Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

Rongeurs

Castor

Après quasi deux siècles d'absence, le castor est réapparu dans nos cours d'eau dans les années 1990. Celui-ci est aujourd'hui bien présent dans de nombreux cours d'eau wallons.

Castor 2010.6367.DVD 54corr.

  • L'espèce s'est depuis lors fortement dispersée en Wallonie avec, en 2012, environ 250 territoires, soit près d'un millier d'individus.

  • Ils étaient principalement présents dans les bassins hydrographiques de l'Ourthe, de la Basse et de la Haute Meuse, de la Moyenne et de la Haute Semois, de l'Our, de la Lesse et de la Dyle. Certains bassins sont maintenant largement occupés alors que d'autres présentent encore un potentiel d'expansion.

  • Vu sa capacité remarquable à aménager son environnement pour qu'il réponde à ses besoins, le castor transforme son milieu d'une façon qui peut être, dans certains cas, peu compatible avec la destination du terrain.

  • Aussi, l'expansion du castor, protégé par la législation tant wallonne qu'européenne, s'accompagne dans certains cas de problèmes de cohabitation avec des activités humaines qui se sont nettement densifiées.

  • Apprendre à connaître cette espèce étonnante permettra de mieux tolérer sa présence dans certains fonds de vallée qui gagneront en intérêt biologique à mesure que le castor aménagera les lieux à sa guise.

Liens utiles :

Autres rongeurs

Musaraigne aquatique (Neomys fodiens)

  • Pour étudier les différentes espèces de musaraignes protégées, plusieurs tâches ont été menées (convention SPW-ULg).

  • Parmi elles, la collecte et l'analyse de pelotes de réjection de chouette effraie dans plus de 120 localités. Sur cette base, la capture d'individus a été opérée dans des sites potentiels avec description et analyse des microhabitats de capture.

  • Pour les musaraignes couronnée et carrelet, des analyses génétiques ont été pratiquées afin de confirmer leur détermination.

DSCN0611.jpg

  • Les gliridés (loir, lérot et muscardin) sont essentiellement étudiés par la pose et le contrôle de plus de 450 nichoirs en Région wallonne (convention SPW-ULg).

  • Ils sont placés dans des sites où la présence des espèces n'était plus documentée depuis 1970 ou dans des zones potentiellement habitées où elles n'avaient jamais été mentionnées.

  • Pour le muscardin, celui-ci est couplé à la recherche de noisettes rongées spécifiquement par cette espèce, ce qui complète avantageusement les résultats en cours.