l'autre. Davantage liés aux habitats plus secs, l'hespérie de la mauve (Pyrgus malvae), le cuivré fuligineux (Lycaena tityrus), la grisette (Carcharodus alceae), le céphale (Coenonympha arcania), la mégère (Lasiommata megera) ou encore le petit nacré (Issoria lathonia), sont réguliers également mais plus localisés. Enfin, il faut aussi mentionner les papillons des milieux forestiers, fourrés, haies et lisières comme la grande tortue (Nymphalis polychloros), le thécla du prunier (Satyrium pruni), le thécla de la ronce (Callophrys rubi), le gazé (Aporia crataegi), le tabac d'Espagne (Argynnis paphia), pour ne citer que les plus intéressants.

En outre, la haute vallée de la Sûre héberge une diversité assez élevée en matière de libellules: 20 espèces notées à ce jour, dont les deux espèces de caloptéryx (Calopteryx spp.), l'agrion à larges pattes (Platycnemis pennipes), la libellule à quatre taches (Libellula quadrimaculata), le gomphe vulgaire (Gomphus vulgatissimus), ... Ces espèces se développent pour la plupart dans le cours d'eau et milieux annexes.

Le peuplement aquatique de la Sûre fait l'objet d'un suivi périodique par le DEMNA (DNE-Hydro), dans le cadre de l'évaluation de la qualité biologique des cours d'eau wallons.

On y observe différents poissons typiques des eaux fraîches et bien oxygénées à fond caillouteux ou graveleux, tels que le barbeau (Barbus barbus), la truite fario (Salmo trutta fario), la petite lamproie (Lampetra planeri), le chabot (Cottus gobio s.l.), le vairon (Phoxinus phoxinus), l'ablette spirlin (Alburnoides bipunctatus), ...

La mulette épaisse (Unio crassus), moule d'eau douce d'intérêt communautaire, est également signalé à plusieurs endroits de la vallée, de même que la moule perlière (Margaritifera margaritifera) avant 2003.

Monument naturel

Aucun monument.

Monument historique

Aucun monument.

Histoire du site

D'après Ferraris, prairies humides. Il s'agit d'anciens prés de fauche abandonnés aux environs de 1950.

Biblio

, 1990, Demande d'agrément 1990 pour la réserve naturelle de la Sûre/partie Volaiville Petit Moulin., Dossier n°12, 36 pages.
, 1991, Demande d'agrément 1991 pour la réserve naturelle de la Sûre., Dossier n°7, 64 pages.
, 1988, Demande de subvention 1987 pour la réserve naturelle de Volaiville., Dossier n°1.
, 1989, Demande de subvention 1988 pour la réserve naturelle de la Sûre (Volaiville et Nives)., Dossier n°10, 31 pages.
, 1983, La vallée de la Sûre., Réserve Naturelles, 1983/2 : 28-29.
, 1984, Une nouvelle réserve naturelle à Volaiville., Réserves Naturelles, 1984/6 : 20-21.
, 1989, La cigogne noire en Europe., Réserves Naturelles, 1989/1 : 7-8.
, 2003, Evaluation de la gestion d'un réseau de zones protégées., Les Naturalistes belges, 84: 15-24.
, 1990, Le Réglement Communal d'Urbanisme au service de la protection de la nature : le cas de Vaux-sur-Sûre., Actes du colloque "Gérer la Nature ?", Ministère de la Région Wallonne, Service de la Conservation de la Nature, Travaux n° 15 : 395-408.
, 1989, La sauvegarde des fonds de vallées de l'Ardenne belgo-luxembourgeoise. Présentation des sites grands-ducaux., Réserves Naturelles, 1989 : 26-31.
, 1990, Gestion des réserves naturelles du bassin de la Sûre., Actes du colloque "Gérer la Nature ?", Ministère de la Région Wallonne, Service de la Conservation de la Nature, Travaux n° 15 : 467-472.
, 1989, La sauvegarde des fonds de vallée de l'Ardenne. Les réserves existantes., Réserves Naturelles, 1989/1 : 20-25.
, 1989, La sauvegarde des fonds de vallées de l'Ardenne belgo-luxembourgeoise., Réserves Naturelles, 1989/1 : 10-12.
, 1978, Etude écologique du parc naturel de la Haute Sûre (2e partie)., Centre d'Ecologie Forestière et Rurale, Gembloux, 59 pp.
, 1977, Etude écologique du parc naturel de la Haute Sûre (1e partie)., Centre d'Ecologie Forestière et Rurale, Gembloux, 47 pp.
, 1989, Elle a su revenir, sachons la garder., Réserves Naturelles, 1989/1 : 5-6.
, 1983, De Zwarte Ooievaar (Ciconia nigra) in de Benelux., Veldornithologisch Tijdschrift, 6 : 39-58.

Divers

Sources

Natagora

DEMNA

Répondants de l'information

Natagora

DEMNA

Date de la dernière modification de la fiche

2020-10-15