Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
 

Accueil

LIFE Vallées ardennaises

 
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

BE34023 Vallée de l'Ourthe entre Nisramont et La Roche (1 991,990 ha)

Le site comprend la vallée de l'Ourthe, en particulier les versants entre Nadrin et La Roche-en- Ardenne. Il comprend les sites du Cheslé, du Hérou, du Grand Bois et du Bois de La Roche.

Site_34023_Nisramont_confluence_Ourthe_® Raymond Clement-001BE34023-Vallée de l'Ourthe à proximité du barrage de Nisramont

Confluence des deux Ourthes

Ce site entaillé profondément par l'Ourthe (schistes et phyllades du Dévonien inférieur) est en grande partie forestier. On y trouve des milieux bien conservés : les hêtraies acidophiles (9110), les forêts de pente (9180*) et les forêts alluviales (91E0*). On y notera la présence des espèces forestières telles que la Cigogne noire (Ciconia nigra), les pics mar (Dendrocopos medius) et noir (Dryocopus martius). Au niveau des cours d'eau, on observe le Martin-pêcheur (Alcedo atthis), le Castor (Castor fiber) et le Chabot (Cottus sp.). La Mulette épaisse (Unio crassus) est également présente. Une population relictuelle de Moules perlières (Margaritifera margaritifera) est encore présente sur le site. Parmi les espèces visées par le projet, on peut encore citer le Grand murin (Myotis myotis) et le Murin de Bechstein (M. bechsteinii).

Le Hérou est situé en Ardenne en aval de la confluence des deux Ourthes, à quelques encablures du barrage de Nisramont. Formé d'un imposant affleurement de quartzophyllades, roches dures ayant échappé à l'érosion excercée au cours des âges par la rivière, il s'inscrit dans un cadre prestigieux d'un très grand intérêt paysager et biologique. Du haut de la falaise, le point de vue sur la vallée, très forestière et sinueuse, est splendide. Le site abrite une fougère rupestre très rare et protégée : Trichomanès (Trichomanes speciosum). Une population très isolée et donc remarquable du lézard des murailles (Podarcis muralis) est également présente sur les rochers.

Le site du Deister est situé à La Roche-en-Ardenne. Il s'agit d'une arête rocheuse escarpée dominant la vallée de l'Ourthe s'étendant sur une dizaine d'hectares. Le site présente une remarquable mosaïque d'habitats sur des sols souvent superficiels, pentus, de nature schisto-gréseuse. On y rencontre par exemple des chênaies acidophiles, des fourrés et taillis, des fragments de lande à bruyères, des pelouses ouvertes à orpins, etc. Plusieurs espèces végétales intéressantes sont présentes, comme le Pied d'oiseau délicat (Ornithopus perpusillus) et la Doradille du nord (Asplenium septentrionale). Parmi la flore cryptogamique, on note une certaine abondance d'usnées sur les chênes dans le haut du site. La diversité faunistique y est particulièrement élevée comme l'a révélé un inventaire récent. Depuis 2017, la Montagne du Deister bénéficie du statut de réserve naturelle domaniale sur une superficie d'un peu plus de 7 ha.

Le site comprend des surfaces significatives de hêtraies acidophiles (9110 - 465 ha), de forêts de pente (9180* - 40 ha), de forêts alluviales (91E0* - 68 ha), de rochers siliceux (8220 – 0,5 ha) et d'éboulis siliceux (8150 – 0,6 ha). Malgré cela, de nombreuses parcelles ont été enrésinées (186 ha de résineux sur pentes fortes, 19 ha sur sols alluviaux), le site possédant donc un très bon potentiel de restauration de ces habitats. La présence du lac est certainement favorable au Murin des marais. Ce site recèle également de rares cavités artificielles fréquentées par les chauves-souris, dont Myotis myotis

Pour les propriétés communales de La Roche-en-Ardenne, un accord de principe a été donné pour la participation au projet LIFE. Les propriétaires privés concernés par les habitats ciblés seront démarchés, en vue d'acheter des parcelles (action B1) ou de signer des conventions trentenaires (action B2). Dans les propriétés domaniales, la concertation avec les gestionnaires ne concernera que le DNF local (SPWARNE), bénéficiaire coordinateur du projet, ce qui devrait faciliter la mise en place de travaux de restauration. Au sein des réserves existantes, le travail de restauration pourra être envisagé sans devoir négocier avec les propriétaires.

Les actions qui sont visées dans ce site sont :

  • C1 : restauration des forêts naturelles via l'élimination des semis

  • C2 : nettoyage des coupes,

  • C3 : plantations de feuillus indigènes et protections

  • C4 : restauration du lit majeur

  • C5 : lutte contre les exotiques envahissantes

  • C6 : pour la libre circulation de la faune aquatique, 1 levée d'obstacle potentielle sur le Ruisseau de La Mer

  • C7 : 816 mètres potentiels de linéaire pour des aménagements du lit mineur

  • C10 : pose de gîtes artificiels en forêt et aménagement d'ouvrages d'art en faveur des chauves-souris (13 infrastructures potentielles)

  • B3 : abandon de la sylviculture résineuse