Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
 

Accueil

LIFE Vallées ardennaises

 
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

BE33065 Vallée inférieure de l'Our et ses affluents (638, 845 ha)

Le site de la vallée inférieure de l'Our s'étend de Steinebrueck jusqu'Ouren, où l'Our passe la frontière belgo-luxembourgeoise.

Il comprend un ensemble de vallées générant des milieux humides de qualité exceptionnelle dans les Cantons de l'Est (région de Burg-Reuland) et jouxte de petites parcelles forestières de bonne qualité (réserve forestière d'Ouren).

L'Our (3260) accueille un peu moins de 10 individus de Moules perlières (Margaritifera margaritifera), espèce extrêmement menacée en Wallonie, et la Mulette épaisse (Unio crassus) est également présente sur 21 carrés UTM 1 km X 1 km. Cependant, la population de cette dernière sur ce site a récemment souffert d'une pollution accidentelle aigüe aux hydrocarbures, induisant de fortes mortalités directes et donc un risque d'extinction locale.

Des bas-marais, des mégaphorbiaies (6430), des prairies semi-naturelles plus ou moins nitrophiles occupent le lit inférieur du réseau hydrographique. Ces milieux ouverts sont propices à la Cigogne noire (Ciconia nigra) en tant que terrain de chasse mais le site lui sert également de lieu de reproduction. La vallée inférieure de l'Our reprend également deux tunnels considérés comme des sites majeurs d'hibernation des chiroptères dans la région de Saint Vith dans la mesure où les sites souterrains y sont particulièrement rares. Ceux-ci sont les tunnels de Maspelt et de Lommersweiler, offrant de grandes potentialités d'accueil pour les chauves-souris, ce qui est d'ailleurs mis en avant par le projet LIFE «Programme transfrontalier pour la protection des chauves-souris dans l'ouest de l'Europe centrale». Au moins 7 espèces de chiroptères se retrouvent sur le site, avec par exemple le Murin de Daubenton (Myotis daubentonii) et le Grand murin (Myotis myotis) ; avec, depuis peu sur le site, la présence du Murin de Bechstein (Myotis bechsteinii).

Le site héberge d'autres espèces d'intérêt communautaire telles le Pic cendré (Picus canus) (à rechercher), le Pic mar (Dendrocopos medius), des couples de Marins-pêcheurs (Alcedo atthis), la Coronelle lisse (Coronella austriaca), la Petite lamproie (Lampetra planeri), ...

La réserve forestière d'Ouren est située le long de la rivière Our. Il s'agit d'un endroit peu parcouru par les naturalistes et donc assez mal connu. La plus grande partie est occupée par une forêt de versant à base de hêtres et à strate herbacée caractérisée par la dominance de la Fétuque des bois (Festuca altissima) et de la Luzule blanche (Luzula luzuloides).

Le site comprend des surfaces intéressantes de hêtraies acidophiles (9110 - 30 ha), de forêts alluviales (91EO* - 11 ha), de forêts de pente (3 ha – 9180*) ainsi que de rochers silicieux (8220 – 0.3 ha). Malgré cela, de nombreuses parcelles ont été enrésinées (67 ha de résineux sur pentes fortes et 15 ha sur sols alluviaux), le site possède donc un potentiel de restauration conséquent des habitats ciblés. Le site est d'un grand intérêt régional pour plusieurs espèces, à savoir le Murin de Bechstein (Myotis bechsteinii), la Moule perlière (Margaritifera margaritifera) ainsi que pour la Mulette épaisse (Unio crassus).

Le site comprend des habitats ciblés dans la réserve naturelle domaniale et de la réserve forestière. Le travail de restauration pourra être envisagé dans ces sites sans devoir négocier avec les propriétaires. Les surfaces enrésinées, totalisant 124 ha, sont à la fois sur propriétés domaniales, communales et privées. Les propriétaires privés concernés seront démarchés en vue d'acheter des parcelles (action B1) ou de signer des conventions trentenaires (action B2). Les parcelles à restaurer (action B3) sur propriétés publiques seront envisagées avec le DNF local (SPWARNE).

Les actions qui sont visées dans ce site sont :

  • C1 : restauration des forêts naturelles via l'élimination des semis

  • C2 : nettoyage des coupes,

  • C3 : plantations de feuillus indigènes et protections

  • C4 : restauration du lit majeur

  • C5 : lutte contre les exotiques envahissantes

  • C7 : 2163 mètres potentiels de linéaire pour des aménagements du lit mineur

  • C8 : 1 aménagement potentiel des gués forestiers sur l'Our ;

  • C10 : pose de gîtes artificiels en forêt à destination des chauves-souris et aménagement d'ouvrages d'art en faveur des chauves-souris (20 infrastructures potentielles)

  • B3 : abandon de la sylviculture résineuse