Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles

27 - Heid des Gattes

Site de Grand Intérêt Biologique (SGIB)

Synonymes :Heyd des Gattes / Hé des Gattes
Communes :Aywaille
Cantonnements DNF :Aywaille
Surface :8.23 ha
Coordonnées :X Lambert : 243701 - Y Lambert : 130766
Voir la carte du site (statique) ou sa localisation avec Google map

Intro

Brève description

La Heid des Gattes est un site prestigieux, bien connu des naturalistes. Et pourtant, cette falaise haute de plus de 80 m a bien failli disparaître sous la pioche des carriers. Les roches faméniennes qui la constituent, de nature lithologique variée (grès, psammites, schistes, macignos), sont très ensoleillées et portent une flore extraordinaire. La joubarbe d'Aywaille (Sempervivum funckii var. aqualiense) est un taxon endémique dont la population de la Heid des Gattes est la seule connue au monde! Elle tapisse certains affleurements de ses rosettes étroitement serrées les unes contre les autres. Sa floraison purpurine éclate en été au moment où le lychnis visqueux (Lychnis viscaria) s'épanouit sur la paroi rocheuse et les éboulis. Autre plante rarissime, l'armoise champêtre (Artemisia campestris) est d'origine steppique et la Heid des Gattes est pratiquement sa seule station belge indigène. Elle est aussi abondante sur les rochers naturels les plus escarpés que sur les replats d'exploitation des anciennes carrières qui enserrent la réserve. Bien d'autres espèces remarquables peuplent le site: la campanule étalée (Campanula patula), la doradille du Nord (Asplenium septentrionale), la doradille noire (Asplenium adiantum-nigrum), le cétérach (Ceterach offïcinarum), etc. Les falaises abritaient jadis la nidification du faucon pélerin (Falco peregrinus), un rapace qui recolonise lentement nos régions après une éclipse de près de 30 ans. Actuellement, de graves menaces pèsent sur la Heid des Gattes. En effet, des éboulements de roches ont lieu de temps à autre, à cause du caractère instable de certaines portions de la falaise. Ceux-ci représentent un danger pour les usagers de la route communale située en contre-bas du site, laquelle est d'ailleurs fermée depuis plusieurs années à la circulation. Cette situation a conduit les autorités locales à proposer l'abattage des zones à risque (soit plus de 25 000 tonnes de roches!), ce qui détruirait immanquablement la majeure partie de la réserve. Les scientifiques proposent des solutions alternatives, notamment la construction d'une route sur la rive gauche de l'Amblève, mais aucune solution n'a encore été retenue. Verra-t-on disparaître l'un des joyaux naturels de Wallonie, celui que l'on pensait le mieux protégé, après un demi-siècle d'efforts acharnés de la part des naturalistes et des habitants de la régions pour le sauvegarder ?

Rappel : toute circulation en dehors de la voie publique requiert l'accord préalable du propriétaire ou de son délégué.

Carto

Régions naturelles

  • K2 - Calestienne orientale

Limites administratives

Ancienne(s) commune(s)SurfaceNouvelle(s) commune(s)Province(s)
Sougné-Remouchamps8.23 haAYWAILLELIEGE

Cantonnements DNF

Cantonnement(s)SurfaceDirection(s)
Aywaille8.23 haLiège

Mentions dans d'autres inventaires de sites

A compléter

Site classé

Site classé par Arrêté Royal du 29 mai 1952.

Propriétaire(s)

Commune d'Aywaille.

Privé(s) Non  ONG Non  Communes Oui  Région Non  Autres publics Non

Gestionnaire

ASBL Ardenne et Gaume - Sège social : Maison Jacques Duvigneaud - rue de la Chapelle , 9 - 5670 Vierves-Sur-Viroin - Tél : 0498/93.75.61

Responsable sur place (conservateur) : Jean-Michel Darcis

Web sites de la Heid des Gattes : http://www.heiddesgattes.be/ et http://www.heid-des-gattes.blogspot.com/

Sites protégés

Code du siteNom du siteSurface
6602Heid des Gattes7,78 ha

Espèces

Espèces de valeur patrimoniale

TaxonStatut de protectionListe rougeStatutAnnéeRep*ProtectionSource
Animaux - Vertébrés - Oiseaux
Bubo buboOuiOuiNicheur2011div. obs.
Dryocopus martiusOuiNon
Falco peregrinusOuiOuiNicheur (2011)2011div. obs.
Animaux - Vertébrés - Reptiles
Anguis fragilisOuiNon2001E. Graitson
Coronella austriacaOuiOui1999Graitson, Hussin et Paquay (2003)
Podarcis muralisOuiNonabondant2000E. Graitson
Invertébrés - Insectes - Papillons diurnes
Boloria euphrosyneOuiOui2011J.-M. Darcis
Erynnis tagesNonNon2011div. obs.
Issoria lathoniaOuiNon2011E. Steckx
Nymphalis polychlorosNonNon2011E. Steckx
Satyrium pruniNonNon2011E. Steckx
Spialia sertoriusNonNon2011div. obs.
Invertébrés - Insectes - Papillons nocturnes
Bembecia ichneumoniformis2011E. Steckx
Siona lineata2011E. Steckx
Thyris fenestrella2011E. Steckx
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Carabidés
Lebia cruxminor2011E. Steckx
Invertébrés - Insectes - Coléoptères - Coccinelles
Coccinella quinquepunctata2011G.T. Coccinula; E. Steckx
Hippodamia variegata5 ex.1999G.T. Coccinula (obs. J.-Y. Baugnée)
Invertébrés - Insectes - Orthoptères
Chorthippus vagans2011E. Steckx
Invertébrés - Insectes - Hyménoptères
Andrena hattorfiana2011E. Steckx
Andrena vaga2011C. Devillers, S. Bertrand
Anthidium oblongatum2011E. Steckx
Anthidium punctatum2011E. Steckx
Aphaenogaster subterranea2011P. Wegnez
Corynis crassicornis1971N. Magis
Temnothorax affinis2011P. Wegnez
Invertébrés - Insectes - Hémiptères
Aellopus atratus2011E. Steckx
Coranus subapterus2011E. Steckx
Horvathiolus superbus2011E. Steckx
Leptopus marmoratus2011E. Steckx
Melanocoryphus albomaculatus2010E. Steckx
Phymata crassipes2011E. Steckx
Prostemma guttula2011E. Steckx
Rhynocoris erythropus2011E. Steckx
Sciocoris homalonotus2011C. Devillers, S. Bertrand
Plantes - Plantes supérieures
Artemisia campestris2001ASaintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Asplenium adiantum-nigrum2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Asplenium septentrionale2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Aster linosyris2001ASaintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Campanula patula2001ASaintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Ceterach officinarum2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Coincya monensis subsp. cheiranthos2015J.-M. Darcis et al.
Cotoneaster integerrimus2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Festuca heteropachys2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Geranium rotundifolium2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Lychnis viscaria2001ASaintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Melica ciliata2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Orchis mascula2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Pyrus pyraster2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Rosa micrantha2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Rosa spinosissima2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Rosa tomentosa2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Sempervivum funckiiabondant2001ASaintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)
Silene nutans2001Saintenoy-Simon & Duvigneaud (1989)

Commentaires sur la faune

Oiseaux: Falco peregrinus (occasionnel), Bubo bubo (nicheur).

Reptiles: Podarcis muralis, Anguis fragilis, Coronella austriaca.

Coléoptères: Chrysolina marginata, Coccinella quinquepunctata, Dorcus parallelipipedus, Ellescus bipunctatus, Hippodamia variegata, Lebia cruxminor, Saperda scalaris,

Hyménoptères: Andrena hattorfiana, Andrena vaga, Anthidiellum strigatum, Anthidium oblongatum, Anthidium punctatum, Aphaenogaster subterranea, Coelichneumon comitator comitator, Coelichneumon erythromerus erythromerus, Corynis crassicornis, Neotypus melanocephalus, Stenichneumon culpator, Temnothorax affinis.

Lépidoptères: Aglais urticae, Alabonia geoffrella, Bembecia ichneumoniformis, Boloria euphrosyne, Cauchas fibulella, Coenonympha pamphilus, Colias croceus, Cynaeda dentalis, Dichomeris derasella, Diloba caeruleocephala, Erynnis tages, Inachis io, Issoria lathonia, Lasiommata megera, Nymphalis polychloros, Orthosia miniosa, Papilio machaon, Pieris brassicae, Pieris napi, Pieris rapae, Plebeius agestis, Polygonia c-album, Polyommatus icarus, Pyrausta despicata, Satyrium pruni, Scythris scopolella, Shargacucullia scrophulariae, Siona lineata, Spialia sertorius, Thyris fenestrella, Vanessa atalanta, Vanessa cardui.

Hémiptères: Aellopus atratus, Coptosoma scutellatum, Coranus subapterus, Gonocerus acuteangulatus, Harpocera thoracica, Heterocordylus tibialis, Hoplomachus thunbergii, Horvathiolus superbus, Ledra aurita, Legnotus picipes, Leptopus marmoratus, Megalonotus antennatus, Megalonotus chiragra, Mermitelocerus schmidtii, Phymata crassipes, Prostemma guttula, Rhaphigaster nebulosa, Rhynocoris erythropus, Rubiconia intermedia, Sciocoris homalonotus, Syromastus rhombeus, Troilus luridus,

Diptères: Arctophila superbiens, Eristalinus aeneus, Scaeva selenitica, Trypetoptera punctulata,

Orthoptères: Chorthippus vagans, Tetrix subulata.

Odonates: Aeshna cyanea, Aeshna isoceles, Orthetrum coerulescens.

Araignées: Tmarus piger, Titanoeca quadriguttata,

Commentaires sur la flore

Plantes supérieures (données divers obs. 1990-2015): Acer campestre, Acer pseudoplatanus, Aegopodium podagraria, Artemisia vulgaris, Asplenium adiantum-nigrum, Asplenium ruta-muraria, Asplenium scolopendrium, Asplenium septentrionale, Asplenium trichomanes, Aster linosyris, Athyrium filix-femina, Barbarea intermedia, Berberis vulgaris, Betula pendula, Brachypodium sylvaticum, Bryonia dioica, Calamagrostis arundinacea, Campanula patula, Campanula persicifolia, Campanula rotundifolia, Cardamine impatiens, Carlina vulgaris subsp. intermedia, Carpinus betulus, Ceterach officinarum, Clematis vitalba, Clinopodium vulgare, Cornus mas, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Cotoneaster integerrimus, Coincya monensis subsp. cheiranthos, Crataegus monogyna, Cytisus scoparius, Danthonia decumbens, Deschampsia flexuosa, Dryopteris carthusiana, Epilobium montanum, Euonymus europaeus, Fagus sylvatica, Festuca heteropachys, Fraxinus excelsior, Galeopsis tetrahit, Geranium robertianum, Geranium rotundifolium, Geum urbanum, Glechoma hederacea, Hedera helix, Helianthemum nummularium subsp. obscurum, Helleborus foetidus, Hieracium pilosella, Humulus lupulus, Hypericum perforatum, Ilex aquifolium, Lamium album, Lepidium campestre, Linaria vulgaris, Lonicera periclymenum, Melica ciliata, Melica uniflora, Mespilus germanica, Orchis mascula, Origanum vulgare, Oxalis acetosella, Poa nemoralis, Polygonatum multiflorum, Polypodium vulgare, Polystichum aculeatum, Prunus avium, Prunus spinosa, Pteridium aquilinum, Pyrus pyraster, Quercus robur, Ranunculus repens, Ribes uva-crispa, Rosa canina, Rosa micrantha, Rosa rubiginosa, Rosa spinosissima, Rosa tomentosa, Rubus idaeus, Rubus sp., Rumex scutatus, Salix caprea, Sambucus nigra, Sambucus racemosa, Sedum album, Sedum telephium subsp. fabaria, Sempervivum funckii var. aqualiense, Senecio ovatus, Silene dioica, Silene nutans subsp. amblevana, Sorbus aucuparia, Sorbus torminalis, Stachys officinalis, Succisa pratensis, Tanacetum vulgare, Teucrium scorodonia, Tilia platyphyllos, Ulmus glabra,Urtica dioica, Vaccinium myrtillus, Vincetoxicum hirundinaria.

Bryophytes (A. et O. Sotiaux, 1988-89): Aneura pinguis, Cephaloziella divaricata, Conocephalum conicum, Frullania dilatata, Lophocolea bidentata, Lophozia excisa, Metzgeria furcata, Pellia endiviifolia, Plagiochila porelloides, Porella platyphylla, Riccia sorocarpa, Aloina aloides, Aloina rigida, Amblystegium serpens, Anomodon viticulosus, Atrichum undulatum, Barbula convoluta, Barbula unguiculata, Brachythecium glareosum, Brachythecium populeum, Brachythecium rutabulum, Bryoerythrophyllum recurvirostrum, Bryum argenteum, Bryum bicolor, Bryum capillare, Bryum elegans, Bryum pseudotriquetrum, Bryum subelegans, Calliergonella cuspidata, Campylium chrysophyllum, Ceratodon purpureus, Cratoneuron filicinum, Ctenidium molluscum, Dicranella varia, Dicranoweisia cirrata, Dicranum scoparium, Didymodon fallax, Didymodon luridus, Didymodon rigidulus, Ditrichum flexicaule, Encalypta streptocarpa, Eucladium verticillatum, Eurhynchium striatum, Fissidens bryoides, Fissidens dubius, Fissidens taxifolius, Grimmia ovalis, Grimmia pulvinata, Homalia trichomanoides, Homalothecium lutescens, Homalothecium sericeum, Hypnum cupressiforme, Leucodon sciuroides, Neckera complanata, Neckera crispa, Oxystegus tenuirostris, Philonotis calcarea, Plagiomnium undulatum, Pleurochaete squarrosa, Polytrichum formosum, Polytrichum piliferum, Pottia intermedia, Pseudocrossidium hornschuchianum, Pterogonium gracile, Rhynchostegium confertum, Rhytidiadelphus triquetrus, Schistidium apocarpum, Scleropodium purum, Seligeria recurvata, Tortella inclanata, Tortella tortuosa, Tortula atrovirens, Tortula canescens, Tortula intermedia, Tortula muralis, Tortula ruralis, Trichostomum crispulum, Weissia controversa, Zygodon rupestris.

Espèces exotiques

A compléter

Conservation

Objectifs de conservation

Conservation d'une des dernières falaises psammitiques naturelles de Belgique et de la flore associée. Protection de la joubarbe d'Aywaille (Sempervivum funckii var. aqualiense), seule espèce de plante endémique du pays.

Menaces

Des éboulis ont nécessité le peignage des rochers (1992). En de nombreux endroits, la roche est instable et de nouvelles chutes de pierres sont à craindre.

Recommandations

A compléter

Plan de gestion

Un plan de gestion très complet figure dans le dossier d'agrément. Il prévoit les actions suivantes :
- le dégagement des peuplements de Cotoneaster integerrimus; de Campanula patula et de Sempervirens funckii var. aqualiense ;
- le débroussaillement du pied des rochers ;
- l'élimination des fourrés de prunelliers et de genêts à balais ;
- l'extirpation de la clématite des haies envahissant les éboulis ;
- la restauration progressive de la fontaine de Pied Vache ;
- la remise en état du sentier qui parcourt la réserve.
Le site est parcouru par un troupeau de chèvres sauvages qui participent en quelque sorte à la gestion de la réserve.

Accès du public

Accès difficile et parfois dangereux (chutes de pierres sur la route en contre-bas). Des visites guidées sont néanmoins organisées par Ardenne et Gaume.

Un livret-guide botanique a été réalisé fin des années 1980 (SAINTENOY-SIMON & DUVIGNEAUD, 1989).

Plus récemment, un topoguide décrivant les richesses naturelles du site et de ses environs a été édité par Ardenne et Gaume (JANSSEN, 2014).

Détails

Description physique

La Heid des Gattes se trouve sur la rive droite de l'Amblève entre Sougné-Remouchamps et Aywaille, au niveau d'affleurements de psammites et de grès famenniens (assises d'Esneux et de Montfort). Les affleurements famenniens de la région constituent le bord méridional du synclinal de Comblain-au-Pont. Du sud vers le nord se succèdent des bancs de macignos noduleux dits de Souverain-Pré (partie supérieure de l'assise d'Esneux), puis des psammites en gros bancs, généralement dépourvus d'intercallations schisteuses (assise de Montfort). A côté d'affleurements nettement siliceux, on décèle à certains niveaux du Famennien la présence de faciès légèrement calcarifères.

La diversité des roches est assez étonnante: des psammites nettement siliceux, des psammites légèrement calcarifères, des macignos bien plus riches encore en CaCO3, voire des schistes, peuvent voisiner sur des superficies réduites.

La vallée de l'Amblève, sur sa rive droite, a recoupé les affleurements de psammites famenniens perpendiculairement aux surfaces de stratification, comme dans un abrupt de cuesta. La falaise présente des avancées en forme de tours coupées de replats étagés; des ravins, un talus formé d'éboulis en contrebas des affleurements; vers le haut de la falaise un versant très pentu; au sommet, vers le hameau de Sur la Heid, un versant remodelé par l'homme. Le versant de la Heid des Gattes est très escarpé (160 m de dénivellation) et exposé au sud et au sud-est.

Description biologique

La Heid des Gattes figure parmi les sites naturels les plus prestigieux de Wallonie, notamment en tant que localité typique de la fameuse joubarbe d'Aywaille. Ce rocher dominant la rive droite de l'Amblève est l'un des tous derniers affleurements naturels subsistant dans la vallée. Les habitats y sont d'une diversité exceptionnelle, en relation avec l'exposition, l'humidité, la nature du substrat et les variations de la teneur en carbonates de la roche (présence de nodules calcaires et de fossiles). Plusieurs de ces habitats présentent une grande valeur patrimoniale.

En bordure nord du site, au sommet du versant, s'étendent des pâtures qui jouent le rôle de zone tampon, dans la direction du hameau de Sur la Heid. Elles sont entourées d'intéressantes haies de composition floristique variée. D'anciennes terrasses jadis pâturées ou cultivées sont recolonisées par des bois où abondent les espèces nitrophiles.

Plusieurs ravins creusés dans le versant sont occupés par une futaie mélangée à Acer campestre, Ulmus glabra, Tilia platyphyllos, Fraxinus excelsior, etc. (Fraxino-Aceretum).

Les pentes sèches qui se trouvent au sommet de la falaise portent des chênaies thermophiles à Poa nemoralis dans lesquelles Mespilus germanica est abondant. Pyrus pyraster, Sorbus torminalis, Cotoneaster integerrimus apparaissent là où la roche est riche en carbonates. Ce dernier arbuste forme des fourrés en lisière de la forêt, sur le sommet des rochers (Berberidion).

Des suintements sont occupés par une frênaie riche en Athyrium filix-femina et Dryopteris carthusiana (Fraxino-Carpinion).

Les éboulis de bas de versant (le long de la route de Sougné-Remouchamps à Aywaille) sont occupés par des taillis dominés par Corylus avellana. Les éboulis les plus instables sont envahis par Clematis vitalba qui tend à se substituer aux espèces des pelouses et qui souligne l'évolution progressive du milieu vers une recolonisation forestière.

Des fourrés de Prunus spinosa et de Cytisus scoparius envahissent localement les pelouses qui annoncent un début de recolonisation forestière. Rosa tomentosa et Rosa spinosissima apparaissent çà et là (Prunetalia, Franguletalia). Ces fourrés évoluent au cours du temps vers des futaies mélangées à Tilia platyphyllos, Fraxinus excelsior, Acer pseudoplatanus, etc., dont la strate herbacée est dominée par Hedera helix avec aussi, dans la lisière, la rarissime Campanula patula.

Les pelouses qui occupent les fissures et les étroits replats de la falaise sont d'un intérêt absolument exceptionnel. Artemisia campestris, Lychnis viscaria, Aster linosyris, Festuca heteropachys y sont très abondants parmi une flore déjà riche et diversifiée (Koelerio-Phleion phleoidis). Les fissures de la roche abritent également les fougères Ceterach officinarum, Asplenium septentrionale, A. adiantum-nigrum (Asplenietea rupestris).

Les replats des rochers sont occupés par Sedum album, Lepidium campestre, Barbarea intermedia, Sedum telephium subsp. fabaria et les rochers qui se trouvent au pied et à l'ouest de la Heid des Gattes sont couverts de peuplements de Sempervivum funckii var. aqualiense, taxon endémique dont ce site constitue l'unique station au monde (Alysso-Sedion albi).

Selon SOTIAUX (1994), la Heid des Gattes est un haut-lieu de la bryologie belge. De nombreux bryologues y ont mené des prospections, dès la fin du 19ème siècle. Une centaine d'espèce de mousses et d'hépatiques ont ainsi été recensées à ce jour. Les espèces les plus remarquables sont Grimmia ovalis, Grimmia affinis (non retrouvée récemment), Tortula atrovirens, Tortula canescens et Bryum elegans.

La faune de la Heid des Gattes est d'une diversité remarquable et est étudiée depuis de nombreuses années. Parmi les travaux pionniers, citons par exemple ceux de JACQUEMART (1967) pour les collembolles; LECLERCQ (1954) pour les gastéropodes; LECLERCQ (1953) pour les Diptères; etc.

Depuis que le site est constitué en réserve naturelle agréée, un rapport faunistique est rédigé annuellement, reprenant les observations les plus significatives. Par exemple, le rapport entomologique 2011, préparé par E. Steckx, signale les observations intéressantes suivantes:

Hyménoptères

- Neotypus melanocephalus: ichneumon observé par C. Devillers et confirmé par des spécialistes de la famille (C. Thirion et J. Valemberg). Il s'agit de la 3ème mention belge de cet insecte qui n'avait plus été observé après 1900. Plusieurs autres ichneumons, dont le statut n'est pas connu, ont été notés: Coelichneumon erythromerus erythromerus (une femelle identifiée par J. Valemberg), Stenichneumon culpator (id. C. Thirion et J. Valemberg), Coelichneumon comitator comitator mâle (idem).

- Aphaenogaster subterranea et Temnothorax affinis sont les deux plus intéressantes espèces de fourmis mises en évidence par P. Wegnez. Pour la seconde il ne s'agit que de la dixième mention wallonne même si elle est probablement sous-détectée en raison de ses moeurs arboricoles et sa petite taille.

- Andrena vaga: une quinzaine de femelles (dont plusieurs commençaient à creuser le sol) observées le 25 mars 2011 par C. Devillers. Première mention dans la réserve et dans la zone d'observation de cet insecte assez peu commun.

- Andrena hattorfiana, Anthidium punctatum, Anthidium oblongatum, Anthidiellum strigatum: confirmation de présence de ces abeilles solitaires peu communes.

Diptères

- Eristalinus aeneus: syrphe assez commun dans le district maritime mais assez rare ailleurs, notamment en Wallonie.

- Arctophila superbiens: syrphe déjà observé à plusieurs reprises dans la réserve, où sa présence est donc bien confirmée.

- Scaeva selenitica, nettement moins commun que le banal Scaeva pyrastri.

Orthoptères

- Tetrix subulata: connu de la réserve mais observation cette année de la forme brachypronotale.

- Chorthippus vagans: criquet thermophile rare en Wallonie mais régulier à plusieurs endroits de la réserve depuis plusieurs années.

Lépidoptères

- Bembecia ichneumoniformis: sésie observée à 3 reprises au moins, dont des femelles en train de pondre sur lotier.

- Cynaeda dentalis, une pyrale observée deux fois en 2011, à chenille mineuse dans les feuilles de vipérine.

- Issoria lathonia, le petit nacré: au moins deux individus sur deux sites différents; premières mentions sur la réserve; migrateur probable.

- Shargacucullia scrophulariae: noctuelle assez rare et localisée dont une chenille a été observée pour la première fois cette année.

- Thyris fenestrella: le sphinx pygmée, espèce peu commune des lisières thermophiles, liée à la clématite des haies, dont la présence se confirme pour la troisième année dans la réserve.

- Scythris scopolella: microlépidoptère nouveau pour la réserve, dont la chenille se développe dans les mousses des lieux arides.

- Cauchas fibulella: ce petit adèle se développant aux dépens de la véronique petit-chêne a été trouvé ici pour la première fois en province de Liège; espèce peu commune et localisée en Belgique.

- Spialia sertorius et Erynnis tages: ces deux hespéries assez rares (surtout la première) sont bien connues du site où elles se portent bien.

- Nymphalis polychloros, la grande tortue: au moins trois observations d'adultes mais aussi des preuves de reproduction par l'observation d'une chenille puis d'une chrysalide.

- Boloria euphrosyne, le grand collier argenté: l'observation d'avril de J.-M. Darcis est, semble-t-il, la mention la plus nord-orientale de l'espèce en Belgique, en fort déclin et actuellement limité à la Fagne-Famenne. La gestion "intégrale" des zones forestières, favorisant les taillis en lisière, explique peut-être sa présence. A confirmer en 2012.

- Pyrausta despicata: cette pyrale est très abondante dans les pelouses sèches de la réserve depuis déjà quelques années.

- Diloba caeruleocephala: noctuelle pas très commune, dont la larve se développe notamment sur les aubépines.

- Orthosia miniosa: observation de plusieurs chenilles de cette noctuelle rare et localisée en Belgique.

- Coenonympha pamphilus: le pamphile, pourtant commun, est mentionné pour la première fois dans la réserve!

- Siona lineata: la Phalène blanche est répandue mais assez rare et localisée en Belgique; elle a été observée à deux reprises au printemps 2011 dans la réserve.

- Alabonia geoffrella, microlépidoptère aux coloris attractifs, peu commun en Wallonie, à chenille saproxylophage.

- Satyrium pruni, le thécla du prunier, assez rare en Wallonie, fut déjà vu en 2008 dans la réserve où il se trouve en limite d'aire.

- Dichomeris derasella: microlépidoptère Gelechiidae observé par J.-M. Michalowski (det. C. Steeman) et rarement observé dans notre pays où il n'a plus été mentionné en province de Liège après 1980.

- Plebeius agestis: ce lycène se développant aussi bien sur les géraniums que sur l'hélianthème jaune, est observé régulièrement dans la réserve depuis plusieurs années.

Hémiptères

- Sciocoris homalonotus: ce Pentatomidae rare a été observé par C. Devillers (det. confirmée par S. Claerebout et J.-Y. Baugnée). Il s'agit seulement de la 3ème mention belge de cette espèce récemment détectée dans le pays.

- Rubiconia intermedia: Pentatomidae assez rare dont le statut en Belgique est à préciser; espèce observée pour la première fois cette année mais à 3 reprises au moins.

- Syromastus rhombeus (Coreidae): première mention dans la réserve de cette punaise thermophile.

- Leptopus marmoratus: première mention de cette punaise xérothermophile typique des lieux pierreux, très rare en Belgique et en limite nord de répartition.

- Aellopus atratus: observations répétées de ce Lygaeidae thermophile lié à la vipérine.

- Troilus luridus, Heterocordylus tibialis, Hoplomachus thunbergii et Megalonotus chiragra: premières observations cette année.

- Horvathiolus superbus, Prostemma guttula (dont un individu macroptère), Rhaphigaster nebulosa, Rhynocoris erythropus, Mermitelocerus schmidtii, Legnotus picipes, Gonocerus acuteangulatus, Phymata crassipes, Coptosoma scutellatum: présence confirmée en 2011 pour ces punaises peu communes, déjà observées antérieurement.

- Megalonotus antennatus: Lygaeidae peu commun.

- Coranus subapterus: espèce terricole thermophile qui représente le quatrième Reduviidae découvert dans la réserve.

- Ledra aurita: cicadelle arboricole souvent qualifiée de rare mais probablement sous-détectée à cause de ses moeurs discrètes et méconnues.

Odonates

- Aeshna isoceles: observation unique dans la réserve d'une femelle adulte de cette libelulle rarissime en Belgique. Il semble peu probable qu'elle se reproduise dans la réserve mais peut-être sur la commune (habitat possible à Paradis selon le GT Gomphus).

Coléoptères

- Lebia cruxminor: la présence habituelle de ce petit carabe dans les pelouses sèches de la réserve se confirme pour la troisième année.

- Saperda scalaris: longicorne pas rare mais observé pour la première fois dans la réserve cette année.

- Chrysolina marginata: identification jugée très probable par J. Fagot; cette chrysomèle était connue il y a quelques années à la Falize mais n'y avait pas été revue.

- Ellescus bipunctatus: petit charançon lié aux saules et dont le statut belge actuel ne nous est pas connu.

- Coccinella quinquepunctata: revue cette année, la coccinelle à cinq points est répandue en Wallonie mais n'est pas abondante dans la réserve.

- Dorcus parallelipipedus, petit cousin du lucane, plus commun aussi.

Araignées

- Tmarus piger: une femelle observée dans la réserve de cette espèce plutôt méridionale, rare en Belgique même si elle a été mentionnée antérieurement à "Remouchamps".

- Titanoeca quadriguttata: première mention dans la réserve de cette araignée thermophile typique des lieux pierreux.

Monument naturel

La Heid des Gattes constitue la dernière falaise naturelle de psammite famennien de l'est de la Belgique, tous les autres affleurements de la région ayant en effet été entamés par des carrières.

Monument historique

La Fontaine de Pied Vache présente un intérêt certain. En effet, les habitants du hameau venaient jadis s'y approvisionner en eau. Un abreuvoir pour le bétail y existait également.

Histoire du site

D'après la carte de Ferraris, le site était occupé au 18ème siècle par des rochers et des bois de basse futaie.

De nos jours, le sommet de la réserve est occupé par des prairies peu intensément exploitées, entourées de haies. En contrebas de ces prés, subsistent des traces d'anciennes cultures en terrasses dont les murets sont encore bien visibles en sous-bois. D'après un ancien habitant du village, des cultures de pommes de terre ont été établies jusqu'au dessus des rochers pendant la dernière guerre encore. Ces terrasses sont aujourd'hui boisées.

Deux vastes carrières ont bien failli faire disparaître le site de la Heid des Gattes. Il s'agit de la carrière de Goiveux, ouverte en 1907 à l'ouest du site, et de la carrière de la Falize, entamée dès 1899 à l'extrémité orientale de la Heid des Gattes. Ces deux carrières ont, pendant des décennies, progressé l'une vers l'autre tout en faisant disparaître une grande partie du versant. Ces exploitations sont pour le moment à l'abandon.

Biblio

, 1952, Excursion du 14 juillet à Remouchamps et aux alentours., Natura Mosana, 5 : 53.
, 1977, Florzé. Een natuurhistorische en geologische verkenning van een Belgisch heuvellandschap., Publ. Natuurh. Gen. Limburg, 27 : 1-20.
, 1998, Note sur quelques punaises rares, méconnues ou récemment découvertes en Belgique (Heteroptera)., Bulletin et Annales de la Société royale belge d'Entomologie, 134 : 3-32.
, 1954, Le Famennien. In : Prodrome d'une description géologique de la Belgique., Vaillant-Carmanne, Liège, pp. 206-216.
, 1898, Compte-rendu de l'herborisation générale de la Société royale de Botanique de Belgique en 1898., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 37 : 118-130.
, 1984, Aspects de la végétation des carrières de la Gombe et de Montfort et de leurs abords (Esneux-Poulseur, province de Liège, Belgique)., Natura Mosana, 36 : 135-146.
, 1986, Les plus belles réserves naturelles de Belgique., Reader's Digest, Bruxelles, 304 pp.
, 1945, Un site biologique à protéger : la Heid des Gattes près d'Aywaille., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 77 : 7-13.
, 1958, La réserve naturelle de la Heid des Gattes., Parcs nationaux, 13 : 94-98.
, 1950, Compte-rendu de l'excursion du 14 mai 1950 à Martinrive-Aywaille., Natura Mosana, 3 : 39-41.
, 1970, Réserves et Parcs naturels d'Ardenne et Gaume., Parcs nationaux, 25 (1) : 10-43.
, 1984, Les terrasses fleuries de l'Oesling (Ardenne sud-orientale) (Pelouses à Festuca heteropachys sur gradins et dalles de roches siliceuses)., Lejeunia, N.S., 114 : 1-28.
, 1988, La Heid des Gattes à Sougné-Remouchamps (Aywaille)., Parcs nationaux, 43 : 108-126.
, 1998, Les différents types de pelouses calcicoles en Belgique et leur gestion., In : Actes du Colloque international "La gestion des pelouses calcicoles" organisé à Vierves-sur-Viroin du 28 au 31 mai 1996, Cercles des Naturalistes de Belgique, pp. 11-18.
, 1981, Le Mont Pelé à Rivière et Annevoie-Rouillon (province de Namur, Belgique)., Natura Mosana, 34 : 126-134.
, 1984, Les pelouses xériques colonisant les falaises calcaires des vallées de l'Ourthe et de l'Amblève (province de Liège, Belgique). Leur importance floristique et phytogéographique., Colloques phytosociologiques, 11 : 297-309.
, 1958, Carte géologique de la Belgique. Texte explicatif de la feuille Louveigné-Spa 148., Service Géologique de la Belgique, Bruxelles, 55 pp.
, 2003, La Coronelle lisse, Coronella austriaca Laurenti, 1768, en Famenne : données récentes (1986-2003) sur la répartition, l'écologie et le statut de l'espèce., Parcs et Réserves, 58 (4) : 27-37.
, 1967, Faune collembologique de la Heid des Gattes (Remouchamps) (1ère note)., Bulletin de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, 43 : 8 pp.
, 2014, A la découverte de la Heid des Gattes, Ardenne et Gaume, 80 pp.
, 1971, Excursion du 31 mai 1970 à la Heid des Gattes à Aywaille et aux Roches Noires à Comblain-au-Pont., Natura Mosana, 23 : 78-81.
, 1949, Les associations végétales de Belgique., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 82 : 105-207.
, 1945, Inventaire cécidologique de la Heid des Gattes près d'Aywaille., Lejeunia, 9 : 45-48.
, 1954, Mollusques terrestres de la Heid des Gattes, site protégé par l'a.s.b.l. Ardenne et Gaume., Parcs nationaux, 9 : 98-99.
, 1953, Diptères récoltés à la Heid des Gattes (Aywaille)., Bulletin et Annales de la Société entomologique de Belgique, 89 : 305-308.
, 1811-1813, Flore des environs de Spa., 2 volumes, Liège, viii + 254 + 350 pp.
, 1824, Revue de la flore des environs de Spa., Liège, viii + 263 pp.
, 2000, Apports à la chorologie des Hyménoptères Symphytes de Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg. XXI., Bulletin de la Société royale belge d'Entomologie, 136 (1-6) : 24-29.
, 1870, Compte-rendu de la neuvième herborisation générale de la Société Royale de Botanique de Belgique (1870)., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 9 : 372-406.
, 1947, Compte-rendu de l'herborisation de la Société royale de Botanique de Belgique dans les environs de Liège, les 15 et 16 juin 1946., Bulletin de la Société royale de Botanique de Belgique, 79 : 116-122.
, 1940, Les terrains carbonifères (Tournaisien et Viséen) et Dévoniens (psammites famenniens) des rives droite et gauche de l'Amblève. 57e excursion du 21 mai 1939., Lejeunia, 4 : 12-20.
, 1953, Inauguration de la Heid des Gattes. Discours du Président., Parcs nationaux, 8 : 134-136.
, 1873, Note sur la Joubarbe d'Aywaille. Sempervivum funckii Br. var. aqualiense., Belgique horticole, 23 : 161-166.
, 1970, Les réserves naturelles de la Belgique., Ministère de l'Agriculture, Administration des Eaux et Forêts, Bruxelles, 144 pp.
, 1977, Suddeutsche Pflanzengesellschaften., Gustav Fischer Verlag, Teil I : 311 pp., Teil II : 355 pp.
, 1984, Aspects écologiques et phytosociologiques des réserves d'Ardenne et Gaume., Le Grand livre d'Ardenne et Gaume. Duculot, Gembloux, pp. 75-90.
, 1980, Quelques observations floristiques récentes dans les réserves naturelles d'Ardenne et Gaume., Parcs nationaux, 35 : 13-25.
, 1932, An account of the Sempervivum Group., The Royal Horticultural Society, London, 265 pp.
, 1958, Croquis ornithologiques de la Heid des Gattes., Parcs nationaux, 13 : 100-101.
, Demande d'agrément pour la réserve naturelle de la Heid des Gattes (Province de Liège, Commune d'Aywaille)., Ardenne et Gaume.
, 1989, Guide botanique de la réserve de la Heid des Gattes (réserve naturelle d'Ardenne et Gaume à Aywaille)., Editeur J. Saintenoy-Simon, 58 pp.
, 1994, Le site de la Heid des Gattes, à Aywaille, est menacé de destruction!, Natura Mosana, 47 : 117-120.
, 1997, Les réserves naturelles d'Ardenne et Gaume., Ardenne et Gaume, Monographie n° 16, 64 pp.
, 1970, Observations entomologiques., In : Ardenne et Gaume, Fonds Mercator, Bruxelles, pp. 227.
, 1994, Observations bryologiques à la Heid des Gattes (Province de Liège, Belgique)., Natura Mosana, 47 : 121-124.
, 1953, Les milieux ornithologiques en Belgique : la Heid des Gattes., Le Gerfaut, 53 : 15-18.

Divers

Liens

Sources

RESNAT

Répondants de l'information

SAINTENOY-SIMON (1994)