Portail Wallonie.be| Portail Environnement| Fédération Wallonie-Bruxelles
Comarquage : intégrer cette page dans votre site

Zones de travail

Nouveau documentNouveau document

BE34014: Fagne de la Crépale et prairies de Malempré (175,7 ha):

Ce site est composé de deux entités de part et d'autre du village de Malempré: la fagne de la Crépale (SGIB n°407) à l'est et les prairies humides de Malempré à l'Ouest. Il s'agit d'un site de grand intérêt biologique dans lequel on trouve divers habitats d'intérêt communautaire: des landes tourbeuses à Erica tetralix (4010), des genévrières (5130), des nardaies montagnardes (6230*), des mégaphorbiaies hydrophiles (6430), des prés maigres de fauche montagnards (6520), des fragments de tourbières hautes actives (7110*), des tourbières hautes dégradées (7120), des hêtraies à luzule blanche (9110) et des boulaies tourbeuses (91D0*), ainsi que des habitats de grand intérêt patrimonial: bas-marais acides.

La flore y est très diversifiée et riche en espèces rares, menacées et/ou protégées: l'arnica (Arnica montana), l'orchis des sphaignes (Dactylorhiza sphagnicola), rossolis à feuilles ronde (Drosera rotundifolia), la bruyère quaternée (erica tetralix), le genévrier commun (Juniperus communis), la canneberge (Vaccinium oxycoccos), myrtille de loup (Vaccinium uliginosum), l'airelle (Vaccinium vitis-idaea), ... On y a observé l'Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus). Le site abrite également une population du nacré de la canneberge (Boloria aquilonaris). Le cuivré de la bistorte (Lycaena helle) vient d'y être découvert récemment.

Nouveau document

Nouveau document

Il est principalement menacé par l'embroussaillement progressif des milieux ouverts (en particulier dans la fange de la Crépale où le reboisement spontané par les bouleaux, le pin sylvestre et l'épicéa est assez avancé et en progression constante), l'enrésinement et le drainage des prairies humides, la modification des pratiques agricoles. Des mesures visant à limiter l'extension des ligneux deviennent urgentes. En particulier, l'ouverture de larges couloirs dans les boisements permettrait de relier les clairières de landes tourbeuses et de favoriser les échanges au sein des populations de nacré de la canneberge.

Nouveau documentNouveau document