Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
 
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

Déplacements

Le cerf et le sanglier sont des espèces à large rayon d'action. Elles font l'objet de suivi sur certains territoires pilotes de Wallonie. Ces études permettent entre autres de mieux comprendre les déplacements et les besoins de l'espèce, ce qui permet de conseiller les gestionnaires en termes de surface minimale de gestion, de dispersion des maladies et d'aménagement du territoire.

Cerf

La capture

La capture est la contrainte majeure d'un suivi individualisé.

Capturer des animaux jeunes permet de disposer de tout l'historique de l'animal mais limite le choix du matériel de suivi, qui doit être adapté au poids d'un individu en pleine croissance.

Trois techniques de capture sont utilisées :

  • à la main (pour les faons nouveau-nés)
  • au filet (pour les adultes)
  • par téléanesthésie (pour les adultes)

MVC-025XFiletfutaie100310_pImage01Lilianesaut100310_p

Le domaine vital

Le domaine vital est la superficie nécessaire à un individu pour ses besoins de recherche de nourriture, de reproduction et de soins aux jeunes. Il convient de distinguer les cerfs non-boisés (biches et faons), les mâles subadultes et les mâles adultes car ils présentent des besoins différents.

La biche

  • organise son domaine vital autour d'un nombre restreint de zones de « remise » au cœur des massifs, motivée surtout par la quiétude.
  • évolue sur une superficie de +/- 400 ha, mais n'en utilise principalement qu'une petite proportion autour de sa remise principale.
  • utilise l'une ou l'autre remise secondaire en cas de dérangement ou de disette.
  • est grandement fidélité à son lieu de naissance, ce qui lui confère un potentiel de colonisation assez faible.
  • PDF Des mouvements relativement importants (PDF-134 ko) sont donc observés en hiver ou au début du printemps vers la plaine agricole. Les principaux pics de locomotion sont observés au crépuscule et à l'aube.

deplacement_cerf

Organisation typique du domaine vital d'une biche centrée autour de sa zone de remise principale (souvent un fourré d'épicéas) avec à distance une zone refuge (en cas de dérangement) ou une zone pourvue de ressources alimentaires (utilisée en hiver principalement)

Les mâles

Les jeunes cerfs (à partir de 1 an) présentent une variabilité de comportements maximale :

  • Une partie d'entre eux (environ 50%) quittera complètement les domaines vitaux maternels, ce qui peut engendrer des déplacements importants vers des zones libres de concurrence. Ce phénomène, appelé PDF dispersion natale (PDF-1497 ko) , permet notamment la dispersion des gènes.
  • Si l'animal franchit le pas, son domaine vital peut couvrir plusieurs milliers d'hectares en attendant qu'il se stabilise.
  • C'est le principal élément colonisateur de l'espèce. Dans les autres cas, un jeune cerf vit sur quelques centaines d'hectares.

Le mâle adulte a un domaine vital bien structuré :

  • Sa zone de refait (en-dehors de la période de reproduction) est généralement réduite et située loin des femelles en périphérie de massif forestier, dans des milieux riches d'un point de vue alimentaire.
  • Son domaine vital s'élargit considérablement en période de reproduction lorsqu'il rejoint les hardes sur les places de brame.
  • Plus sa zone de refait est éloignée des places de brames (entre 5 et 15 km), plus son domaine vital prend de l'ampleur.
  • Comme pour la biche, même si son domaine s'étend sur plusieurs centaines d'hectares, il n'en utilise qu'une petite proportion.

A télécharger

Sanglier

La capture

Le sanglier est surtout piégé dans des cages trappes appâtées préalablement. Certains individus sont téléanesthésiés. Les marcassins sont équipés d'oreillettes en plastique numérotées et estampillées RW, certains adultes reçoivent en plus un collier.

falbala 3 redimMarca bagué avec Arduina 07-2005 copie moesAgnes Rijs 201108

Le domaine vital

  • De manière générale, la taille et la forme du domaine vital du sanglier présentent une grande variabilité.
  • Le sanglier est comparable au cerf en ce qui concerne la taille de son domaine vital. Une laie vit sur 400 à 500 ha. Un verrat sur environ 1000 ha. Ceci est valable pour les individus forestiers.
  • En plaine, les domaines vitaux sont probablement plus élevés.
  • Même si certaines zones sont exploitées préférentiellement, il utilise globalement son domaine vital de manière plus homogène que le cerf étant donné les longs circuits réalisés par l'animal en quête de nourriture pendant la nuit.

laie

Verra

Marcasaveclaie

La laie

  • La laie est fidèle à son lieu de naissance. Mais en cas de dérangement répétés elle peut le quitter pendant une période plus ou moins longue.
  • Animal opportuniste par excellence, son organisation spatiale s'articule davantage autour des ressources alimentaires (cultures, nourrissage, fructifications forestières).

Le verrat

  • Le verrat dispose d'un domaine vital relativement restreint sauf aux périodes de reproduction pendant lesquelles il est capable de parcourir de grandes distances à la recherche de laies réceptives.

Les juvéniles

  • Même si 95 % des juvéniles capturés sont tirés dans un rayon de 10 km, certains individus sont capables de parcourir de longues distances (> 50 km).

Dispersion des gènes

  • Les fleuves, canaux et autoroutes ne semblent pas constituer d'obstacle efficace à la dispersion. Ce sont les jeunes mâles qui sont responsables de la dispersion des gènes.

  • Les plus grandes distances parcourues sont donc généralement le fait de mâles subadultes chassés par les verrats dominants en période de rut. Néanmoins certaines femelles peuvent également circuler sur de grandes distances, conférant à l'espèce un potentiel de colonisation élevé.

Photos : Séverin Pierret

A télécharger