Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

3 - Bois du Pays

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Communes :Érezée, Manhay
Cantonnements DNF :La Roche, Marche-en-Famenne
Surface :783.20 ha
Coordonnées :X Lambert : 237263 - Y Lambert : 107289
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

A compléter

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • L2 - Ardenne septentrionale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Amonines222.29 haEREZEELUXEMBOURG
Dochamps1.85 haMANHAYLUXEMBOURG
Érezée350.69 haEREZEELUXEMBOURG
Grandménil208.37 haMANHAYLUXEMBOURG

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
La Roche11.67 haMarche-en-Famenne
Marche-en-Famenne771.53 haMarche-en-Famenne

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site non classé.

Propriétaire(s)

Privé(s) Oui  ONG Non  Communes Non  Région Oui  Autres publics Non

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Dendrocopos mediusOuiNon2008L. Derouf
Dryocopus martiusOuiNon2008L. Derouf
Scolopax rusticolaNonNon2009L. Derouf, L. Pion, J.-Y. Baugnée
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Argynnis aglajaNonOuimax. 1 ex.1999GT Lycaena (Ph. Goffart)
Boloria seleneNonNonmax. 9 ex.2004GT Lycaena (Ph. Goffart)
Brenthis inoNonNonmax. 20 ex.2004GT Lycaena (Ph. Goffart)
Callophrys rubiNonNonmax. 2 ex.1999GT Lycaena (Ph. Goffart)
Erynnis tagesNonNonmax. 1 ex.2000GT Lycaena (Ph. Goffart)
Lasiommata maeraNonOuimax. 1 ex.1996GT Lycaena (Ph. Goffart)
Lycaena hippothoeNonOuimax. 1 ex.2000GT Lycaena (Ph. Goffart)
Melitaea athaliaOuiOuimax. 6 ex.2000GT Lycaena (Ph. Goffart)
Melitaea diaminaNonNonmax. 5 ex.2004GT Lycaena (Ph. Goffart)
Nymphalis polychlorosNonNonmax. 1 ex.1996GT Lycaena (Ph. Goffart)
Pyrgus malvaeNonOuimax. 1 ex.2003GT Lycaena (Ph. Goffart)
Invertébrés - Insectes - Libellules
Cordulegaster bidentataOuiOuimax. 4 exuvies2003AGT Gomphus (Ph. Goffart)
Cordulegaster boltoniiNonNonmax. 1 exuvie2001GT Gomphus (Ph. Goffart)
Onychogomphus forcipatusNonOuimax. 6 ex.2003GT Gomphus (Ph. Goffart)
Plantes - Plantes supérieures
Carex laevigata1970
Lycopodium clavatum1970G.-H. Parent
Orobanche rapum-genistae> 100 pieds2009J.-Y. Baugnée

Nombre d'espèces confidentielles en plus de celles citées ci-dessus : 1

Commentaires sur la faune

Lépidoptères rhopalocères (données GT Lycaena: Ph. Goffart et al., 1996-2004): Aglais urticae, Anthocharis cardamines, Aphantopus hyperantus, Aporia crataegi, Araschnia levana, Argynnis aglaja, Brenthis ino, Callophrys rubi, Boloria selene, Erynnis tages, Gonepteryx rhamni, Inachis io, Lasiommata maera, Lasiommata megera, Leptidea sinapis, Lycaena hippothoe, Lycaena phlaeas, Maniola jurtina, Melitaea diamina, Melitaea athalia, Nymphalis antiopa, Nymphalis polychloros, Ochlodes sylvanus, Pararge aegeria, Pieris brassicae, Pieris napi, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyrgus malvae, Thymelicus sylvestris, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Odonates (données GT Gomphus: Ph. Goffart 1996-2003): Aeshna cyanea, Calopteryx virgo, Coenagrion puella, Cordulegaster bidentata, Cordulegaster boltonii, Onychogomphus forcipatus, Platycnemis pennipes, Pyrrhosoma nymphula, Sympetrum fonscolombii.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Protection d'un remarquable massif forestier, malheureusement altéré par de nombreuses plantations de résineux.

Menaces

Enrésinement.

Recommandations

Reprendre contact avec la DNF afin de voir dans quelle mesure il est encore possible de maintenir ou de sauver les zones les plus intéressantes.

Plan de gestion

Des propositions ont été émises par DUMONT & DEVILLEZ (1972) mais à l'heure actuelle, aucune gestion écologique n'est menée dans cette ancienne réserve naturelle. De nombreuses plantations de résineux ont fortement altéré la site !

Accès du public

Accès autorisé sur les chemins accessibles au public.

Détails

Description physique

Le Bois du Pays couvre une série de collines de l'Ardenne septentrionale. L'altitude décroît progressivement de 520 m à l'est, à 300 m à l'ouest. La limite méridionale du domaine aboutit à la vallée de l'l'Aisne dont les versants abrupts de la rive droite sont exposés principalement au sud, tandis que les vallons latéraux, profondément encastrés dans le socle géologique éodévonien (Siegenien à l'ouest, Gedinnien à l'est), montrent de fortes pentes d'exposition nord-ouest et sud-est dans le Sansinri et nord-est ou sud-ouest dans le ruisseau de Sadzot; l'exposition nord n'est représentée que dans la partie septentrionale, près du hameau de Sadzot (DUMONT et DEVILLEZ 1972).

Description biologique

Le Bois du Pays constitue un massif forestier remarquable tant sur le plan paysager qu'aux niveaux phytosociologique, botanique ou encore faunistique. Les parties les plus intéressantes sont les vallons du ruisseau de Sadzot, du Sansinri et de Laleris.

On y observe (DUMONT et DEVILLEZ, 1972):

- la hêtraie submontagnarde à luzule riche en Luzula luzuloides, Polygonatum multiflorum, Polygonatum verticillatum, Anemone nemorosa, Poa nemoralis, Moehringia trinervia et Ilex aquifolium (Luzulo-Fagetum);

- la chênaie à charme à Stellaria holostea, Potentilla sterilis, Brachypodium sylvaticum, Stachys sylvatica, Geum urbanum, ... (Stellario-Carpinetum);

- la chênaie sessiliflore acidophile à bouleau à Vaccinium myrtillus, Deschampsia cespitosa, Pteridium aquilinum, ...(Quercion) incluant une variante humide à Molinia caerulea;

- l'aulnaie-frênaie à Stellaria nemorum (Stellario-Alnetum);

- l'aulnaie rivulaire à Carex laevigata, Carex pendula, Carex remota, Carex sylvatica, ... (Carici remotae-Alnetum et Carici laevigatae-Alnetum);

- l'aulnaie oligotrophe à sphaignes;

- la lande à callune, présente sous forme de fragments, surtout le long des chemins et dans les coupes et clairières;

- la sarothamnaie à Cytisus scoparius, dans laquelle prospère localement son parasite, Orobanche rapum-genistae.

Des plantations de résineux (épicéas et pins sylvestres principalement) occupent environ la moitié du massif.

Divers champignons ont été observés dans le domaine, comme par exemple Amanita citrina, A. muscaria, Cortinarius sanguineus, C. alboviolaceus, Hypholoma sublateritium, Hebeloma radicosum, Mycena polygama, M. sanguinolenata, M. epipterygia, Boletus rufescens, B. scaber, B. chrysenteron, B. parasiticus, Lactarius blennius, Russula fellea, R. sardonia, ... (voir notamment MEURRENS, 1971).

Le Bois du Pays renferme une faune très variée comprenant diverses espèces remarquables ou rares. On observe actuellement une densité importante de cervidés (Cervus elaphus, Capreolus capreolus) et de sanglier (Sus scrofa).

Le pic noir (Dryocopus martius) et le pic mar (Dendrocopos medius) sont bien présents dans l'ensemble du massif, de même que la bécasse des bois (Scolopax rusticola).

Sur le plan entomologique, on y a noté plus de 30 espèces de papillons de jour (données du GT Lycaena) dont plusieurs sont rares et/ou menacées en Wallonie comme Argynnis aglaja, Erynnis tages, Lasiommata maera, Lycaena hippothoe, Melitaea diamina, Melitaea athalia, Nymphalis antiopa, ...

L'odonatofaune est également intéressante du fait de la présence de deux espèces rares: Cordulegaster bidentata et Onychogomphus forcipatus (données du GT Gomphus). La première est très discrète et est liée aux petits ruisselets et sources tuffeuses; ses populations ne sont jamais très fournies. Les imagos de la seconde espèce sont fréquemment observés en période de maturation au sein des coupes et des clairières forestières. Le Bois du Pays accueille plusieurs autres libellules plus répandues comme Cordulegaster boltonii, Calopteryx virgo, Pyrrhosoma nymphula, ...

Histoire du site

Sur la carte de Ferraris (fin du 18ème siècle), le Bois du Pays figurait déjà comme tel. Ce massif a cependant été depuis toujours surexploité (essartage, pacage, traitement en taillis, fabrication de charbon de bois, etc.). Plus récemment, il a été en grande partie enrésiné.

La réserve naturelle a été érigée pour une durée de 99 ans, à partir du 28 février 1969, par convention entre l'association Ardenne et Gaume et le notaire E. Jadot. Après le décès de celui-ci, la propriété a été morcelée et vendue, mais la convention passée en 1969 reste théoriquement applicable. En réalité la destination du site a complètement échappé à l'association qui n'a pu que constater les multiples dégradations sans pouvoir s'y opposer.

Divers

Sources

RESNAT
OFFH

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON, J. (1994).